Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


témoignages sur l'émigration

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Discussion générale: témoignages sur l'émigration La date/heure actuelle est 16 Oct 2018 05:37 
Annonces témoignages sur l'émigration Annonces
   Article posté par chadeque le 10 Mai 2006 à 14:48  S'abonner au Flux Rss Discussion générale: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

Quand en cours on a abordé le thème des flux migratoires et que j'ai demandé aux étudiants de raconter une histoire personnelle sur l'émigration, je me doutais qu'ils auraient des choses intéressantes à dire mais j'ai été vraiment surprise. Ces témoignages m'ont beaucoup remuée parce que chaque histoire est bouleversante. Je vous les transmets tout en m'interrogeant, quel est ce monde dans lequel on vit qui poussent des milliers d'Hommes et de Femmes de différents pays à tout tenter pour quitter leur pays pour se retrouver "lòt bò" le plus souvent dans des conditions misérables.
Bonne lecture

Citation:

Ci-dessous les textes d’étudiants de 1ère année en administration sur le thème « racontez une histoire personnelle sur l’émigration »

« Le rêve de tous les habitants de la planète, c’est d’aller vivre aux USA. Même les riches ont ce rêve. Chez nous en Haïti, c’est pareil. Tout le monde veut laisser ce pays de misère pour les USA. Je ne me rappelle pas l’année mais c’est entre 2003 et 2004, deux amis de ma famille ont tenté de laisser le pays comme tant d’autres. Tout était arrangé et le temps de partir est proche. Ils ont pris un boat people appelé chez nous « kanntè ». ils sont partis avec une centaine d’autres sur le kanntè. Malheureusement, c’était pas le bon jour. Le boat people a fait naufrage. Les corps se sont dispersés sur les côtes de la ville du Cap. Les gens ont accouru pour vérifier s’ils n’ont pas des proches parmi les morts. On a retrouvé un, mais l’autre ami, on n’a pas vu le corps depuis. »

« C’est une histoire qui est basée sur l’émigration d’une femme qui est partie pour les Etats-Unis en 2005. elle voulait voyager, elle a investi 20 000 dollars haïtiens au comptant au passeur, puis elle a conclu. En arrivant en mer, le passeur a dit qu’il ne peut pas entrer tout de suite aux Etats-Unis, il les a amené à Nassau. Deux mois plus tard, elle a investi 20 000 dollars haïtiens pour son mari et tous les deux vivaient à Nassau pour deux mois après ces deux mois, le passeur est venu les chercher pour les USA. Au cours du deuxième voyage, les garde-côtes américains les ont arrêtés et les ont mis en prison à Miami. 15 jours plus tard, ils les ont embarqué dans un bâtiment et sont retournés dans leur pays. »

« Un jeune homme qui voulait quitter son pays pour se rendre aux Etats-Unis, arrivé dans le pays, malgré la date d’expiration de son visa, il ne voulait plus retourner en Haïti. Malheureusement, un soir en sortant d’une petite fête, la police circulait, il fut arrêter et conduit en prison. Il est menacé d’être déporté parce qu’il n’est pas en règle avec l’immigration. Il est bon d’émigrer pour enrichir sa connaissance et retourner vivre dans son pays parce qu’il a besoin de nous. »

« Beaucoup d’Haïtiens veulent partir soit par voie légale soit illégale afin de quitter Haïti pour cause économique. Tel est le cas de mon cousin germain Mickely. Ce type est l’aîné de sa famille, il a 7 sœurs et 2 frères, ils sont tous orphelins, ils vivent avec leur grand-mère. Un matin, deux hommes arrivaient dans la localité, un quartier de Fort Liberté qu’on nomme Fort Saint Joseph. Ces hommes disent qu’ils ont besoin d’environ 500 personnes pour déposer à Nassau Bahamas dans un bateau à voile qu’on appelle Kanntè. Le prix du départ se fixe à 1500 dollars haïtiens. La grand-mère a vendu la moitié de ce qu’elle possède, elle a aussi fait des prêts pour trouver de l’argent afin d’envoyer Mickely à Nassau pour pouvoir l’aider avec les autres plus petits. Après toutes ces exigences, on finit par apprendre que ces gens étaient des menteurs, ils sont partis avec tout l’argent qu’ils ont reçu, personne ne peut même pas imaginer d’où ils venaient et où ils sont partis. Et voilà, Mickely, la gand-mère et les autres enfants sont tous dans la misère. »

« Au mois de décembre 2003 tout près de chez moi pour des raisons économiques une dame à laisser le pays dans un voyage organisé par un bateau pour se rendre à Nassau. Après quelques mois de son arrivée, elle pense qu’elle peut faire n’importe quoi à travers les rues. Par malchance un jour en sortant dans la rue un policier l’a arrêté et l’a questionnée, il trouve qu’elle est illégale dans le pays. On la conduit en prison et passe plus d’un mois et on la retourne dans son pays natal. Cette dame raconte en disant que partir en bateau c’est vraiment dur mais elle pense y retourner parce que là bas on trouve facilement du travail pour nourrir le foyer et trouver de quoi vivre »

« L’émigration se définit comme étant une rentrée massive dans un territoire donné. C’est pour moi un moment précis de raconter un petit fait ou du moins une petite histoire qui a rapport avec l’émigration. Il y avait un personnage appelé « Gelin » qui venait de Port au Prince, il venait également faire la descente chez moi, il avait rendez-vous avec un armateur de bâtiment sous prétexte d’aller à Nassau, cela a été réellement fait, c’est à dire, il arrivait quand même au territoire où il voulait s’établir. Donc, il passait quelques 8 mois à Nassau, après cela, les chefs de migration l’ont trouvé et ils l’ont fait retourner en Haïti. Enfin, ce que je pouvais dire à son propos, si ce personnage avait organisé son voyage légalement, les autorités n’auraient aucune raison de le faire retourner chez lui. »

« c’est un fait réel et ça parle d’un monsieur qui était très influent dans la ville du Cap Haïtien. Il était propriétaire et directeur d’un établissement dans la ville, il était aussi le Délégué du Cap (préfet). Voilà, il s’est laissé emporter par la politique mais il a oublié qu’il a un titre à défendre. Son pouvoir est déchu il est bien obligé de quitter son pays pour aller aux Etats-Unis. Toutes les richesses du savoir qu’il avait ne lui servent à rien. Il est obligé de vivre avec la peur qu’il possède et ne peut pas non plus retourner dans son pays natal parce qu’il n’a pas les papiers lui permettant de circuler. »

« J’ai un cousin qui laisse le pays depuis qu’il est en seconde en 2002 pour se rendre aux Bahamas à cause des difficultés qu’il rencontre. Il est obligé de laisser ses études classiques pour se rendre aux Bahamas. Il a passé 3 ans six mois aux Bahamas, il trouve que les Bahamas c’est trop dur pour les jeunes de son age, il veut se rendre à Miami à la recherche d’une vie meilleure. Il paie un boat 3 500 $ américains pour se rendre à Miami lorsqu’il arrive à Miami, l’immigration pose la main sur lui, il passe six mois en prison. Il pense qu’il devrait être libéré à cause de tous ces mois qu’il a passés en prison. L’immigration l’a déporté et retourné dans son pays natal. »

« Un jeune homme qui voulait immigrer aux Etats-Unis d’Amérique influencé par les rap stars faisait des tatouages partout sur le corps et maintenant ses parents se battent du bec et des ongles pour qu’on le laisse rentrer. Et les autorités des USA leur déclarent qu’il ne pourra jamais enter parce qu’ils ont de mauvais souvenirs des autres jeunes qui l’ont précédé. C’est ainsi que ce type n’arrive pas à immigrer aux USA. »

« J’avais un ami qui à cause des bouleversements qu’il y avait l’année dernière dans le pays a décidé de laisser le pays pour se réfugier en République Dominicaine à Santo Domingo. Depuis bien des années, il avait cette idée mais le moment n’était pas encore arrivé. Il me dit souvent qu’en Haïti, il n’y a pas de travail, je lui ai dit qu’il y en a ce sont nos dirigeants qu’il l’ont mal organisé. Il me répétait souvent que dans ce pays ce n’est pas nécessaire d’aller à l’école parce qu’après avoir bouclé le cycle secondaire, c’est difficile d’être universitaire et pour ne pas dire de trouver un emploi. En 2004, il s’est marié et il se jette à corps perdu dans la politique. Grâce à cela, il a pu trouver un moyen de subsister c’est à dire un moyen pour se nourrir, sa famille et lui. En 2005, pour des causes personnelles en politique, les chimères l’obligent à laisser le pays, on l’a accusé de vol d’armes. Il avait déjà l’envie de partir et voici venir le moment, il se retire silencieusement. Et le mois dernier, il m’a appelé pour me dire comment il mène une bonne vie là-bas. Il trouve un emploi et il est capable de supporter sa famille et ses enfants. Ensuite, je lui ai dit qu’il faudra revenir parce que notre pays il ne faut pas le mépriser. »

« J’aimerais vous parler un peu d’une personne que je connais dans mon quartier, cela fait environ plus de deux ans, il vit bien en Haïti mais sa décision c’est de partir, quitter Haïti pour aller vivre aux Etats-Unis, vraiment il est parti, il pense que arrivé aux Etats-Unis cela va un peu plus pour lui. Hélas, ce monsieur n’a pas fait une classe avancée, c’est le chômage qu’il trouve, tandis qu’il laisse 6 enfants dans les bras de sa femme, l’école pour payer, la nourriture, les vêtements ect… Or pendant que ce monsieur est à l’étranger, il a un accident, il a perdu un bras, une jambe, il est obligé de retourner en Haïti. Ca veut dire laisser le pays pour aller vivre dans un autre ça ne veut pas dire que tout est fini ou bien que la vie sera plus belle pour vous au contraire pour moi ça dépend de votre capacité en plus de votre niveau de base. »

« Il était une fois un gars qui voulait quitter Haïti pour aller aux Etats-Unis mais ses parents n’avaient pas assez de moyens pour l’envoyer et il avait déjà terminé ses études classiques. Il ne fait rien, la solution pour lui c’est de quitter Haïti, une fois il dit à ses parents qu’il ne veut plus rester en Haïti, leur dit de faire tout ce qu’ils peuvent pour l’envoyer aux Etats-Unis. Ses parents lui répondent « tu vois très bien que nous n’avons pas de moyens pour t’envoyer à l’étranger, pourquoi tu nous fais cette demande ? » Il ne dit rien, le lendemain, il prend une corde et va dans un lieu où il n’y a personne. Il passe la corde à son cou et monte sur un arbre pour se suicider, bien heureusement, il y avait un homme qui passait là et l’a vu pendu sur l’arbre, il monte le chercher et le ramène chez ses parents. Après ses parents vendent tout ce qu’ils ont et l’envoie aux Etats-Unis. »

« J’ai un ami qui s’appelle Stanley Augustin, il a terminé ses études classiques et décide de ne pas aller à l’université. Son rêve c’est d’aller aux Etats-Unis qu’il considère comme le paradis terrestre qu peut le rendre heureux durant toute sa vie. Pour lui Haïti est un mauvais ou le pire pays où règne la misère, l’insécurité, le vol, le kidnapping ect. Mais il avait toujours la pleine confiance qu’il se rendrait aux Etats-Unis tôt ou tard parce que presque tous les membres de sa famille s’y trouvent. Voilà en janvier 2006 il a reçu un message qui lui fait chaud au cœur, c’est de préparer ses bagages pour se rendre là-bas par avion et on a déjà investi le montant. Le départ est fixé pour le 10 janvier et dans la nuit du 9 il n’a jamais fermé les yeux, il attend un jour tant espéré, il a annoncé à tous ses amis particulièrement et le vol c’est à 10h AM. Nous l’accompagnons pour l’emmener à l’aéroport, Stanley dit au revoir à ce pays d’enfer et s’envole. Maintenant quand il est arrivé en terre promise (Miami), les policiers l’arrêtent et lui demandent ce qu’il vient chercher ici. Il répond qu’il y a un problème avec le gouvernement haïtien et il demande l’asile politique, on l’a enfermé dans une prison et lui demande de présenter ses lettres pour vérifier. En appelant en Haïti, il explique tout cela et on prend un avocat pour faire les papiers et l’autre bord en parlant de Miami on prend pour lui des avocats. Il a passé à peu près un mois en prison après il est libéré avec un papier avec lequel il pourra circuler partout et en même temps travailler. Mais il a quand même réussi ce voyage, son rêve s’est réalisé. »

« Le flux migratoire par définition est un mouvement d’une population qui peut être divisé en émigration et immigration. Pour moi particulièrement je n’ai aucune idée de quitter mon pays pour aller vivre ailleurs, la raison de cela, on est mieux chez soi. J’ai des exemples avec la République Dominicaine vis à vis des Haïtiens, ils les maltraitent, ils les tuent, les Haïtiens n’ont plus de justice. En suite à Provo, on ne veut plus recevoir les Haïtiens, quelques fois on les met dans un avion et on les renvoie en Haïti même ceux qui ont le papier de terre, même dans les grands pays, les Blancs sont racistes, ils n’aiment pas se frotter aux Noirs en pensant qu’ils sont supérieurs aux Noirs donc ils se trompent vraiment et se trompent encore. Enfin pour moi je peux visiter un pays ou le monde entier pour découvrir de nouveaux horizons, toutefois si je meurs je mourrai dans mon pays. »

« J’ai un frère, il s’appelle Evens, il vit à l’étranger depuis 7 ans. Il a toujours rêvé de quitter le pays avant ou après ses études, il était en seconde au collège Notre Dame. Un beau jour, il venait de l’école vers les 4 heures de l’après midi, il a dit qu’il allait étudier et il est parti. Vers les 10 heures du soir, on le cherchait partout, on ne le voyait pas, on demande à ses camarades, au commissariat, nous avons téléphoné aux parents qui sont à l’étranger aussi on leur a donné la nouvelle, pour nous c’est une disparition après deux ou trois jours on ne le voit toujours pas. Il a pris un bateau pour se rendre à Miami, nos parents nous ont téléphoné pour annoncer la nouvelle de ce qu’il avait fait. »

« L’histoire de mon ami Stanley qui décide de quitter son pays Haïti pour aller aux Etats-Unis. En voici les détails. Le jeune homme avait bien des richesses dans son pays puisque après avoir perdu son père et étant son unique fils, il lui a laissé beaucoup de biens. Il avait deux enfants, une fille un garçon, tous deux allaient à l’école car ils avaient l’age. Stanley se contente des biens que son père lui a laissés donc il ne travaille pas mais à de quoi nourrir toute la famille. Soudainement une idée lui parvint en tête, celle de quitter le pays pour se rendre aux Etats-Unis, il pense pouvoir vivre mieux. Il se rend à l’ambassade des Etats-Unis pour demander un visa, on lui a refusé. Et puisque c’est ainsi, il décide de le faire illégalement soit payer un bateau. Il a vendu toutes les terres que son père lui a laissées, des maisons ect. Il a négocié avec le propriétaire d’un bateau et l’affaire est faite. 15 jours plus tard il arrive aux Etats-Unis, ne pouvant circuler dans la ville où il est pour aller chercher à manger, ne connaissant personne dans le quartier, la vie lui est devenue plus difficile qu’il le pensait. Il est sorti et on l’a capturé et renvoyé en Haïti. Revenant en Haïti, ayant vu le mauvais état de ses enfants et de sa femme, ne pouvant pas leur donner des soins, n’ayant plus de terres, de voiture, de moyens pour la scolarité des enfants il s’est tué. »

« Il y a une de mes voisines qui voulait quitter le pays parce que selon elle en terre étrangère on trouve l’argent sans effort, très facilement. Et un beau jour, elle s’est décidée à aller voir un passeur. Ils ont négocié sur le prix et tout le reste y compris le logement quand elle sera là-bas, un faux passeport, une nouvelle identité ect. Le passeur lui a indiqué le jour et l’heure du vol qui l’emmènera dans cette terre étrangère. Le jour étant arrivé, elle s’est rendue comme convenu à l’aéroport pour le départ. Arrivé à l’aéroport elle demande à voir le passeur. C’est à ce moment précis qu’elle a su que c’était un faux passeur. Elle a perdu l’argent puisqu’elle n’a pas revu le passeur. Elle a beaucoup pleuré et enfin s’est consolée. »

« J’ai mon cousin qui est parti pour les Etats-Unis il y a un mois de cela avec un visa qu’on lui avait donné pour cinq ans soit en 2003, il a passé 16 mois là-bas puis il est retourné en Haïti pour un an. Maintenant arrivé aux Etats-Unis, le service d’immigration n’accepte pas son entrée parce qu’on dit qu’il ne peut pas faire plus de six mois aux Etats-Unis avec un visa de tourisme ; parce qu’il est mineur on ne l’a pas mis en prison mais on le retient dans une maison de détention où on rencontre ce genre de cas jusqu’à ce qu’il trouve une personne pour signer pour lui. »


Tags Temoignages, Sur, L'emigration

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   témoignages sur l'émigration   Imprimer cet article
 « Noirs de France, l'avez-vous lu, qu'en pensez-vous? Mariage et baptême en Guadeloupe et Martinique » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Discussion générale: témoignages sur l'émigration

Liens relatifs à l'article témoignages sur l'émigration
Discussion générale: documentaire recherche témoignages
Petites annonces: Recherche de témoignages / Emigration des jeunes des DOM
Guide touristique: Recherche témoignages pour sujet RFO
Discussion générale: recherches des témoignages sur le BUMIDOM
Discussion générale: Bjr je recherche des témoignages d'élèves de I2M sup de Co 971 (lic)
Discussion générale: [Témoignages]Premier face à face avec la mort
Au coeur des Dom-Tom: Témoignages et Souvenirs des aînés...
Mode - Beauté - Santé: [drépanocytose] témoignages....
Videos streaming: témoignages sur l'émigration
Discussion générale: témoignages sur l'émigration


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2018
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives