Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


ADAPTATION: films, séries, BD, roman
Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Répondre au sujet    Accueil » Forum » Littérature - Art - Culture: ADAPTATION: films, séries, BD, roman S'abonner au Flux Rss Littérature - Art - Culture Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Littérature - Art - Culture:   Sujet: ADAPTATION: films, séries, BD, roman

Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8109
Localisation: PACA
 #31 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ADAPTATION: films, séries, BD, roman   Posté le: 08 Juil 2014 13:18

Autre catégorie : guerre et romance

L'autre moitié du soleil (en VO - Half of a Yellow Sun) de Chimamanda Ngozi Adichie (2006)


Synopsis
Citation:
 
Date de publication: 10 juin 2010 | Série: Folio (Livre 5093) - 672 pages

Lagos, années soixante. La ravissante Olanna est amoureuse d'Odenigbo, intellectuel engagé et idéaliste. Quant à sa soeur Kainene, sarcastique et secrète, elle noue une liaison avec Richard, journaliste britannique fasciné par la culture locale. Le tout sous le regard intrigué d'Ugwu, treize ans, qui a quitté la brousse pour devenir le boy d'Odenigbo. Le Biafra se proclame indépendant du Nigeria. Un demi-soleil jaune s'étale sur les drapeaux, symbole du pays et de l'avenir. Mais une longue guerre va éclater, qui fera plus d'un million de victimes. L'auteur ne se contente pas d'apporter un témoignage sur un conflit oublié ; en créant des personnages inoubliables, elle happe le lecteur dans la tourmente. Récompensé par le prestigieux Orange Prize, L'autre moitié du soleil est un bouleversant chant d'amour, de mort et d'espoir.



Quatrième de couverture
Lagos, début des années soixante. L'avenir paraît sourire aux sœurs jumelles : la ravissante Olanna est amoureuse d'Odenigbo, intellectuel engagé et idéaliste ; quant à Kainene, sarcastique et secrète, elle noue une liaison avec Richard, journaliste britannique fasciné par la culture locale. Le tout sous le regard intrigué d'Ugwu, treize ans, qui a quitté son village dans la brousse et qui découvre la vie en devenant le boy d'Odenigbo. Quelques années plus tard, le Biafra se proclame indépendant du Nigeria. Un demi-soleil jaune, cousu sur la manche des soldats, s'étalant sur les drapeaux : c'est le symbole du pays et de l'avenir. Mais une longue guerre va éclater, qui fera plus d'un million de victimes. Évoquant tour à tour ces deux époques, l'auteur ne se contente pas d'apporter un témoignage sur un conflit oublié ; elle nous montre comment l'Histoire bouleverse les vies. Bientôt tous seront happés dans la tourmente. L'autre moitié du soleil est leur chant d'amour, de mort, d'espoir.

L'auteur:
Née en 1977, originaire d'Abba, dans l'État d'Anambra, Chimamanda Ngozi Adichie vit au Nigeria. L'autre moitié du soleil a reçu l'Orange Prize.  
 



Adaptation ciné

Half of a Yellow Sun de Biyi Bandele (2013)





Résumé (source : http://www.nofi.fr)

Citation:
 

Ce film, réalisé par le nigérian Biyi Bandele, raconte la guerre qui déchira l'actuel Nigéria de 1967 à 1970. La haine tribale qui opposa les différentes ethnies nigérianes, poussa la partie orientale du pays à s'autoproclamer libre et indépendante du reste du territoire. Cette Sécession inégale donna lieu à une guerre civile entre le Nigéria et la toute nouvelle république biafraise.

Alors que le pays fêtait son indépendance du joug britannique à peine sept ans auparavant, les deux filles d'un chef de village Igbo : Olanna (Thandie Newton) et Kainene (Anika Noni Rose) s’émancipent.

Toutes deux diplômées de grandes universités anglaises, la cadette Kainene sera affectée à la gestion des affaires paternelles, alors que l'aînée se destine à l'enseignement. L'histoire se déroule sur plusieurs niveaux : rivalité entre deux sœurs qui s'aiment tendrement mais se concurrencent silencieusement, la plus jeune dépréciant les choix de vie de son aînée.

Cette dernière, amoureuse d'un révolutionnaire, Odenigbo (Chiwetel Ejiofor), qui vient de prendre des fonctions ministérielles d'envergure modeste, se rapproche de lui et quitte ainsi le bercail.

Les problématiques abordées renvoient typiquement aux paradoxes du vieux continent : L’émancipation de la femme africaine qui est instruite et ne désire pas fonder un foyer rapidement ; l'incompréhension des familles de villageois analphabètes qui ne comprennent pas ces nouveaux choix et n'y trouvent rien de sécurisant (la mère d'Odenigbo).La stérilité et l'adoption, l'infidélité mais aussi l'amour et le courage sont abordés par un casting parfaitement à la hauteur.

Alors que le pays se déchire les relations entre les personnages vont évoluer, intensément, entre rupture et réconciliation. Le seul personnage blanc présent durant toute l'intrigue n'a rien d'héroïque, mais est plutôt un prétexte dans l'histoire personnelle de chacune des sœurs. 
 
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8109
Localisation: PACA
 #32 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ADAPTATION: films, séries, BD, roman   Posté le: 23 Déc 2015 17:07

Dans la vague "d'après une histoire vraie" si courant dans les productions nord-américaine; une série de crime commis en France, suivi d'un procès avec condamnation en France, suivi d'un livre en français adapté en film français.
Pas lu et pas visionné, donc pas d'avis.

Résumé de l'histoire vraie ,ou plutôt son épilogue provisoire:
Citation:
 
Guy Georges, de son nom de naissance Guy Rampillon né à Vitry-le-François le 15 octobre 1962, est un tueur en série et un violeur actif pendant les années 1990 en France.
Condamné à l'emprisonnement à perpétuité 5 avril 2001 pour sept meurtres .La condamnation est assortie d'une période de sûreté de vingt-deux ans, donc libérable à partir de 2020. Il est actuellement enfermé à la centrale pénitentaire d'Ensisheim, dans le Haut-Rhin. 
 


Pour en savoir plus : http://www.tueursenserie.org/guy-georges/

Le livre Guy Georges : La traque par Patricia Tourancheau.Parution en 2010 aux editions Fayard . 350 pages.


Citation:
 

Présentation de l'éditeur

Patricia Tourancheau révèle les dessous inédits de la traque de Guy Georges, un des plus célèbres tueurs en série français, surnommé le « tueur de l'Est parisien ». Arrêté en 1998, il a été jugé en 2001 et condamné à la perpétuité, pour le meurtre de sept jeunes femmes.
La traque, menée par les hommes de la Crim’, la brigade d’élite du Quai des Orfèvres, aura duré sept longues années. Sept années d'acharnement, de recherches et d’échecs, en dépit des indices que le meurtrier abandonnait derrière lui : rituels, empreintes digitales et de pied, ADN. Une victime rescapée avait même, avec eux, dressé son portrait-robot...
Devenue emblématique, cette affaire reste taboue à la Crim’. Pourtant, elle a permis la création d'outils d'investigation de pointe, tel le Fnaeg (fichier national automatisé des empreintes génétiques), et ouvert un champ inexploré à l'expertise psychiatrique. Mais elle a aussi mis en lumière les failles d'un système. Judiciaire d'abord, socio-éducatif ensuite. Car Guy Georges, déjà condamné, était connu des services de police. Surtout, c'est un enfant de la Ddass au parcours chaotique, signalé depuis ses plus jeunes années.

Chargée des affaires criminelles et des faits divers à Libération depuis 1990, Patricia Tourancheau a assisté au procès, rencontré plusieurs familles de victimes, interrogé les experts et repris contact avec Guy Georges en prison. Sans la complicité unique qu'elle a su tisser avec les enquêteurs, elle n'aurait pu recueillir leurs confidences. Ce livre, palpitant et humain, rend hommage à leur métier hors du commun.
 
 


L’ Affaire SK1 de Frédéric Tellier (Janvier 2015)



Citation:
 
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Paris, 1991. Franck Magne, un jeune inspecteur fait ses premiers pas à la Police Judiciaire, 36 quai des Orfèvres, Brigade Criminelle. Sa première enquête porte sur l'assassinat d'une jeune fille. Son travail l'amène à étudier des dossiers similaires qu'il est le seul à connecter ensemble. Il est vite confronté à la réalité du travail d'enquêteur : le manque de moyens, les longs horaires, la bureaucratie… Pendant 8 ans, obsédé par cette enquête, il traquera ce tueur en série auquel personne ne croit. Au fil d'une décennie, les victimes se multiplient. Les pistes se brouillent. Les meurtres sauvages se rapprochent. Franck Magne traque le monstre qui se dessine pour le stopper. Le policier de la Brigade Criminelle devient l'architecte de l'enquête la plus complexe et la plus vaste qu'ait jamais connu la police judiciaire française. Il va croiser la route de Frédérique Pons, une avocate passionnée, décidée à comprendre le destin de l'homme qui se cache derrière cet assassin sans pitié. Une plongée au cœur de 10 ans d'enquête, au milieu de policiers opiniâtres, de juges déterminés, de policiers scientifiques consciencieux, d'avocats ardents qui, tous, resteront marqués par cette affaire devenue retentissante : « l'affaire Guy Georges, le tueur de l'est parisien ». 
 





En bonus , petit zoom express sur l'avocat de la défense :

Empreinte digitale : Alex Ursulet - 28 minutes - ARTE

Ajoutée le 9 nov. 2015

Marc-Antoine de Poret s'adresse à notre invité depuis la planète Internet où il a fait des recherches sur son parcours. Aujourd'hui, il écrit à l'avocat pénaliste Alex Ursulet.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8109
Localisation: PACA
 #33 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ADAPTATION: films, séries, BD, roman   Posté le: 19 Juin 2016 19:48

Une vie ou pluôt un parcours de réussite, celle de Phiona Mutesi , championne d'échecs
ougandais.
Life Stories: Queen of Katwe, Phiona Mutesi



Un livre biographique, The Queen of Katwe: One Girl's Triumphant Path to Becoming a Chess Champion par Tim Crothers publié en 2013. pour en savoir plus sur cette publication : http://www.timcrothers.net/the-queen-of-katwe.html



Et enfin entre les mains des studios Disney, on obtient un film réalisé par Mira Nair :

Queen of Katwe - Bande annonce (Sortie Septembre 2016)


Citation:
 
Ajoutée le 10 mai 2016

Queen of Katwe is in theaters September 23!

Queen of Katwe is the colorful true story of a young girl selling corn on the streets of rural Uganda whose world rapidly changes when she is introduced to the game of chess, and, as a result of the support she receives from her family and community, is instilled with the confidence and determination she needs to pursue her dream of becoming an international chess champion. Directed by Mira Nair (Monsoon Wedding) from a screenplay by William Wheeler (The Hoax) based on the book by Tim Crothers, Queen of Katwe is produced by Lydia Dean Pilcher (The Darjeeling Limited) and John Carls (Where the Wild Things Are) with Will Weiske and Troy Buder serving as executive producers. The film stars Golden Globe® nominee David Oyelowo (Selma), Oscar® winner and Tony Award® nominee Lupita Nyong'o (12 Years a Slave) and newcomer Madina Nalwanga.

For 10-year-old Phiona Mutesi (Nalwanga) and her family, life in the impoverished slum of Katwe in Kampala, Uganda, is a constant struggle. Her mother, Harriet (Nyong'o), is fiercely determined to take care of her family and works tirelessly selling vegetables in the market to make sure her children are fed and have a roof over their heads. When Phiona meets Robert Katende (Oyelowo), a soccer player turned missionary who teaches local children chess, she is captivated. Chess requires a good deal of concentration, strategic thinking and risk taking, all skills which are applicable in everyday life, and Katende hopes to empower youth with the game. Phiona is impressed by the intelligence and wit the game requires and immediately shows potential. Recognizing Phiona's natural aptitude for chess and the fighting spirit she's inherited from her mother, Katende begins to mentor her, but Harriet is reluctant to provide any encouragement, not wanting to see her daughter disappointed. As Phiona begins to succeed in local chess competitions, Katende teaches her to read and write in order to pursue schooling. She quickly advances through the ranks in tournaments, but breaks away from her family to focus on her own life. Her mother eventually realizes that Phiona has a chance to excel and teams up with Katende to help her fulfill her extraordinary potential, escape a life of poverty and save her family. Disney's Queen of Katwe will open in U.S. theaters on September 23, 2016.

Like Queen of Katwe on Facebook:
https://www.facebook.com/QueenOfKatwe/

Follow Queen of Katwe on Twitter:
https://twitter.com/queenofkatwe 
 


Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8109
Localisation: PACA
 #34 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ADAPTATION: films, séries, BD, roman   Posté le: 13 Aoû 2016 16:35

HAITI :

ROMAN :

Gouverneurs de la rosée de Jacques Roumain (1944)[b]

Un village rurale, en proie à la sécheresse, aux rivalités entre habitants, aux désirs de vengeance, constituent le cadre de cette intrigue où le drame, l'amour et le courage sont des éléments moteurs.

Citation:
 
Extrait:

Nous mourrons tous... - et elle plonge sa main dans la poussière ; la vieille Délira Délivrance dit : nous mourrons tous : les bêtes, les plantes, les chrétiens vivants, ô Jésus-Marie la Sainte Vierge ; et la poussière coule entre ses doigts. La même poussière que le vent rabat d'une haleine sèche sur le champ dévasté de petit-mil sur la haute barrière de cactus rongés de vert-de-gris, sur les arbres, ces bayahondes rouilles.
La poussière monte de la grand-route et la vieille Délira est accroupie devant sa case, elle ne lève pas les yeux, elle remue la tête doucement, son madras a glissé de côté et on voit une mèche grise saupoudrée, dirait-on, de cette même poussière qui coule entre ses doigts comme un chapelet de misère : alors elle répète : nous mourrons tous, - et elle appelle le bondieu. Mais c'est inutile, parce qu'il y a si tellement beaucoup de pauvres créatures qui hèlent le bondieu de tout leur courage que ça fait un grand bruit ennuyant et le bondieu l'entend et il crie : quel est, (...), tout ce bruit ? Et il se bouche les oreilles. C'est la vérité et l'homme est abandonné.
Bienaimé, son mari, fume sa pipe, la chaise calée contre le tronc d'un calebassier. La fumée ou sa barbe cotonneuse s'envole au vent.
- Oui, dit-il, en vérité, le nègre est une pauvre créature.
Délira semble ne pas l'entendre.
Une bande de corbeaux s'abat sur les chandeliers. Leur croassement enroué racle l'entendement, puis ils se laissent tomber d'une volée, dans le champ calciné, comme des morceaux de charbon dispersés.
Bienaimé appelle : Délira ? Délira, ho ?
Elle ne répond pas.
- Femme, crie-t-il. Elle lève la tête.
Bienaimé brandit sa pipe comme un point d'interrogation :
- Le Seigneur, c'est le créateur, pas vrai ? Réponds : le Seigneur, c'est le créateur du ciel et de la terre, pas vrai ?
Elle fait : oui ; mais de mauvaise grâce.
- Eh bien, la terre est dans la douleur, la terre est dans la misère, alors, le Seigneur c'est le créateur de la douleur, c'est le créateur de la misère.
Il tire de courtes bouffées triomphantes et lance un long jet sifflant de salive.
Délira lui jette un regard plein de colère :
- Ne me tourmente pas, maudit. Est-ce que j'ai pas assez de tracas comme ça ? La misère, je la connais, moi-même. Tout mon corps me fait mal, tout mon corps accouche la misère, moi-même. J'ai pas besoin qu'on me baille la malédiction du ciel et de l'enfer.
Puis avec une grande tristesse et ses yeux sont pleins de larmes, elle dit doucement :
- Ô Bienaimé, nègre à moué...  
 



ADAPTATIONS THEATRALES :
Par la compagnie du Théâtre Noir (fondée par Benjamin Jules-Rosette, Darling Légitimus et son fils Théo), à Paris, en 1975.
Distribution :
  • Delira : Darling Legitimus,
    Manuel : Tola Koukoui,
    Bienaimé : Georges Hilarion
    Annaïse, Villageoise :Laure Moutoussamy;
    Villageoise : Maïté Vauclin;
    Villageoise: Claudie Congré;
    Villageoise : M. Christine Darah;
    Villageoise: Charlette ;
    Commentateur: Tchuen Kam;
    Hougan, Villageois: Lazare Kenmegne;
    Simidor, Villageois: Théo Legitimus ;
    Gervilen, Villageois: Alex Lacast


Source : http://data.bnf.fr/39487408/gouverneurs_de_la_rosee_spectacle_1975/

En version créole ,en 1994,"Sé komandè siren-la" par Sylviane Telchid. Mise en scène par Harry Kancel1.
Citation:
 
Synopsis : Bien-Aimé et Délira, un vieux couple de haïtiens, attend depuis 15 ans son fils Manuel parti chercher du travail à Cuba. A son retour, celui-ci découvre son village divisé par d'anciennes querelles et une terre aride et désolée. L'amour qu'il porte à la belle Anaïs suscite des jalousies. Avec courage et obstination, il part à la recherche d'une source ; il finit par trouver l'eau et tente alors de réconcilier les deux clans rivaux ; au moment d'y parvenir survient un drame terrible…"
Auteur:Jacques ROUMAIN Adaptation:Sylviane TELCHIDE

Metteur en scène /scénographe :Harry KANCEL

Musique et chants: José MARAGNES, Patrick MONTOUT,

Technicien de plateau :José PIERRE JUSTIN

Distribution:
  • Anaïs: Martine PLOCOSTE, Marie Josée CARACASSE,
    Délira: Monique COTELLON,
    Bienaimé: Evelyne BOUCLIER,
    Gervilin : Albertin PLOCOSTE ,
    les voix: Eléonore DUFAIT, Goerge TOUPE, Gerty FERGE


Source : http://www.negsoubarou.com/index.php?option=com_content&view=article&id=96%3A1994-gouverneurs-de-la-rosee&catid=46%3Atheatre-tout-public&Itemid=103&lang=kl
 
 


ADAPTATION CINEMATOGRAPHIQUE
Manuel et Annaïse (Extrait de Gouverneurs de la Rosée, en version originale)



Vidéo disponible sur le site de l'INA : http://www.ina.fr/video/CPB75051938

Citation:
 
Adaptation du roman éponyme de Jacques Roumain publié en 1944 après la mort de son auteur et se déroulant en Haïti en1935. Pendant la période de l'entre-deux-guerres, dans un village haïtien, un jeune homme, profondément attaché à son pays, tente de réconcilier les partisans de deux clans mortellement ennemis pour sauver le village de la sécheresse et de la mort. A travers cette parabole poétique, véritable hymne à l'amour et à la générosité, on retrouve la pensée politique de l'écrivain haïtien : seule l'union des forces si minimes soient-elles peut apporter la vie et la prospérité.

Adaptateur : Maurice Failevic
Durée : 01h 47min 08s
Directeur de la photo : Charlie Gaeta
Interprètes:
  • Robert Alexis
    Languichatte Debordus
    Dieudonne Pomero
    Sylvie Auguste
    Jessy Alphonse
    Frido-acteur
    Serge Francois

 
 


Bien sur l'interprétation soit en français, l'intonation des acteurs me fait entendre directement le texte en créole. l'emploie de certaines expressions accentuent cette retranscription instantanée.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8109
Localisation: PACA
 #35 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ADAPTATION: films, séries, BD, roman   Posté le: 05 Avr 2017 12:34

ANTILLES - FRANCE HEXAGONALE :

ROMAN :


Le gang des antillais de Loïc Lery ( Caraïbéditions, 1986 avec réédition en 2016).




Présentation :

Citation:
 
Loïc Léry est né en avril 1959 au Lamentin, en Martinique. Adolescent, il foule la "terre patrie" où il reçoit ses première calottes raciales. Quelques années plus tard il se lie aux frères du ghetto pour écumer les bureaux de postes parisiens, ce qui le conduit en prison. C'est dans le milieu carcéral qu'il découvre la littérature et plus particulièrement les piliers de la littérature nègre pour ensuite se muer en un talentueux écrivain. À sa sortie de prison, il s'installe en Martinique où il vit depuis, partageant son temps entre son travail en milieu hospitalier et l'écriture ; Loïc écrit notamment des romans policiers dont l'action se déroule dans son pays natal. 
 




Article en complément autour du parcours de l'auteur :

Citation:
 
Portrait
Loïc Léry, le braqueur du gang des Antillais devenu aide-soignant

Arrivé en métropole dans les années 1970 puis tombé dans le banditisme, le Martiniquais a raconté son histoire dans un livre qui vient d’être adapté au cinéma.

Par Gladys Marivat (contributrice Le Monde Afrique)

LE MONDE Le 06.12.2016 à 16h45 • Mis à jour le 06.12.2016 à 17h14

Loïc Léry, ancien braqueur du gang des Antillais, à Fort-de-France.
Un jour de 1984, Loïc Léry marche dans la cour de la prison de Poissy, en région parisienne. Tombé pour braquage, il ne pense qu’à « rentrer au pays ». Un homme s'approche. C'est Charlie Bauer. L'ancien complice de Jacques Mesrine a quinze ans de prison derrière lui. Les deux hommes se connaissent de réputation mais ne sont pas amis. Ce jour-là, Bauer lui donne un « bon conseil » que Léry cite de mémoire, plus de trente ans après : « Tu sais Loïc, le monde est rempli de crapules. Tu as deux solutions. Soit tu les butes, soit tu les évites. Il vaut mieux les éviter. Parce qu'il y en a tellement que s'il fallait que tu les butes toutes, tu finirais ta vie en prison. »

Aujourd'hui aide-soignant à Fort-de-France, Loïc Léry, 57 ans, vit « dans un endroit magnifique, entre la mer et la campagne », entouré d'oiseaux qu'on entend chanter à l'autre bout du fil et on pense à « Colibri », son surnom au temps des braquages. Cette époque, il l'a racontée dans un livre, Le Gang des Antillais, écrit en 1986, adapté en cette fin d'année au cinéma par Jean-Claude Barny. « La réalité était plus dure que dans le film, remarque-t-il. Dans la vraie vie, Jimmy se retrouve seul avec deux enfants et non un seul. » Loïc Léry parle de lui à la troisième personne. Jimmy Larivière, c'est le pseudo qu'il s'est choisi quand il a décidé de raconter son histoire. Jimmy en hommage à Hendrix et Larivière en référence au proverbe antillais qui dit « Ce qui te revient naturellement, la rivière va te l'apporter ». Qu'importe les obstacles. Et ils n'ont pas manqué.

« En France, il découvre qu'il a un accent et qu'il est noir »

« Je suis né d'un père marin pêcheur qui tenait à sa liberté et d'une mère qui était agent hospitalier parce qu'elle voulait être fonctionnaire. Il était nègre, elle est mulâtresse. Beaucoup plus douce que lui et très attachée à la religion. » Troisième enfant – il y en a sept – de ce couple de contraires, Loïc Léry, « assez fougueux » à l’école, est envoyé à Paris. Il a 13 ans. Nous sommes au début des années 1970, dans l’ère du Bumidom.

Créé par le gouvernement français en 1963, ce bureau organise, jusqu'en 1981, la venue dans l'Hexagone de plus de 70 000 Antillais et Réunionnais pour lutter contre la surpopulation et la révolte qui commence à gronder dans les départements d'outre-mer. Des dizaines de milliers d'ultramarins feront ainsi le voyage par leurs propres moyens, influencés par le discours ambiant qui leur promet un travail et une vie meilleure. Léry est de ceux-là. Le choc n'en sera que plus rude. L'adolescent vit chez son frère, dans le 10e arrondissement. Au collège, le professeur crie : « Léry ! Lecture ! » Il lit à haute voix et la classe entière éclate de rire, professeur compris. Dans la cour, les enfants jouent avec ses cheveux. Il ne supporte pas. « Je leur casse la gueule, c'est tout ce que je peux faire », se souvient-il.

En Martinique, c’était un élève fougueux mais doué en français. « En France, il découvre qu'il a un accent et qu'il est noir. Il découvre le racisme », poursuit-il, parlant de nouveau de lui à la troisième personne. Il quitte l’école deux ans plus tard.

A 17 ans, il enchaîne les petits boulots : balayeur, coursier, vendeur dans la téléphonie et agent à l'hôpital Necker. Il connaît « une métropolitaine » avec qui il fera deux enfants. Ils emménagent dans un studio. Le couple n'a pas d'argent, elle n'arrive pas à garder un travail, ses parents à elle n'acceptent pas leur union. Le couple s'isole. Parfois, Loïc héberge des amis dans le besoin. La femme n'accepte pas. « Mes copains partent et c'est là qu'ils tombent dans le braquage », explique-t-il, donnant l'impression que le gang des Antillais serait né d'une dispute conjugale. Loïc Léry envoie son fils chez sa mère aux Antilles, il ne s'en sort pas. « Alors, j'ai revu mes copains et, comme ça n'allait pas, j'ai fait des braquages et j'ai été arrêté », résume-t-il. Il n'en dit pas plus sur les braquages, tout est dans son roman. Le filon des bureaux de poste, puis la banque, pour faire un gros coup avant de se retirer. L'arrestation, le 12 octobre 1979. Léry n'aura passé qu'un an avec le gang des Antillais. Il en prend pour dix. Il en fera sept. Il veut qu'on dise qu'il avait envoyé sa fille chez sa mère avant son arrestation.

Educateur à la rescousse

En attente de jugement, il est incarcéré à Fleury-Mérogis, bâtiment D2, où le racisme fait la loi. Passé à tabac, le jeune homme se venge en blessant au couteau son agresseur et passe huit jours au mitard. A l'isolement, Léry commence à lire. Angela Davis, Frantz Fanon, Cheikh Anta Diop et Aimé Césaire. « Je découvre mon “moi” antillais, se souvient-il. Je comprends que ma condition de nègre est plus forte que ma nationalité française, même si je ne la renie pas. » Le directeur de la prison, interpellé par ce Noir qui fait entrer des livres révolutionnaires, appelle un éducateur à la rescousse : Patrick Chamoiseau. Celui qui obtiendra le Goncourt 1992 avec Texaco n'a encore rien publié mais écrit beaucoup. Il offre un cahier à Léry et lui conseille de faire de même. Le prisonnier cherche sa voix. Chamoiseau lui apporte Qu'on lui jette la première pierre de Chester Himes, inspiré de sa vie en prison. Du fond de sa cellule, Léry écrit sans relâche et manque les deux promenades quotidiennes.
Fin 1984, il a fini son livre. On l'appelle enfin pour son procès. Envoyé à Poissy, il demande son transfert à Fort-de-France, qu'il obtient deux ans plus tard. Il a 27 ans. En Martinique, son livre est un succès, mais pas assez pour le faire vivre. Alors, il devient pêcheur comme son père, puis agent hospitalier comme sa mère. Est enfin titularisé.

Loïc Léry milite au MIM, le Mouvement indépendantiste martiniquais. Braqueur et militant, il n'a pourtant pas mobilisé les intellectuels parisiens comme ses contemporains « gaucho-brigands » Pierre Goldman, Charlie Bauer ou Roger Knobelspiess. « Les gens pensent que comme vous êtes indépendantiste, vous êtes raciste, affirme-t-il. Si je m’étais accroché au drapeau tricolore, ça aurait été différent. » L'envie d’écrire ne l'a pas quitté. Il termine un roman, Le Rocher empoisonné, qui sortira bientôt.
 
 





FILM :

Le Gang des Antillais de Jean-Claude Barny (2016)



Synopsis
Citation:
 
Dans les années 70, le BUMIDOM promettait de favoriser l'insertion en métropole des français des DOM-TOM. Jimmy Larivière, arrivé à Paris pour refaire sa vie, ne parvient pas à trouver sa place dans la société. Sa rencontre avec un groupe de trois jeunes Antillais va l'entraîner dans une série de braquages retentissants.  
 


Distribution des rôles :

Djedje Apali : Jimmy
Ériq Ebouaney : Politik
Adama Niane : Molokoy
Vincent Vermignon : Liko
Djibril Pavadé : Jackson
Jocelyne Béroard : Marraine
Karim Belkhadra : Ahmed
Romane Bohringer : Nicole
Zoé Charron : Odile
Julien Courbey
Cyril Gueï : Tchieko
Zita Hanrot : Linda
Lucien Jean-Baptiste : Patrick Chamoiseau
Mathieu Kassovitz : le patron du bar
Lise Lomi : Samia

En complément , article autour du film : « Le Gang des Antillais » ou l'histoire vraie d'un groupe de braqueurs des années 1970
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8109
Localisation: PACA
 #36 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ADAPTATION: films, séries, BD, roman   Posté le: 02 Juin 2017 17:07

Ouvrage biographique :


Les figures de l'ombre de Margot Lee Shetterly (15 février 2017 - Edition VO 2016)



Citation:
 
Présentation de l'éditeur
L'histoire extraordinaire de trois scientifiques Afro-Américaines qui ont propulsé les Etats-Unis en tête de la conquête spatiale

Les « ordinateurs de couleur ». Tel était le descriptif de poste des mathématiciennes afro-américaines Dorothy Vaughan, Mary Jackson, Katherine Johnson et Christine Darden, employées à la NASA dans les années soixante. Armées de simples crayons, règles et calculatrices, très loin des ordinateurs hyper performants que nous connaissons aujourd'hui, ces quatre scientifiques ont permis la réussite de la mission de John Glenn en 1962 : il fut le premier astronaute américain en orbite, dix mois seulement après Youri Gagarine. Grâce à ces femmes, les Etats-Unis devaient prendre la tête de la course à la conquête spatiale.
Pourtant, leurs noms sont restés inconnus du grand public pendant plus de cinquante ans. Dans une Amérique des années soixante rongée par la ségrégation raciale (à la NASA, Blancs et Noirs de déjeunaient pas à la même table), sans compter le sexisme auquel elles devaient faire face, leurs carrières ont été pour ainsi dire oblitérées.

C'est après un travail de recherche très méticuleux que Margot Lee Shetterly réhabilite aujourd'hui leur histoire dans ce document exceptionnel,

Biographie de l'auteur
Margot Lee Shetterly vit à Charlottesville, aux Etats-Unis. Journaliste et chercheuse indépendante, elle est la fille de l'un des premiers ingénieurs noirs à avoir travaillé à la NASA et a grandi avec les femmes dont elle raconte l'incroyable destin dans son livre.
 
 

Détails sur le produit

Broché: 448 pages
Editeur : HarperCollins (15 février 2017)
Collection : HarperCollins
Langue : Français
ISBN-13: 979-1033900320
ASIN: B01M2UV4VE
Dimensions du produit: 14 x 3 x 22,5 cm


Les Figures de l'Ombre de Theodore Melfi (8 Mars 2017)



Citation:
 


Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux Etats-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l'astronaute John Glenn. Maintenues dans l'ombre de leurs collègues masculins et dans celle d'un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. 
 




Distribution des rôles :

Taraji P. Henson (VF : Annie Milon ; VQ : Camille Cyr-Desmarais) : Katherine Johnson, la génie mathématicienne
Octavia Spencer (VF : Astrid Bayiha ; VQ : Manon Arsenault) : Dorothy Vaughan
Janelle Monáe (VF : M'bembo ; VQ : Marie-Evelyne Lessard) : Mary Jackson
Kevin Costner (VF : Bernard Lanneau ; VQ : Marc Bellier) : Al Harrison, le chef du programme spatial
Kirsten Dunst (VF : Marie-Eugénie Maréchal ; VQ : Aline Pinsonneault) : Vivian Mitchell
Jim Parsons (VF : Fabrice Fara ; VQ : Guillaume Champoux) : Paul Stafford
Glen Powell (VF : François Santucci ; VQ : Alexis Lefebvre) : John Glenn
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8109
Localisation: PACA
 #37 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ADAPTATION: films, séries, BD, roman   Posté le: 26 Sep 2018 14:29

Roman, série de 9 tomes
Nappily Ever After de Trisha R. Thomas (depuis 2000)





Synopsis en anglais du tome 1

Citation:
 
What happens when you toss tradition out the window and really start living for yourself?

Venus Johnston has a great job, a beautiful home, and a loving live-in boyfriend named Clint, who happens to be a drop-dead gorgeous doctor. She also has a weekly beauty-parlor date with Tina, who keeps Venus's long, processed hair slick and straight. But when Clint--who's been reluctant to commit over the past four years--brings home a puppy instead of an engagement ring, Venus decides to give it all up. She trades in her long hair for a dramatically short, natural cut and sends Clint packing.

It's a bold declaration of independence--one that has effects she never could have imagined. Reactions from friends and coworkers range from concern to contempt to outright condemnation. And when Clint moves on and starts dating a voluptuous, long-haired beauty, Venus is forced to question what she really wants out of life. With wit, resilience, and a lot of determination, she finally learns what true happiness is--on her own terms. Told with style, savvy, and humor, Nappily Ever After is a novel that marks the debut of a fresh new voice in fiction.  
 


Liste des titres
Nappily Ever After (Nappily, #1 - 2000)
Would I Lie to You? (Nappily, #2 - 2004)
Nappily Married (Nappily, #3 - )
Nappily Faithful (Nappily, #4 - 2008)
Nappily in Bloom (Nappily, #5 - 2009)
Un-Nappily in Love (Nappily, #6 - 2010 )
Nappily About Us (Nappily, #7 - 2011)
Nappily Entangled (Nappily, #8 - 2014)
Postcards From Venus ( #9)


Adaptation film télé :

Nappily Ever After de Haifaa Al-Mansour (VFF : Une femme de tête - Septembre 2018 - Netflix)





Citation:
 
L'intrigue suivra la vie apparemment parfaite de Violet Jones, une jeune femme active qui ne cherche que la perfection dans tous les domaines, aussi bien professionnel que personnel.
Alors qu'elle a un petit-ami bien sous tout rapport et une carrière réussie, sa vie va petit à petit s'écrouler
Après cette déception amoureuse, cette carriériste perfectionniste entame une découverte de soi déclenchée par un fâcheux incident capillaire.
 
 
.

Durée : 1h38
Scénario de Tina Gordon Chism, Lisa Loomer, Adam Brooks et Gina Prince-Bythewood.
Basé sur le roman du même nom de Trisha R. Thomas.

Distribution des roles :
Sanaa Lathan ... Violet
Ricky Whittle ... Clint
Lyriq Bent ... Will
Lynn Whitfield ... Pauletta
Ernie Hudson ... Richard


Pour le titre , la traduction aurait pu être plus en phase avec la version originale.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8109
Localisation: PACA
 #38 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ADAPTATION: films, séries, BD, roman   Posté le: 31 Oct 2018 15:42

Missyna alna a écrit:
 
Sujet consacré aux adaptation de récit sous divers format: film, série/téléfilm, pièce de théâtre, BD et roman; avec éventuellement une digression sur les biographies.


Commençons par du local


LA RUE CASES NEGRES



Roman de Joseph Zobel - 1950 - Éditions Présence Africaine

Dans ce roman autobiographique, l'auteur dresse un portrait réaliste de la Martinique des années 30 à travers le regard du petit José Bassam , qui partage la case de sa grand-mère Man Tine.

Je ne sais pas si le roman a une suite.

Il s'agit a mon sens d'un must, même si certain passage sont rude.


Film d'Euzhan Palcy - 1983


En 1983, la réalisatrice martiniquaise Euzhan Palcy redécouvre cette œuvre majeure de la littérature antillaise et l'adapte au cinéma dans un long-métrage du même nom. Le film est plébiscité et remporte dix-sept prix internationaux dont le Lion d'Argent à la Mostra de Venise .

A défaut d'une bande annonce, un extrait.




Remarque : le titre anglais est "Sugar Cane Alley" (l'allée de la cane à sucre) c'est loin d'être un traduction mot pour mot , surement une façon de ménager les plus susceptibles. 
 


Version bande dessinée :

La Rue Cases-Nègres de Michel Bagoé (Textes) Stéphanie Destin (Illustrations)


Citation:
 
À la rue Cases-Nègres, à Petit-Morne, bourg de Rivière Salée, José et ses amis vivent dans l insouciance tandis que leurs parents, de pauvres gens, triment dans les plantations de canne à sucre pour gagner leur vie. C est dans ce contexte que commence La Rue Cases-Nègres, ce grand classique de la littérature antillaise. À travers le récit de sa propre enfance, Joseph Zobel y décrit la Martinique des années 1930, en peignant avec la mémoire du c ur et des blessures, la vaillance, la dureté et la tendresse des descendants d esclaves, acharnés à bâtir pour leurs enfants un pays plus libre et plus généreux. 
 


Album: 97 pages
Editeur : Presence Africaine (15 mars 2018)
Langue : Français
ISBN-10: 2708709143
ISBN-13: 978-2708709140
Dimensions du produit: 29,7 x 1 x 21 cm

Présentation par l'auteur/adaptateur et l'illustratrice :

"La Rue Cases-Nègres"(BD) de Michel Bagoé et Stéphanie Destin
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8109
Localisation: PACA
 #39 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ADAPTATION: films, séries, BD, roman   Posté le: 12 Juin 2019 13:15

Mise à jour, car désormais il existe la pièce de théâtre, en représentation en 2019 au National Theatre
:

Missyna alna a écrit:
 
Hortense et Queenie (Small Island en VO) de Andrea Levy (2004)





Citation:
 
Présentation de l'éditeur
Londres, 1948. L'Angleterre est encore secouée par la guerre. Au 21 Nevern Street vit Queenie Bligh, une belle femme de tempérament, élevée à la dure dans les Midlands. Son mari, Bernard, n'est pas rentré des Indes, où il servait dans la Royal Air Force. Pour survivre, Queenie est contrainte de prendre des locataires, dont un couple de jamaïquains, Gilbert et Hortense. Gilbert Joseph vient lui aussi de faire la guerre sous le drapeau de l'Empire et l'uniforme bleu de la RAF. Déterminé à rester à Londres, il subit bon gré mal gré le racisme ordinaire. Sa jeune femme, Hortense, a toujours rêvé de vivre en Angleterre, mais la Mère Patrie ne correspond pas à ce qu'elle imaginait à l'ombre des manguiers. Andrea Levy tisse avec une grande finesse d'observation un roman à quatre voix, teinté d'humour et d'émotion, pétri d'exotisme et d'humanité. En évoquant la rencontre et le métissage des cultures, elle pose avec intelligence la question de l'intégration. Un grand roman, couronné de nombreux prix. unanimement célébré par la critique et le public.
Biographie de l'auteur
Romancière d'origine jamaïquaine, née au tournant des années 1960, Andrea Levy vit à Londres. Hortense et Queen a reçu le Orange Prize, le Whitebread Book of the Year et Commonwealth Writer's Prize Best Book.  
 


Author Andrea Levy talks about her book 'Small Island'




Adaptation télé sous forme de mini serie (2 épisode) par la BBC, (qui sait peut être qu'une chaine française en assurera un jour la diffusion)




BBC's Small Island (2009) Promo



MASTERPIECE Classic | "Small Island" | PBS






On peut rester perplexe devant le choix du titre dans la traduction française, mais bon. J'ai pas encore eu l'occasion de le lire et encore moins de la visionner (la flemme de me remettre à l'anglais surtout pour plusieurs heures , pour être plus précise 180 minutes)

Sujet , d'un forum consacré à Jane Austin et oeuvres apparentées, en français traitant de cet ouvrage : http://the-inn-at-lambton.cultureforum.net/t2071-small-island-andrea-levy 
 



Small Island adapté par Helen Edmundson



Citation:
 
National Theatre
Ajoutée le 25 févr. 2019
'England... is my golden life.'

--------
SMALL ISLAND: http://bit.ly/ntSmallIsland

Andrea Levy's epic, Orange Prize-winning novel bursts to new life on the Olivier stage. A company of 40 tells a story which journeys from Jamaica to Britain, through the Second World War to 1948 – the year the HMT Empire Windrush docked at Tilbury.

Adapted for the stage by Helen Edmundson, Small Island follows three intricately connected stories. Hortense yearns for a new life away from rural Jamaica, Gilbert dreams of becoming a lawyer, and Queenie longs to escape her Lincolnshire roots. Hope and humanity meet stubborn reality as the play traces the tangled history of Jamaica and the UK. 
 


Pour en savoir plus : https://nationaltheatre.org.uk/shows/small-island

En représentation jusqu'au 10 Aout 2019.
Diffusion en simultané dans les salles britanique le 27 Juin 2019.

Nota, l'autrice Andrea Levy est décédée en février 2019 à 62 ans.

En complément, articles de presse en anglais autour de la pièce :
Small Island review – Levy's Windrush epic makes momentous theatre
'It does still shock you': Windrush generation's verdict on Small Island
Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Littérature - Art - Culture: ADAPTATION: films, séries, BD, roman Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Page 3 sur 3
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Loto | Vidéos | Archives