www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !

GAGNEZ DES PLACES DE CINÉ UGC, GAUMONT ET PATHÉ EN LIGNE



La politique



Accueil » Forum » Discussion générale: La politique

Auteur: Annonces
Sujet: La politique

Auteur: Sylvio
Date: 31 Mai 2006 18:54
Sujet du message: La politique
Vous avez beau ne pas vous occuper de politique, la politique s'occupe de vous tout de même [Charles de Montalembert] .

Auteur: cocoqueen
Date: 31 Mai 2006 19:00
Sujet du message: La politique
c'est bien sujet à la berlusconi ça!

Auteur: datgirltwista
Date: 01 Juin 2006 00:36
Sujet du message: La politique
je viens de voir qu il y a un film sur chirac qui est sorti
remarqe ca a l air marrant
heureusement qu il se represente pas enfin il peut pas de toute facon...sinon ca aurait pu lui faire gagner des points ca

Auteur: Missyna alna
Date: 18 Déc 2008 23:41
Sujet du message: La politique
Les perles des politiques (source) (tirades à retenir pour os soirée mondaines)

"Même en avion, nous serons tous dans le même bateau" (Jacques Toubon)

"Je ne suis candidat à rien" (Nicolas Sarkozy)

"Les veuves vivent plus longtemps que leurs conjoints" (Jean-Pierre Raffarin)

"Qui n'est pas venu sur la grande muraille n'est pas brave. Et qui vient sur la grande muraille conquiert la bravitude" (Ségolène Royal)


"Même quand je ne dis rien, cela fait du bruit" (Ségolène Royal)

"La meilleure façon de résoudre le chômage, c'est de travailler" (Raymond Barre)

"Ma femme est un homme politique" (Jacques Chirac)

"Ils m'ont mal sous-estimé !" (George W. Bush)


"Quand le moment est venu, l'heure est arrivée" (Raymond Barre)

"Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, je l'ai toujours dit" (Jacques Chirac)

"Il y a une grande confiance autour de moi. Je le sens chaque jour, quand les gens que je rencontre me disent : Ne nous laissez pas tomber une fois de plus!" (George W. Bush)


"Il doit bien rester un angle de tir pour la paix" (Bernard Kouchner)


"Il doit bien rester un angle de tir pour la paix" (Bernard Kouchner)

"Pour moi, la femme idéale, c'est la femme corrézienne, celle de l'ancien temps, dure à la peine, qui sert les hommes à table, ne s'assied jamais avec eux et ne parle pas" (Jacques Chirac)


"Mamère Noël est une ordure" (Michel Charasse)

"Je crois que nous sommes d'accord, le passé est fini" (George W. Bush)

"C'est un texte facilement lisible, limpide et assez joliment écrit : je le dis d'autant plus aisément que c'est moi qui l'ai écrit" (Valéry Giscard d'Estaing au sujet du projet de Constitution Européenne)

"Si Bush et Thatcher avaient eu un enfant ensemble, ils l'auraient appelé Sarkozy" (Robert Hue)

"Quand est-ce qu'on se tire ? C'est sinistre ici." (Jacques Chirac, à l'enterrement de Roger Frey)

"De plus en plus, nos importations viennent de l'étranger" (George W. Bush)


"En matière de politique internationale, on ne retient mes propos que si je dis une connerie" (Jacques Chirac)

"La droite et la gauche, ce n'est pas la même chose" (Pierre Mauroy)

"Saint Louis rendait la justice sous un chêne. Pierre Arpaillange la rend comme un gland" (André Santini)

"La troisième priorité est de donner la première des priorités à l'enseignement" (George W. Bush)


"Pour moi, la femme idéale, c'est la femme corrézienne, celle de l'ancien temps, dure à la peine, qui sert les hommes à table, ne s'assied jamais avec eux et ne parle pas" (Jacques Chirac)


"Mamère Noël est une ordure" (Michel Charasse)

"Je crois que nous sommes d'accord, le passé est fini" (George W. Bush)




"En matière de politique internationale, on ne retient mes propos que si je dis une connerie" (Jacques Chirac)

"La droite et la gauche, ce n'est pas la même chose" (Pierre Mauroy)

"Saint Louis rendait la justice sous un chêne. Pierre Arpaillange la rend comme un gland" (André Santini)

"La troisième priorité est de donner la première des priorités à l'enseignement" (George W. Bush)


''Je sais ce que je crois. Je continuerai à exprimer ce que je crois, et ce que je crois... je crois que ce que je crois est bien" (George W. Bush)

"J'étais partisan du non, mais face à la montée du non, je vote oui" (Manuel Valls)

"Que l'on soit pour ou contre la Turquie, on ne pourra pas changer l'endroit où elle se trouve" (Michel Barnier)

'Vous, les Soviétiques... Cette belle ville de Léningrad..." (Jacques Chirac en visite à Saint-Pétersbourg)


"Je me demande si l'on n'en a pas trop fait pour les obsèques de François Mitterrand. Je ne me souviens pas qu'on en ait fait autant pour Giscard" (André Santini)

"Le pétrole est une ressource inépuisable qui va se faire de plus en plus rare" (Dominique de Villepin)

"Villepin fait tout, je fais le reste" (Renaud Muselier)


"La moitié du nuage d'ozone qui sévit dans la région parisienne est d'importation anglaise et allemande" (Roselyne Bachelot)

"Il est plus facile de céder son siège à une femme dans l'autobus qu'à l'Assemblée nationale" (Laurent Fabius)

"Bien sûr que je suis de gauche ! Je mange de la choucroute et je bois de la bière" (Jacques Chirac)


"Je suis venu dire aux Français qu'il est temps de renoncer au renoncement" (Jacques Chirac)

"Voici que s'avance l'immobilisme et nous ne savons pas comment l'arrêter" (Edgar Faure)

"Pour une fusillade qui est mortelle, il y en a environ trois sans mort d'homme. Et, mes amis, cela est inacceptable en Amérique. C'est totalement inacceptable. Et nous devons agir" (George W. Bush)

"Les socialistes aiment tellement les pauvres qu'ils en fabriquent" (Jacques Godfrain)


"A mon âge, l'immortalité est devenue une valeur-refuge" (Valéry Giscard d'Estaing, reçu à l'Académie française).

"Un chef, c'est fait pour cheffer" (Jacques Chirac)

"J'ai entendu, il ya des rumeurs sur Internet, que nous allons avoir un projet" (George W. Bush)

"Je vous le promets, nous aurons d'autres victoires" (François Bayrou, au soir de sa défaite aux municipales)


"Quand j'ai appris que Xavier Bertrand appartenait à la franc-maçonnerie, je ne me suis pas étonné de le découvrir maçon ; mais franc, ça m'en bouche un coin" (François Fillon)

"Je vous promets que je vais écouter ce qui a été dit ici, même si je n’étais pas là" (George Bush)

"Moi, je n'aime pas les voitures blindées parce qu'on ne peut pas ouvrir les fenêtres complètement ; j'aime avoir le bras dans une fenêtre ouverte" (Jacques Chirac)

"Je voulais voir les Antilles de vive voix" (Bernard Laporte, débarquant en Guadeloupe)

"Ça m'en touche une sans faire bouger l'autre" (Jacques Chirac)

"Il faut avoir conscience de la profondeur de la question du sens" (Jean-Pierre Raffarin)

"Les retraits de l'UIMM, c'est mieux que la valise RTL" (Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO)


"Vous avez vu comme monsieur Sarkozy est populaire en forêt amazonienne ?" (Christian Estrosi, s'adressant à des journalistes accompagnant le chef de l'Etat en Guyane)

"Et je dis aux Français : vous n'êtes pas dans un pays où la corruption règne" (Jacques Chirac)

"Je me retrouve avec la journée des droits de l'Homme sur les bras et Kadhafi sur le tarmac" (Rama Yade)


"Ne montez pas, il y a du monde dans la rue" (François Bayrou disant à Ségolène Royal de ne pas monter chez lui, un soir entre les deux tours de la présidentielle, selon le récit de l'ex-candidate PS dans son livre)
Réponse de Ségolène Royal : "Il m'a fait l'impression de l'amant qui craint la panne..."

"Je ne pourrais pas imaginer quelqu'un comme Oussama Ben Laden comprendre la joie de Hanoukka" (George Bush)

"La souris, qu'est-ce que c'est ?" (Jacques Chirac, en 1996, lors de l'inauguration de la bibliothèque François Mitterrand, alors qu'un jeune homme lui faisait une démonstration d'informatique)

"Johnny Hallyday qui annonce son intention de rester français et Bernard Laporte qui entre au gouvernement, c'est une période faste pour l'intelligence française" (François Goulard, député UMP)

"Victor Hugo disait joliment 'la nature nous parle, mais nous ne l'écoutons pas'. Je ne suis pas sûr d'ailleurs qu'il parlait d'écologie à ce sujet, mais enfin, peu importe" (Jacques Chirac)

"Vous savez, l'une des parties les plus difficiles de mon travail est de connecter l'Irak à la guerre contre le terrorisme" (George W. Bush)


"Est-ce que vous trouvez normal que la plupart des grandes entreprises françaises appartiennent à des retraités de Californie ou d'Angleterre ?" (Jacques Chirac)

"Pour faire face à la hausse du prix du pétrole, je conseille aux Français de faire du vélo" (Christine Lagarde)

"Je suis le commandant : vous voyez, je n'ai pas besoin d'expliquer, je n'ai pas besoin d'expliquer pourquoi je dis les choses. C'est ce qui est intéressant du fait d’être président" (George W. Bush)

Auteur: Missyna alna
Date: 28 Sep 2010 21:00
Sujet du message: La politique
Lapsus politiques
Source : societe.fluctuat.net
Depuis 24h, Rachida Dati est la risée du web français pour avoir dénoncé sur le plateau de Dimanche Plus les fonds d'investissement qui veulent une "rentabilité à 20, 25 %, avec une fellation quasi-nulle" (elle voulait bien sûr parler d'inflation).

Dati confond "inflation" et... "fellation"


Citation:
 
L'ancienne Garde des Sceaux n'est évidemment ni la première ni la dernière à commettre ce type de bourde verbale. De Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal en passant par Eric Woerth ou François Hollande, les femmes et hommes politiques ont l'habitude de commettre des lapsus plus ou moins révélateurs. Petit florilège des cas les plus éloquents. 
 

Auteur: Missyna alna
Date: 28 Sep 2010 21:02
Sujet du message: La politique
Citation:
 
Eric Woerth : "J'ai lancé toutes les procédures pour renforcer la fraude fiscale"

Alors que l'affaire Woerth-Bettancourt démarrait tout juste, le Ministre du travail s'emmêlait déjà les pinceaux en juin dernier au micro de RTL. Accusé d'avoir couvert de la fraude fiscale, Eric Woerth assure qu'il l'a au contraire renforcée. Croustillant. 
 



Auteur: Missyna alna
Date: 28 Sep 2010 21:04
Sujet du message: La politique
Citation:
 
Nicolas Sarkozy : "Le paquet fiscal est une politique pour quelques uns et pas pour tous. Les Français ont raison de le croire."

Alors que le paquet fiscal fait toujours débat, y compris au sein de la majorité, on se souvient que le chef de l'Etat avait lui-même commis un lapsus savoureux sur cette réforme emblématique de son début de quinquennat. Nicolas Sarkozy déclarait ainsi en avril 2008 : "Une partie des Français se dit : ‘il fait une politique pour quelques uns et pas pour tous'. Si les Français croient ça – et ils ont raison de le croire – je dois en tirer des conséquences immédiates…" Deux ans après, on attend toujours 
 



Auteur: Missyna alna
Date: 28 Sep 2010 21:06
Sujet du message: La politique
Citation:
 
Dominique de Villepin : "La démission du conseil constitutionnel"

Premier ministre pris dans la tempête du décrié CPE (Contrat Première Embauche), en 2006, Dominique de Villepin demande aux députés un peu de patience : "attendons le Conseil constitutionnel qui prendra sa démission demain". Avant de se reprendre dans la foulée, alerté par les fous rires de l'Assemblée : "qui prendra sa décision demain". 
 



Auteur: Missyna alna
Date: 28 Sep 2010 21:08
Sujet du message: La politique
Citation:
 
Ségolène Royal : "Il faut redonner de la précarité"

La gauche n'est bien sûr pas en reste en matière de lapsus. Exemple avec ce contre sens de Ségolène Royal aux prémices de la campagne présidentielle 2007 : "Il faut redonner de la précarité, c'est un vrai combat". Même le Medef n'aurait pas osé… 
 



Auteur: Missyna alna
Date: 28 Sep 2010 21:10
Sujet du message: La politique
Citation:
 
François Hollande : "Si on veut battre la gauche"

Toujours en 2007, François Hollande avait lui aussi vu sa langue fourcher lors d'un meeting où il déclara : "Il faudra leur rappeler cette leçon simple, que si l'on veut battre la gauche, y a qu'avec la gauche, pardon… ". Un lapsus prémonitoire qui a bien fait rire les militants socialistes. Du moins sur le coup. 
 



Auteur: Missyna alna
Date: 28 Sep 2010 21:14
Sujet du message: La politique
Citation:
 
Lionel Jospin : DSK, "directeur du front national international"

Lionel Jospin, qui s'y connait également en défaite, est lui à créditer d'un lapsus un peu différent, commis au sujet de Dominique Strauss-Kahn, présenté comme le "directeur du front national international" par l'ancien Premier Ministre (à 6'04 sur la vidéo). "Vous voyez, il était temps que je m'arrête !", s'amuse celui qui s'est retiré de la vie politique…  
 





Citation:
 

Georges Marchais : "Ça ne me branle pas"

Bien avant la dictature du buzz, on se gaussait déjà des lapsus de politiques. La preuve avec cette interview vintage de Georges Marchais. Au journaliste qui lui demande s'il n'est pas ébranlé dans ses convictions communistes, l'ancien secrétaire général du PCF répond : "ça ne me branle pas".  
 


Ok, cela peut arriver à tout le monde, mais cela n'interdit pas de le relever et d'en rire. On le fait bien dans la vie de tous les jours. Pourquoi s'en priver.

Auteur: Missyna alna
Date: 09 Avr 2011 09:09
Sujet du message: La politique
Allez petit cours appliqué de langue de bois ,

FRANCK LEPAGE - LANGUE DE BOIS








Un extrait de la "conférence gesticulée" de Franck Lepage : Inculture(s). Le langage officiel y est étudié comme un sujet digne de son nom.
Pour plus d'infos : http://www.scoplepave.org: oopérative d'Education Populaire .

Fondamentaux du groupe : http://www.scoplepave.org/fondamentaux2.php

En complément un rappel du principe de Peter: Chaque employé tend à s’élever à son niveau d'incompétence. Certains élements du texte peuvent facilement être illustrer par certains cas en politique.

Auteur: Belboug
Date: 09 Avr 2011 17:00
Sujet du message: La politique
C'est un ...GODE...des bonnes pratiques ( Rachida Dati)


Auteur: Missyna alna
Date: 08 Juil 2011 17:41
Sujet du message: La politique
Le registre de langage plus que familier de certains politique me . Mais bon, c'est le peuple français que les a démocratiquement placé là où ils sont .


Perle du jour:
"Je ne dit pas que c'est un rapport politique, mais je dis que c'est un rapport qui est contestable, et comme il est contestable , je le conteste" -Claude Gueant ,ministre de l'intérieur,concernant le bilan de la cours du compte peu flatteur concernant la gestion des forces de l'ordre.

Français!!! , française!!! , prenez note, quand c'est contestable , contestez . Pour les autres prenez garde que l'on aille pas trop fouiller dans vos placards (cf le cas de [url=http://www.metrofrance.com/info/conductrice-voilee-hortefeux-veut-dechoir-son-mari-de-la-nationalite-francaise/mjdx!lHmQqYBnw01DI/]Lies Hebbadj [/url])

Auteur: Missyna alna
Date: 05 Jan 2012 14:00
Sujet du message: La politique
Pour être en phase avec l'actualité
Pour ceux en quête de lecture divertissant et éventuellement instructive (surtout si on veut acérer sa langue):
Petit dictionnaire des injures politiques de Bruno Fuligni (Auteur) - 2011 - 520 pages


Citation:
 

