Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


LA POLICE "AU PAYS DES DROITS DE L'HOMME"

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Rubrique Actualités: LA POLICE "AU PAYS DES DROITS DE L'HOMME" La date/heure actuelle est 17 Oct 2019 22:11 
Annonces LA POLICE "AU PAYS DES DROITS DE L'HOMME" Annonces
   Article posté par Madras le 08 Juin 2005 à 13:48  S'abonner au Flux Rss Actualités: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

Communiqué de presse du comité de défense des
descendants d'Afrique à travers le monde.

Nous vous informons que la nuit du vendredi au samedi 27 mai Mbegane NDOUR (initiateur et producteur du projet culturel panafricain AFRICAN CONSCIENCES, ancien membre du groupe DJOLOFF), Reggon (rappeur du groupe CODE NOIR), Jordan (auteur du documentaire La communauté noire en France) et Medhi (président de l'association PRESENCE NOIRE) ont subi diverses agressions de la part de la police nationale française.
Après une séance de travail Reggon, Jordan et Mbegane décident de poursuivre leur entrevue en profitant du beau temps cela les conduit sur un banc dans le parc de Châtelet. Vers 21h30 une voix les interpelle de dos de manière agressive "eh asseyez vous correctement", ils se retournent et voient que c'est une patrouille de police qui passait. "Bonjour Monsieur, asseyez vous correctement ce serait beaucoup mieux" leur dit Mbégane. La patrouille de police s'approche et le même policier vocifère "vous le prenez sur ce ton, on va vérifier et fouillez tout ça". Après un contrôle "en bon et dû forme"accompagné de quelques remarques et observations racistes et une amende pour outrages injurieux voila que les policiers leur rendent leurs papiers au même moment où Medhi rejoint le groupe. Une policière qui été particulièrement agressive lors du contrôle leur dit "Au revoir messieurs", après quelques pas, elle se retourne et avec une bombe lacrymogène dans la main leur dit " un peu de parfum pour la route ça ne vous fera pas de mal". Et voilà qu'elle les pulvérise de gaz lacrymogène. Entre deux toussotements le groupe demande des explications. Pour toutes réponses "Dégagez, de l'air". Sous l'effet du gaz, Jordan crache par terre se qui déclencha chez un des policiers une réaction stupide et imbécile. "Un crachat ça mérite une amende?" demande t-il à ses collègues qui esquissent. Là, la patrouille redemande à Jordan de présenter ses papiers ce qu'il avait déjà fait quelques minutes auparavant. Jordan refuse et demande à présenter ses papiers au poste devant un officier qui au moins lui expliquerait pourquoi il s'est pris du gaz lacrymogène. L'un des policiers s'avance et le bouscule violemment. Reggon et Mbegane s'interposent alors entre Jordan et le policier. Voilà que Jordan, reggon, Mehdi et Mbegane se trouvent entourés d'une vingtaine de policiers. Suite à ces faits, ils menottent Jordan et décident de l'amener au poste. Entre temps Medhi se trouve entouré d'une dizaine de policiers qui lui sautent dessus. La tête de Medhi heurte le sol. Il perd connaissance. Un des policiers juge néanmoins nécessaire de mettre son genoux sur sa tête pendant que Medhi gisait par terre. Ils le menottent et le portent en position ventrale jusqu'au poste de police.
C'est ainsi que Jordan et Medhi se retrouveront vers 22h30 au poste de police de la rue Lescot à Paris.

Pour l'honneur et la dignité humaine nous ne vous détaillerons pas dans ce communiqué ce qu'ils leur ont fait subir à l'intérieur du poste de police. Juste vous dire qu'ils avaient les mains menottées derrière leur dos et que les policiers se sont réellement défoulés sur eux à tour de rôle .
Reggon et Mbegane décident de rester devant le poste de police pour demander régulièrement des nouvelles de Medhi et Jordan. Finalement, vers 1h20, Jordan sort du poste de police avec le visage complètement enflé. Mbegane et Reggon s'avancent et lui demandent ce qui s'était passé à l'intérieur. Après les explications de Jordan, Mbegane part révolté vers le poste de police. A sa vue trois policiers sortent devant la porte, Mbegane leur demande des nouvelles de Medhi pour s'assurer qu'ils ne lui font pas subir le même traitement que Jordan. Pour toute réponse un des policiers fait demi-tour et revient avec une bombe de gel lacrymogène et lui rétorque "si à trois tu ne bouges pas je te le balance sur la gueule: un, deux, trois" et il tire à bout portant du gel lacrymogène sur le visage de Mbegane. Reggon et Jordan portent secours à Mbegane pendant que les policiers referment la porte derrière eux. Après un peu d' eau sur le visage, Mbegane décide de retourner au poste pour parler au chef à sa vue, le chef de poste s'avance, et Mbegane lui demande s'il a été témoin de ce qui venait de se passer. Il répond affirmativement. Mbegane lui dit qu'il souhaite porter plainte contre le policier auteur de l'agression et lui demande de lui indiquer la procédure à suivre.

Après les indications du chef de poste Mbegane, jordan et Reggon se rendent aux urgences pour faire constater et soigner leurs blessures. A peine arrivés aux urgences, un fourgon de la police amène Medhi, dans un état alarmant, entouré de policiers. Jordan essaye de lui parler mais les policiers s'interposent de manière agressive.

Vers 7h00 du matin, après les urgences, Reggon, Jordan et Mbegane décident de retourner au poste de la rue Lescot pour attendre la sortie de Medhi devant le poste de police. Les policiers sortent du poste de police et vont à leur rencontre et les provoquer à nouveau. Plus tard un policier consent à dire que Medhi sera présenté à un juge pour rébellion.
Vers 14h30 Medhi est libéré dans un état alarmant.

Nous tenions à vous informer de ces différents évènements qui "au pays des Droits de l'Homme" deviennent des faits quotidiens, fréquents et banalisés. Nous sommes allés à la rencontre de Medhi, Mbegane, Jordan et Reggon pour qu'ils nous fassent part de leurs sentiments face à ces injustices.

"Pour moi, la police est le plus grand gang organisé, protégé et financé par l'Etat. Avec à sa tête un homme peu courageux qui se plaît à jouer les cow-boys devant les média." nous a dit Mbegane. Il ajoute "Nul n'est à l'abri surtout quand on est noir en France. Faut-il attendre qu'une de nos sœurs ou de nos filles soit battue et/ou violée par la police ou qu'un de nos enfants soit tué par l'un d'entre eux pour que nous réagissions? Je ne peux m'empêcher de repenser au cas du jeune Ibrahim, enfant de sept ans tué d'une balle soit disant perdue de l'arme d'un policier. Comment les média et tout "le pays des Droits de l'Homme" ont pu passer sous silence cette acte ignoble. Alors que pour d'autres peuples dès lors qu'on simule une agression la République toute entière se mobilise. A croire qu'il y a des peuples dont la souffrance doit être banale, voire normale et ne mérite qu'indifférence et mépris."

Malheureusement ces actes ne sont pas isolés. De plus en plus ils se répètent et se multiplient "au pays des Droits de l'Homme". Leurs auteurs sont nullement inquiétés par la justice car les services de contrôle de la police sont internes à la police. Impunité assurée!

"A ce niveau c'est du foutage de gueule. Tout le monde sait que la police est infiltrée par des groupes radicaux et extrémistes qui contrôlent pas mal de syndicats de police. Les sondages et l'expérience du terrain nous montrent qu'au moins 60% des policiers se disent racistes et n'aiment pas les nègres et les bougnoules." Ajoute Mbegane.

Alors certaines questions se posent à savoir qui nous protége de la police, de ses violences et de ses crimes.

"Il faut savoir que la police est le bout de chaîne d'un système très répressif et qui se doit de bien dresser ses nègres car cette République esclavagiste et colonialiste aime les nègres bien dressés et qui se tiennent tranquilles. En observant ce système on peut l'identifier à une plantation." Nous fait remarquer Medhi.
Jordan explique à ce propos que pour ce qui est de la protection il faut que des comités de défense s'organisent dans les quartiers avec, pour chaque comité, un avocat, un médecin et des gens qui se déplacent sur le terrain, sur les lieux où se passent les bavures. Selon lui, il est clair que l'Etat ne fera rien, d'autant plus qu' on approche des échéances électorales ils vont donc attiser la peur et rassurer les bonnes populations blanches du centre ville en leur disant de ne pas s'inquiéter "les nègres et les bougnoules sont bien tenus en laisse sinon, comme dirait l'autre, c'est la case prison" ajoute Jordan.

Le peuple noir, avec le traumatisme historique qu'il a subi, n'a plus le sens de l'organisation. Tous ses réflexes ne sont que des réflexes de survie en milieux hostiles. Nous attendons tout du maître ou d'un leader à la fois sauveur et porteur de tous nos maux. Pour ce qui est des initiatives collectives il n'y a presque rien. Que des embryons et des groupuscules souvent très mal organisés car le noir a faim et se dit souvent "le malheur c'est pour les autres. Si je me tiens tranquille et que je me planque bien il y a des chances qu'il ne m'arrive rien". Cette attitude est suicidaire car encore une fois même en marchant ou en étant assis tranquillement sur un banc comme Medhi, Jordan, Reggon et Mbegane on peut être victime de brutalités, de violences et d'humiliations policières.


"Il est nécessaire de nous organiser car ce pays va devenir de plus en plus raciste et ségrégationnistes, de plus en plus isolé à travers le monde donc resserré sur des valeurs conservatrices et rétrogrades. Et devant cet état de fait on sait que c'est toujours les mêmes qui payent l'addition c'est à dire nous" analyse le rappeur Reggon.

Il est donc nécessaire de bâtir des remparts et des barrières entre nous et ces agressions . Ils nous faut apprendre à protéger nos enfants, nos femmes de leurs férocités. Nous devons également défendre nos valeureux soldats qui sont souvent listés et donc visés en première ligne de front pour subir leurs dressages sauvages et être matés.
Il faut qu'émergent et rayonnent des lumières et des lanternes qui guider notre peuple vers la liberté et l'émancipation totale.

Encore une fois, aucun noir n'est à l'abri des brutalités policières "au pays des Droits de l'Homme". Pour terminer nous citerons la conclusion de Mbegane "nous attendrons calmement que la justice de l'homme blanc s'exprime sur cette affaire, et si cela s'avère nécessaire la justice des Jambar africains grondera."

Paris le 7 juin 2005

*Jambar = guerrier samouraï africain
Pour toutes informations supplémentaires ou vos messages de soutien
Jambar Records
Tel:(33)-06-24-69-45-89
Email: records_jambar@yahoo.fr

Tags La, Police, Au, Pays, Des, Droits, De, L'homme

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   LA POLICE "AU PAYS DES DROITS DE L'HOMME"   Imprimer cet article
 « Observatoire des Peuples sans Frontières 24/ 06 Sea, Sound and Sun au Vinyl » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Actualités: LA POLICE "AU PAYS DES DROITS DE L'HOMME"

Liens relatifs à l'article LA POLICE "AU PAYS DES DROITS DE L'HOMME"
Discussion générale: Saartjie au pays des droits de l'homme
Actualités: 11 pays européens veulent interdire les cultures OGM
Actualités: Suisse : canular raciste de la police
Au coeur des Dom-Tom: retour douloureux au pays natal
Discussion générale: Connaissez vous vos droits ?
Guide touristique: une question sur le pays : la guadeloupe
Discussion générale: discussion pour ceux qui veulent rentrer au pays
Sorties - Evénements: TNT de retour du pays des esprits
Petites annonces: recherche un enregistrement du film les enfants du pays perd
Musiques - Artistes - DJ's: Mon pays, nouveau single
Actualités: Droits des beaux-parents
Guide touristique: AU PAYS DE MARRAKECH
Petites annonces: RECHERCHE ANTILLAIS AUX PAYS BAS
Coup de gueule: Abus de pouvoir de la Police Nationale FDF!!!
Guide touristique: DES ANTILLAIS AUX PAYS-BAS?
Au coeur des Dom-Tom: Monter son entreprise au Pays
Actualités: Ibo Simon déchu de ses droits civiques
Discussion générale: Espagne : pays de racistes?
Informatique: Police de caractère
Actualités: La terre a tremblé au pays!!!
Videos streaming: LA POLICE "AU PAYS DES DROITS DE L'HOMME"
Actualités: LA POLICE "AU PAYS DES DROITS DE L'HOMME"


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives