www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !

GAGNEZ DES PLACES DE CINÉ UGC, GAUMONT ET PATHÉ EN LIGNE



La Martinique sous domination anglaise.



Accueil » Forum » Au coeur des Dom-Tom: La Martinique sous domination anglaise.

Auteur: Annonces
Sujet: La Martinique sous domination anglaise.

Auteur: Dragonball
Date: 14 Mar 2011 18:36
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Une période dont on parle très peu, durant laquelle les Békés on,t littéralement livré la Martinique aux anglais afin d'éviter l'abolition proclamé par la révolution française de l'esclavage.

Bon, j'aurais pu directement faire des recherches sur le net, mais je préfère donner l'occasion a ceux qui connaisse le sujet de s'exprimer ici.

Celà profitera ainsi à tout le monde.

Auteur: luth
Date: 15 Mar 2011 17:26
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
D'où l'intérêt de ne pas confondre l'Etat colonial (c'est-à-dire l'administration) et les colons. Ils étaient en conflit à cause du problème de la main d’œuvre. En même temps les Affranchis étaient une soupape de sécurité dans un système voué à l'échec. On affranchissaient dans la clandestinité alors que les Anglais l'interdisait.
Ce sujet est très intéressant et il faut faire attention à toutes les formes de vulgarisation et ne pas oublié que Victor Schoelcher ne s'est rallié à l'abolition immédiate qu'en 1842. source:centre IUFM d'Antony Jouhaux

Auteur: Gaeth
Date: 18 Mar 2011 00:01
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Le fait d'avoir livré la Martinique aux anglais à fait qu'il y a "autant" de békés en Martinique, parce que de nombreux békés de Guadeloupe se sont fait tué durant cette période ... ou on fuit vers la Martinique, car ils étaient opposés aux idées révolutionnaires, anti-esclavagistes.

Hors mis cette période les occupations anglaises n'ont à mon avis pas laissées de traces, on trouve peu/pas de texte sur elles sauf si c'est moi qui n'en ai jamais vu.
On peut juste citer le fait que le rocher du Diamant ferait toujours partie de la couronne britannique.

Auteur: galak
Date: 18 Mar 2011 15:24
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
A propos de cette période de l'histoire de la Martinique, je regardais à l'instant sur Wikipedia l'article portant sur le traité de Whitehall du 19 février 1794, qui fixe l'accord entre les colons propriétaires français aux Antilles et le gouvernement anglais, pour une intervention militaire des anglais afin de mettre ces propriétaires à l'abri de la Révolution et de l'abolition votée à Paris le 4 février.

Le principal acteur martiniquais de ce traité de trahison est le sieur Louis-François du Buc de Marcussy.

Je vous propose de lire le (trop) long article qui donne la biographie de ce personnage dans Wikipedia. Cet article est hélas la preuve pour moi qu'il faut toujours avoir un regard très critique sur ce type de référence sur internet : du Buc, à cette lecture, est un brave homme...

Je ne suis pas affilié à Wikipedia pour intervenir dans l'amélioration de cette encyclopédie. Si quelqu'un l'est, je lui propose de déclarer cet article comme posant le problème de sa "neutralité".

Je subodore qu'il a été rédigé par celui qui a écrit le livre indiqué en bibliographie de cet article, "Si la Martinique m'était contée à travers l'Histoire des chevaliers du Buc de la Normandie à la Martinique... en passant par la Turquie", aux Éditions du Buc (2008), par Y.B. du Buc de Mannetot... L'article Wikipedia a commencé à être rédigé en 2009... comme par hasard.

Qui a lu ce livre ? Le descendant du traitre à la Nation a l'air de trouver son ancêtre homme tout à fait respectable... Ecrire l'histoire de sa famille, est-ce écrire l'Histoire ?

galak, halluciné

Auteur: luth
Date: 19 Mar 2011 01:53
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Là c'est Pierre http://www.toujoursla.com/DUBUC_Pierre

Luth
[pas trop halluciné par wiki]

Auteur: galak
Date: 19 Mar 2011 03:57
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
luth a écrit:
 
Là c'est Pierre http://www.toujoursla.com/DUBUC_Pierre

Luth
[pas trop halluciné par wiki]  
 


Euh... Pierre est mort en 1708, soit 86 ans avant le traité de Whitehall... Je parlais bien de Louis-François du Buc de Marcussy né en 1759 et mort en 1827.

Je vais donc faire une petite (?) explication de texte de l'article de Wikipédia sur ce personnage à partir de cette source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis-Fran%C3%A7ois_Dubuc

J'affirme que cet article qui constitue donc une biographie résumée de ce personnage est en fait une hagiographie (biographie très ou trop louangeuse), et qu'on passe sous silence sans doute des choses moins "avouables" de ce personnage à l'époque clé pour les Antilles qu'est celle de l'Ancien régime, la Révolution, le Consulat, l'Empire et la Restauration...

Je commente par rubrique, recopiant simplement le texte et en mettant en gras les mots "très positifs" qui mériteraient sans doute d'être justifiés plutôt qu'affirmés. En souligné, je mets les mots plutôt négatifs sur le personnage... On comptabilisera le bilan...

Sa famille

On écrit souvent Dubuc par erreur, il faut dire du Buc selon les archives de sa famille, et les lettres patentes signées par le roi Louis XVI, lui accordant définitivement, tout comme à ses cousins, son rattachement à sa famille normande d'origine "les Du Buc-Richard", installés depuis le Moyen Âge au Fontenil, près de L'Aigle, à Bretagnolles et autres lieux comme le Buc à Iville ou Le Buc à Criquebeuf-la-Campagne, près d'Évreux, en Haute-Normandie.

Son frère aîné mourut jeune. C'est donc lui qui portera sur ses épaules toute la gloire des du Buc en prenant le soin de mener une vie de haute notoriété sans reproche. Il se déclarait « honnête homme »… « Il est intelligent, d'une culture générale étendue, d'une éducation parfaite et d'une inébranlable fermeté » selon les comptes-rendus de l'Assemblée Coloniale.


On peut se demander quelle gloire a pour elle la famille du Buc...

Il est né le 22 mai 1759 à La Trinité en Martinique. Il est le fils cadet de Jean-Baptiste du Buc.

Jeunesse
Après avoir fait ses études à l’École d'Artillerie de Strasbourg, il fut nommé, à l’âge de 16 ans, sous-lieutenant au Régiment de Bouillon et y restera neuf ans. Il fit campagne à Mahón, à Gibraltar, à Cadix et démissionna en 1783.


Là rien à dire, c'est a priori très factuel. On aurait aimé que le paragraphe précédent soit du même ton.

La Révolution
Membre de l'Assemblée Coloniale en 1789, président de son Comité Permanent (Confédération de Planteurs) le 10 décembre 1790, Monsieur du Buc en devint vice-président puis président en 1792. Cette Assemblée Coloniale de tendance autonomiste s'opposa aux patriotes de Saint-Pierre de la Martinique.

Il était, comme l'on dit
[ah bon ? j'ai dû raté une étape], l'homme fort de la Martinique, tout en ayant un sang-froid surprenant comme par exemple à l’été 1790 : il n'a aucune crainte quant aux troubles militaires qui se déroulent à La Martinique. Quand la garnison de Saint-Pierre et celle de Fort-de-France s'allièrent aux patriotes révolutionnaires, Du Buc resta calme et essaya de trouver une solution raisonnable et pacifique pour retrouver une unité entre les propriétaires terriens et les travailleurs-artisans-commerçants. On savait également que la présence de noirs armés, au milieu des troupes régulières, multipliait le marronnage (la fuite d'esclaves des plantations), mais Du Buc, propriétaire d'esclaves sur ses terres comme ses cousins[chose sans doute glorieuse donc, d'après l'avis sur la famille déclaré plus haut], demandait aux colons de rétablir la situation [Je souligne, considérant cela comme négatif dans une biographie, à mettre en débit du personnage : il veut conserver l'esclavage] calmement avec « des ordres de clémences » !

Du Buc avait un comportement antirépublicain. Cependant, étant donné la situation de son père et la sienne propre, il était peu enclin à militer en faveur de la monarchie qui s'apprêtait à le ruiner, vu les dettes familiales qui existaient, mais était partisan de tout changement susceptible de faire annuler les créances de son père.
[On comprend la gloire d'un tel personnage pour les Antilles et la France : il ne pense qu'à son seul profit : ni Dieu ni Maître... un vrai anarchiste ce du Buc !]Par son Conseil Souverain, la Martinique se gouvernait [serions nous dans un système démocratique ?] un peu à la manière d'une petite république féodale.[Il semble que non... du Buc était donc le seigneur et maître de l'île, ce qui lui assurait une sécurité pour son "bien"]

En 1793, cette Assemblée, lasse des désordres croissants et profondément blessée par les exigences de la Convention
[effectivement, la pauvre assemblée des planteurs esclavagistes... elle a été bien patiente jusque là !], envoya trois émissaires secrets à Londres pour demander des secours et négocier un accord[J'appelle cela de la traîtrise : depuis le mois de février 1793, la France est en guerre contre la Grande-Bretagne]. Cette idée lui avait été fournie par les terroristes eux-mêmes qui, dès le début de la guerre civile, avaient cherché l'appui clandestin des gouverneurs anglais voisins[Ouf : l'ignominie du procédé n'est pas original, cela l'excuse...]. Ces trois émissaires étaient les chevaliers Louis de Curt, L-F. du Buc de Marcussy et Clairfontaine.

Mais Louis-François s’était déjà tourné secrètement du côté des Anglais et entra secrètement en rapport avec eux. On présentait alors Monsieur du Buc de Marcussy comme « hypocrite, intrigant, intéressé, subordonnant tout à ses intérêts ».
[Il est quand même difficile d'imaginer autre chose...] Il entra en lutte contre le comte de Béhague, qui représentait le roi. Louis-François alla à Paris pour porter les revendications des planteurs, avec Clairfontaine et Louis de Curt. Il se fit allouer pour cela un traitement de 50 000 Livres et réalisa un prêt de 400 000 Livres. Se rendre à Londres était un projet hardi. Seuls des hommes intègres, et au-dessus de tout soupçon, pouvaient le mener à bien. Mais le caractère des trois envoyés était à la hauteur de la mission. [On reste pantois sur le ton de cette biographie : un planteur qui a comme seul comportement d'assurer la préservation de son bien personnel en trahissant et en assurant la perpétuation de l'esclavage est un homme intégre ??? ] Le Conseil Supérieur de la Martinique n'avait point coutume de donner sa confiance à la légère. Avec prudence et circonspection, les trois diplomates s'employèrent à procurer à leur petite patrie le remède « nécessaire ». Il s'agissait pour eux d'un remède analogue à ceux, qu'en péril de mort, on est obligé d'employer. Après s’être rendus à Paris, les trois émissaires allèrent à Londres. Après beaucoup de pourparlers, ils obtinrent un pacte temporaire, le Traité de Whitehall, signé le 19 février 1793[La biographie commet ici une grosse erreur : la guerre avec la Grande-Bretagne date bien de février 1793, à peine un mois après la décapitation de Louis XVI, mais le traité de Whitehall date de février 1794, quelques jours après que la Convention ait proclamé l'abolition immédiate et entière de l'esclavage !]. Ce traité, tout en mettant l’île sous la protection anglaise, stipulait qu'elle ferait retour à la France sans compensation [Quelle fidélité !], et plus précisément à un souverain français de la famille de Bourbon, aussitôt que l'ordre y serait rétabli [étrange non ? l'ordre est il donc le maintien de l'esclavage ? L'ordre ne pourrait donc pas exister hors de l'esclavage ?? Biographie intéressante, non ?]. Les clauses de ce traité furent si bien faites que, dès 1802, le retour s'opéra sans difficultés.

C'est à partir de la signature de cet accord que la France Républicaine et la Grande-Bretagne sont en guerre.[réf. nécessaire]
[Un note de Wikipedia demande une référence nécessaire sur ce point qui est donc erroné : la guerre a déjà un an comme signalé plus haut]En juin 1793, les Anglais attaquèrent la Martinique : Du Buc faisait partie du corps expéditionnaire. Il avait fait croire aux autorités britanniques qu’ « il suffisait qu'une expédition anglaise se présentât, et que les Forts seraient remis aux troupes anglaises pour protéger la Colonie contre la République, tout en y laissant flotter le drapeau blanc comme signe de la souveraineté de la France » selon Sidney Daney.

Cependant, cette première expédition fut un échec, et Louis-François du Buc dut se réfugier à la Dominique d'où il entretenait « une correspondance secrète avec les campagnes ». Il avait des amis partout aux Antilles, et pouvait être reçu avec une grande hospitalité chez la plupart des colons. Une nouvelle expédition s'exécuta le 20 mars 1794
[C'est l'expédition qui ramène du Buc, un mois après la signature du traité de Whitehall]et, cette fois, on assista à l'abandon de l’île par les républicains français.

Du Buc revint à la Martinique sur le navire anglais Vengeance et le gouvernement nouveau ne se substituant pas au roi de France pour ce qui touchait les dettes des du Buc, la famille fut sauvée de la ruine
[Les personnes maintenues en esclavage, elles, n'ont pas besoin d'être considérées : elles ne sont pas concernées par les questions de dettes]. Le 24 mai 1794, Louis-François fut nommé administrateur général de la Martinique et s'acquitta de cette charge à la satisfaction des colons. Il fut remplacé en 1796 par Sir Robert Shore Milnes tandis que le 15 août 1795, il devenait membre du Conseil privé des colonies anglaises, sans traitement. Cette montée en puissance culmina lorsqu'il devint Président du Conseil Souverain.

La Martinique recouvra donc le calme et la paix nécessaires à son redressement
[c'est là que je considère qu'il y a hallucination !! Le calme dans l'esclavage, c'est beau l'histoire écrite dans une esprit aussi critique...]. Ses industries fleurissent et le futur Napoléon Ier eut grâce à la paix d'Amiens, la chance de regagner une île en plein rendement économique [A quelques coups de fouet et à exécutions près]. Louis-François s'installa vraiment définitivement à la Martinique en 1801.

J'arrête là mon copié-collé de cette superbe biographie (le reste ne concerne pas la période anglaise de la Martinique visée par ce sujet. Il est à noter qu'il n'y a aucune allusion à la 2ème période d'occupation britannique entre fin 1809 et 1814).

Bref,... y'a du boulot pour pouvoir lire des biographies un peu plus objectives sur des personnages qui, à mon avis, sont plutôt l'exemple absolu de la mentalité des planteurs.
Sinon, on se demande vraiment pourquoi ce du Buc n'a pas sa statue sur toutes les places des communes de Martinique et pourquoi les petits écoliers martiniquais ne chantent pas des louanges à son nom pour le souvenir d'un si extraordinaire et généreux personnage...?

galak, halluciné 2, le retour

Auteur: galak
Date: 20 Avr 2011 15:40
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
En cherchant un détail sur une autre question, je suis tombé sur la mise en ligne des documents officiels de les périodes d'occupation anglaise entre 1794 et 1802 et entre 1809 et 1814, des Archives nationales d'Outre-Mer, dans la liste des archives classées par gouverneurs : http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/ir?c=FRANOM_00010,archdesc

On a :

Administration anglaise de 1794 à 1802
- Ordres, proclamations, règlements et arrêts
*Proclamation du colonel William Myers, commandant anglais à Saint-Pierre, concernant la police des cabarets. Imprimé 22 février 1794
*Proclamation du colonel Myers relative à la police de la ville de Saint-Pierre. Imprimé 25 février 1794
*Proclamation du colonel Myers donnant la liste des articles dont la vente est permise. Imprimé 11 mars 1794
*Proclamation de sir Charles Grey, commandant en chef de l'armée anglaise, maintenant provisoirement en exercice toutes les juridictions existantes et ordonnant à tous les officiers de justice de se faire connaître au lieutenant-général Robert Prescott. Imprimé en anglais et en français 30 mars 1794
*Proclamation de Robert Prescott relative à la vente à l'encan de toutes les denrées et autres articles " ci-devant déclarés aux agens des propriétés saisies dans la ville de Saint-Pierre ". Imprimé 10 avril 1794
*Proclamation de Robert Prescott relative au serment de fidélité et d'allégeance qui devra être prêté au roi d'Angleterre par les officiers de justice et tous les habitants. Imprimé 12 avril 1794
*Proclamation des commissaires Victor Hugues et Lebas " aux citoyens de la Martinique et autres Antilles " pour les inviter à se rallier à la République. Imprimé 8 prairial (27 mai 1795)
*Arrêté des Consuls mettant fin à la mission des citoyens Baco, Jeannet et Bresseau, agents du gouvernement aux Iles du Vent 26 octobre 1800
- Correspondance
*Instructions et correspondance ministérielles
*Rochambeau (Donatien Marie Joseph de Vimeur, comte de), ex-gouverneur de la Martinique
*Fauchet (Joseph), ministre plénipotentiaire de la France aux États-Unis
*Lacrosse (Jean Raymond de), contre-amiral
*Autres correspondants
- Mémoires, états et documents divers
*Mémoires généraux
*Commerce
*Divers

et

Administration anglaise de 1809 à 1814
- Correspondance
*Villaret de Joyeuse (Louis Thomas), ex-capitaine général de la Martinique
*Laussat (Pierre Clément de), ex-préfet colonial de la Martinique
*Dejean (Jean François Aimé, comte), ministre de l'Administration de la Guerre
*Autres correspondants

-Mémoires, états et documents divers
*Commission d'enquête sur la capitulation de la Martinique
*Affaire de la mulâtresse Mesdélices
*Divers


Qui a des informations sur cette affaire de la mulâtresse Mesdelices ? En cliquant sur ce lien, on a l'indication d'un document de justice, de Saint-Pierre de Martinique, daté de mars 1814, intitulé ainsi :
"Arrêt du tribunal de Saint-Pierre annulant la saisie de la mulâtresse Mesdélices à la requête du sieur Gaubert et l'acte d'affranchissement établi à l'île de la Trinité, ordonnant que Mesdélices et ses enfants seront, après confiscation comme épaves au profit du roi, vendus aux enchères publiques et condamnant le sieur Raymond Chavès à une amende égale au produit de cette vente (30 mars 1814)"



Le roi désigné, c'est bien sûr le roi d'Angleterre, puissance occupante (en France, c'est encore l'empereur Napoléon, pour quelques jours d'ailleurs, avant la 1ère Restauration). On a une illustration terriblement cynique de la notion de "bien meuble" avec cette expression "d'épave". Sans doute que cette femme Mesdelices est arrivée en Martinique après un échouage d'un navire, et que l'on considère qu'elle fait partie des... débris.

Comme ces archives en ligne ne sont pas éditées, mais sont des textes manuscrits, la lecture en est difficile. En tapant sur google au mot Mesdélices, on trouve pas grand chose, à part la référence d'un livre d'une historienne américaine (Université du Texas) sorti en 2009 :

Rebecca Hartkopf Schloss
Texas A&M University

Cette historienne a l'air d'être LA spécialiste américaine de la Martinique du XIXème siècle.
Elle doit être assez jeune, et ses travaux ne sont pas encore traduits en français.

Bref, dans son livre visible en partie en ligne (merci Google Livres...), on a l'info comme quoi cette affaire semble avoir été un enjeu très important. En gros, si j'ai bien compris ce qui est dit, c'est que cette femme était née en Martinique, avait été acheté par un certain Raymond Chavès (un créole - "blanc" au sens de l'époque) de Trinidad (son nom est à consonnance espagnol : Trinidad était espagnole jusqu'en 1802, et devenue anglaise, les anglais l'ayant occupés depuis 1797). Cet homme l'a emmené à Trinidad. Il devient le père de ses enfants et l'affranchie. Elle retourne à un moment en Martinique, sa terre natale, et là, elle est mise en prison : on lui conteste son statut d'affranchie, alors que les anglais, à Trinidad avaient reconnu l'affranchissement, et l'avaient fait enregistré, semble-t-il, en Martinique... Le gouverneur anglais s'en mêle : bref, conflit sur qui a le droit d'affranchir ou non les esclaves.
Cette affaire semble donc avoir été un point sensible de relation entre l'occupant anglais et la plantocratie martiniquaise...

galak, dans les égarements des pages web

Auteur: Dragonball
Date: 29 Avr 2011 14:25
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Merci pour ces renseignements !

Voilà quand même une source d'infos qui va plus me motiver que les écris d'un vieux Béké !

Auteur: luth
Date: 03 Mai 2011 05:02
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Bonne lecture du GHC


« La Légende de la Sultane Validé : Aimée Dubuc de Rivery est née en 1776 à Pointe Royale, au
sud-ouest du Robert. Cette jeune cousine de Joséphine Rose Tascher de la Pagerie, la future
Impératrice Joséphine, fut envoyée en France pour y parfaire son éducation. Tandis qu'elle rejoignait
sa famille, quelques années plus tard, le bateau qui la transportait fit naufrage. Selon la légende, la
jeune rescapée fut emmenée à Alger, centre du commerce des esclaves, pour y être vendue. Frappés
par son exceptionnelle beauté et sa grâce, les corsaires l'offrirent en cadeau au Dey d'Alger, qui lui
même, la donna au Sultan de Turquie. Toujours selon la légende, cette jeune créole de la Martinique
aurait donné naissance au Sultan Mahamoud II, ce qui lui aurait valu le titre de Sultane Validé et qui
signifie la mère en turc. »
Au moins ce texte est-il intitulé "légende". Mais beaucoup, à la Martinique comme en
métropole et dans le reste du monde, si on en croit les courriers que nous recevons, croient que c'est la
vérité historique. L'histoire a été popularisée de nos jours par deux romans, La nuit du sérail, de
Michel de Grèce, en 1985, et La Grande Sultane, de Barbara Chase-Riboud, en 1987 (repris en Livre
de poche en 1996).
La réalité ? Voici l'extrait d'une lettre de la Comtesse de la Ferté-Meun à Constantinople,
écrite le 15 août 1817 et qui fut éditée à Paris en 1820 :
« On dit que la sultane décédée était française, d'origine américaine, et qu'elle était née à Nantes ; on
ajoute que, quand elle avait à peine deux ans, embarquée avec ses parents pour l'Amérique, ils furent
capturés par des corsaires et transportés à Alger où ses parents périrent. La petite fille a été achetée
par un négociant slave qui a calculé qu'une beauté d'un âge si tendre le rembourserait un jour
proportionnellement à l'éducation qu'il lui fournirait. Il n'a pas été déçu dans ses espoirs, puisqu'à
l'âge de quatorze ans, d'une beauté resplendissante, elle fut vendue au Bey d'Alger en échange de
l'hommage dû au Grand-Seigneur. Elle a été envoyée au sultan Abdulhamit, qui l'a trouvée avenante
et l'a élevée au rang de Kadin, c'est-à-dire d'épouse. Elle lui a donné Mahmut, le sultan régnant.
Mahmut a toujours eu le plus grand respect pour sa mère. » (http://www.istanbulguide.net/istguide/)
Le sultan aurait donc eu pour mère une Française, d'origine américaine (à l'époque, cela
signifiait souvent "antillaise") mais née à Nantes. Remarquons l'imprécision : "on dit que… on ajoute
que…"
Comment cette jeune Française « d'origine américaine […] née à Nantes », est-elle devenue
Aimée Dubuc de Rivery ? Le dernier livre de Jacques Petitjean Roget, éminent généalogiste-historien
de Martinique, s'intitule "J'ai assassiné la Sultane Validé" (Société d'Histoire de la Martinique 1990). Il
y développe toute l'enquête qu'il a faite pour identifier cette Aimée du Sérail, dont il prouve qu'elle ne
correspond à aucun membre de la nombreuse famille martiniquaise des Dubuc, puis pour chercher
l'origine de la légende. Il serait trop long ici de refaire le cheminement. Disons seulement que tout part
d'une Dubuc de Rivery et de son mari, qui ont tenté, dans les années 1820, ayant lu la lettre de la
comtesse de La Ferté-Meun, d'accréditer l'idée que le défunte sultane Validé était leur soeur et bellesoeur.
Cela a été repris par l'historien de la Martinique Sidney Daney, avec une incohérence dans les
dates données que démontre Jacques Petitjean Roget, mais cette publication dans l'Histoire de la
Martinique lue, relue, éditée et rééditée a fait de la légende une "vérité historique", reprise
régulièrement par la suite.

Même le journal le Monde dans un article du 2 décembre 2006, p. 58, s'y est trompé

Auteur: h2o
Date: 05 Mai 2011 15:25
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
vu que les Britanniques ont interdit la traite négrière dès 1806 et ont aboli l'esclavage en 1833 soit 15 ans avant les décrets français de 1848 je trouve dommage que la France nous ait repris en 1814.....

A l'heure qu'il est on serait anglophone,membre du commenwealth et semi-indépendant .....

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_l'esclavage

Auteur: Dragonball
Date: 05 Mai 2011 20:52
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Heu, si les antillais ne sont pas indépendant aujourd'hui, ce n'est pas parce qu'on les en empêche, c'est parce qu'ils ne le veulent pas !

Dans ce sens, je trouve ta remarque assez étrange. Tu as l'air de dire que les processus de décolonisation ne dépendant que des colonisateurs, et non pas également de la volonté des peuples colonisés de retrouver leurs indépendance !

Auteur: h2o
Date: 06 Mai 2011 14:10
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Dragonball a écrit:
 
Heu, si les antillais ne sont pas indépendant aujourd'hui, ce n'est pas parce qu'on les en empêche, c'est parce qu'ils ne le veulent pas !

Dans ce sens, je trouve ta remarque assez étrange. Tu as l'air de dire que les processus de décolonisation ne dépendant que des colonisateurs, et non pas également de la volonté des peuples colonisés de retrouver leurs indépendance ! 
 


Les antillais ne le veulent pas maintenant ce qui au fond est normal vu qu on les a drogué à l'hyperconsommation.

Maintenant les iles Anglais ont pris leurs independance dans les années 70, à cette époque nous les aurions suivi.

D'ailleurs ce n est pas pour rien que la france a mené la vie dure au independantiste et autonomiste durant les années 60 et 70 en Martinique !

Auteur: Dragonball
Date: 06 Mai 2011 20:58
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Je ne pense pas que les antillais soient drogué à l'hyperconsommation comme tu dis.

D'ailleurs, les revendications nationalistes, à défaut d'être indépendantiste, sont de plus présente.

Les antillais sont tous simplement, de mon point de vue, des lâches.

Ils aimeraient être indépendant mais conserver tout les avantages financiers qu'ils tirent de la "domination" française.

C'est pour cette raison que les Antilles ne sont pas prêt d'être indépendante !

Auteur: Gaeth
Date: 07 Mai 2011 02:29
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Ben les avantages financiers et l'hyperconsommation ont en quelques sortes un lien

En tout cas les iles qui sont restées anglaises bien que pas toutes très développées sont des iles à mon avis "combattantes" .. Je veux dire que elles sont indépendantes et plus déterminées que nous à progresser, se développer. Nous on est gâté.

Auteur: Monstre
Date: 08 Mai 2011 16:53
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Difficile à mon avis de faire croire aux populations antillaises qu'elles peuvent avoir mieux que ce que le "colonialisme français" leur a apporté.

Dans les années 60-70, les îles anglaises n'avaient pour ainsi dire rien. Le Royaume-Uni les a largué et ils n'ont eu qu'à bâtir leur pays. Mais la situation des Antilles française est bien différente, aujourd'hui encore plus qu'hier. De fait, l'indépendance n'a de sens que si elle apporte une amélioration notable et durable. Et ça, aucun indépendantiste n'est prêt à parier dessus.

Auteur: h2o
Date: 11 Mai 2011 14:13
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Monstre a écrit:
 
Difficile à mon avis de faire croire aux populations antillaises qu'elles peuvent avoir mieux que ce que le "colonialisme français" leur a apporté.
. 
 


..... carrement choquant ton post !!!!

Honnetement j'aurais préféré que la Martinique reste Anglaise quite à tout reconstruire par notre travail que vivre dans cette dégueulasse hypocrisie Française !

Le colonialisme française a tué notre capacité de production afin que nous soyons dépendant des approvisionnements extérieurs.... il a fait d'une partie de la population des hyperconsommateur qui sont hypnotisé par le brillant des dernieres limousines allemandes avant de penser donner du travail à leurs compatriotes en difficulté.

Normal les banque pretent pour consommer pas pour produire

Le colonialisme française fait vendre les entreprises et usines française.

Honnetement j'aurais préféré que la Martinique soit Anglaise pour ne pas vivre l'Assimilation tant redouté par Césaire !

Auteur: Monstre
Date: 11 Mai 2011 15:17
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
h2o a écrit:
 
Honnetement j'aurais préféré que la Martinique reste Anglaise quite à tout reconstruire par notre travail que vivre dans cette dégueulasse hypocrisie Française ! 
 


Je doute fort qu'on puisse refaire l'histoire. Si tu ne veux pas vivre dans "cette dégueulasse hypocrisie Française", rien ne t'empêche de t'exiler dans une ancienne colonie anglaise. Il y en a suffisamment pour que tu ais le choix.

h2o a écrit:
 
Le colonialisme française a tué notre capacité de production afin que nous soyons dépendant des approvisionnements extérieurs.... il a fait d'une partie de la population des hyperconsommateur qui sont hypnotisé par le brillant des dernieres limousines allemandes avant de penser donner du travail à leurs compatriotes en difficulté.  
 


C'est du grand n'importe quoi ! Quelle capacité de production ? De la canne et de la banane ? C'est une blague ? Tu crois qu'à la Dominique et à Saint-Vincent, on construit des voitures, des avions et des machines à laver ? Tu crois qu'on produit du riz et des céréales ? Nous sommes dans des petites îles, et nos productions agricoles et industrielles seront toujours limitées. Les îles anglaises importent en masse des produits américains, comme nous nous importons en masse des produits français et européens.

Cette histoire de la France qui aurait tué "notre" capacité de production n'est rien d'autre que de la propagande gauchiste. Et ceci est d'autant plus absurde que la majorité des moyens de production sont entre les mains de ceux que l'on accuse de pwofitasyon. Alors ou la France a réellement tué "notre" capacité de production et on devrait s'en réjouir puisque cela a affaiblit les "pwofitan", ou il n'en a rien été, et c'est simplement le monde qui bouge.

h2o a écrit:
 
Normal les banque pretent pour consommer pas pour produire 
 


Les deux heureusement ! Parce que c'est ce qui maintient l'emploi.

h2o a écrit:
 
Le colonialisme française fait vendre les entreprises et usines française.  
 


Les chinois, les américains, les indiens, les russes, les japonais, les brésiliens. Oui, tous essayent de vendre leurs entreprises, leurs usines, leurs technologies. Ca n'a rien à voir avec le colonialisme. C'est du bon sens économique.

h2o a écrit:
 
Honnetement j'aurais préféré que la Martinique soit Anglaise pour ne pas vivre l'Assimilation tant redouté par Césaire ! 
 


Le plus drôle, c'est que ceux qui vivent dans ces anciennes colonies anglaises se réfugient chez nous, parfois clandestinement. Et j'ai comme l'impression que c'est eux qui nous envient. Mais bon ! Ceux qui ont plus que les autres ont une étrange tendance à se plaindre.

Auteur: h2o
Date: 11 Mai 2011 17:30
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Tu as tout faux....

Il est faux de croire que les Iles Anglaises nous envie... lors de mes deplacement à St Lucie et Barbade c'etait l indifference ou il se moquait de notre systeme politique loufoque.... l'identité législative dans les texte mais pas dans les faits....impossibilité de régler des questions simples sans l'accord de Paris !

Il est faux de croire que l'industrie se résume à la canne et la banane aux Antilles, Poissons Pilote Industrie (barquette de poissons), la Socomor (conserve d'ananas) et bien d'autres sont morts au profit de l'importation..... au passage plus profitable au collectivités qui en tirent de l'Octroi de Mer alors que les collectivité de Métropole ont droit aux dotation d'état ... encore une inégalité !

et je ne te parle meme pas de la petite dixaine d'hotel qui a fermé ....... en fin de défiscalisation

Il est faux de penser que le systeme bancaire aide à la production au contraire actuellement par exemple des terrains agricoles sont saisis et reconditionnés dans l'immobilier sous couvert du scandale du Clordeconne... Faudra vérifier qui a vendu ces terrains aux petits agriculteurs et qui achète ces terrain à vil prix aux enchères !!!

Mais bon.... fin du hors sujet ....

Auteur: Monstre
Date: 11 Mai 2011 18:45
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
h2o a écrit:
 
Il est faux de croire que les Iles Anglaises nous envie... lors de mes deplacement à St Lucie et Barbade c'etait l indifference ou il se moquait de notre systeme politique loufoque.... l'identité législative dans les texte mais pas dans les faits....impossibilité de régler des questions simples sans l'accord de Paris !  
 


Mais n'importe quoi !!! La décentralisation, tu en as entendu parler ??? Il faut l'accord de Paris pour construire une école et réparer une route, et ce ne sont pourtant pas des questions simples.

Il n'empêche que c'est grâce à Paris si on a la sécurité sociale, la CMU, la CAF, le RSA, les 35h de travail par semaine et les 5 semaines de congés payés par an. Quelle île anglaise peut se targuer d'avoir les mêmes avantages ? Paris, ça a aussi du bon non ? Mais ça, il ne faut surtout pas le dire trop fort à nos voisins. Il vaut mieux qu'ils plaignent notre prétendu statut de colonie sous le joug d'un féroce colonisateur.

h2o a écrit:
 
Il est faux de croire que l'industrie se résume à la canne et la banane aux Antilles, Poissons Pilote Industrie (barquette de poissons), la Socomor (conserve d'ananas) et bien d'autres sont morts au profit de l'importation..... au passage plus profitable au collectivités qui en tirent de l'Octroi de Mer alors que les collectivité de Métropole ont droit aux dotation d'état ... encore une inégalité !  
 


Mais c'est la loi du marché. Quand on veut des salaires élevés, et bien on prends le risque que d'autres produisent moins cher. Et dès lors, on préfère importer et consommer moins cher.

h2o a écrit:
 
et je ne te parle meme pas de la petite dixaine d'hotel qui a fermé ....... en fin de défiscalisation 
 


Hôtels qui n'aurait sûrement pas vu le jour sans la défiscalisation. Donc, pas d'emploi créé. Mais il faut être courageux pour vouloir investir. Service médiocre, prestations plus chères que dans les îles voisines, grèves à répétition... La faute de l'Etat je suppose ! C'est tellement plus simple !

h2o a écrit:
 
Il est faux de penser que le systeme bancaire aide à la production au contraire actuellement par exemple des terrains agricoles sont saisis et reconditionnés dans l'immobilier sous couvert du scandale du Clordeconne... Faudra vérifier qui a vendu ces terrains aux petits agriculteurs et qui achète ces terrain à vil prix aux enchères !!!  
 


Un exemple n'est pas une généralité. Et si la banque saisie, c'est que quelqu'un n'a pas payé. A coté de ça, les banques prêtent et heureusement ! Car ces terrains revendus à vil prix, il faudra bien y construire quelque chose. Et pour cela, il faut de l'argent. Et le BTP se frotte les mains parce qu'ils ont du boulot. Et les mal logés souriront, parce qu'on finira bien par leur trouver quelque part où les loger. Il y a finalement plus de gagnants que de perdants.

Le malheur des uns, fait le bonheur des autres.

Auteur: h2o
Date: 11 Mai 2011 20:34
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
Affligeant .... bonne journée

Auteur: Monstre
Date: 11 Mai 2011 22:08
Sujet du message: La Martinique sous domination anglaise.
h2o a écrit:
 
Affligeant .... bonne journée  
 


Ce qui est affligeant, c'est de ne pas voir, ni même vouloir entendre la réalité. Chercher systématiquement des coupables, ça dispense de se poser les vrais questions, et c'est bien dommage.

Accueil » Forum » Au coeur des Dom-Tom: La Martinique sous domination anglaise.


Soldes Windows Vista Réveillon Noël Smartphone Darty Stage6 Canalplusalademande Réunion Cloud Computing Logitech

Copyright © 2001-2018 Volcreole.com