Présentation de l'éditeur
De la naissance de la République à nos jours, un florilège tour à tour amusant, ridicule et parfois terrible de ce que les hommes et les femmes politiques français ont dit et écrit de leurs adversaires.
« Bayrou fait l impression de l amant qui craint la panne... »
« Fabius est au Premier ministre ce que le Canada Dry est à l alcool. »
« La présidentielle, Hollande y pense en nous rasant. »
« Marine Le Pen, Une gourgandine sans foi ni loi, sans doctrine, sans idéal. »
« Ségolène Royal, une Frédégonde qui serait passée par la Star Ac ! »
« Sarkozy est passé de la présidence bling-bling à la présidence couac-couac ! »
Biographie de l'auteur
Écrivain et historien, Bruno Fuligni est né en 1968. Haut fonctionnaire, maître de conférence à Sciences po, il est l auteur de quinze ouvrages sur l histoire politique française et a dirigé deux ouvrages collectifs remarqués : Dans les secrets de la police. Quatre siècles d'Histoire, de crimes et de faits divers dans les archives de la Préfecture de police (L'Iconoclaste, 2008) et Dans les archives inédites des services secrets. Un siècle d histoire et d'espionnage français (1870-1989) (L'Iconoclaste, 2010). Grand amateur d aventures humaines insolites, chasseur de curiosités, il a aussi écrit huit documentaires et docu-fictions, ainsi qu une pièce de théâtre, La Valise de Jaurès.  
 



Cela doit surement pouvoir se dénicher en bibliothèque.

Auteur: Missyna alna
Date: 09 Jan 2012 13:33
Sujet du message: La politique
Tout un chacun peut s'y lancer mais veiller à avoir les sous et/ou la "notoriété"


Tour d'horizon très sommaire:

Citation:
 
Célébrités et politique, un mariage qui peut marcher
20 Minutes
Créé le 03/01/2012 à 20h10 -- Mis à jour le 03/01/2012 à 20h15

TOUR D'HORIZON - Avant Youssou Ndour au Sénégal, de nombreuses personnalités du monde du divertissement ont tenté l'aventure de la politique...

Le chanteur-vedette sénégalais Youssou Ndour, 52 ans, a annoncé lundi soir qu'il sera candidat à l'élection présidentielle de février. L'artiste aux 20 albums n'est pas la première célébrité du monde du divertissement (cinéma, musique ou sport) à se lancer dans la politique. 20 Minutes vous propose un récapitulatif non-exhaustif des célébrités ayant voulu, avec plus ou moins de succès, se frotter au pouvoir ou à l’électeur.
Une présidence convoitée

L’élection au poste le plus important a été convoitée à plusieurs reprises par les célébrités. Avant Youssou Ndour, d'autres musiciens ont tenté leur chance, notamment en Haïti, où deux chanteurs ont annoncé leur candidature à l’élection présidentielle de 2011. L'un a eu plus de succès que l'autre: Wyclef Jean, chanteur et ancien membre des Fugees, s'est lancé en août 2010 dans la course à la présidentielle avant que sa candidature soit refusée à cause de son lieu de résidence (les Etats-Unis). Il a ensuite soutenu la candidature d'un autre musicien, Michel Martelly, qui sera élu président en mai 2011.

Aux Etats-Unis, la présidence a surtout séduit les acteurs. Tout le monde connaît Ronald Reagan, acteur dans de nombreux films et séries et à la tête du pays pendant deux mandats. Moins connu, l'acteur Fred Thompson (notamment vu dans la série New York Police Judiciaire) a brigué -sans succès- la candidature républicaine à l’élection présidentielle de 2008. On peut aussi mentionner Arnold Schwarzenegger, ex-gouverneur de Californie, qui aurait sans doute brigué lui aussi la présidence s'il n’était pas né en-dehors du pays. Au Libéria, le footballeur George Weah a lui aussi tenté sa chance pour l’élection présidentielle de 2005, finalement battu avec, tout de même, plus de 40% des voix.

L'exercice de l'Etat

Il n'y a pas que la présidence dans la politique: de très nombreuses célébrités sont entrées dans un gouvernement ou dans un Parlement. Parmi les plus célèbres, on peut citer la chanteuse et députée européenne Nana Mouskouri, l'actrice, chanteuse et ministre Melina Mercouri, le musicien et ministre Gilberto Gil, le footballeur et ministre Pelé ou encore le rockeur et ministre Peter Garret.
En France aussi

L'Hexagone n'est pas épargné par les célébrités engagées en politique. Dans le désordre, l'UMP par exemple a su séduire Chantal Jouanno, David Douillet, Bernard Laporte ou Gilbert Montagné. L'ex-actrice porno Zara Whites s'est engagée chez Alliance écologiste indépendante, un parti pour lequel s'est présenté Francis Lalanne lors des dernières européennes, après sa présence sur une liste indépendante aux dernières élections municipales à Montauban. Yves Duteil, Bernard Menez, Elodie Gossuin ou encore Nicolas Hulot, dans des registres différents, se sont aussi engagés dans la politique.

La dernière célébrité française ayant annoncé son projet politique, et aussi peut-être la plus improbable, est le chantre de la «bogossitude» et personnalité de la télé-réalité Mickaël Vendetta, qui avait prévenu fin décembre être en train de «faire les démarches pour être député». Les vocations ne sont pas en crise.
Nicolas Bégasse  
 


Il n'y a je l'espère pas que les notables et les célébrités qui puissent se lancer avec succès en politique.

Mmmh, sait pas où poster concernant la candidature de Youssou Ndour, j'ai aussi la flemme de créer un sujet spécifique sachant qu'il ne marquera pas l'actualité longtemps.

Auteur: Missyna alna
Date: 08 Fév 2013 15:28
Sujet du message: La politique
L'activité politique laisse largement de temps pour le divertissement :

Citation:
 
Mariage gay : Scrabble à l'Assemblée, polémique compte double


La photo qui a enflammé l'Assemblée nationale, mardi soir. © DR

Le Point.fr - Publié le 06/02/2013 à 06:59 - Modifié le 06/02/2013 à 17:01

Un tweet avec la photo d'un député jouant au Scrabble pendant les débats sur le mariage gay a enflammé l'Assemblée nationale, mardi soir.

=

Le président des députés PS Bruno Le Roux a jugé mardi "inadmissible", voire "diffamatoire", la diffusion sur le réseau social Twitter, via le compte d'un député UMP, d'une photo mal légendée d'un député socialiste jouant au Scrabble dans l'hémicycle en plein débat. Plusieurs photos de députés jouant au Scrabble ou à d'autres jeux sur leurs tablettes numériques, au cours du débat sur le projet de loi autorisant le mariage homosexuel, ont été publiées sur Internet et ont suscité des messages moqueurs sur le réseau social.

Le député UMP Marc Le Fur a envoyé, sur son compte Twitter, l'une d'entre elles, dont la légende affirmait qu'il s'agissait du député PS Guillaume Bachelay de Seine-Maritime, avec cette mention : "Mariage gay, adoption PMA GPA, ce député décide du sort des enfants de France." Marc Le Fur a ensuite précisé qu'il s'agissait en fait d'un député socialiste de Saône-et-Loire, Thomas Thévenoud, et a présenté ses excuses à Guillaume Bachelay, présent dans l'hémicycle.
"Opprobre"

Auparavant, Bruno Le Roux avait dénoncé, photocopie de photo en main, "l'opprobre" jeté sur Guillaume Bachelay, numéro deux du PS. Il avait demandé une suspension de séance pour que soit mis "fin" à "ces attaques", qui relèvent, selon lui, de la "diffamation" et plaidé de nouveau pour que l'usage des réseaux sociaux soit "maîtrisé" par les députés.

Le président des députés UMP Christian Jacob a estimé qu'il n'y avait pas à réagir aux "invectives" de Bruno Le Roux et que si le sujet était d'"importance" il fallait réunir "une conférence des présidents". Depuis vendredi, les tweets font régulièrement des incursions dans l'hémicycle. Chaque camp protestant contre le tweet d'un député de l'autre camp. Lundi, un député UMP, Philippe Gosselin, a demandé une réflexion sur l'usage des réseaux sociaux par les députés.
 
 


Et on veut faire croire aux écolier que cela vaut la peine de suivre avec attention en cours , car c'est un comportement clef dans le monde du travail

A mon avis, là où ils sont placés par la voix du peuple, ils n'ont absolument rien à craindre de l'action du peuple vis à vis de l'image qu'ils renvoi de l'activité politicienne (quasi inutile à l'échelle du citoyen et bien onéreuse).

Auteur: Missyna alna
Date: 14 Mai 2013 12:59
Sujet du message: La politique
Amalgame du jour, par un élu cumulard désigné par le peuple français: "Les casseurs sont surement des descendants d'esclaves ils ont des escuses #Taubira va leur donner une compensation" posté sur Twetter par Jean-Sébastien Vialatte ,député UMP de la 7ème circonscription du Var et maire de Six-Fours-Les-Plages.
Cette remarque a pour objet les graves incidents ayant gaché la manifestations festive en l'honneur de la victoire du PSG . Pouvait-t' on en attendre moins des enragés de la Capitale, en quête de la moindre occassion pour mettre la pagaille (Pillage-Sacage-Grabuge)?




Pour en revenir aux propos tenus, descendants d'esclaves? A quels esclaves il fait référence?
Les assaillants laissaient voir de façon obstentatoires les marques aux fers rouges laissées sur la peau ou les cicatrices dues au fouet?
Il faisait peut être référence aux descendants d'eclaves/esclaves modernes du monde du travail?

Au lieu de ce pencher sur le "prestige" historique de la royauté, certains devrait penser à reviser l'histoire du peuple de France , notamment la section servage avant de tenir des propos inconsidérés sur les descendants d'esclaves.


Ce matin, à la radio, le candidat FN à la mairie de Marseille s'est même essayé à une explication où descendants d'esclaves et immigration se confondent sournoisement. . Il a raté le coche et n'a pas su tirer son épingle du jeu en n'apportant pas de correction à cette synonymie inventée . Son parti ferait de belle économie en s'épargnant une campagne municipale à perte dans une ville cosmopolite qui a déjà son lot de clivage.

Avec des têtes pensantes suceptibles de sortir des reflexions de cet accabit, pas facile d'espérer une action politique salvatrice. Je préfere largement croire au pouvoir de l'argent.

Auteur: Missyna alna
Date: 16 Mai 2013 13:17
Sujet du message: La politique
Dans la catégorie "je n'ai pas de face" : "c'est moins grave de mentir pendant 15 secondes devant 577 députés que de mentir depuis un an sur l'état de la France, comme le fait François Hollande" phrase apparemment prononcée par Jérôme Cahuzac après sa démission devant d'anciens conseillers.

Un élu qui sied fort bien aux électeurs?

Auteur: Missyna alna
Date: 28 Avr 2014 12:21
Sujet du message: La politique
Dans la catégorie onéreuse pénitence, cas de Jean-Sébastien Vialatte (cf post du 14 Mai 2013).

A l'occasion de la Commémoration de l'abolition de l'esclavage le dimanche 27 avril 2014 l'élu a offert à la population une séance cinéma pour le film "12 years a slave" de Steve McQueen.

L'annonce :

Citation:
 
A l'occasion de la COMMEMORATION DE L'ABOLITION DE L'ESCLAVAGE

Jean-Sébastien VIALATTE et Karfa Sira DIALLO organisent dimanche 27 avril 2014 à 18h00 une projection du film
"12 years a slave" de Steve McQueen,Oscar du meilleur film 2014

A l'issue de la séance, discours et lectures de textes

Entrée libre, places achetées et offertes par Jean-Sébastien Vialatte.
Réservation directement auprès du cinéma 04 94 26 58 48
Organisation:

Six N'Etoiles
48, rue de la République
Centre Ville
83140 Six-Fours 
 


Source : http://www.ouest-var.net/agenda/commemoration-de-l-abolition-de-l-esclavage-22208.html

Article :
Citation:
 

« Célébrer le 27 avril pour combattre le racisme d'aujourd'hui » Jean S.Vialatte, Député du Var
SENENEWS.com | 25/04/2014 à 09:27 - Mis à jour le 27/04/2014 à 09:18

SENENEWS.COM- Dans le cadre de la célébration de l'abolition définitive de l'esclavage, le député du Var réalise l'acte 2 du protocole de réparation de son «tweet raciste» signé avec la Fondation du mémorial de la traite des noirs le 26 juin dernier à l'Assemblée nationale française

On se rappelle l’émoi qu'avait suscité la déclaration malheureuse du député Vialatte à la suite des incidents du Trocadéro (14 mai 2013) relatifs à la victoire du PSG au championnat. Devant la violence des saccages, le maire de Six Fours Les Plages, innocente station balnéaire des bords de Méditerranée, n'avait rien trouvé de mieux que de déclarer sur son compte twitter «les casseurs sont des descendants d'esclaves».

Condamnée et dénoncée par toute la classe politique, cette déclaration lui avait valu deux plaintes pour «incitation à la haine et à la discrimination raciale» déposées respectivement par la Fondation du mémorial de la traite des noirs et par le collectif Dom. Soutenue par le CRAN, la Fédération des associations africaines et créoles et par l'Union Nationale de l'Outre Mer, la fondation du mémorial avait retiré sa plainte et réussi à convaincre le député de signer un protocole de réparation à l'Assemblée nationale le 26 juin 2013.

Dans ce document signé en grande pompe à l'assemblée nationale, parrainé par Françoise Vergés, Doudou Diène et Hughes Liborel Pochot, le député Vialatte s’était notamment engagé à organiser un festival annuel sur l'esclavage et le racisme. A la suite d'un premier événement, le 19 octobre dernier, consistant en une conférence, une exposition pédagogique et des rencontres avec des élèves, le député poursuit dans sa logique en organisant une rencontre dans le cadre de la célébration du decret de Victor Schoelcher abolissant définitivement l'esclavage le 27 avril 1848.

A l'occasion du second acte de cette réparation prévue dimanche à Six fours les Plages, le député Vialatte nous a accordé une interview exclusive.

SENENEWS- Quel sens donnez vous à la commémoration de l'abolition de l'esclavage que vous organisez le 27 avril à Six Fours Les Plages?

Jean Sébastien Vialatte: Engagé dans l'action publique depuis de nombreuses années, j'ai toujours défendu avec force les valeurs qui fondent notre pacte Républicain de Liberté, d’Égalité, de Fraternité, auxquelles vous me permettrez d'ajouter la laïcité.

Fort de ces convictions, mises notamment en œuvre dans le cadre de la politique du Devoir de Mémoire de notre commune, j'ai souhaité m'engager avec vous à travers des actions mémorielles ou culturelles, comme la projection du film « 12 years a slave » afin que chacun puisse aborder l'Autre à travers ce qui nous rassemble plus que ce qui nous oppose.

Senenews- Quel bilan faites vous du protocole de réparation du tweet qui vous a valu une assignation en justice?

Jean Sébastien Vialatte: Au delà des liens humains tissés avec les différents acteurs de ces journées, je veux saluer le succès de la manifestation « La négritude est un humanisme » qui s'est déroulée le 19 octobre dernier à Six-Fours.

A travers les échanges que nous avons pu avoir lors des débats, il convient de souligner l'intérêt des scolaires pour le travail de l'artiste Joël Biron Casimirius.

Tout cela illustre combien nos concitoyens sont attachés aux valeurs républicaines évoquées précédemment, mais aussi combien ils sont animés d'une grande tolérance et d'un profond respect de leur prochain.

Senenews- Quels sont les projets sur lesquels vous souhaitez travailler dans le cadre de la lutte contre le racisme, l'intégration et la solidarité internationale?

Jean Sébastien Vialatte: Être un Républicain engagé, aujourd'hui c'est être un citoyen du monde. A l'heure de la globalisation, on ne peut pas rester insensible à ce qui se passe à travers la planète et, comme vous le savez, la ville de Six-Fours les Plages a depuis de nombreuses années, une action volontariste en la matière: actions de coopération décentralisées pour le creusement de puits au Mali, soutien aux associations Sekolin Ny Masoandro, oeuvrant à Madagascar ou au Burkina Faso avec l'assoiciation Camelia Burkina dont il faut saluer le travail, partenariat culturel avec la Tunisie, ou encore signature de la charte du Commerce équitable qui montrent combien la ville sait faire preuve d'une grande solidarité.

Mais être citoyen du monde, c'est être aussi citoyen de son pays, en défendre les valeurs, comme celles des Droits de l'Homme, qui sont la négation même du racisme et c'est fort de ces convictions que je suis engagé depuis de nombreuses années auprès de l'association d'insertion « Femmes dans la cité » et c'est toujours avec plaisir que j'invite les membres de cette association à visiter les lieux qui fondent notre République (Assemblée Nationale, Sénat, Parlement Européen…) . Ces lieux qui fondent les règles du « bien vivre ensemble »
COMMUNIQUE DE PRESSE
A l'occasion de la
COMMÉMORATION DE L'ABOLITION DE L'ESCLAVAGE Jean-Sébastien VIALATTE et Karfa Sira DIALLO organisent :Dimanche 27 avril 2014 à 18h00

Projection du film
12 years a slave
de Steve McQueen
Oscar du meilleur film 2014
A l'issue de la séance, discours et lectures de textes
Cinéma Six N’étoiles (48, rue de la République, Six-Fours)
entrée libre, places achetées et offertes par Jean-Sébastien Vialatte. Réservation directement auprès du cinéma 04 94 26 58 48

et

Samedi 10 mai 2014 à 11h00

Dépôt de gerbe à la mémoire de Victor Schoelcher,
humaniste, militant des droits de l'homme, abolitionniste
Journée commémorative du souvenir de l'esclavage
et de son abolition
à Six-Fours les Plages

 
 



Prochaine étape , assurer le financement d'un film historique français de qualité (que ce soit le fond et la forme) sur le sujet!

Auteur: Missyna alna
Date: 06 Mai 2014 11:22
Sujet du message: La politique
Concernant l'affaire Jean-Sébastien Vialatte.
La Fondation du mémorial contre la traite des Noirs a retiré sa plainte, mais celle du Collectif Dom devrait avoir un début d'épilogue le 20 Juin 2014 avec les plaidoirie.
Au moins si la procédure judiciaire ne mène à rien , il est à espéré que le volte face de façade ai eu de bonnes répercutions sur ceux ayant assisté à la projection .


Article sur la projection :


Citation:
 
Six Fours Société
Jean-Sébastien Vialatte confirme son engagement contre l'esclavage et le racisme
Le 28. avril 2014 à 12h59

Le député-maire a invité gratuitement les six-fournais à une séance de cinéma au cours de laquelle le public a pu découvrir le long métrage de Steeve McQueen "12 years a slave". Une action menée dans le cadre de la commémoration de l'abolition de l'esclavage, en réparation de son tweet malheureux.

Après « l'affaire du Tweet » qui avait donné lieu à deux plaintes pour «incitation à la haine et à la discrimination raciale» déposées par la Fondation du mémorial de la traite des noirs et par le collectif Dom, la Fondation du mémorial avait retiré sa plainte suite à la signature par le député d'un protocole de réparation à l'Assemblée nationale le 26 juin 2013. Il s'était alors engagé à organiser deux fois l'an une manifestation ayant pour thème l'esclavage et le racisme. Le 19 octobre dernier, une exposition pédagogique baptisée « L'universel comme couleur » avec pour invité l'artiste Joël Biron Casimirus avait été mise en place par le député-maire. Dimanche soir, deuxième volet de la manifestation, Jean-Sébastien Vialatte invitait les Six-Fournais sur ses deniers personnels à une projection du film "12 years a slave" de Steve McQueen au Six n'étoile, dans le cadre de la commémoration de l'abolition définitive de l'esclavage (décret du 27 avril 1848).

Salle comble

Le public, acquis ou pas à la cause du député, avait en tout cas répondu présent et la salle N°2 avait fait le plein . Après la projection du film, Jean-Sébastien Vialatte s'est exprimé sobrement revenant sur ce tweet malheureux « un tweet envoyé rapidement qui voulait protester contre la politique pénale du gouvernement » dira-t-il. Il regretta le fait que ses paroles aient été interprétées comme racistes : « les paroles s'effacent mais ce tweet à peine envoyé a fait le tour du monde, même s'il a été effacé quelques minutes après avoir été écrit ». Il qualifia le tollé général généré par ses propos de « protestations convenues, politiciennes, et politiquement correctes » mais reconnut s'être rendu compte d'avoir sincèrement blessé un certain nombre de personnes .

Il se dit responsable de ce qui s'était passé mais préféra parler davantage de son engagement dans le devoir de mémoire plutôt que de « réparation » en organisant des actions comme la projection du film de Steve McQueen sorti cette année et qui tombait à pic! Ces actions, Jean-Sébastien Vialatte compte les poursuivre l'an prochain selon ses engagements: «nous verrons sous quelle forme nous manifesterons ce devoir de mémoire »
Karfa Sira Diallo et Joël Biron Casimirus

Karfa Sira Diallo, le président de la Fondation du mémorial, prit ensuite la parole, il remercia le public et Monsieur Vialatte : « je n'aurais jamais imaginé revenir à Six-fours dans ces conditions, notre première rencontre fut très violente.» Puis il s'attacha davantage à parler du film « une histoire vraie et terrible qui est au fondement de notre civilisation. » A ses côtés l'artiste Joël Biron Casimirus qui avait exposé en octobre dernier à Six-Fours, fit ensuite lecture de la lettre de Victor Schoelcher, sous secrétaire d'état aux colonies, qui agit en faveur de l'abolition définitive de l'esclavage en France. Le 10 mai prochain, à Six-Fours, une gerbe sera déposée à sa mémoire.

A.I, le 28 avril 2014 
 


Justification du tweet plus que navrant. . Il devrait laisser la gestion de son compte à des communicants maitrisant l'usage des "maux".

Auteur: Missyna alna
Date: 07 Mai 2014 21:09
Sujet du message: La politique
Eh ben pour les décomplexés politique l'esclavage semble un bel os!
C'est quand le 10 mai!

Citation:
 

Esclavage: le député UMP Thierry Mariani se lâche, indignation chez ses collègues socialistes

Le HuffPost | Par Geoffroy Clavel
Publication: 07/05/2014 11h37 CEST | Mis à jour: 07/05/2014 16h55 CEST




ESCLAVAGE - Les exactions de la secte Boko Haram au Nigéria inspirent d'étonnantes réflexions à certains parlementaires français. Tandis que plus de 200 adolescentes ont été enlevées par le groupe islamiste armé pour être vendues ou mariées de force, une comparaison douteuse du député UMP Thierry Mariani postée sur Twitter a provoqué l'indignation de certains de ses collègues et de nombreux internautes.

"#Nigeria. L'enlèvement par secte #BokoHaram rappelle que l'Afrique n'a pas attendu l'Occident pour pratiquer l'esclavage #Déculpabilisation", écrit l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy dans un message diffusé ce mercredi 7 mai au matin.


La "déculpabilisation" dont parle le député Thierry Mariani, par ailleurs vice-président de l'UMP, est en phase avec les idées défendues par son courant, La Droite populaire, aile ultra de l'UMP. Les membres et élus de la Droite Pop sont en effet opposés aux lois mémorielles et se sont prononcés à plusieurs reprises contre la loi Taubira de 2001 qui associe l'esclavage et la traite négrière à un crime contre l'Humanité. Un texte posté sur le site des Jeunes de la Droite populaire dénonce le fait que la loi "occulte totalement et volontairement les traites interafricaines et arabo-musulmanes, du Maroc à l'Inde qui pourtant ont représenté près des deux tiers de la traite d'esclaves".

En 2005, certains députés proches de cette mouvance avaient également défendu l'enseignement du rôle "positif" de la colonisation.

LIRE AUSSI - La saleté à Marseille? C'est "l'africanisation" selon le patron de la Métropole


Des sanctions demandées à gauche

Le tweet de Thierry Mariani a été vivement critiqué par plusieurs parlementaires socialistes. "Thierry Mariani doit retirer ses propos et l'UMP doit le désavouer", a écrit dans un communiqué le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis. "C'est une banalisation coupable de la traite négrière. Il se moque de la tragédie que vit le Nigeria et, trop inspiré par une doctrine Guaino", Thierry Mariani se livre aux "pires caricatures de l'Afrique", ajoute le député de Paris.

Les député Yann Galut et Christophe Castaner ont également réclamé des sanctions au président de l'UMP Jean-François Copé.

"La Gauche forte [mouvement socialiste] appelle Jean-François Copé à condamner avec la plus grande fermeté les propos odieux tenus par un député membre de l'UMP", écrit Yann Galut dans un communiqué, s'indignant que Thierry Mariani ait utilisé "le terrible enlèvement de jeunes filles au Nigeria par une secte pour relativiser l'importance de l'esclavage".

Selon le député socialiste, "ces propos sont scandaleux vis-à-vis des familles des victimes qui vivent dans l'angoisse cet enlèvement. Il est indécent d'instrumentaliser un tel événement pour des raisons politiciennes".

D'autres, comme le député Olivier Faure, traçaient un parallèle entre l'UMP et le Front national ou taclaient la "bêtise" de cette comparaison.

Dénonçant "ces professionnels de l'indignation", Thierry Mariani s'est justifié dans un communiqué en estimant qu'il n'avait fait que rappeler "certaines vérités historiques".

L'enlèvement de jeunes filles par le groupe djihadiste Boko Haram "est ignoble et bien évidemment condamnable comme toutes formes d'esclavage", explique -t-il. Sa réaction ne visait qu'à rappeler que "l'esclavage en Afrique est une pratique qui remonte bien avant l'arrivée des Occidentaux. Le rappel de ces faits dérange les défenseurs de la pensée unique qui font peser le monopole de la culpabilité sur l'Occident". 
 


Tant qu'à rappelé des vérité historiques , il pourrait se pencher sur les origines et application du Code Noir . Et histoire de bien dédramatiser la réalité comparer les stigmates des esclaves (et éventuellement de leurs descendants) de part et d'autre de l'océan. C'est sur qu'il y'a de quoi oublier le calvaire actuel de jeunes fille qui voulaient juste avoir de l'instruction.

Bien heureuse de me dire qu'avec cela le bon peuple va opter pour les préjugés faciles sur l'autre histoire de se mettre du baume (bien inutile au coeur) au lieu d'admettre la réalité : tant qu'a patauger dans la mierda autant s'entraider et non se tirer dans les pattes car le salut ne viendra surement pas de la classe politique . Elle bien trop occupée à assurer son bien être, sa priorité est nullement celle des résidents du territoire. Bien heureux celui qui peut croire le contraire.
300 filles enlevées à leurs familles par des gars armés par on ne se qui et voilà la réaction remplie d'empathie d'un élu!

Auteur: Missyna alna
Date: 27 Mai 2014 13:33
Sujet du message: La politique
Les bons mots, même si tristement ancré dans la réalité, de Coluche sur la politique :




Coluche Les Hommes Politiques Coluche, Les Hommes Politiques)


Auteur: Missyna alna
Date: 31 Oct 2018 12:55
Sujet du message: La politique
Interlude musicale :

NËGGUS & KUNGOBRAM-"Votez pour moi" (Clip officiel de campagne - 2012)


Paroles de Nëggus, Musique de Kungobram, Mixé par Emmanuel Gallet.
Clip réalisé par Eva Labadie et produit par Artynov et Pom's prod.

Accueil » Forum » Discussion générale: La politique


DjGwada Parier en ligne Bioshock Intel Blogs Supertoinette CIC Wimbledon Élections Européennes Open d'Australie

Copyright © 2001-2019 Volcreole.com