Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


Ma sentimenthèque

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Rubrique Littérature: Ma sentimenthèque La date/heure actuelle est 20 Sep 2019 20:11 
Annonces Ma sentimenthèque Annonces
   Article posté par Koutcha le 11 Décembre 2016 à 21:33  S'abonner au Flux Rss Littérature - Art - Culture: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

«Imaginer une fois encore le tout premier conteur, celui qui porte un peu mémoire des griots africains, qui devine encore l’ancienne puissance du verbe. Revivons cette scène inaugurale : un esclave meurt, les autres s’assemble autour de lui, le tambour et ses danseurs sont là, régurgitant un flot de mémoires très obscures. Un esclave de l’assistance commence d’abord à chanter, puis il perçoit soudain l’exigence de parler.
Le chant s’arrête, la parole naît.
Voilà, c’est lui.
Il ne paye pas de mine, mais c’est lui.
Il prend la parole au centre de cette scène collective qu’il parachève enfin mais que rien ne balise. Ni un signe ni un rien de symbole, pas la moindre ordonnance. Seulement des émulsions anciennes qu’il soulève du plus profond de lui, et qu’il projette dans cet espace. Ce sont des résidus de rituels millénaires et de reflexes en tradition. Ceux qui sont là ne sont pas liés entre eux, ni reliés à eux-mêmes. Celui qui alors ouvre la bouche, ce poète, capable de retrouver en lui ce qui n’existe plus, se met à filer la parole au milieu des décombres de mots de langues de chants de jeux de mythes et de cosmogonies, à les traiter sans les connaître, sans gravité possible, juste avec la vertu du rire devenu nécessaire et les légèretés retrouvées de l’esprit. Parler du bord de cet abîme où habite Bazil, mobiliser tout le possible, faire feu de tout bois, que cela provienne du maître, des Amérindiens, ou des ancêtres perdus, tout saisir dans une pulsion de naufragé, mélanger tout le possible de la liasison et de la rupture, de la marque et de l’effacement, de la synthèse et du refus de la synthèse, du dire impossible et de la verbalisation qui réenchante tous les horizons vides… c’est la poétique de notre conteur créole !...»


Patrick Chamoiseau, La matière de l’absence, Paris, Seuil, 2016, 363 p.
ISBN : 978-2-02-110588-9

Tags Ma, Sentimentheque

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   Ma sentimenthèque   Imprimer cet article
 « Mercredi 7&21 Décembre- THE SOUL AND FOOD - DJ JIM/DJ MAS #Sanz - Miss (Guyane) France née en Martinique ! » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Littérature - Art - Culture: Ma sentimenthèque


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives