Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


PRÉSIDENTIELLE AU FIASCO EN HAITI

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Rubrique Actualités: PRÉSIDENTIELLE AU FIASCO EN HAITI La date/heure actuelle est 23 Oct 2014 19:49 
Annonces PRÉSIDENTIELLE AU FIASCO EN HAITI Annonces
   Article posté par Edpoete le 01 Décembre 2010 à 21:06  S'abonner au Flux Rss Actualités: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

Actualité : Présidentielle tournée au fiasco en Haïti
Réflexion : Ni rire, ni Pleurer, mais il faut comprendre
Citation : Spinoza cité par René Depestre repris par Edner Saint-Amour

Réalité : Dans le contexte actuel très problématique entourant les élections du 29 novembre 2010, nous pouvons nous demander pourquoi risquer un pari, quand tout est ou semble perdu d’avance?

Réponse : Il suffit de nous présenter un scénario bien connu dans le milieu Haïtien

Scénario : Pour nous sauver, il faut enchaîner le lion. Mais qui aura le courage de prendre la chaîne ou la corde pour la passer au coup du lion afin de le ligoter? Personne! Pourquoi?

La peur : Tout le monde a peur de cette tâche difficile de ligoter, d’enchaîner le lion pour se sauver, c’est-à-dire, prendre des risques calculés ou réfléchis pour racheter la le pays, Nation plongée dans une déchéance généralisée, à savoir, d’abord politique, ensuite économique, enfin sociale. Pourtant, en la circonstance actuelle, c’est cela même qu’il faut faire : saisir les taureaux par les cornes. On préfère se faire manger un à un par le lion laissé en pleine liberté, plutôt que l’enchaîner au prix de grands risques ou sacrifices pour sauver le pays.
Autrement dit, on a peur de de perdre les acquis du statut quo gagnés dans la désorganisation, la corruption. On préfère s’adapter à une pathologie politique étant une situation abjecte, hélas beaucoup trop abjecte. On préfère vivre dans la continuité du chaos plutôt que d’opter pour un réel changement qui exige la nécessité d’opérer une certaine rupture avec certaines pratiques déviantes, laquelle rupture comportera son lot de peine nécessaire, de souffrance à accepter d’endurer pour se libérer et se surpasser en transcendant le quotidien.

De la Sociology : Il est très courant en sociologie que : «No social system is perfect from the point of view of all its members. It is endemic in social life that 1) some norms will not be met, 2) some values will not be fulfilled, 3) some goals will not be attained.
Indeed, there some important realms in which the majority violate the socially or legally defined standard, and often at great cost of life. Almost all societies know periods of riot, civil war, mob violence, terror, crime, and general disorganization. Each of these manifestation is a departure from some social order already established, or as in case of counter-revolution, one seeking to establish itself».
Par contre: Il est aussi courant en sociologie que: « sociology 1) seeks to explain the nature of social order, 2) assumes that there is order in nature which is can be discovered, described and understood, 3) seeks to discover, describe and explain the order which characterized the social life of man

Definitions: by order, we mean events that occur in a more or less regular sequence or pattern, so that we can make an empirically verifiable statement about conditions. It deals with several such as: 1) forms of order, varying greatly in scale, but each have substantially the same character 2) largest unit, such as Nation-State or other form of large-scale society may cause problem in term of social act in single day for population of million people. But it is not a total confusion and chaos, since reasonable approximation of order which permits each individual to pursue his personal course without too seriously interfering with the pursuit by others of their purposes and goals. This order assures that each can actually facilitate to some degree the attainment by others of their goals.
Thus, the prime object of sociology is to : 1) explain how this comes about, 2) how some reasonable degree of coordination of so many diverse individual actions yield the routine flow of life.


By social system, we refer to the coordination and integration of social acts which permit them to occur in a way that produces order rather than chaos.

Characteristic: The order characteristic of any social system thus consists of both: 1) regularized patterns of action and institutions that control, ameliorate or canalize the conflict 2) produced by persistent strains. A society encompasses conflict and its associated change as well as a social order that comprises tension-preventing and tension-managing devoices and systems.
To delineate the social system: A) by defining the underlying relationship among of complex set of social act, the prime responsibility of the sociologist is: 1) the task of accounting for the persistence of social system through time, 2) The coordination 3) The complex coordination of human action which every social system represents is almost always carried forward through time beyond the lives of any single set of participants 4) such continuity is also found in colonies of social insects, but in their case we know that instinct insures the appropriate outcome 5) since instinctive regulation of behavior is not equally important in man, the continuity of the social order must be explained by reference to other mechanisms
The continuity of social systems through time is: 1) relative, occurrence not assured, but problematic, 2) The relatively uncharged societies may be mainly an artifact of the inadequacy of the historical record 3) Most of the societies seem to have experienced an almost continuous, often persuasive, and sometime highly accelerated process of change, 4) yet with change as with continuity, the sociologist assumes that the sequence of events is inherently orderly 5) The process of change is not random, even though it may be chaotic, and is often beyond the conscious control of individuals and society as a whole, 6) sociology, by describing change in social system, seeks to uncover the basic processes by which, underspecified conditions, one state of the system leads to another, including, potentially, the state of disorganization and dissolution

Thus sociology is: 1) the study of social order, meaning thereby , the underlying regularity of human social behavior. The concept of order includes the efforts to attain it and departures from it, 2) seeks to define the units of human social action and to discover the pattern in the relation of these units, that is, to learn how they are organized as systems of action, 3) Working with such systems of action, sociology attempts to explain their continuity through time, and to understand how and why these units and their relation change or cease to exist.



Sociology as the study of society
A) either the study of any one part or the study of the whole
B) Special discipline in which takes society as its unit of analysis.
its purpose then:1) discover how the institutions which make up a society are related to another in different social systems 2) the specialist government, may study types of government, asking how the legislative, judicial and administrative functions are allocated, how the units which perform these functions are related ton one another, what consequences follow from centralizing administration while leaving the legislative power diffuse 3) Just so, there may be a branch of learning which concentrates on a society would have at least two main divisions
A) one more concentrated with internal differentiation o particular societies
B) The other treating all societies as a population having certain identifiable external characteristics such as: 1) is there any evidence that particular types of society, say the great empires, tend to endure for any specific period of time? 2) Do society go through definite stages of development? 3) Questions of this order once dominated sociological thought, especially in the form of the evolutionary theory of social development. The discrediting of the evolutionary theories tended to discourage further efforts along this line

Sociology as the study of institutions
The idea that the distinctive unit of sociological analysis is society, more specially the relations between the elements which compose it, is old and widely held
1) Institutions( family, church, school, political party) are more distinctive subject matter for sociology because society as whole is already the unit of analysis in the field of history and anthropology .
2) The questions by discipline devoted to institutions are of this order
a) What features do all institutions have in common
b) What are the dimensions on which they are distinguishable
c) How these dimensions vary when one compares institutions that perform different functions
d) Do institutions (regardless of their function) come to share certain other features by virtue of being alike in size, in degree of specialization, in amount of autonomy and so on
e) Durkheim, sociology can be defined as the science of institutions. Growing importance in the modern world of one type of institution: a) The Large-Scale Organization, led to renewed interest in and research on the general properties of institutions


Méditation: Pourquoi des centaines de milliers d’électeurs haïtiens ont patienté pendant des heures avant de déposer leur bulletin de vote

Réponse : parce que le désir de la démocratie reste aussi vif qu’ancré chez eux

Question : Pourquoi l’issue du scrutin, malgré le désir démocratique chez l’Haïtien, est mal tournée, vire au vinaigre, tourne au fiasco

Réponse : Pour cela, il faut une analyse plus détaillée de l’histoire politique haïtienne

Rétrospective historique : La première république noire du monde n’a pas un palmarès vierge ou sain au niveau de l’organisation des élections

1804-1915
Cette période est marquée par la dictature fatale des généraux à l’exception de Michel Oreste comme Maître ou civil qui a été élu président pour être renversé dans une brève période de temps au pouvoir. Laquelle dictature traditionnellement séculaire a acculé le pays à l’occupation étrangère des américains, facilitée par l’imprudence de Cincinnatus Leconte de soulever les cacos sans pouvoir les apaiser par la suite, contre la volonté de Nu Président Nord Alexis préférant le chemin de l’exil plutôt que d’accepter leur appui pour garder le pouvoir disant : « Il ne faut jamais faire cela, parce on va perdre le pays». Autrement dit, les hommes politiques accédèrent à la présidence par la force des baïonnettes, par la mutinerie, le coup d’état orchestré par des militaires particulièrement des généraux.

1915-1934
Cette période est surtout marquée par l’instauration d’un État policier organisé par les marines américains à la suite de la défaite des cacos et du désarmement de la paysannerie. C’est l’ère de la politique du gros bâton quitte à installer un candidat au pouvoir. Dans le cadre d’élection d’un chef d’état, la réalité est plus proche du plébiscite qu’une élection démocratique.

1934-1986
Même si l’inclination à la mutinerie pour prendre le pouvoir a cessé (recourt aux armes), cette période est surtout marquée par la magouille ou l’intrigue pour tant pour accéder au pouvoir que pour le garder. Ce vilain jeu a préparé la voie à l’avènement de la dictature la plus systématique jamais enregistrée dans le pays. Quoique cette dictature se veut une réponse criminelle aux mutineries traditionnelles des militaires ou autres, elle reste inopérante en termes de gestation d’un État stable ou de la continuité de l’État qui se voit s’effondrer avec la chute de Baby Doc suivi du déchoucage des tontons macoutes. Ainsi s’ouvre la vanne de la violence et de la vengeance. Fort souvent gratuite.


1986-2010
Malgré la promulgation de la constitution démocratique de 1987, et l’élection du prêtre président Jean Bertrand Aristide a la magistrature suprême de l’État, Haïti ne peut s’empêcher de s’enfoncer péniblement dans la trame d’une anarchie sans précèdent marquée par la dérive, la pagaille au niveau populaire, le fiasco financier, la démission au niveau gouvernemental de l’État.

Démission de l’État
1) Au niveau commercial, l’importation astronomique par opposition a une exportation infime a englouti l’économie du pays. Désormais Haïti n’est plus un pays a vocation agricole, mais une contrée qui abandonne son agriculture pour en importer de la république dominicaine et de la Floride ses biens de premières nécessitées. Pour tout dire, Haïti ferme son usine de Daborne de Leogane et son usine de citron a Hinche, pour en importer de l’étranger. C est la banqueroute générale.
2) La fonction administrative de l’État reste inopérante : le militantisme battant son aile devance la compétence, la gabegie dépasse la gestion, la corruption gagne tout le tissus de l’administration.
3) Le populisme gagne du terrain de manière exacerbe pour assister a la déformation de la démocratie dite participative selon une longue branche de libertinage ou de liberticide du droit qui empoisonne la politique et la démocratie. La liberté n’est plus comprise comme le droit de l’un dans le respect du droit de l’autre, mais la force volontaire de s’arroger du droit de l’autre impunément. Bref c’est la règle de la jungle, le règne de l’homo homini lupus, de l’œil pour œil. La démocratisation de la société sans le secours d’une alphabétisation, c’est-à-dire sans éducation ni instruction, sans sensibilisation ni conscientisation a catapulte le pays dans le chaos ou le peuple décide selon son bon vouloir ou désir dans l’absence de toute règle du droit, de la démocratie, bref dans l’ignorance totale du texte de la constitution. D’où la montée vertigineuse de la violence par l’organe des zenglendos, des chimères ou des kidnappeurs. Comme la violence est contraire a la prospérité économique, tous les ingrédients sont rassembles pour entraîner le pays dans l’instabilité politique et le fiasco financier.
4) L’État se trouve donc a genou, au point de pouvoir parler en terme chrétien d’un État Lazare qui attend l’aide du bon samaritain de la communauté internationale pour se racheter financièrement ou payer ses dépenses voire ses employés. La desherance politique entraîne la déchéance économique pour ensuite aboutir à la déliquescence sociale. Une vraie léthargie a tous les niveaux.

Contemporary socio-politique
1) Le peuple rejette la dictature mais sans pouvoir adopter des attitudes ou des comportements démocratiques conséquents, faute d’alphabétisation ou d’éducation civique entraîne par la démission insouciante de l’État. La chasse des duvaliéristes ayant l’art de gouverner n’ont pas aide à la cause de l’émergence d’une nouvelle organisation sociale. Le départ des duvaliériste longtemps au pouvoir (29 ans), laisse la place gouvernementale à des hommes sans expérience administrative ou la gestion de l’état reste plongée dans la dérive.
2) contrairement au peuple qui voyait en Aristide le prophète de la démocratie, il est plonge de plein fouet dans l’illusion combien trompeuse. Tout le peuple se sent déçu de constater que le prêtre président n’apporte aucun changement démocratique tant souhaite que promis. Mais en réalité, tenant de la tradition dictatoriale dont est issue le prêtre, c’est la réussite d’une instauration démocratique qui serait surprenante. Nul ne peut donner ce qu’il n’a pas. Joumou pa janm donnen kalbas. C’est la naïveté du peuple qui le pousse à espérer l’ère d’une démocratie par l’organe du Président Aristide. Vatican est une organisation pyramidale, ou le dictat vient du Pape, passant par les cardinaux, pour s’acheminer vers les évêques qui le glisse entre les mains des prêtres qui véhiculent le message tant voulu de Rome au peuple des quatre point cardinaux de la planète, Autrement dit, du haut de son chère de l’église, Aristide est habitue par tradition a dicter des message a une assemblée religieuse assimilée au peuple. Il est dictateur par nature et non par méchanceté ou volonté de puissance.

3) L’élection du candidat premier ministre René Preval est loin d’être un choix purement démocratique. Il est de préférence un moyen pour le peuple de choisir le moindre des pires maux. C’est-à-dire un moyen plus ou moins sur de se protéger contre les avancées des macoutes ou de la droite haïtienne jugée favorable a la dictature comme au maintien du statut quo. Sans Preval, le peuple croyait qu’il allait descendre ou tomber dans les enfers de l’ancienne dictature. Pour conjurer ce danger imminent, il a choisi pour Président René Preval n’ayant d’ailleurs pour slogan : Nager pour sortir, gade m nan je, map gade w nan je, pase pran m. Cependant, nul ne doit le cacher, dans un pays a forte tradition de mutinerie, si Preval réussit par faire deux mandats sans être renverse, malgré sa médiocre performance politique indéniable, il a le mérite d’être range parmi les président ayant la chance d’achever leur mandat présidentiel.


Actualité
Selon les journaux montréalais tels que 24 H-Actualite, Metro, Journal de Montreal, Le Devoir
L’élection présidentielle a tourne au fiasco :
1) 12 candidats sur 18 or 19 exigent l’annulation du scrutin
2) Raison ou allégation : fraudes massives, magouilles, élections truquées, complot ourdi par le parti au pouvoir INITE avec la complicité du CEP
3) Nombreux électeurs n’ont pas pu enregistrer leur vote, ou déposer leur bulletin dans l’urne. Selon le personnel, leur nom n’était pas inscrit sur les listes électorales
4) Plusieurs incidents dans la capitale : a) A Dedune, 4 personnes auraient été tuées et une personne blessée par balle, b) a Tabarre comme a Croix-des-Bouquets, des bureaux de vote auraient été saccages c) a Fort-Liberte, des gens auraient tente d’intimider des électeurs d) a Cite Soleil, témoignage de violence, d’intimidation, du vol d’une urne
5) Les bureaux de vote ont ouvert leur porte une heure en retard, 7 au lieu de 6 heures.
6) La confusion règne autour des isoloirs parce que les observateurs envoyés par des dizaines de partis encombraient les lieux alors que les électeurs étaient repousses
7) Des électeurs trouvent porte close quelques heures à peine après le début du scrutin
L’organisation de ce rendez-vous démocratique est réalise en dépit du bon sens
9) 118 observateurs pour 11000 bureaux de vote
10) Des centaines de milliers de personnes ne figurent pas sur les listes électorales
11) D’autres ont fait la queue pendant des heures pour se faire dire que les urnes sont remplies et qu’ils doivent trouver un autre bureau de vote
12) Cause du séisme du 12 janvier 2010, les réfugies de l’intérieur se chiffrent près de 40% de la population dans des camps de fortune sans eau ni électricité ni accès aux soins de santé
13) La promiscuité au jour d’élection reste inhabituel avec l’épidémie de cholera: 1721 morts, 75 888 personnes touchées, 33485 personnes hospitalisées
14) Les engagements financiers pris par la communauté internationale n’ont pas été respectes. Sur 10 milliard promis au lendemain du séisme, seulement une maigre part de 265 millions $ sont verses
15) Selon le sociologue Michele Oriol : depuis 60 ans, l’État s’est liquéfie parce que les gouvernements ont abandonne leurs prérogatives régaliennes
16) L’arrive de l’ONU a amplifie cette liquéfaction
17) Les élections sont la face visible de l’iceberg de la démocratie, sans pouvoir ni programme sérieux, sans financement clair ni personnel forme, la partie visible c’est la non démocratie
1 Malgré tout, reste chez l’haïtien le désir de démocratie comme en témoignent ces centaines de milliers d’individus qui ont patiente pendant des heures avant de déposer leur bulletin de vote. Reste vif qu’ancre chez l’haïtien le désir de la démocratie. Cela pousse à la meditation .

COMPRENDRE LE DROIT EN CINQ MINUTES
On ne peut définir les droits humains ou des individus dans la seule optique de Dieu, de l’État, ni de l’Économie sans qu’ils ne parviennent à subir le risque d’un empiètement fatal, pénible ou douloureux.

Religion
D’abord la religion n’est pas un terrain idéal pour définir les droits des humains ou des individus en société. Car la religion recherche Dieu étant l’absolu sous l’angle duquel elle définit l’homme et ses droits à travers des aspirations tout idéales un peu déconnectée de la vie concrète des gens. Les droits ainsi élaborés restent implacables, rigides en exigeant de la part des individus des efforts et des disciplines surhumains pour les suivre, les respecter sans aucune violation dont le risque peut même conduire à la mort dans certains cas. Bref pour atteindre Dieu, l’idéal divin, l’homme doit adopter des conduites hautement saines, donc adopter un mode de vie plus ou moins propre aux anges. Comme l’homme n’est pas ange, les lois divines d’ordre religieux ne lui cadrent pas tout-à-fait, dans le sens qu’elles ne touchent pas la vie concrète de l’homme à travers ses conditions matérielles d’existence dont la religion a horreur. Ainsi il s’écroule sous le poids fatal de ces lois rigides. Autrement dit, les lois religieuses fort souvent bafouent les droits des individus en société, si nobles qu’elles soient en termes de quête de spiritualité.

L’ÉTAT

S’il est plus conseillable de se fier à l’État plutôt qu’à la religion sur le terrain du droit humain, il n’en demeure pas moins que le tout pas encore joué. Dans la mesure où la loi est envisagée sous l’angle du roi, du chef pris pour seul souverain, toute ébauche de droit reste très volatile. En réalité ou fait, tout homme est entiché du pouvoir au point plus il en en a, plus il en dispose en sa faveur au détriment de ses sujets, quitte à satisfaire ses désirs les plus fous ou morbides. Quand le roi ou le chef jouit de la pleine souveraineté, la loi peut se transformer en une monstruosité sociopolitique. En la circonstance, le chef souverain peut même s’arroger le droit de vie ou de mort de ses sujets, c’est-à-dire, il peut décider qui doit vivre ou mourir. Tout compte fait, l’absolu divin et la souveraineté royale ne sont en aucun cas une bonne garantie de la loi, un bon atout pour définir les droits humains.

L’ÉCONOMIE

Comme la religion et l’État, l’Économie non plus n’est un atout pour définir les droits des humains vivant en société. L’Économie, par excellence, recherche le profit maximum pour rentabiliser son entreprise. Laquelle quête de profit peut mettre la vie des individus en danger. La recherche du profit sur peut se révéler même aveugle sur les conditions de vie des ouvriers. La vie humaine ne veut pas grande chose devant l’impératif de maximiser ses profits pour rentabiliser son entreprise : « L’argent n’a pas d’odeur». Autrement dit l’entrepreneur sauvage peut se donner l’ambition de faire son lot de profit sur une montagne de cadavres surtout quand la compétition reste féroce ou intense. C’est dans ce contexte que le sociologue Alex Inkel parle de « The poursuit of profit and blind market mechanisms to determine the course of economic events».

L’ÉTAT-NATION
Si la religion prône l’infaillibilité de ses lois, l’économie prône quant à elle le libre arbitre de son marché et l’État la toute puissance de la souveraineté de sa Nation. Quoique la démocratie moderne est née dans le contexte de Grands États-Nation, le nationalisme n’est pas pour autant le meilleur cadre pour définir les droits humains. En effet, les État-Nation prônant l’idéal nationaliste par lequel il vise à jouir du privilège ou du monopole de la souveraineté ne demeure pas une monstruosité politique à l’échelle planétaire ou globale dans laquelle chaque nation particulière cherche à s’imposer comme chef du reste des autres nations jugées faibles ou inférieure. En témoignent la première et la deuxième guerre mondiale. C’est dans le contexte très problématique de l’État-Nation, que les Grands États occidentaux à la suite de la deuxième guerre mondiale déclenchée par Adolphe Hitler de L’Allemagne, qu’ils se donnent la tâche prudente de se doter d’une institution supranationale dans le dessein d’arbitrer les conflits engendrés entre les Nations ou dans le cadre international et de freiner leurs ambitions morbides ou belliqueuses. C’est dans ce contexte politique et ce dessein qu’est né l’O.N.U, à savoir l’Organisation des Nations Unies qui se révèle, tant soit peu, un juge suprême des Nations en promulguant sa propre lois, la charte des droits de l’homme, que nul état ne doit violer ou sans courir le risque d’une peine ou d’une sanction. Le droit humain a pour ainsi dire une résonnance internationale.

CAUSE DU DROIT
Par ailleurs, il faut avouer certains hommes ont beau œuvrer ou écrire pour faire avancer la cause des droits humains. Par opposition à Hobbes qui recourt à la force(Léviathan), Jean Jacques Rousseau à travers ses œuvres fait avancer les droits humains envisagés sur le terrain naturel ou de la Nature par opposition à des droits sociopolitiques de classe allant au profit de certains gros potentats ou ayant droits et au détriment des petites gens. Vu que le droit collectif reste l’apanage de certaine classe de privilégiés, Rousseau plaide en faveur d’un nouveau contrat social tout en déclarant que «l’homme est né bon mais c’est la société qui le corrompt». L’œuvre de Montesquieu va aussi en ce sens.
La démocratie reste encore le cadre privilégié ou plus approprié pour produire des lois qui recherchent les droits des individus. Si la constitution comme la loi-Mère de tout pays démocratique envisage les droits humains à travers des termes très généraux, on peut du moins se fier au droit civil qui peut atteindre les droits humains à travers la vie concrète des individus.


RELATVITÉ DU DROIT HUMAIN
Notons en démocratie qu’il n’existe pas droit absolu. Tout principe de droit reste relatif pour l’individu. D’abord parce que c’est l’État (législative) qui élabore les lois, définit les droits des sujets même s’ils se font représenter par un candidat élu de leur choix tenant compte de leurs desiderata ou revendications. Autant dire, le terme relatif du droit signifie que « La démocratie peut se définir de manière sommaire comme étant le droit des uns dans le respect du droit des autres». Véritable principe d’équilibre du droit qui soutient toute la charpente démocratique sans lequel tout principe de droit peut se voir basculer dans l’absolutisme ou l’anarchie en décrivant un monde de homo homini lupus, de dent pour dent, de œil pour œil dirigé par la règle souveraine de la jungle.
Si la loi doit avoir des représentants, en aucun cas ces derniers ne doivent simplement des bénéficiaires du droit, mais des gens responsables légalement mandatés pour distribuer les droits de manière judicieuse. Sinon les juges, les législateurs passeront pour être des potentats qui font ou exécutent les lois dans le sens de leur avantage, bref des dictateurs qui dictent ses oukases ou ses ordres pour grossir seulement le lot de ses intérêts personnels. Autrement dit, quand on définit la loi (droit) en fonction des représentants qui en jouissent plutôt qu’en fonction des sujets qui la vivent, la loi ne peut être qu’une monstruosité légale, sociale. Si L’État se donne des lois qu’il bafoue lui-même en tant que représentant, cet État là doit souffrir de la pathologie de la folie ou d’une crise pédiatrique. Par contre la distribution du droit ou de la justice suppose des gens responsables, compétents et crédibles pour qu’elle soit opérante.
Tout compte fait, à mon sens, la démocratie est la volonté individuelle tant de jouir des droits que de respecter des lois que le peuple se donne.



Il est vrai que le sociologue est d'une critique acerbe, mais le désir de l'Unité nationale pour tous les fils du pays ( Noir, grimeau, mulâtre, blanc, lavalassien, macoute, opposition, gouvernant, jeune, vieux, pauvre, riche, prolétaire, bourgeois, citadin, campagnard). Tous doivent s'unir a jamais pour sauver le pays

28 octobre : Journée Internationale de la langue et de la culture créole


Chaque année, depuis 1983, le 28 octobre est une occasion de célébrer la langue et la culture créoles à travers les pays et communautés ayant le Créole en partage, soit plus de 10 millions de personnes à travers le monde...

Parmi les pays utilisant la langue créole, se trouve bien entendu la république haïtienne et nous ne résistons pas au plaisir de vous faire découvrir le portail haïtien Tanbou (voir plus bas) et ses poésies en créole :




Pwezi an Kreyòl

Powèm pa Edner Saint-Amour

Deus ex machina
Pawòl monte fè pil sou pil
Aksyon menm zerobare nil.
Yo chita tann avèk espwa
Yo kwè nan: Deus ex machina.

Pawòl monte ap fè bann
Aksyon pran rout desann.
Yo chita tann avèk espwa
Yo kwè nan: Deus ex machina.

Pawòl monte bit sou bit
Aksyon pran rout chire pit.
Yo chita ap tann avèk espwa
Yo kwè nan: Deus ex machina.

Pou viv moun dwe aji
Nan dlo moun naje pou soti.
Aide-toi le ciel t’aidera
Lavi chita nan men debouya.

Aksyon se motè yon peyi
Lalwa se volan yon peyi
Pou viv moun dwe aji
Nan dlo moun naje pou soti.

(20 fevriye 2004)


Edner Saint Amour


Edner Saint Amour

Tags Presidentielle, Au, Fiasco, En, Haiti

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   PRÉSIDENTIELLE AU FIASCO EN HAITI   Imprimer cet article
 « M6 Replay Recherche prof de creole guadeloupéen par msn » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Actualités: PRÉSIDENTIELLE AU FIASCO EN HAITI

Liens relatifs à l'article PRÉSIDENTIELLE AU FIASCO EN HAITI
Actualités: Apres le seisme, l'epidemie maintenat Haiti se prepare pour 'Tomas'
Actualités: TRES VIOLENT SEISME EN HAITI
Littérature - Art - Culture: [75] 27/04 Toussaint Louverture, Haiti et la France @ Mairie X à 19h30
Discussion générale: Hugo Chavez finance un film de Dany Glover sur HAITI
Actualités: HAITI, Chérie !
Sorties - Evénements: CONCERT CHOCOLAT Vendredi 13 Fevrier 2009 (Haiti)
Sorties - Evénements: [93] 13/12 HAÏTI One Love Festival @ St Denis
Actualités: présidentielle : quelle place faite à l'écologie ?
Sorties - Evénements: 13/02 journée de soutien/lewoz pour Haiti à Ste Genevieve des bois 91
Petites annonces: Recherche Drapeau de Haiti
Guide touristique: Haïti
Discussion générale: Ya que les antillais qui peuvent faire avancer haïti!
Sorties - Evénements: Joyshanti en concert en Haïti avec le Rivarol Music Quartet (Concert)
Littérature - Art - Culture: Le film Haïti Chérie au Musée Dapper le 16 décembre
Musiques - Artistes - DJ's: Une tite contribution pour les présidentielle 2007
Littérature - Art - Culture: Film Haïti : Jean Dominique, the agronomist
Discussion générale: L'ENJEU AFRICAIN DE LA PRESIDENTIELLE FRANCAISE DE 2007
Guide touristique: Reportage photos en Haiti
Petites annonces: Recherche info sur Haiti
Guide touristique: A SAVOIR SUR HAITI
Videos streaming: PRÉSIDENTIELLE AU FIASCO EN HAITI
Actualités: PRÉSIDENTIELLE AU FIASCO EN HAITI


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2014
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Portal | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Vidéos | Archives