Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


Jacques Schwarz-Bart

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Rubrique Musique: Jacques Schwarz-Bart La date/heure actuelle est 18 Sep 2019 19:50 
Annonces Jacques Schwarz-Bart Annonces
   Article posté par Manooj le 23 Août 2006 à 21:38  S'abonner au Flux Rss Musiques - Artistes - DJ's: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    



L’affaire est dans le sax

Jacques Schwarz-Bart est saxophoniste. Ce surdoué au style très personnel mêle jazz afro-américain et sons traditionnels créoles.
En 1986, l’assistant du sénateur de Pointe-à-Pitre est un brillant jeune homme, frais émoulu de Sciences-Po, né d’un père juif de Metz dont les parents sont morts à Auschwitz et d’une mère noire guadeloupéenne. Mais Jacques Schwarz-Bart, élevé entre Paris, la Guadeloupe et Lausanne, ne se voit pas passer sa vie dans l’administration. Le jazz est sa passion. Avec la même volonté qui lui a fait réussir ses études, il décide donc, à 24 ans, de devenir " le meilleur saxophoniste ténor du monde "… Son modèle est Sonny Rollins, jazzman hors norme aux calypsos exubérants. Des heures durant, il travaille l’instrument roi, en autodidacte. Et insuffle instinctivement dans son jeu de saxophone les quatre dimensions du gwoka apprises dans son enfance.

" A 4 ans, on m’a offert un tambour gwoka, se souvient-il, à l’heure où paraît son premier et remarquable album. J’ai été initié par un maître de cette musique de la voix et des rythmes, au nombre de sept, avec chacun leurs variantes, leurs secrets, leurs complexités. "

A la même époque, le père de Jacques passait trois disques en boucle: le Concerto pour violon en ré majeur de Beethoven par David Oistrakh, The Good Book, de Louis Armstrong, Mingus Ah Um, de Charles Mingus. Trois enregistrements qui ont profondément nourri le petit Schwarz-Bart, patronyme déjà connu qui va certainement le devenir plus encore. André Schwarz-Bart, le père, a reçu en 1959 le prix Goncourt pour un roman foudroyant, "Le Dernier des Justes", qui a révélé à une génération ignorante le génocide des juifs. Ancien résistant, ouvrier d’usine devenu écrivain, c’est un homme secret, austère, intransigeant, qui a épousé, à Paris, Simone, avec qui il a écrit à quatre mains "Un plat de porc aux bananes vertes". Elle deviendra une grande romancière de la Caraïbe.

Fort d’une telle ascendance, Jacques Schwarz-Bart ne peut que prendre la création artistique au sérieux, célébrant la vie dans sa diversité, ses couleurs, ses saveurs infinies. Après trois ans de travail acharné, il maîtrise suffisamment le saxophone pour être reçu, avec une bourse, au sélectif Berklee College of Music de Boston qui forme les générations nouvelles de jazzmen (Gary Burton, John Scofield, Branford Marsalis, Diana Krall...). Ses professeurs sont de gros calibres du ténor, Billy Pierce, George Garzone, Jerry Bergonzi. Jacques travaille son instrument (auquel il ajoute le soprano et la flûte) dix heures par jour, suit des cours de musicologie, de théorie, d’écriture. Le soir, il joue avec des groupes formés d’étudiants de Berklee.

En quatre ans, l’élève est devenu une vedette locale du sax ténor. Il aurait pu rester à Boston et jouer du hard bop, le style en vogue. Mais Jacques Schwarz-Bart est un samouraï du jazz : un adepte des arts martiaux, intellectuel dans sa réflexion sur l’art, physique dans sa musique et passionnément concentré sur ses buts de vie. Il lui fallait passer au niveau supérieur : New York. Là où tout musicien doit faire ses preuves, quitte à crever la dalle dans la ville la plus compétitive du monde. Mais Jacques se sent prêt. Musicalement, mentalement. Pour qui ne veut pas " payer ses dettes " dans les petits clubs et les bar-mitsva, le raccourci consiste à miser sur un coup de poker. La quarantaine approchant, c’est maintenant ou jamais. Un soir, au Bradley’s, club très couru de Greenwich Village, jouent Chucho Valdés, le pianiste cubain, Roy Hargrove, nouvelle star de la trompette, et Randy Brecker. Jacques ose alors ce qui ne se fait plus : il monte sur l’estrade. Chacun des musiciens est persuadé que l’un des autres l’y a invité. En une dizaine de chorus, le culotté surdoué met la scène comme la salle dans sa poche : les musiciens, des producteurs, des critiques.


Richard Bona & Jacques Schwarz-Bart en 2002 à LaKasa - Guadeloupe

On raconte que des candidats toreros se jetaient dans l’arène devant la foule, bravant la mort dans l’espoir d’une reconnaissance instantanée. Ce soir-là, Jacques Schwarz-Bart a joué beaucoup plus qu’à quitte ou double. Quitte ? Le ridicule, la mort professionnelle. Double ? Des sourires amicaux, l’échange de numéros de téléphone, puis l’attente. Dix jours plus tard, Roy Hargrove l’appelle pour remplacer le sax ténor David Sanchez dans son groupe... pour trois dates. Ce sera son vrai point de départ. Quand le même Hargrove monte Crisol, projet de latin jazz, il engage celui que le chanteur de soul-rap D’Angelo a entre-temps surnommé Brother Jacques. Mais ce frère Jacques-là ne dort pas, il combat. Il se frotte aux musiciens les plus actifs de Brooklyn, ces Jean-Michel Pilc, Ari Hoenig ou François Moutin qui sont en train de changer la scène new-yorkaise. Comme eux, il vit sur le fil du rasoir. Que Me’shell NdegéOcello ou Erykah Badu l’engagent pour une tournée ne suffit pas à le tirer d’affaire. En jazz, on n’est jamais tiré d’affaire.


Roy Hargrove & Jacques Schwarz-Bart

Surtout, Brother Jacques ne perd pas de vue sa mission : publier un disque de sa musique, mariage du gwoka de la Guadeloupe et du jazz afro-américain, composée par lui et pensée comme un concept. Il en parle comme un professeur d’ethnomusicologie, intarissable, soulignant l’origine commune, africaine, des deux musiques qui un temps n’en firent qu’une : la bamboula. " Le gwoka m’est apparu comme l’interlocuteur parfait pour le jazz, lui-même multidimensionnel. Je lui ai insufflé de la soul et du funk parce que mon parcours reflète un amour pour toutes les musiques noires américaines. Le gwoka est une barrique tendue d’une peau de chèvre. Joué avec la main, l’endroit et la force de la frappe donnent le son, du très grave au plus aigu. Le ka est aussi un des langages rythmiques les plus complets de la Caraïbe. On a des rythmes très lents et langoureux, des rythmes extrêmement guerriers, le mendé ou le toumbak, des rythmes de tempo moyen comme le graje et des rythmes ternaires comme le woulé ou le pandjabel. La troisième dimension du gwoka est contenue dans le répertoire traditionnel des chansons, des mélodies développées avec des pentatoniques, des intervalles de seconde majeure et de quarte et des petits phrasés entendus nulle part ailleurs. Enfin, le gwoka exprime l’inconscient collectif créole. Les paroles relatent l’esclavage, les croyances ou des revendications sociales récentes. "



Pour l’album Soné Ka-La, l’exigeant Jacques Schwarz-Bart a fait appel aux meilleurs percussionnistes de la tradition gwoka, à un guitariste béninois, Lionel Loueké, à un jeune pianiste croate de New York, Milan Mihaljovic, et à une très grande voix de la Guadeloupe, Jean-Pierre Coquerel. " Mon style de saxophone est fondé sur le phrasé hard bop mais je me sers parfois d’une wah-wah et d’un harmonizer qui modifient le son du ténor. Il n’y a pas d’autre nom pour ma musique que celui de gwoka jazz. Personne ne l’a jouée avant moi. " Inutile de souhaiter bon vent à Brother Jacques, il nous pousse déjà dans les voiles. Sa mère a écrit et enregistré le poème pour le morceau final, Léwoz, merveilleusement chaloupé. Quant à son père, il lui a dit, sobrement, après l’écoute du disque : " Je n’en attendais pas moins de toi. "
Michel Contat

A écouter:
Soné Ka-La, 1 CD Verve/Universal, ffff.

A voir:
Festival Jazz à la Villette, Cité de la musique, Paris 19e, avec Ornette Coleman Quartet (30 août), Steve Coleman & Five Elements (2 sept.), Abbey Lincoln Quartet (3 sept.), Charlie Haden Liberation Music Orchestra avec Carla Bley (5 sept.), Jacques Schwarz-Bart (6 sept., au Trabendo), Archie Shepp (9 sept., au Cabaret sauvage).


Source


Tags Jacques, Schwarz-bart

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   Jacques Schwarz-Bart   Imprimer cet article
 « LES REGLES PENDANT LA GROSSESSE du PAINTBALL en martinique !! » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Musiques - Artistes - DJ's: Jacques Schwarz-Bart

Liens relatifs à l'article Jacques Schwarz-Bart
Actualités: Jacques Villeret est mort
Petites annonces: Recherche Désespérement Jean jacques B.
Musiques - Artistes - DJ's: Jacques Coursil
Actualités: referendum européen : Jacques Chirac interrogé
Musiques - Artistes - DJ's: Jacques S-Bart à LAKAZA
Musiques - Artistes - DJ's: Concert GOSPEL CARAÏBES Jean-Philippe JACQUES / Joël FILIN-
Actualités: Jacques Plumain écope de 30 ans de réclusion
Sorties - Evénements: Jacques d'Arbaud en concert à Pointe à Pitre
Gastronomie: Ou trouver du ti-jacques en metropole
Actualités: JACQUES CHIRAC MIS EN EXAMEN
Sorties - Evénements: [971] Dîner-Concert Privé avec Jacques d'Arbaud Sam 11 Juin
Discussion générale: entretien avec maitre jacques verges.
Cinéma: "Le Prophète" de Jacques Audiard
Sorties - Evénements: JACQUES D'ARBAUD A LA CIGALE LE 07 MARS 2009
Gastronomie: coquilles ST JACQUES
Discussion générale: Jacques Chirac a un nouveau premier ministre !
Discussion générale: VIVE JACQUES CHIRAC !
Musiques - Artistes - DJ's: Changement d'adresse - Concert JPhilip JACQUES & Joël FI
Actualités: l'ex-complice de jacques mesrine..charlie bauer sur zalea tv
Coup de gueule: Jacques Chirac : "Les Africains sont joyeux par nature&
Videos streaming: Jacques Schwarz-Bart
Musiques - Artistes - DJ's: Jacques Schwarz-Bart


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives