Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


France culture : La Martinique et la Guadeloupe, d'hier à aujourd'hui

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Rubrique Outremer: France culture : La Martinique et la Guadeloupe, d'hier à aujourd'hui La date/heure actuelle est 13 Nov 2019 16:16 
Annonces France culture : La Martinique et la Guadeloupe, d'hier à aujourd'hui Annonces
   Article posté par galak le 22 Mai 2012 à 16:41  S'abonner au Flux Rss Au coeur des Dom-Tom: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

Émission "Sur les docks", France Culture du lundi au jeudi de 17h à 17h55, en ces temps de commémorations des abolitions de l'esclavage de 1848.

Lundi 21/05 (hier donc...en podcast) : La Martinique et la Guadeloupe, d’hier à aujourd’hui (1/4) : "Promenade antillaise"

Un documentaire de Samy Simon et Abder Isker - Rediffusion de l’émission du 23 décembre 1956

En 1956, Radio France s’appelait encore la Radio Diffusion Télévision Française. On ne disait pas « documentaire », on disait « émission culturelle réalisée à l’aide d’éléments originaux ». C’est le cas de ce voyage au cœur de ces îles « aux noms qui chantent » comme l’indique Samy Simon : Barbade, Trinidad, Haïti, et tant d’autres…
Un voyage en mer des Caraïbes, sous la forme d’un récit à la première personne, « au parfum de sucre, de cannelle et de poivre », agrémenté d’airs de biguines. Certes, les descriptions de Samy Simon ressemblent à des cartes postales sépia : la Martinique, « cette terre française sous les tropiques », est peuplée d’une population « à la peau de bronze » mais les voix d’antan ont un charme irrésistible. Elles racontent la grande et la petite histoire. A la Martinique, l’éruption de la Montagne Pelée en 1902 est suivie d’anecdotes gastronomiques : comment cuisiner un poulet créole ou un crabe de terre… En Haïti, l’évocation d’une cérémonie vaudou est illustrée de chants venus du lointain Dahomey, l’actuel Bénin.
Une promenade dépaysante en sons et en images !

Avec les voix de Leona Gabriel, Simone Valère, Jean Desailly, Pierre Bertin et Fernand Ledoux.

Production : Samy Simon
Réalisation : Abder Isker

--------------------
Mardi 22/05 (now !) : La Martinique et la Guadeloupe, d’hier à aujourd’hui (2/4) : "Martinique, terre d’hommes cassés"

Un documentaire de Fabienne Kanor, Véronique Kanor, et François Teste

1635 : la France s’installe en Martinique. 1848 : le système esclavagiste s’effondre. L’esclave est désormais libre d’aller et venir sur «son» territoire. Son ancien maître, le béké (le blanc créole), est quant à lui dédommagé de la perte de ses esclaves.
Il faudra attendre 2001 pour que la traite et l’esclavage soient proclamés crimes contre l’humanité par la France.
En ce jour du 22 mai où la Martinique commémore l’abolition de l’esclavage, nous rencontrons des Antillais qui ont engagé une procédure juridictionnelle contre l’Etat français. « Tout fait quelconque de l’homme qui cause à autrui un dommage oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer ». C’est sur cet article-là de loi que ces descendants d’esclaves s’appuient pour réclamer réparation. Ils demandent à l’Etat que l’étendue du crime commis à l’encontre de leurs ancêtres soit mesurée et son préjudice enfin évalué. Ils n’agissent pas isolément mais avec le soutien du Mouvement International de la Réparation (MIR), créé par un maire indépendantiste, Garcin Malsa.
Cette réparation n’est pas une question d’argent, mais une affaire de dignité menée par des hommes et des femmes «cassés» à l'intérieur et qui exigent d’être réparés. Ils racontent leur expérience de descendants d'esclaves et d'africains. Ils racontent la façon dont ils vivent la Martinique.
En compagnie d'un militant qui a décidé de squatter les 135 hectares de terre qu’il estime lui revenir, d'une historienne passionnée de généalogie, d’un avocat indépendantiste et d’un homme dont la grand-mère venait du Congo... nous suivons des itinéraires qui s’ouvrent sur des questions essentielles : à qui appartient la terre en Martinique ? Y a-t-il une mémoire de l’esclavage ? Comment s’est construite l’identité du Martiniquais ?

Avec :

Christophe Wosé Rangoly, slameur
Alain Manville, avocat
Annick François-Haugrin, historienne généalogiste
Garsin Malsa, maire de Sainte-Anne
Paul Loumengo
Antoine Beuze et sa famille

Le slameur Christophe Wosé Rangoly ponctue ce documentaire de sa chanson, "Imajiné". Très connu en Martinique, ses oeuvres ne sont cependant pas commercialisées.

Production : Fabienne Kanor et Véronique Kanor
Réalisation : François Teste

--------------------
Mercredi 23/05 : La Martinique et la Guadeloupe, d’hier à aujourd’hui (3/4) : "Couleur métisse ou la frontière intérieure"

Un documentaire de Meta Tshiteya et Rafik Zenine - Rediffusion de l'émission du 6 octobre 2009

Comment donc un enfant se construit-il lorsqu'il incarne le point de rencontre de deux mondes, lorsque même les traits de son visage et sa couleur de peau le distinguent non seulement de la société dans laquelle il grandit, des communautés qui l'entourent, mais aussi et surtout de ses propres parents?
Dans leur quête d'équilibre, les enfants métis doivent-ils nécessairement à un moment ou un autre « choisir un camp »? Selon quels critères et avec quelles conséquences ?
Et comment dans leurs vies d'adultes ces enfants assumeront-t-ils ce choix, comment noueront-ils des liens sociaux et personnels dans cette conscience aigüe de leur différence ?
Ce sont ces problématiques qui alimentent le débat entre Christophe et ses amis… Pourquoi ce jeune trentenaire, issu d'une famille bourgeoise de la région parisienne, entretient-t-il avec la Guadeloupe originelle de sa mère des rapports si tendus ?
Et pourquoi Vladimir, avec sa peau blanche, ses cheveux raides et ses yeux verts ressent-il encore, à trente-sept ans, le besoin de justifier et de revendiquer sa créolité ?
Les fils de l'identité sont mé-tissés serrés…

Avec :
Christophe, Vladimir, Séverine...

Production : Meta Tshiteya
Réalisation : Rafik Zenine

--------------------
Jeudi 243/05 : La Martinique et la Guadeloupe, d’hier à aujourd’hui (4/4) : "Perdus sur Tromelin – Histoire d’une survie invraisemblable"

Un documentaire d'Olivier Chaumelle et Nathalie Battus - Rediffusion de l'émission du du 14 juin 2007

Tromelin ©D.R.

La France possède des territoires assez inattendus. La République administre dans l’Océan Indien et le Canal du Mozambique (entre la côte africaine et Madagascar) des cailloux souvent inhospitaliers voire inhabitables, très éloignés les uns des autres, et joliment regroupés sous l’appellation « Iles Éparses ». Selon les latitudes, il y pousse des cocotiers ou des palétuviers. Elles ont pour nom Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’archipel des Glorieuses et Tromelin.
L’île Tromelin est parmi les plus petites de ces possessions dérisoires – mais qui délimitent des zones de pêches de plusieurs centaines de milliers de km2. Elle se situe à l’Est de Madagascar et au Nord de la Réunion, à 470 kilomètres de la première terre émergée… Elle est aride, très peu élevée – cinq mètres au-dessus du niveau de l’océan – et battue par les cyclones. Quatre météos l’occupent en permanence.
Le 31 juillet 1761, le vaisseau négrier français L’Utile, y fait naufrage. Les rescapés, dont une soixantaine d’esclaves malgaches à destination de l’île de France se réfugient sur ce qui s’appelle alors l’île des Sables. La situation semble parfaitement désespérée. On creuse des puits, et par chance, on trouve assez vite de l’eau douce. Le charpentier du navire parvient à réutiliser l’épave et construit une embarcation de fortune. À son bord, les 122 marins français parviennent à quitter cet enfer deux mois après le naufrage, en laissant les esclaves sur place, leur promettant de revenir les chercher un peu plus tard. Ils oublient très vite leur promesse et les Noirs. Ces derniers dépérissent dans l’immense solitude de l’Océan Indien. Quinze ans plus tard, en 1776, le chevalier Maurice de Tromelin aborde l’île malgré le péril que ça représente, et recueille les derniers survivants : sept femmes et un petit bébé.
La survie d’un groupe humain dans un endroit aussi ingrat paraît inimaginable. Et de fait, on n’avait jamais très bien compris comment les infortunés esclaves s’y étaient pris. Max Guérout a dirigé en 2006 l’expédition « Esclaves oubliés », à caractère historique et archéologique, qui fait la lumière sur l’organisation qu’il a fallu mettre en place pour se donner des chances de surmonter les périls. L’ordre, la méthode, la chance semblent avoir été, ici encore, les piliers d’un improbable succès.

Avec :
Max Guérout, ancien officier de marine et archéologue, initiateur de l’expédition « Esclaves oubliés » ;
Marc Gérard, ancien ingénieur météo ;
Philippe Haudrère, spécialiste de la Compagnie des Indes ;
André Oraison, juriste.

Et les voix de Luc Ponette pour les textes historiques et Laurent Lederer pour les textes imaginaires, écrits par Olivier Chaumelle.

Production : Olivier Chaumelle
Réalisation : Nathalie Battus

Source : http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks

ps. Tromelin est un îlot de l'océan indien, et non des Caraïbes. Le dernier titre qui mêle MArtinique et Guadeloupe avec cet ilot est donc étrange...

Bonne écoute !

galak, qui va écouter

Tags France, Culture, La, Martinique, Et, La, Guadeloupe, D'hier, A, Aujourd'hui

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   France culture : La Martinique et la Guadeloupe, d'hier à aujourd'hui   Imprimer cet article
 « Superbes BB Persans*** NOUVEAU CLIP - KOUSI - EN MOUVEMENT » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Au coeur des Dom-Tom: France culture : La Martinique et la Guadeloupe, d'hier à aujourd'hui

Liens relatifs à l'article France culture : La Martinique et la Guadeloupe, d'hier à aujourd'hui
Coup de coeur: A Gwada !!!!
Mode - Beauté - Santé: De retour en France avec les nouvelles perruques indétectables!!!!
Petites annonces: A Louer F3- Fort de France/ 675 Euros
Actualités: AIR FRANCE fait grève : la Martinique licencie
Guide touristique: Des gens partent en gwada cet eté?
Coup de gueule: LE PERMIS DE CONDUIRE EN GWADA c'est chaud.....
Discussion générale: installation en gwada
Musiques - Artistes - DJ's: L'épopée Kassav' sur France ô, mercredi 26 mars 2008 à 20h40
Guide touristique: [Voilier] passage madinina karoukéra
Au coeur des Dom-Tom: Séisme gwada
Actualités: [Gwada] Elections Municipales de Sainte Anne
Discussion générale: Pour France 2,Saint-George pas assez "emblématique"
Actualités: Vidéo:FRANCE 3, PIECES A CONVICTION, couleur correcte exigée
Mode - Beauté - Santé: recherche salon de coiffure au top en gwada
Coup de gueule: Discrimination géographique par France télécom
Actualités: Où est-on le plus pauvre en France?
Discussion générale: la pêche aux oursins est ouverte à madinina
Sorties - Evénements: Programme Volcreole Gwada d'Avril
Petites annonces: [vente] Appartement F3 Fort de France DIDIER 63 m2 + Cave et parking
Au coeur des Dom-Tom: [Pointe à Pitre a changé???]Gwada!
Videos streaming: France culture : La Martinique et la Guadeloupe, d'hier à aujourd'hui
Au coeur des Dom-Tom: France culture : La Martinique et la Guadeloupe, d'hier à aujourd'hui


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives