Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


cher pays de mon enfaaanceuuhh....

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Discussion générale: cher pays de mon enfaaanceuuhh.... La date/heure actuelle est 20 Sep 2019 09:26 
Annonces cher pays de mon enfaaanceuuhh.... Annonces
   Article posté par ppm39 le 19 Août 2003 à 15:01  S'abonner au Flux Rss Discussion générale: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

JEUX DE COULEUR, EN FRANCE ?

"Discrimination raciales" chez nous ? Comment ? C'est interdit par la loi. Pourtant la réalité est toute autre. Dans le pays des droits de l'HOmme, la couleur joue ! L'inégalité est bien présente dans l'Etat, le secteur public et aussi le secteur privé.

La France, terre d'accueil, d'intégration, aime à célébrer les Zidanes, les Adjani, les MC Solaar, les quelques enfants d'immigrés parvenus à la gloire. Mais elle se voile bien la face devant les injustices dont souffrent tous les jours la plupart des étrangers et Français qui ne sont pas de "souche". Des associations telles que SOS-Racisme, la Ligue des Droits de l'Homme commencent à faire entendre la voix de ceux dont le faciès dérange, qui veulent (de plein droit) réussir à l'école, travailler sans soucis, vivre dans un logement décent et ne plus subir régulièrement les contrôles de police.

Au lendemain des municipales, seuls 20 % de la population française est allée élire ses représentants. Le Français ne s'embête guère, il "ne se prend pas la tête". Tout va bien, alors pourquoi agir ?? Nous sommes inconscients ! Imaginez que dans votre commune, le Front National ait remporté la majorité des voies ; deux personnes sur dix sont allées aux urnes ? ! Le bouleversement dans les quartiers est irrémédiable !
Tous les ressortissants étrangers et ne faisant pas partie de la Communauté Européenne seraient évacués et parqués là où leur faciès ne dérangerait pas ; dans des 20 m² abritant dix personnes peut-être ? A Noyon, non loin d'ici, aux municipales, le Front National a emporté 35 % des voies ! Ce n'est pas le cas dans ma commune, heureusement. En attendant, voici l'état des lieux d'une France à deux vitesses.

AU COLLEGE

Cette fabrication de filières a des effets désastreux sur l'identité des jeunes issus de l'immigration

En France, la discrimination raciale commence au collège. Après quatre ans de scolarité dans le secondaire, les élèves étrangers sont moins souvent nombreux à se voir proposer une orientation en seconde génale ou technique. On dit que c'est la conséquence de leur situation familiale, qu'ils appartiennent à des milieux défavorisés. C'est sûr : "ils bossent à six dans un deux pièces bruyant". A situation familiale et sociale égale, les élèves étrangers ou issus de l'immigration réussissent aussi bien, voire mieux, que les élèves français. Alors parler de discrimination raciale dès le collège est exagéré ? Pas du tout. Jean-Paul PAYET, sociologue à l'université Lyon II, a enquêté auprès des élèves, parents, enseignants d'une banlieue populaire ordinaire, et constate que dès la sixième, les élèves français et ceux issus de l'immigration ne connaissent pas du tout le même sort. Exemple : à niveau égal, les jeunes filles françaises se retrouvent dans des classes de bon niveau. Les filles et encore les garçons d'origine maghrébine, eux, peuplent le plus souvent les "mauvaises classes".

PAYET explique : "Les enfants intègrent l'idée qu'ils sont mauvais. Ils étaient fiers d'aller à l'école, ils finissent par la rejeter, car ils ont réel sentiment d'injustice". De même, les enseignants veulent de bonnes classes et les parents français préfèrent que leurs enfants ne soient pas mélangés aux enfants du quartier. C'est ainsi qu'un marché scolaire se fait. Même dans la recherche d'un stage, lors de l'entretien, le recruteur ne se donne même pas la peine de regarder le CV lorsqu'il voit débarquer une personne de couleur, simplement, il lui répond poliment "Notre clientèle ne vous supporterait pas ou encore "Nos employés réagiraient mal ou sans même prendre la peine d'entretenir le candidat "Merci d'être venus, nous vous rappellerons si besoin est" après l'avoir ausculté de haut en bas.


A L'EMBAUCHE

Lorsque Leïla trouve une annonce proposant deux postes d'hôtesse de vente en magasin, elle appelle aussitôt. A l'autre bout du fil, une femme lui demande son nom de famille. De consonance maghrébine, on lui répond "Ces emplois sont déjà pourvus". Interloquée, Leîla sollicite une amie, Nathalie. Elle appelle et obtient un entretien le lendemain.
Impossible de mesure la discrimination raciale à l'embauche. Pourtant, on trouve des annonces bien spécifiques "Pour bac pro bureautique polyvalent, pas typé. Les chefs d'entreprise prétendent ne pas être xénophobes, mais que leurs clients ne supporteraient pas la présence d'étrangers.

34 % des garçons d'origine africaine ayant le bac, voire plus, n'ont pas d'emploi contre 9 % des jeunes hommes sur la France entière ! Il a été constaté en Franche-Comté, dans une promotion de BTS, tous les "Blancs" ont trouvé un emploi en un an, mais un seul immigré !

Les entreprises publiques ont encore le réflexe de la préférence nationale ou plutôt familiale. Les salariés aussi : à Toulouse un responsable tramways proposait des jobs d'été aux jeunes des quartiers pour pouvoir les embaucher. "Levée de boucliers" immédiate dans l'entreprise "Ces jobs, ce sont nos enfants qui doivent les avoir !". Le directeur général d'une grande surface expliquait : "Ce que cherche l'employeur, c'est que le client puisse se sentir de plein-pied avec elle (l'entreprise). Malheureusement, il y a des gens avec lesquels on a du mal à se sentir de plein-pied. C'est quoi : les étrangers, et plus la couleur est foncée, plus on a du mal à se sentir de plein-pied.

D'un côté, il y a les valeurs éthiques, de l'autre la nécessité de faire du chiffre.

La loi de Martine AUBRY contre la discrimination raciale à l'embauche, prochainement défendue en deuxième lecture à l'Assemblée Nationale par Elizabeth GUIGOU, après les municipales permettra-t-elle d'en finir avec l'ensemble de ces pratiques discriminatoires ? Jusque-là, le plaignant devait apporter la preuve de la discrimination ? Désormais, il suffira de présenter "des éléments de fait". L'employeur, quant à lui devra prouver qu'il ne fait pas de discrimination, et cela avec des éléments objectifs.

7 millions d'emplois interdits aux étrangers.
En France, près de 7 millions d'emplois sont interdits aux étrangers aux étrangers qui ne viennent pas de l'Union Européenne... La fonction publique et le secteur secondaire battent tous les records. Aucun étranger (hors U.E.) ne peuvent devenir titulaire dans la première. En revanche, les étrangers ont facilement accès aux emplois précaires. Interdiction d'accès, aussi entre autres, à France Télécom, Air France.
Il y a un rejet de l'étranger pour des raisons économiques ou simplement la montée, au fil de l'histoire de la xénophobie.


AU TRAVAIL

Parvenus à trouver un emploi, 50 % des immigrés étant de niveau bac + 4 occupent des postes destinés aux bac + 1. Selon l'INSEE, début 2000, le nombre d'ouvriers étrangers avait diminué, mais ils étaient encore 56 % à travailler au bas de l'échelle. Le tertiaire emploie la majorité des étranges. Mais pour faire quoi ? Femmes et hommes de ménage chez des particuliers ou en entreprises, plongeurs dans l'hôtellerie ou la restauration la plus part du temps. Les employeurs n'hésitent pas à exiger d'eux plus d'efforts que les autres salariés. Ils savent en outre que ces jeunes accepteront facilement. Logique : ils battent tous les records en mission d'intérim et de CDD. Quant ils ont un (bon) job, ils tiennent à le garder. Une fois embauché, le racisme est subi à l'intérieur de l'entreprise. Des mots s'échappent "sale bougnoule, on étiquette "l'arabe", "la noire" si ce n'est "la négresse". Exemple d'une camerounaise de 30 ans employée dans une grande parfumerie puis mutée dans une succursale et finalement licenciée car selon le patron "Deux noires dans un magasin, c'est néfaste". Commentaire de Michel CARON, secrétaire général de la CFDT : "La bataille est gagnée dans notre organisation. Mais dans les entreprises, le combat est permanent. Les graffitis racistes dans les toilettes, ce n'est pas le patron qui les peint !".


L'ACCES AU LOGEMENT

Un jeune couple africain avec un enfant recherche un logement. Impossible à trois de continuer à vivre dans un studio de 22 m² situé dans un rez-de-chaussée humide. Ils prennent leur mesures sachant que la procédure est longue. En octobre dernier recevant une proposition de la préfecture : 55 m² dans le quartier mais dans un HLM neuf. Le couple le visite et l'appartement leur plaît. "Nous le prenons" disent-ils à la préfecture. Le jeune homme donne son congé avant de se voir refuser l'appartement par la société HLM. Motif : "Taux d'effort insuffisant", c'est à dire manque de revenus. Il ne comprend pas, gagnant 100 000 francs net par mois avec sa femme, son nouveau loyer aurait été de 2514 francs ; largement de "quoi assurer" ! Ils vivent toujours dans leur studio. Ils attendent un enfant dans un mois.

Toutes les statistiques dont nous disposons prouvent qu'il y a ségrégation, accuse Patrick SIMON de l'INED (Institut National d'Etudes Démographiques). Les propriétaires craignent les problèmes au niveau des revenus de ces familles issues de l’immigration, de la taille de ces familles, des querelles de voisinage, mais surtout les loyers impayés. A savoir, 18 % des foyers sont surpeuplés en France. Mais ce chiffre passe à plus de 40 % pour les appartements occupés par les maghrébins, africains et Turcs. Les trois quarts d’entre eux vivent dans le parc ancien, immeubles construits avant 1975. Et 28 % des ménages étrangers désirant un logement HLM on déposé leur dossier depuis trois ans déjà, environ deux fois plus longtemps que l’ensemble de la population en attente. Cela témoigne de la volonté des offices et des maires, de droite ou de gauche, qui ont un pouvoir important dans les commissions d’attribution de logements, d’évincer les familles d’immigrés des centres-villes et de renforcer ainsi leur ghettoïsation. Mixité : qui comprend des personnes appartenant à des origines différentes ou à des formations différentes. Cette louable volonté des gouvernements de gauche à mélanger à nouveau les populations, mais qui, pour l’instant est un échec.


AVEC LA POLICE

La police contrôle notre couleur. C’est une humiliation volontaire
Comme chaque jeudi, Sherifa, 44 ans, attend son train de banlieue avec sa fille Mona, 8 ans pour remonter voir son médecin sur Paris. Le train arrive et Mona partie chercher un journal, court, et monte sans composter son billet, de peur de louper son train. « Ce n’est pas grave, lui dit sa mère, nous irons voir le contrôleur ». Elles s’installent. Un contrôleur passe. Il contrôle les titres de transports sans leur infliger d’amende. En revanche il confisque la carte de maladie de Mona. Sa mère proteste et assure pouvoir payer l’amende de suite. L’agent de contrôle persiste, Sherifa aussi. « Puisque c’est comme ça, menace l’agent, je vais appeler la police. Elle vous cueillera à votre arrivée ! ». A la descente du train, les policiers sont là, ils discutent avec le contrôleur et n’entendent que sa version. Sherifa sûre de ses droits répète qu’elle veut payer l’amende. Elle est ainsi embarquée au commissariat, suivie par sa fille, Mona. Les affaires de Sherifa sont balancées par terre, elle est plaquée au sol où l’un des policiers la rue de coups. Mona assiste à la scène. Ensanglantée, ils la laissent sortir sous la condition qu’elle ne par le dise à personne. Depuis, lorsque sa mère est absente, Mona est barricadée chez elle de peur de voir les policiers revenir.

Une Commission de Déontologie de la Sécurité existe depuis juin 2000. Cette instance saisie par les parlementaires des dérapages policiers ou de toute autre personne chargée d’assurer la sécurité à un pouvoir d’investigation, d’audition, bref : d’enquête. Cette dernière menée à bout la Commission demande aux ministres concernés de sanctionner les fautifs.

Les agents de la paix expliquent : « Nous ne comprenons pas, nous ne sommes pas racistes. C’est vrai qu’il y a des jeunes des quartiers qui posent problème. Et puis on est là pour faire du chiffre ». Autre commentaire : « Certains policiers vivent des situations horribles et ils font subir aux jeunes des situations atroces ». Sous prétexte qu’ils ont un uniforme, ils ont tous les droits, et nous autres aucun, sinon c’est « une matraque dans la gueule ! »


DANS LES BOITES DE NUIT

Un samedi soir, Rachel se présente avec quatre amis de couleur à l’entrée d’une discothèque. Le videur aux dit aux quatre jeunes gens qu’ils ne sont pas habitués , et il les refoule. Elle écria au gérant de l’établissement en vain.

Des histoires de discrimination raciale dans les boîtes de nuit, Malek BOUTIH, le président de SOS-RACISME, en raconte à la pelle. Depuis cinq ans, son association organise des nuits « testing ». Accompagné d’un huissier, un groupe de jeunes de couleur et blancs se présentent devant une discothèque dans plusieurs villes de France. Le plus souvent les jeunes de couleurs ne peuvent y pénétrer. « C’est pour mettre le phare sur la surface la plus visible de la discrimination raciale » explique-t-il. SOS-RACISME multiplie les plaintes et commence à observer des condamnations.

Cet été les ministères concernés ont signé avec les représentants des métiers de l’hôtellerie une convention nationale contre la discrimination raciale à l’entrée des discothèques. SOS-RACISME a boycotté cette initiative, parce-que cette discrimination est déjà illégale. Depuis, l’association continue ses « testing ». En septembre 2000, la Cour de Cassation a validé cette pratique.



source: le nouvel obs..

Tags Cher, Pays, De, Mon, Enfaaanceuuhh.

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   cher pays de mon enfaaanceuuhh....   Imprimer cet article
 « Avant le grand départ Justice pour l'esclavage ou pas? » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Discussion générale: cher pays de mon enfaaanceuuhh....

Liens relatifs à l'article cher pays de mon enfaaanceuuhh....
Mode - Beauté - Santé: Boutique lingerie pas cher en Guadeloupe
Informatique: Yahoo moins cher que gratuit !
Discussion générale: achat groupée super offre: Groupon site internet pour payer moins cher
Au coeur des Dom-Tom: Bons plans pour travailler au Pays
Discussion générale: [07-04-08] RACISME EN ENTREPRISE/ RETOUR AU PAYS
Guide touristique: une question sur le pays : la guadeloupe
Discussion générale: presenter le lieux ou ville ou pays ou on est !
Discussion générale: Prostitution légalisée aux Pays bas
Au coeur des Dom-Tom: Pourquoi les Antillais délaissent leur pays ?
Coup de gueule: CarcassIsland ou Comment tuer son pays à petit feu
Au coeur des Dom-Tom: Monter son entreprise au Pays
Guide touristique: se loger pas cher à Mayotte
Au coeur des Dom-Tom: retour douloureux au pays natal
Discussion générale: je recherche le DVD :" les enfants du pays perdus "
Discussion générale: un autre pays
Mode - Beauté - Santé: Je fais des tissages collées pas cher et tres bien fais
Discussion générale: discussion pour ceux qui veulent rentrer au pays
Sorties - Evénements: REAL VIBES 100% AMBIANCE PAYS AU BB ANTILLES LE 13-08-04
Petites annonces: VOTRE VEHICULE NEUF MOINS CHER
Petites annonces: location de vehicule pas cher
Videos streaming: cher pays de mon enfaaanceuuhh....
Discussion générale: cher pays de mon enfaaanceuuhh....


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives