Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


La Réunion en 2030 : énergie, habitations, auto, déchets

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Rubrique Outremer: La Réunion en 2030 : énergie, habitations, auto, déchets La date/heure actuelle est 21 Sep 2019 11:40 
Annonces La Réunion en 2030 : énergie, habitations, auto, déchets Annonces
   Article posté par coeurbouliki le 12 Octobre 2003 à 12:02  S'abonner au Flux Rss Au coeur des Dom-Tom: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

Quelle Réunion en 2030 ?


Trente centimes d’euros le kwh. C’est le prix auquel les particuliers peuvent aujourd’hui vendre à EDF le surplus d’énergie qu’ils produisent. Car les particuliers, dans leur case individuelle, sont désormais pour la plupart producteurs. La “maison solaire” n’est plus un rêve, et les installations photovoltaïques - qui effectuent directement la conversion d’une énergie lumineuse en énergie électrique - permettent aux foyers réunionnais de diminuer largement leurs factures...

Mais les panneaux photovoltaïques ne sont pas les seules innovations des maisons bioclimatiques, qui sont désormais systématiquement construites à la place des logements traditionnels. Antoine Bigot, directeur du service bioclimatique au conseil régional, revient sur les caractéristiques de celle que l’on a affectueusement nommée la “case du soleil”: “Elle est respectueuse de l’environnement, économe en énergie, productrice et consommatrice d’énergie verte.”


PERMIS DE CONSTRUIRE DÉLIVRÉS SOUS CONDITIONS ÉCOLOGIQUES

Dans ces constructions écolo, la gestion de l’eau est optimale : limitateurs de débit, récupération des eaux pluviales pour les chasses d’eau, lave-linge et lave-vaisselle - grâce à des kits industriels prêts à poser. La gestion de l’énergie est tout aussi exemplaire.

Elle est notamment très bien maîtrisée, et ses utilisateurs privilégient l’éclairage naturel, les lampes à basse consommation, l’équipement électroménager de classe A, ainsi que les interrupteurs et appareils programmables. Grâce à ces bâtiments simples, confortables, économes, et à des comportements responsables, la consommation d’énergie a baissé de moitié dans les foyers concernés, par rapport au début du siècle.

Les chauffe-eau solaires, construits au rythme de 9 000 chaque année depuis 30 ans, équipent dorénavant toutes les habitations. Non seulement ils sont de mieux en mieux intégrés architecturalement - dissimulés sous les combles au lieu d’être directement sur les toits -, mais aussi, ils permettent d’alimenter des radiateurs et des planchers chauffants dans les Hauts. L’habitation que l’on n’aurait pas osé imaginer dans notre paysage avant des décennies, est désormais construite au rythme de 10 000 unités par an.

Les permis de construire ne sont plus délivrés sans la prise en compte des critères énergétiques du futur bâtiment. Sont exclues, de fait, toutes les constructions non bioclimatiques. L’urbanisme ne peut que mieux s’en porter. D’autant plus que depuis quelques années, les réseaux de distribution d’électricité sont enfouis : un plus pour l’environnement, un plus également en cas de cyclone...

L’énergie produite par les villas bioclimatiques est complétée par la géothermie, les biogaz et les centrales hydroélectriques - qui servent à la fois à la production d’eau potable et d’électricité... Mais c’est avant tout sur l’éolien que la Réunion a misé. Et le pari est réussi : aujourd’hui, l’énergie du vent couvre un quart de la consommation d’électricité, même si à cause des cyclones, les éoliennes utilisées à la Réunion sont petites et démâtables.

A côté de la dizaine de grandes centrales comptant chacune 10 à 30 éoliennes, et des parcs offshore, les fermes éoliennes de proximité sont également très productives. Il suffit, pour les propriétaires, généralement des agriculteurs, de disposer d’un terrain bien venté et d’une ligne électrique proche. Ensuite, un ou deux aérogénérateurs de puissance moyenne sont installés, et l’électricité peut être consommée localement.


90 % D’ÉNERGIES RENOUVELABLES

L’île a également joué la carte de l’énergie des vagues. Considéré il y a encore trente ans comme une utopie, le wave power est désormais pris au sérieux, et les trois types d’exploitation existent à la Réunion : implantations off-shore tirant profit des variations du niveau de la mer lors du passage de la houle, grâce à un système d’oscillation de bouées ; systèmes côtiers exploitant l’énergie de la houle à la façon d’un souffleur ; éoliennes sous-marines, enfin, qui utilisent la puissance du courant sous-marin.

En effet, quoi de plus logique, sur une île, que d’utiliser la force des courants ? “L’énergie contenue dans la houle qui déferle offre un potentiel considérable, surtout dans les secteurs est et sud-ouest de l’île, un potentiel à présent bien exploité à la Réunion”, explique Jacques Petit, le président du désormais célèbre Institut houlographique.

Soleil, vent, vagues, tous les éléments naturels sont mis à contribution. Adieu pétrole, charbon et autres combustibles fossiles : trop polluantes, ces énergies ont déréglé notre climat et abîmé notre environnement pendant des décennies ; surexploitées, elles se sont petit à petit appauvries, et ont coûté cher aux pays importateurs. La Réunion, quant à elle, est aujourd’hui autonome en termes d’énergie. Et 90 % de cette énergie utilisée sur l’île est renouvelable...

------------------------------------------------------------- -------------------


Une nouvelle vie pour le lagon

Grâce aux “agriculteurs du corail“, les récifs ”menacés” le sont aujourd’hui de moins en moins. René Payet, pêcheur jusqu’en 2008, explique sa reconversion : “Maintenant, j’ai pour tâche le bouturage des coraux, qui leur redonne la vie.” Notre lagon est donc sauvé. La réserve naturelle marine, avec son zonage précis - un périmètre général, un sanctuaire, une zone de protection renforcée -, est désormais un vrai outil.

Grâce auquel l’économie littorale et celle de l’île tout entière ont été redynamisées, les sites devenant plus attractifs, et le patrimoine marin, reconnu. Si le lagon a été sauvé, c’est parce que les rejets polluants dans son eau ont été fortement réduits. Chaque commune possède ainsi au moins une station d’épuration efficace, capable de décanter, de filtrer et de traiter l’eau. Les pollutions diffuses, ensuite, ont été largement limitées : “Les agriculteurs, sensibilisés aux risques liés à leur usage de nitrates et de pesticides, ont appris à utiliser la dose idéale des nouveaux produits apportés par la recherche”, commente le Cirad (Centre de coopération en recherche agronomique pour le développement).

Quant aux zones humides de l’île, elles sont désormais protégées, ainsi que tout l’écosystème qui va avec : les étangs de Saint-Paul, du Gol ou de Bois-Rouge sont devenus des zones prioritaires. Le basculement des eaux, achevé depuis quelques années, permet aujourd’hui de mieux irriguer les cultures de l’ouest, et notamment de cannes. L’eau en tant que ressource ?

Ce n’est plus un problème, depuis que l’on utilise les eaux souterraines - essentiellement exploitées dans le nord et dans le sud de l’île -, ainsi que l’eau salée, rendue potable après être passée par une pompe filtrante. Notre jeune Office local de l’eau se charge de vérifier le “bon état écologique de l’eau” exigé par l’Union européenne, tandis que les communes et les Réunionnais ont appris à “vivre avec l’eau”, en aménageant les ravines de manière “douce”, c’est-à-dire en recréant le lit naturel des rivières, au lieu de les bétonner.

www.clicanoo.com/articles/article.asp?id=63710



La fin du règne automobile
www.clicanoo.com/articles/article.asp?id=63711




Saint-Denis / Saint-Pierre en trois quarts d’heure, même aux traditionnelles périodes de pointe, c’est aujourd’hui possible. Assis dans des wagons confortables et profitant du paysage côtier à travers les grandes baies vitrées, le voyageur réunionnais utilise désormais le tram-train : tram en ville, train en interurbain. Le TCSP (Transport en commun en site propre) est électrique, et donc respectueux de l’environnement désormais sauvé de notre île.


UN MODÈLE ÉCOLOGIQUE POUR LES ETATS VOISINS

Certes, on l’a attendu longtemps. Certes, il a coûté cher - plus de deux milliards d’euros. Mais enfin, le résultat est là : fini les embouteillages, fini la pollution liée à un carburant trop soufré. Et une belle alternative au tout-auto que l’on voyait devenir inéluctable sur l’île il y a quelques décennies. Chaque jour, ce sont soixante mille passagers qui délaissent leur voiture au profit de ce nouveau mode de transport, qui couvre tout le littoral, de Saint-Joseph à Saint-Benoît, en desservant chaque commune. Avec un arrêt en moyenne tous les 3,5 km, un passage toutes les cinq minutes aux heures de pointe, et une vitesse moyenne de 50 km/h.

Bref, de jolis RER à la sauce réunionnaise, sûrs, propres et rapides. Seul hic pour les citadins : les gares ne se situent pas dans les centres- villes, mais à leur périphérie. Les utilisateurs du tram-train ont donc le choix. Ils peuvent conduire leur véhicule électrique - ou à moteur hydrogène - jusqu’à la station, où ils achètent un billet couplant parking et transport en TCSP. Ou bien, ils peuvent enfourcher leur vélo, qu’ils installent ensuite dans le wagon spécial deux-roues du tram-train.

La bicyclette est en effet devenue la grande mode sur l’île, où “toutes les anciennes routes nationales ont été transformées en larges pistes cyclables”, se félicite Claude Hoareau, la présidente de l’association Cyclistes urbains. Dernière option : les pieds. Les Réunionnais ont aujourd’hui repris l’habitude de la marche, notamment parce que tous les trottoirs urbains ont été élargis, et les rues piétonnes multipliées.

Notre île est devenue un exemple écologique en matière de transports : vélos mis à l’honneur, nouvelle place pour le piéton, carburants écolo et moteurs électriques...
Et surtout, un tram-train innovant, que tous les petites îles et états voisins nous envient aujourd’hui, et souhaitent prendre comme modèle pour leur propre réseau.




Même les déchets peuvent être propres
www.clicanoo.com/articles/article.asp?id=63712

Des patios à la végétation abondante, deux lignes d’arbres renforçant l’ordonnancement de la façade, déjà dicté par les mâts de bois brut et de métal. Le bâtiment décrit n’est ni une nouvelle médiathèque ni un centre culturel dernier cri. C’est l’usine “de tri et de valorisation des déchets”, située dans le sud de l’île, et qui permet depuis quelques années de moderniser le traitement des collectes sélectives et des objets encombrants de la zone.


58 DÉCHETTERIES

Un centre ultramoderne, une véritable “vitrine technologique” dotée d’équipements de dépollution très performants, un bâtiment, enfin, à haute qualité environnementale. Une usine verte, en somme, qui respecte les nouvelles normes européennes en termes de dioxines et d’oxydes d’azote, qui ne rejette pas d’eaux usées dans la mer, qui évite les panachages blancs et toutes les nuisances olfactives ou sonores généralement associées à ce type d’activités. Cette usine est le symbole de la prise de conscience dans l’île des problèmes liés au cycle des déchets.

Autre exemple positif : la réhabilitation de toutes les anciennes décharges sauvages, à l’image de celle du Grand-Brûlé. Enfouissement des déchets, pose de barrières étanches, de dispositifs captant les biogaz : “Les sites sont étanchéifiés, aérés puis replantés, afin qu’ils se réintègrent petit à petit dans le paysage forestier auquel ils appartiennent”, explique l’Office national des forêts. Une usine de recyclage des pneus a également vu le jour, et on compte désormais 58 déchetteries sur toute l’île, contre une quinzaine au début du siècle... Grâce à une collecte sélective bien rodée, le cycle des déchets est aujourd’hui complet.

Et respectueux de l’environnement, de A à Z. Car les comportements ont bien changé, à force de sensibilisations et de réglementations. Aujourd’hui, tout le monde est prudent et économe. En sacs de supermarchés par exemple : aux bons vieux sacs plastique ont ainsi succédé les sachets en polypropylène, et les cabas personnels. C’est donc grâce à la prise de conscience de chacun que l’environnement réunionnais peut enfin respirer et ne plus être asphyxié sous des monceaux de déchets...

Tags La, Reunion, En, 2030, Energie, Habitations, Auto, Dechets

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   La Réunion en 2030 : énergie, habitations, auto, déchets   Imprimer cet article
 « Leur île en 2030 selon “Futurs Réunion” Kamo version papier » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Au coeur des Dom-Tom: La Réunion en 2030 : énergie, habitations, auto, déchets

Liens relatifs à l'article La Réunion en 2030 : énergie, habitations, auto, déchets
Petites annonces: Bonnes et mauvaises auto - écoles.
Guide touristique: Promo d'Automne d'Air France vers les Antilles , Guyane et la Réunion
Auto - Moto: DéSODORISANT AUTO CARTE GWADA/MADININA COCO VANILLE
Guide touristique: Tour de la Réunion des Communes - 3. Saint Joseph
Petites annonces: Cherche photos ou cartes postales: réunion et ile maurice
Petites annonces: Trouver du boulot à la Réunion
Auto - Moto: A vendre matériel hi-fi (auto)
Petites annonces: cours de dancehall dans le sud de la réunion
Sorties - Evénements: reveillon fin d'année à la Réunion?
Sorties - Evénements: NAESSAYE le groupe mythique de la réunion en Concert live à ORLEANS
Petites annonces: RECHERCHE LOGEMENT +CONTACTS SUR L'ILE DE LA REUNION
Sorties - Evénements: Une convention Stargate SG-1 à La Réunion, 27-29 Juin
Musiques - Artistes - DJ's: à l'attention des amis de La Réunion
Au coeur des Dom-Tom: LA FORCE UNIE DE L'OUTREMER: REUNION D'INFORMATION CE SAMEDI
Discussion générale: Economie d'énergie
Petites annonces: offre place container métropole / réunion
Informatique: Forum Adsl Sfr Reunion.
Mode - Beauté - Santé: LISSAGE BRESILIEN A LA REUNION: ou trouver les soins et shampoings?
Gastronomie: Incontournable à la Réunion : le carri tangue
Actualités: LE site de REUNIONBYSAT au coeur de la Réunion
Videos streaming: La Réunion en 2030 : énergie, habitations, auto, déchets
Au coeur des Dom-Tom: La Réunion en 2030 : énergie, habitations, auto, déchets


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives