Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


UNE LITTÉRATURE RACISTE

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Coup de gueule: UNE LITTÉRATURE RACISTE La date/heure actuelle est 20 Oct 2019 19:02 
Annonces UNE LITTÉRATURE RACISTE Annonces
   Article posté par Edpoete le 09 Septembre 2009 à 20:01  S'abonner au Flux Rss Coup de gueule: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

UNE LITTÉRATURE RACISTE

Dans le jargon du patois médiatique au journal le Devoir

J’ai appris que la période de Duplessis est Grande Noirceur

Terme ambigu, équivoque à connotation raciale et politique

Pour signifier une époque opaque, de censure, de patronage de l’État



Le temps déraisonnable n’est pas une coïncidence avec la race

Le blanc se réserve la bonté et s’inspire de la race noire du péjoratif

De telle sorte que la race noire passe de l’épiderme au lexique, à la littérature

Une tendance langagière faisant d’elle le parangon de tous les travers humains



Dans le conflit opposant les mondes scientifiques et pharmaceutiques

Où l’on fait usage d’auteurs fantômes pour rédiger et publier des recherches

Pauline Gravel parle en la circonstance d’espèce de Nègres

Rédacteurs d’un travail scientifique pour autrui ou un autre



Dans le cadre d’un article intitulé«Faites taire le Devoir»

À l’ère du temps déraisonnable de l’époque opaque de Duplessis

Jean François Nadeau en la circonstance parle de Roi Nègre

Marionnette coloniale dominée par la puissance de l’argent qu’il croit contrôler



Le négatif blanc en contexte de la science est une référence raciale noire

Le péjoratif blanc en contexte politique est une référence raciale noire

Le symbole blanc de la censure politique est une référence raciale noire

Le péjoratif, le négatif le diable blanc est une référence raciale noire



Par pureté ethnocentrique il privatise la bonté comme monopole des blancs

Il socialise le défaut rendu publique sous le seul compte de la race noire

Comme quoi le blanc est du Bon Dieu, le noir est du Satan du diable

Le blanc est l’incarnation du bien et le noir est l’incarnation du mal



Cette dichotomie de logique manichéenne alimente le monde

Dans le jeu constant et méchant de la dévalorisation de la race noire

Où le temps comme l’espace semble jouer un vilain tour aux noirs

Le passé est pour eux spleen et déboires, le présent, préjugés et discriminations



De la noème à la sémantique raciale

Naît toute une littérature épidermique

Portant atteinte à la dignité et au respect de la race noire

Acculée à l’échelon racial, parangon des lies de la création



Viol et arbitraire! Préjugés et étiquettes imposés de force à la race noire

À l’encontre de notre propre volonté, à l’encontre de ce que nous sommes

Absurdité et anarchie! Rubrique de termes contradictoires dissonants aux noirs

À travers l’image miroir des noirs, se lisent les travers des blancs! Paradoxal!



Paradoxe bizarre lié à la présomption de purification ethnocentriste

Où la race blanche se décharge de ses défauts accolés à la race noire

Se déresponsabilise, s’innocente en jouant aux vierges, anges et saints

Pour culpabiliser ou criminaliser la race noire, âme damnée condamnée à mort



La noème, l’objet de la pensée et la sémantique des mots

Permettent de déceler l’importance que l’on attribue aux choses

Si elles sont traitées avec valeur, estime, appréciation, donc importantes!

Si elles sont traitées avec mépris, dédain, dégoûts, de la vanité ou futilité



Une littérature fertile d’insulte, d’invective, d’injure, d’imposture, de mensonge

Éjectée sur la race noire comme le venin du serpent sur le crapaud

Sous la pression vertigineuse de la haine, de la rengaine, du mépris, du dédain

Une littérature du péjoratif consistant à diaboliser toute la race noire





Le passé nous trahit, trahit notre race

Histoire faite de déboires vivaces

Le présent nous trahit, trahit notre race

Quotidien fait de préjugés encore tenaces



Les déboires et les préjugés nous menacent

Fatalité qui prédestine la race noire à perdre la face

Tout qui alimente la tendance discriminatoire

À l’encontre de l’ébène, du nègre, de la race noire



Je n’ai jamais vu une littérature aussi péjorative aussi négative

Que celle qu’on impose de force à la race noire inoffensive

On dirait que toute l’humanité rassemble toutes ses audaces

Pour ourdir un complot terrible contre une seule race



Peut-on compter au moins dans l’espace du futur

Sur la fraternité humanitaire d’une meilleure ouverture

Sur la transcendance par la conscience et l’amour

Sur la lumière de la race noire qui éclaire nuit et jour?



Que faire contre le poids lourd du taxage des étiquettes

Plus pesants que celui de notre corps et de notre tête

Des stéréotypes, des préjugés, des jurons, des discriminations

Faisant de la race noire le parangon des lies de la création



Faut-il renverser les océans, les montagnes et les vallées

Pour nous donner une place au soleil et à l’humanité

Faut-il transformer notre vibration en éruption volcanique

Pour prouver que le noir est matière consciente, être psychosomatique?



Faut-il changer la nature et renverser les cultures

Pour que la race noire puisse jouir de l’exploit de la conquête

D’un espace de liberté, de droit, d’égalité, de tolérance, de justice

Qui la protège contre le virus des préjugés pompant de discriminations



Faut-il changer la nature et renverser les cultures

Pour que la race noire puisse jouir de l’exploit de la conquête

D’un espace de dignité, de respect, de compassion, d’amour, d’honneur



Qui l’immunise contre l’encyclopédie de la littérature raciale péjorative

La maladie raciste se transmet de parents à enfants devenus contaminés

Transmettant à leur tour la maladie à leurs camarades de classe à l’école



Une perversion de l’esprit des enfants entraînant des duels et des rejets

Cet acharnement hors série pour le dénigrement de toute la race noire

Est néfaste pour les enfants noirs apprenant par la lecture et leurs camarades

Que leur race soit inférieure, soit le cendrillon, le brandon, la piétaille, la lie



Ces virus, ces bactéries, ces microbes sont là latents ou agressifs

Avec pour cible unique la race noire qu’ils attaquent et agressent

Sur la peau et sous la peau jusqu’à la conscience de profondes blessures

En témoignent l’encyclopédie de la littérature raciale péjorative :



Nègre : est le mot péjoratif remplacé par noir

Nègre : personne qui rédige un travail littéraire ou scientifique pour un autre

Nègre : auteur payé par une personne pour écrire les ouvrages qu’elle signe

Petit nègre : se dit d’un français rudimentaire, français incorrect, parlé avec syntaxe simplifiée

Motion nègre blanc : motion rédigée en termes ambigus

Négrille : synonyme ancien de pygmée

Négrier : synonyme bâtiment d’une personne qui se livre à la traite des noirs

Négrier : celui se livrait à la traite des noirs, marchants d’esclaves

Négrier : personne qui traite ses subordonnés comme des esclaves

Travailler comme un nègre : travailler sans relâche, très durement

Roi nègre : marionnette coloniale au service des puissances de l’argent qu’il croit contrôler mais qui le dominent

Roi nègre : terme québécois désignant marionnette dominée par un autre

Hostie nègre : juron ou terme péjoratif québécois qui exprime le mépris, le dédain pour l’homme noir



Noir : absence ou absorption complète de tous les rayons lumineux

Noir : sale, crasseux, mains noires, obscurité, ténèbres

Noir : ivre, triste, mélancolique, idées noires

Marché noir : système de marché parallèle désignant le trafic des marchandises(illicite)

Messe noire : parodie de messe du culte satanique

Travail noir : activité professionnelle qui échappe à la fiscalité

Roman noir : scène de violences, société sordide, horrible

Regard noir : regard qui exprime la colère

Caisse noire : fonds qui n’apparaissent pas en comptabilité à usage sans contrôle

Étoffe noire : vêtement en couleur de deuil

Noirceur : état de ce qui est noir, la noirceur d’ébène

Noirceur : méchanceté extrême, perfidie, noirceur du crime

Passer les choses au noir : voir tout en noir, être pessimiste

Magie noire : techniques secrètes prohibées, pratiques en opposition avec l’ordre établi

Ébène : bois d’Ébène nom donné autrefois aux noirs par les négriers

Deuil : profonde tristesse causée par la mort de quelqu’un

Signe extérieur du deuil, vêtement noir pour une personne en deuil

Prendre le deuil : s’habiller de noir à la suite d’un décès

Code noir : statut des esclaves édictés en 1680, considérés comme des serfs des biens appartenant à un maître

Magie, messe, roman, film, humour noirs : mauvais, méchant, horrible

Noir : non déclaré, non légal

Marché noir : clandestin

Au noir : sans être déclaré, sans payer de taxes, travail au noir

Noirceur : méchanceté odieuse, horreur ( crime, trahison)

Nuit noire : sans lune sans étoiles

Humeur noire : assombri par la mélancolie, triste

Regarder quelqu’un d’un œil noir : avec irritation

Noir : marqué par le mal, par une atmosphère macabre, horrible, mauvais, méchant

Esclavagiste : partisan de l’esclavage, en particulier des noirs

Esclave : qui est sous la puissance absolue d’un maître qui l’a rendu captif ou qui l’a acheté



La peau de la race noire s’est transformée en langue et littérature

Une littérature spécialisée dans la forme exclusive du péjoratif

Faisant de la race noire le parangon du grotesque, du travestissement

Le parangon des moqueries, des ridicules, des niaiseries, des ironies



À la lecture abjecte de toute cette littérature fabuleuse

Tout qui prouverait par le jeu de l’aberration et de l’absurdité

Que la race ne saurait exister en réalité objective, en vérité

Une race légendaire, des extraterrestres, des fantômes, monstres ou zombies



Je pense que le droit d’expression est légitime mais non absolu, a sa limite

Du moment qu’elle agresse la dignité, le respect d’une autre race

On viole, on transgresse la charte des droits et libertés de la personne

Le droit d’expression est relatif, si elle est tout, la personne est rien





En la circonstance ce n’est ni la revanche ni la contre-attaque

La vengeance contamine par l’esprit du mal pour mal

On ne peut contre le péché capital puis commettre le péché capital

Cette logique ne tient pas, moyen de perpétuer le péché le mal racial



Ce qui importe à la race noire c’est de régner dans lumière

De la transcendance de l’esprit, de la conscience et de l’amour

Pour faire ressortir au dernier jet l’ignorance des blancs

À travers les préjugés se servant d’armes pour nous bombarder



Les faire voir qu’à force de trop vouloir nous coller un masque au visage

Ils s’implantent eux-mêmes dans l’esprit un masque odieux et hideux

Qui les empêche de sortir de la caverne de leur ignorance de leurs préjugés

Pour voir la lumière de la réalité raciale dans la transcendance



Comprendre que couleur de la peau, que la race est une coquille vide

Qu’ils vivent dans la confusion prenant la peau pour le cerveau

Que le contenu l’essence de l’espèce humaine leur échappe

Que leur spéculation, leur élucubration les suspend au bord du néant



On peut beau vouloir régner dans la caverne raciale

Dans la présomption et le complexe de votre supériorité raciale

Mais la lumière vous trahira, elle fera émerger la vérité

Que vous vivez sous le règne du mensonge, de l’erreur de l’ignorance



Dans le cadre de l’immanence de l’actualité de l’existence

C’est le masque et l’identité qui nous différentient

Mais dans l’ordre de la profondeur de la transcendance

C’est l’esprit, la conscience et l’amour qui unifient

8 septembre 2009





Edner Saint Amour





Edner SaintAmour

Tags Une, Litterature, Raciste

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   UNE LITTÉRATURE RACISTE   Imprimer cet article
 « Je vous propose des recueils de poèmes GWO KA à St DENIS avec NATIVS » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Coup de gueule: UNE LITTÉRATURE RACISTE

Liens relatifs à l'article UNE LITTÉRATURE RACISTE
Coup de coeur: ETES-VOUS RACISTE ? VU D'UNE AUTRE MANIERE...
Coup de gueule: C dans l'air : Des propos raciste ?
Actualités: Rouen : 200 euros d'amende pour un billet raciste
Actualités: Agression raciste rue des rosiers
Discussion générale: Intellectuels et litterature ...
Discussion générale: que pensez (d'un ami raciste)? et comment réagir ?
Discussion générale: Certains acheteur sont raciste chez Ebay
Discussion générale: UN PRETRE RACISTE ?!
Au coeur des Dom-Tom: Littérature érotique antillaise extraits et inventaire.
Actualités: Atroce crime raciste
Actualités: Suisse : canular raciste de la police
Discussion générale: de villier est t'il raciste?
Littérature - Art - Culture: [LITTERATURE-RENCONTRES AUTEURS] FRANKITO
Coup de gueule: Commentaire raciste
Coup de gueule: débat sur le passé dans la littérature antillaise
Coup de gueule: Marielle GOITSCHEL, skieuse française raciste !
Discussion générale: pour avoir un coin litterature
Littérature - Art - Culture: LITTERATURE - ANTILLES - "jeunes" auteurs
Littérature - Art - Culture: [LITTERATURE-RENCONTRES-AUTEURS] Eric SAURAY
Littérature - Art - Culture: la littérature antillaise
Videos streaming: UNE LITTÉRATURE RACISTE
Coup de gueule: UNE LITTÉRATURE RACISTE


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives