Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


Grand Prix de la musique traditionnelle "MALAVOI"

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Rubrique Musique: Grand Prix de la musique traditionnelle "MALAVOI" La date/heure actuelle est 22 Sep 2019 12:07 
Annonces Grand Prix de la musique traditionnelle "MALAVOI" Annonces
   Article posté par dulcine le 06 Novembre 2004 à 07:08  S'abonner au Flux Rss Musiques - Artistes - DJ's: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

bonsoir!
j'etais entrain de faire mes devoirs, quand j'ai ecouter un vieux disque de mes parents,j'ai été séduite, par ces notes si douces si simple , je ne me suis meme pas rendu compte que j'avais fini mon devoir en un clin d'oeil

c'est vraiment regal de les écouter surtout "la case à lucie" sa ma fait penser chez moi

MALAVOI

Il y a des noms de groupes ou d'artistes qui sèment d'emblée le bonheur, la joie de vivre sitôt qu'on les énoncent, qui incarnent le plaisir de jouer et parfois représentent, en prime, toute une tranche d'histoire, voire l'âme d'un pays : Malavoi fait partie de ces (rares) élus, au point qu'on ne serait pas surpris outre-mesure, en cherchant les mots fête, îles, Antilles, Caraïbes etc dans le dictionnaire, de trouver simplement la formule classique : synonymes : voir à Malavoi, comme on donnerait l'adresse du soleil, la clef de la musique tropicale et, accessoirement, une bonne recette de jouvence à tous nos stress et spleens occidentaux.
Créé en 1970 à l'initiative d'Emmanuel (" Mano ") Césaire, compositeur et violoniste martiniquais, par ailleurs neveu du poète homonyme, le groupe Malavoi -du nom d'une variété de canne à sucre- choisit de se constituer un répertoire de morceaux du folklore tombés en désuétude depuis les années 40, qu'il va astucieusement réactualiser. En ces années où triomphent salsa, compas et musique cubaine, et où la musique antillaise se détache enfin du " doudouisme " traditionnel, ils mélangent ainsi biguine et mazurka à la charanga cubaine, au compas ou au jazz, mais aussi cuivres et violons, créant par là-même un " son " reconnaissable entre tous qui va réellement faire bouger (ô combien !) la musique des Caraïbes et leur ouvrir les portes d'une superbe carrière. Quel groupe peut se vanter d'avoir 30 ans d'âge et autant de succès ?

L'ensemble est alors constitué de quatre violonistes -l'une de ses originalités- dont Christian de Négri, le " pilier " du groupe de la section rythmique, et de plusieurs chanteurs : il aura notamment pour voix Ralph Thamar, séducteur à la voix de velours, et Maurice Marie-Louise.

A partir de 1974, le groupe réalise quatre albums et s'oriente vers la musique de bal, illustrant " un certain esprit martiniquais fait à la fois de sophistication et de simplicité, avec toujours une dose d'humour " (" La Chanson mondiale "-Larousse). Il se dote de nouveaux instruments : deux trombones et un saxophone, collaborant en 1978 avec Dédé Saint-Prix, célèbre percussionniste et flûtiste. Au début des années 80, sa direction musicale est alors assurée par Paul Rosine (pianiste, compositeur et arrangeur). En 1981, le groupe, dans sa formation initiale complétée d'un violoncelle, donne un nouvel élan et une nouvelle dimension à sa musique en s'ouvrant à un auditoire international. Il connaîtra un grand succès en 1983 avec son double album " Zouel " (1983) contenant notamment la chanson aux influences brésiliennes " Caressé moin" interprétée par la chanteuse et journaliste Marie-José Alié.

Avec le label parisien Blue Silver sur lequel sort leur album " La case à Lucie " (1987), leur renommée se confirme et Malavoi accède enfin aux grands médias métropolitains, au moment où, par ailleurs, Ralph Thamar quitte le groupe pour une carrière solo (sans changer pour autant de style), remplacé par Pipo Gertrude, tant il est vrai que ce groupe reste un vivier, un révélateur d'interprètes. A partir de là tout s'enchaîne : tournées, festivals européens, puis l'Olympia à Paris, le Zénith l'année suivante (un album " live " y est enregistré), suivis de la tournée marathon de 1988 qui mènera Malavoi de La Nouvelle Orléans au Québec en passant par l'Allemagne et 20 villes françaises. Au printemps de cette même année, Malavoi enregistre l'album " Jou Ouvé ".

1989 est l'année qui confirme la dimension internationale du groupe par la signature d'un contrat CBS/Sony/Japon concernant leurs trois derniers albums et leur nouveau disque " Souch " qui sort simultanément à Paris et au Japon. Une série de concerts fin octobre 1989 au " pays du soleil levant " y confirme la percée du groupe, et démontre que les rythmes chauds et langoureux de la Montagne Pelée n'ont décidément pas de frontières.

1992 : le groupe Malavoi fête ses 20 ans de carrière avec un nouvel album, " Matebis " (ce qui veut dire " faire l'école buissonnière "), sur lequel sont réunies les plus belles voix des Antilles : Jocelyne Béroard, Philippe Lavil, Edith Lefel, Kali, Tanya Saint-Val, Ralph Thamar, Marcé et Francisco, et celle, douce-amère, de l'haïtien Beethova Obas (" Nou pa moun "). Cet album sera le dernier de Paulo Rosine. La tragique disparition du pianiste, fauché en pleine jeunesse et au sommet de son talent par un cancer, a été douloureusement ressentie par toute la Martinique et en particulier par le groupe, sa famille de musique et d'aventures, dont il a été le leader pendant 20 ans et qui conservera toujours son " âme ", son testament musical.

Mais Malavoi tient bon la route, garde feeling et humour, s'ouvrant un peu plus aux influences cubaines et haïtiennes, et publie, à la fin de l'année 1994, " An miniman " (ce qui signifie " Avec de belles manières ") sur des compositions et des arrangements de Jean-Luc Pino (violoniste), Nicol Bernard (percussionniste), José Privat (pianiste) et des textes de Jean-Paul Soime. A la fin de cette même année, il sort même une compilation " Best of - légende volume 1 " sur le marché, reprenant la plupart de ses grands succès. L'occasion de se rappeler, en cette période de transition, que son chemin de chansons retrace plus que jamais la mémoire vivante de la Martinique des années 70 à nos jours. En juin 1996, sort enfin l'album " Shéshé " (" Chercher " en français et " Looking for " en anglais) : le groupe, sous l'influence de Jean-Paul Soime, un de ses pères fondateurs, cherche en effet une voie nouvelle après ses bouleversements internes et son " bilan de carrière " historique. Les compositions de Jean-Luc Pino et les paroles de Soime sont superbement servies par trois nouvelles voix de qualité invitées à cette occasion. A la fin de cette même année, le groupe décide de retrouver sa vocation première, c'est-à-dire la tradition martiniquaise, de progresser par un retour aux sources en quelque sorte.
Les premiers mois de 1997 sont donc consacrés à la restructuration du groupe avec un nouveau violoniste, Lino Aleman, et un alto, Catherine Baillat, qui intègrent et complètent la formation " cordes " déjà riche de Christian de Négri, Patrick hartwick et Daniel Dato.Et c'est reparti comme en 1970, " sur la route encore " ! Et tout le public de fondre et tanguer, emporté par cette musique chaude, rythmée, explosive et métissée bien avant la lettre, qui fait rimer/rythmer salsa, mazurka, jazz, biguine, valse et boléro, fusion originale et moderne qui plonge ses racines dans le souvenir antillais, dans l'histoire d'un peuple situé entre l'Afrique, la France et l'Amérique. Car, ne l'oublions pas, Malavoi incarne avant tout la tradition d'une musique issue de la rencontre de deux mondes : celui des colons planteurs de canne à sucre et celui des esclaves qui leur servaient de main d'œuvre, de cette communauté noire qui, devenue libre, s'appropria la musique des dits colons et fit sienne toutes les danses populaires du XIXème siècle pour les transformer en un rythm and blues à sa façon, version Caraïbes.

Rien d'étonnant à ce qu'en 1998, participant à la commémoration de l'abolition de l'esclavage, Malavoi enregistre l'album " Marronnage " (un nègre " marron " était un rebelle cherchant à fuir le joug du " maître "). Le groupe participe alors aux manifestations officielles organisées à Champagney, petit village de la Haute-Saône dont les habitants furent les premiers à demander à Louis-Philippe l'abolition de l'esclavage.
Fin 1998 sort une seconde compilation " Best of - légende - volume 2 ", et fin 1999, " Flech Kann " avec des compositions inédites de Nicol Bernard, José Privat, Patrick Hartwick et l'accueil d'un jeune auteur martiniquais, Bruno Lopez, qui sera chanté par Pipo Gertrude sur une de ses compositions. En attendant la suite !

Aujourd'hui enfin, après tous ces périples, succès, aventures et mésaventures, Malavoi fêtes ses 30 ans d'existence, 30 ans de vie, de route, de fêtes et de musique. Et ce n'est pas le moindre mérite du groupe de Césaire, Rosine, Négri, Soïme, Thamar et les autres que d'avoir su fédérer, par sa simplicité, sa convivialité et sa vérité, un public qui touche toutes les communautés, des lointaines îles à nos banlieues, que d'avoir su donner aux mots métissage culturel et world music leurs lettres de noblesse bien avant qu'ils fussent à la mode, que d'avoir été et de rester encore les premiers du genre, à tous les sens du mot, des pionniers. L'âme vibrante, enivrante et envoûtante de la musique antillaise d'hier à demain.



Source ajoutée par 6klôn

Tags Grand, Prix, De, La, Musique, Traditionnelle, Malavoi

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   Grand Prix de la musique traditionnelle "MALAVOI"   Imprimer cet article
 « CARNAVAL DE L'OUTRE-MER Fête antillaise avec Dédé Saint-Prix, Ralph Thamar .... » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Musiques - Artistes - DJ's: Grand Prix de la musique traditionnelle "MALAVOI"

Liens relatifs à l'article Grand Prix de la musique traditionnelle "MALAVOI"
Musiques - Artistes - DJ's: Fete de la Musique à Baie Mahault
Mode - Beauté - Santé: Beyoncé: la beauté n'a pas de prix
Musiques - Artistes - DJ's: Musique de carnaval.
Musiques - Artistes - DJ's: BOOKING ARTISTES WORLD MUSIQUE CARIBEEN
Coup de coeur: musique,musique...
Musiques - Artistes - DJ's: Toute la musique des iles
Discussion générale: et le prix du gaz??
Sorties - Evénements: MALAVOI EN CONCERT AU NEW MORNING LE 26 OCT 08
Petites annonces: Mèches brésiliennes authentiques à petits prix
Coup de gueule: fete de la musique gachée
Musiques - Artistes - DJ's: Les Prix SACEM 2005
Mode - Beauté - Santé: Kit X-tenso: ou le trouver et à quel prix???
Informatique: prix ADSL Martinique
Sorties - Evénements: Fête antillaise avec Dédé Saint-Prix, Ralph Thamar ....
Discussion générale: recherche de musique
Sorties - Evénements: PRIX REDUIT ADAPTABLE A POUR TOUT BUGJET
Musiques - Artistes - DJ's: musique
Guide touristique: ANTILLES GUADELOUPE A BAS PRIX
Coup de gueule: les prix injustes des forfaits adsl des dom-tom
Petites annonces: Musique religieuses antillaises
Videos streaming: Grand Prix de la musique traditionnelle "MALAVOI"
Musiques - Artistes - DJ's: Grand Prix de la musique traditionnelle "MALAVOI"


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives