Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...
Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Répondre au sujet    Accueil » Forum » Discussion générale: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux... S'abonner au Flux Rss Discussion générale Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Discussion générale:   Sujet: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...

Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6906
Localisation: PACA
 #31 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 23 Juin 2010 17:20

Pour le coup je persiste et signe, tant qu'il ne m'auront pas délivré "the information ": qui est le grand vainqueur de la coupe du monde et de Wimbledon tant qu'à faire En bien plus utopique, le numéro gagnant de l'euromilllion pour moi toute seule

Petite précision, le cas du Concorde est cité pour mettre en avant une certaine mentalité française, et non juste les médias. Je ne sais pas comment ça ce passe ailleurs (d'ailleurs pas sur que cela m'intéresse puisque je ne suis pas encore ailleurs ), mais j'ai la nette impression qu'ici on aura plus tendance à vouloir te tirer vers les bas que te pousser vers le haut . A bien y réfléchir , effectivement musculaire la première option est plus facile .
Revenir en haut
      
Tishka
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 05 Juin 2004
Sujets: 7
Messages: 1013
Localisation: Rarement là où censée être
 #32 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 23 Juin 2010 18:53

Missyna alna a écrit:
 
Petite précision, le cas du Concorde est cité pour mettre en avant une certaine mentalité française , et non juste les médias. Je ne sais pas comment ça ce passe ailleurs (d'ailleurs pas sur que cela m'intéresse puisque je ne suis pas encore ailleurs ), mais j'ai la nette impression qu'ici on aura plus tendance à vouloir te tirer vers les bas que te pousser vers le haut  
 


Déjà, j'ai du mal à comprendre comment on peut savoir si une mentalité est française sans s'intéresser à ce qui se passe ailleurs.

Ensuite, j'ai encore moins de mal à comprendre quel est l'intérêt de "pousser vers le haut" les faits et les gens, et je ne comprends toujours pas en quoi ça devrait être l'attitude par défaut des médias.
D'ailleurs, si tout ce qui est par français devait être vu comme a priori positif et plein de qualités, est-ce que ça ne diminuerait pas automatiquement la valeur de toute appréciation positive?
Est-ce qu'on aurait la confiance plus tranquille en montant dans un avion français si les médias estimaient qu'ils avaient le devoir de le "pousser vers le haut"? En achetant des actions d'entreprises françaises? En pariant sur une victoire des bleus?
A la limite oui, si on ne s'en était pas rendu compte du biais, mais là on quitte définitivement le champ de l'information pour rentrer dans celui de la désinformation.

Et puis c'est assez difficile de déconnecter la critique d'un sujet du niveau d'exigence qui lui est associé. On prend moins le temps de dénoncer une performance en bas de l'échelle si on pense qu'elle y est à sa juste place.
A l'école, j'ai toujours trouvé qu'il vaut mieux qu'un prof écrive des appréciations incendiaires quand on a 10, plutôt qu'il te félicite quand tu as 12 en disant, tu as fait de ton mieux. Le plus cruel, ce ne serait pas de dire que l'Equipe de France s'est laissée humilier par sa défaite contre l' Afrique du Sud, mais de la féliciter pour le but marqué sur un ton dépourvu de sarcasme.
On peut penser que l'auto-flagellation relève d'une mentalité française, on peut aussi se demander si certaines appréciations négatives ne viennent pas de là où la barre a été placée concernant la place de la France en tant que nation politique, économique et footballistique. Après tout, l'échec dégrade d'autant plus l'image de soi que l'on a de grandes attentes.
Si tourner le dos à l'ambition peut s'avérer raisonnable quand celle-ci est démesurée, encourager à le faire par l'absence de sens critique et l'excès de flatterie ne revient pas exactement à faire un compliment.
Peut-être que finalement, la meilleure façon de dire du bien de la France, c'est d'en dire du mal.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6906
Localisation: PACA
 #33 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 23 Juin 2010 23:29

Loin de ta réponse Tishka (j'y reviendrait peut être plus tard); mais la non en pa pé , c'est trop fort:

, entre aperçu dans soir 3, le gouvernement souhaite mettre en place les "états généraux" du foot?!!!!
C'est le méga délire , j'ai de plus en plus l'impression de voir se dessiner un coup sacrément bien monté.
J'ai trop l'impression d'avoir eu droit à conditionnement de masse de la population à coup de brides d'information loin , mais loin d'être neutre et après on se retrouve avec un spectacle des plus abracadabrants.
Mais tonnerre , c'est du foot (un divertissement, un loisir, une compétition; ... plus pas une préparation à la guerre )!!! Cela va trop loin, à moins que de longue date l'Etat espère gonfler sa part des recettes de la FFF.
Revenir en haut
      
Eddy P
Assistant Assistant



Genre: Homme
Inscrit le: 14 Mai 2005
Sujets: 65
Messages: 6354
Localisation: Nèg' Gwada an ildèfwans...
 #34 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 24 Juin 2010 10:57

là encore c'est sous-estimer l'impact du foot...

peut-être que ça ne te plait pas mais le foot a un impact sur les masses, et notamment sur le moral des français... à partir de là, dans une logique pragmatique, je ne suis pas surpris de voir que le gouvernement s'intéresse de près à un domaine aussi stratégique que passionnel...
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6906
Localisation: PACA
 #35 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 24 Juin 2010 12:07

Cela joue sur: le moral, le sens moral ou le sens de la moralisation de masse?

Je peut apprécier l'impact du foot et d'autres sport populaires dans l'émotivité : joie,étonnement, surprise, déconvenue, tristesse... face à ce qui se passe sur le terrain.Toujours distrayant de voir comme les gens peuvent vite s'emballer dans un stade.

Oui , oui je suis un grand enfant naïf qui se rappelle de la ferveur qu'il y'a avait lors de la diffussion des matchs et cela bien avant 1998.

Mais faire du sport un enjeu politique semblant balayer tout autre actualité, cela me tape sacrément sur le système: les bleu par ci , les bleus par là... Moi aussi j'ai des bleus mais liés à de tout autres évènements d'actualité. Et pourtant mon moral lui est loin d'être bas, contrairement à ce que pourrait me laisser croire les sacro saints sondages.

Le pire étant d'entendre les interventions de certains auditeurs:
- "Donner leurs primes au foot amateurs".Le foot amateur n'a qu'à appâter les investisseurs .Dans les stades de foot amateur comme en pro l'ambiance est loin d'être toujours bon enfant.
- "Donner leurs primes aux sinistrés". Euh y'a les assurances pour cela . Si ils veulent se plaindre qu'ils se tournent vers ceux qui délivre les permis de construire et mettent en place les différents dispositifs préventifs. Et au mieux , qu'il aille quémander auprès de dame nature.
- "Ils gagnent trop de fric pour rien, il faut plafonner".Pour peu, ils vont obtenir ce qu'il demande,dommage que pour les grands dirigeants, on ose à peine esquisser la moindre requête de ce genre.Chasse gardée.

J'ai trop l'impression que l'on veut générer avec cette défaite la clef de voûte d'un traumatisme d'apparat.

Pour passer à presque autre chose; lors du "scandale " Tiger Wood, j'étais surpris que cet "évènement" défraye autant la chronique au USA. J'aurais cru que ce truc n'aurais été couvert aussi massivement que par la presse people.

Naïvement, je me suis dit qu'en France, on savait bien distinguer les genres et qu'il y'avait peu de chance que ce type de scandale apparaissent en titre des journaux d'actualité comme étant la new prioritaire number one. Apparemment, j'étais depuis trop longtemps déconnectée.
Revenir en haut
      
caribbean island
Classe Eco Classe Eco



Genre: Homme
Inscrit le: 15 Mar 2007
Sujets: 98
Messages: 8512
Localisation: 93 - Seine-St-Denis
 #36 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 24 Juin 2010 13:45

Missyna alna a écrit:
 


Mais faire du sport un enjeu politique semblant balayer tout autre actualité, cela me tape sacrément sur le système: les bleu par ci , les bleus par là... Moi aussi j'ai des bleus mais liés à de tout autres évènements d'actualité. Et pourtant mon moral lui est loin d'être bas, contrairement à ce que pourrait me laisser croire les sacro saints sondages.
 
 


Je suis d'accord pendant ce temps là la réforme des retraites passe comme une lettre à la poste pareil pour le scandale avec la femme de Woerth.

Cela dit c'est classique si cela n'avait pas été la coupe du monde ca aurait été autre chose.
Revenir en haut
      
Eddy P
Assistant Assistant



Genre: Homme
Inscrit le: 14 Mai 2005
Sujets: 65
Messages: 6354
Localisation: Nèg' Gwada an ildèfwans...
 #37 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 24 Juin 2010 14:41

caribbean island a écrit:
 
Cela dit c'est classique si cela n'avait pas été la coupe du monde ca aurait été autre chose. 
 
évidemment.. ce qui est rare est précieux... la coupe du monde ne se dispute que tous les quatre ans... aborder ce rendez-vous de la manière dont la france l'a aborder relève presque du mépris...
maintenant on peut relativiser tant qu'on veut... et sans donner d'excuses à quiconque... je peux comprendre qu'en temps de crise, le foot et la CDM soient une soupape de sécurité pour de nombreux français, car ils permettent de fuir le quotidien et de rêver !!!! le rêve est totalement irrationnel... et quand le rêve est brisé de la sorte... je ne suis pas étonné de voir le gouvernement tenter de limiter la casse !!!!
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6906
Localisation: PACA
 #38 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 25 Juin 2010 12:43

Ah kouman!!, l'important n'est plus de participer

Allez haut les coeurs: Jeannie Longo championne de France à 51 ans pour la 57éme fois!!!
Y'a plus de vieillesse ma parole !!! Non mais où sont les jeunes?!!!
Ah !!! ils commencent enfin a arrêter tout ce raffut autour des bleus. Ces évènements retrouvent enfin leur place à la fin des news dans la section sport.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6906
Localisation: PACA
 #39 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 19 Oct 2010 20:35

La réforme des retraites à droit a un traitement médiatique détonnant.
J'ai l'impression qu'on tente de liguer les "non mobilisés" contre les grévistes "fauteurs de trouble " en omettant la cause du mouvement.
On parle aisément des perturbations généré par les agents de la SNCF, les ruptures d'approvisionnement en carburant, les amas de détritus qui s'amassent à Marseille; les écarts lors des manifestations étudiantes...

On fait passer les jeunes pour des ignares qui ferais mieux d'aller bosser à l'école , histoire de se préparer à supporter la lourde de charge qui leur sera léguée.

On met en avant le respect du régime démocratique, à savoir le peuple n'a pas son mot à dire quand à la gestion du magot par ceux qui se sont garantie un régime spéciale, et qui ont depuis longtemps dépassé l'age de départ à la retraite. En somme certain ont votés, que tout le monde se prépare à payer les frais.

On met en avant ceux qui ne rechignent pas à travailler plus longtemps, en omettant leur poste et revenu.
On met en avant les régime spéciaux. Eh oui, ils ont pensés à tout, même les failles où certains pourront se nicher, histoire de faire perdurer le problème des inégalités.

Quand à Marseille c'est trop fort. Des tas d'immondices s'accumulent et les habitants neprennent pas l'initiative de limiter leur déchets, de bien emballer les déchets (surtout les commerçants). Que nenni , c'est la faute des éboueurs , ils n'ont qu'à se démerder.
Cela aurait été occasion de s'intéresser au traitement des déchets, à la limitation de la production de déchets par les usagers. Que nenni, ce sera l'occasion pour la collectivité de chercher à privatiser le ramassage des ordures. Un beau pactole en dessous de table.
Il faut pas pointer du doigt les problèmes de gestion récurent du ramassage des ordures en temps normal, qui est de leur responsabilité (c'est à eux de gérer leurs équipe et de rendre des comptes). A tous les coup, se sera de la faute des éboueurs, mais au frais du contribuable.

Le must étant la guerre des chiffres . Quelques soit le chiffre juste, l'essentiel est que des gens ont pris la peine de manifester et dans le cas présent massivement.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6906
Localisation: PACA
 #40 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 08 Juin 2011 14:23

Je doit me rendre à l'évidence, le média oriente plus l'opinion publique qu'elle ne l'informe.

Pour l'affaire Dominique Strauss Kahn (politique français) , le présumé innocent (notion hyper martelé dans ce cas précis) accusé par une femme de ménage d'agression sexuelle; le simple fait de n'utiliser que son acronyme DSK amène une familiarité de trop (surtout quand on exige des jeune qu'il fasse preuve de politesse ).
La surenchère par rapport à la fortune à laquelle il a accès, amène facilement l'argument douteux: "un riche n'a pas à faire cela" , bien peu contrebalancé par le quand on est riche on peut tout se permettre même acheter la justice.
Par contre niveau information sur les faits, rien que les faits; c'est au téléspectateur de démêler le vrai du faux; les sources des médias sont loin d'être sures (pourtant c'est ce que l'on attend d'eux ; des informations sures; vérifiées, confirmées.

Autres cas ; la bactérie tueuse (quel nom!!!).On ne connaissait pas la cause des décès qu'on accusaient déjà les légumes espagnols (par la suite niveau dénigrement le public s'est lâché).
Maintenant, on lui a donné un nom Eceh (E.coli entero-hémorragique), mais on n'en connait toujours pas la souche.
Résultat des courses,l'industrie agricole dit avoir massivement été touché par cette mauvaise publicité et exige réparation
J'ai vraiment peine à y croire; les invendus font quand même parti des aléas éventuellement assurables ; si les gens ne veulent plus consommer de concombre peut t'on exiger un dédommagement?!!! C'est un risque comercial. Avec la mondialisation; on apprend surtout à partager les problèmes.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6906
Localisation: PACA
 #41 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 11 Fév 2012 21:26

, cela doit faire trop longtemps que j'ai pas suivi un JT, car là je suis tombée des nues quand à la fin de celui de M6, il est fait mention que via les protagonistes ,à savoir Jay z & son épouse Beyoncé , des photos de leur première née ont été diffusées sur Internet,afin de couper l'herbe sous les pieds des journalistes . En quoi il s'agit là d'une information ayant sa place dans un journal d'information. Y'a pas des émissions spécialisée pour cela?!! Déjà que d'avoir des artistes en tant qu'invite 'et d'assurer leurs promotions semble pour moi sortir du cadre d'un journal ; alors là avoir droit à leur vie privée c'est .
Revenir en haut
      
Eddy P
Assistant Assistant



Genre: Homme
Inscrit le: 14 Mai 2005
Sujets: 65
Messages: 6354
Localisation: Nèg' Gwada an ildèfwans...
 #42 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 12 Mar 2012 20:58

rien de surprenant... c'est la cible de M6...
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6906
Localisation: PACA
 #43 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 12 Mar 2012 21:46

Je dois bien admettre que je suis de ceux qui s'accommodaient fort bien du 6 minutes d'information de M6 avec bonus les nouvelles locales. Rapide et concis, si on voulait en savoir plus on passait à un JT plus long, ou si ont était veinard un chaine d'infos en continue.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6906
Localisation: PACA
 #44 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 31 Jan 2013 17:29

La flemme de chercher à fond un sujet consacré spécifiquement aux médias et à leur liberté d'expression .

Classement mondial 2013 de Reporter sans Frontiers :
- article http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2013,1054.html
Après les Printemps, les espoirs déçus

Après les “printemps arabes” et les mouvements contestataires qui en 2011 avaient provoqué des hausses et des chutes, le Classement mondial de la liberté de la presse 2013 publié par Reporters sans frontières marque un retour à une configuration plus habituelle. Le rang d'un grand nombre de pays est moins lié à l'intensité de l'actualité politique. Ainsi, avec le Classement 2013, apprécie-t-on mieux l'attitude et les intentions des régimes vis-à-vis de la liberté de la presse à moyen ou à long terme.

En tête du classement, les trois pays européens qui occupaient les premières places l'an dernier composent à nouveau le trio de tête. Pour la troisième fois consécutive, la Finlande se distingue comme le pays le plus respectueux de la liberté de la presse. Elle est suivie par les Pays-Bas et la Norvège. Même si sont pris en compte de nombreux critères, les violences exercées contre les journalistes comme le cadre juridique, les pays démocratiques occupent la partie haute du classement. Tout en bas, trois pays dictatoriaux composent le “trio infernal”. Il s'agit des mêmes que l'an dernier, le Turkménistan, la Corée du Nord et l’Érythrée.

“Le Classement mondial publié par Reporters sans frontières ne tient pas compte directement de la nature des régimes politiques. Néanmoins, il apparaît clairement que les démocraties protègent mieux la liberté de la production et de la diffusion des informations factuelles que les pays dans lesquels les autres droits humains sont méprisés”, observe Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontières. “Dans les dictatures, les acteurs de l'information s'exposent à des représailles impitoyables pour eux-mêmes et pour leurs proches. Dans nombre de démocraties, ils font face à la crise économique de la presse et aux conflits d'intérêts. Si leurs situations ne sont pas toujours comparables, il convient de rendre hommage à tous ceux qui résistent aux pressions, qu'elles soient martiales ou diffuses.”

À l'occasion de la publication du Classement mondial 2013, Reporters sans frontières publie pour la première fois un indice annuel de la liberté de la presse. Par la création de cet indicateur inédit, Reporters sans frontières se dote d'un outil analytique de la performance globale des États, permettant de mesurer l’état général de la liberté d'informer. Grâce aux nouvelles technologies et à l'interdépendance des États et des populations, la liberté de production et de circulation de l'information ne saurait être appréciée sans une mesure à l’échelle planétaire. En 2013, l'indice s’élève à 3395 points, un chiffre de référence pour les années à venir.

La déclinaison régionale de l'indice permet une appréciation de la situation relative par grandes zones. Le calcul se fonde sur une moyenne pondérée en fonction de la population, avec des résultats de 0 à 100, zéro représentant une situation idéale. L’étude montre que la zone Europe obtient le résultat de 17,5 sur 100. Elle est suivie par la zone Amériques (30,0), l'Afrique (34,3), l'Asie-Pacifique (42,2), les pays de l'ex-URSS (45,3). Malgré les printemps arabes, la région Moyen-Orient - Afrique du Nord (48,5) se situe à la dernière place. L'importance du nombre de journalistes et net-citoyens morts dans l'exercice de leurs fonctions en 2012 (année la plus meurtrière jamais enregistrée par Reporters sans frontières dans son bilan annuel) a naturellement une influence notable sur le classement des pays où les crimes ont été perpétrés, tels que la Somalie (175ème, -11), la Syrie (176ème, 0), le Mexique (153ème, -4) et le Pakistan (159ème, -.

Du sommet aux abîmes

Les pays nordiques démontrent une nouvelle fois leur capacité à assurer et maintenir un environnement optimal pour les acteurs de l'information. La Finlande (1er, 0) les Pays-Bas (2nd, +1) et la Norvège (3ème, -2) conservent ainsi les trois premières positions. Le Canada (20ème, -10) évite de justesse de sortir de la liste des vingt pays les mieux cotés. A noter l'entrée dans le classement d'Andorre (5ème) et du Liechtenstein (7ème) qui se placent juste derrière le trio de tête.

A l'autre bout du Classement, le « trio infernal » (Turkménistan, Corée du Nord, Érythrée) conforte sa position en queue de classement. L'arrivée de Kim Jong-un à la tête du Royaume ermite n'a rien changé au contrôle absolu de l'information qui y prévaut. Récemment agitée par une courte mutinerie militaire au ministère de l'Information, l’Érythrée (179ème, 0) continue d’être une prison à ciel ouvert pour sa population. Des journalistes y meurent en détention. Malgré un discours réformiste, le régime turkmène ne cède pas un pouce de son contrôle totalitaire sur les médias.

Pour la deuxième année consécutive, le “trio infernal” est précédé par la Syrie (176ème, 0), où se déroule une guerre de l'information sanguinaire. Au sortir d'une année meurtrière pour les journalistes, la Somalie (175ème, -11) sombre dans les tréfonds du classement. L'Iran (174ème, +1), la Chine (173ème, +1), le Vietnam (172ème, 0), Cuba (171ème, -4), le Soudan (170ème, 0) et le Yémen (169ème, +2) complètent la liste des dix pays les moins respectueux de la de liberté de la presse. Non content d'emprisonner des journalistes et net-citoyens à tour de bras, l'Iran se distingue par d'abjectes pressions sur les familles des journalistes, sur son territoire comme à l’étranger.

Des améliorations majeures…

Au rang des progressions les plus importantes, le Malawi (75ème, +71) remporte la palme, pour revenir quasiment à la position occupée avant les dérives de la fin de la présidence Mutharika. La Côte d'Ivoire (96ème, +63) en sortant de la crise post-électorale entre partisans de Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, remonte très fortement dans le classement, pour retrouver sa meilleure position depuis 2003. La Birmanie (151ème, +1 confirme sa légère augmentation observée dans la précédente édition. Grâce au printemps birman, des mesures d'ouverture sans précédent permettent au pays, classé chaque année depuis 2002 dans les quinze derniers rangs, d'accéder à une position historiquement haute. L'Afghanistan (128ème, +22) enregistre également une progression sensible. L'absence de journalistes emprisonnés explique cette hausse ; pour autant de nombreux défis restent à relever, notamment avec le retrait des troupes étrangères.

… et des chutes vertigineuses

Le Mali (99ème, -74) enregistre la plus forte chute du classement suite aux événements qui ont frappé le pays dans le courant de l'année 2012. Le putsch militaire du 22 mars à Bamako et la prise du nord du pays par les indépendantistes touaregs et des groupes islamistes armés ont exposé les médias du nord du pays à la censure et aux exactions. La Tanzanie (70ème, -36) perd plus de trente places. En l'espace de quatre mois, un journaliste a été tué alors qu'il couvrait une manifestation et un autre a été retrouvé mort, manifestement assassiné.

Secoué par des mobilisations socio-économiques, le Sultanat d'Oman (141ème) perd 24 places, la plus forte baisse enregistrée pour la zone Moyen-Orient/Afrique du Nord en 2012. Près de 50 net-citoyens et blogueurs ont été poursuivis pour ‘crimes de lèse majesté’ et/ou ‘crimes de cybercriminalité’ ne serait-ce qu'en 2012.

Si les journalistes qui y exercent bénéficient d'une véritable liberté de ton malgré l'existence de la censure militaire, Israël (112ème, -20) chute en raison des exactions commises par l'armée israélienne dans les territoires palestiniens, désormais intégrées dans le calcul, au lieu de faire l'objet d'une catégorie répertoriée, mais séparée.

En Asie, miné par un manque de transparence et un droit d'accès à l'information quasi nul sur les sujets liés de près ou de loin à Fukushima, le Japon (53ème, -31) enregistre une forte chute qui sonne comme un avertissement. La Malaisie (145ème, -23) atteint la position la plus basse qu'elle ait jamais occupée, et affiche une chute importante due à un accès à l'information de plus en plus limité. Même cas de figure au Cambodge (143ème, -26) où l'autoritarisme et la censure se renforcent. Une lourde peine de prison a été prononcée contre un doyen du journalisme. La Macédoine (116ème, -22) enregistre également une baisse de plus de vingt places, entre retraits arbitraires de licence et dégradation du climat d'exercice de la profession de journaliste.

Le bilan mitigé des mouvements de contestation

La précédente édition du classement était fondée sur une actualité particulièrement riche, portée par les printemps arabes, dressant le bilan du lourd prix payé par les acteurs de l'information à la couverture des mouvements de contestation. En 2012, des cas de figure se distinguent, entre les pays où des changements de régime se sont produits (Tunisie, Égypte, Libye), les États où les rébellions et leur répression ont encore cours (Syrie, Bahreïn), et enfin les pays où les autorités ont réussi à faire suffisamment de compromis et de promesses pour calmer de potentielles revendications de changement politique et/ou socio-économiques (Maroc, Algérie, Oman, Jordanie, Arabie saoudite...).

Certains nouveaux gouvernements engendrés par ces mouvements, dont les revendications et les aspirations à davantage de libertés avaient été largement relayées par les journalistes et les net-citoyens, se retournent contre ces derniers. La Tunisie (138ème, -4), et l’Égypte (158ème, +, entre vide juridique, nominations à la tête des médias publics, agressions physiques, procès à répétition et absence de transparence, stagnent à des positions peu glorieuses qui donnent à la Libye (131ème, +23), en progression cette année, une idée des écueils à éviter pour assurer et pérenniser sa transition vers une presse libre.

En Syrie (176ème, 0), pays le plus meurtrier pour les journalistes en 2012, une guerre de l'information fait rage et n’épargne ni les journalistes ni les net-citoyens, pris à partie par le régime de Bashar Al-Assad, prêt à tout pour réprimer en silence, mais aussi par des factions proches de l'opposition, de plus en plus intolérantes face aux voix discordantes. Au Bahreïn (165ème, +, la répression baisse très légèrement en intensité, au Yémen (169ème, +2) les perspectives restent inquiétantes malgré un changement d'exécutif. La vague d'arrestations de net-citoyens à Oman (141ème, -24) fait chuter le pays, secoué par des revendications socio-économiques.

Dans d'autres pays touchés par des mouvements contestataires, les situations évoluent pour le meilleur comme pour le pire. Le Vietnam (172ème, 0), qui avait perdu 6 places dans la précédente édition, n'a pas su les reprendre et la deuxième prison du monde pour les net-citoyens figure parmi les dix pays les plus mal classés. L'Ouganda (104ème, +35) reprend un rang plus convenable sans toutefois atteindre celui qui était le sien avant la répression des mouvements de contestation de 2011. L'Azerbaïdjan (156ème, +6) et le Bélarus (157ème, +11), qui avaient également sombré vers le fond du classement l'an dernier du fait de la violente répression des manifestations d'opposition, ne font que se rapprocher de la place déjà exécrable qu'ils occupaient auparavant. Le Chili (60ème, +20) remonte au classement, après avoir connu une chute vertigineuse dans la précédente édition, qui l'avait vu passer de la 33ème à la 80ème place.

L'instabilité politique place les journalistes dans l’œil du cyclone Dans un certain nombre de pays, l'instabilité politique segmente la profession journalistique, et rend très difficile la production d'une information indépendante. Dans de tels contextes, les menaces et les agressions physiques sont fréquentes, ainsi que des purges au sein des rédactions. Aux Maldives (103ème, -30), un coup d’État latent fait chuter dramatiquement le pays, où les journalistes considérés favorables à l'ancien chef de l’État sont victimes de menaces et d'attaques. Au Paraguay (91ème, -11), le coup d’État parlementaire du 22 juin 2012 a fortement impacté le secteur audiovisuel public, qui a souffert d'une vague de licenciements abusifs, dans un contexte de répartition inéquitable des fréquences. En Guinée-Bissau (92ème, -17) l'armée a renversé le pouvoir entre les deux tours d'une élection présidentielle et a appliqué une censure militaire sur la presse, justifiant la chute sensible du pays dans le classement. Au Mali (99ème, -74), un coup d’État militaire a fortement contribué à un climat tendu, de nombreux journalistes ont été agressés dans la capitale, et les médias publics sont, depuis le putsch, contrôlés par l'armée. Si les troubles observés au cours du mois de janvier 2013 en République centrafricaine (65ème, -3) ne compteront que dans la prochaine édition du classement, la situation de la liberté de la presse se précarise et fait craindre le pire.

Des “modèles régionaux” qui ne sont pas à la hauteur

Sur quasiment tous les continents, des “modèles régionaux”, dont l'influence dépasse les frontières nationales, perdent pied dans le classement. En Amérique latine, le Brésil (108ème, -9), moteur économique de la région, poursuit sa chute amorcée l'année dernière. Les cinq journalistes qui ont perdu la vie en 2012, ainsi que des problèmes persistants de pluralisme des médias, expliquent cette dégradation. En Asie, l'Inde (140ème, -9) est à son pire niveau depuis 2002. En cause : un climat d'impunité grandissant et une censure du Net qui continue à se développer. La Chine (173ème, +1) ne montre aucun signe d'amélioration. Ses prisons détiennent toujours un grand nombre de journalistes et de net-citoyens, alors que la censure du web, de plus en plus impopulaire, demeure un obstacle majeur dans l'accès à l'information.

La Russie (148ème, -6) perd encore plusieurs places du fait du tour de vis répressif mis en place depuis le retour à la présidence de Vladimir Poutine, en réponse à la mobilisation sans précédent de l'opposition. Le pays reste également marqué par l'impunité intolérable de nombreux assassins et agresseurs de journalistes. La Turquie (154ème, -6), dont l'importance sur l’échiquier politique s'est encore accrue du fait du conflit syrien, s'enfonce un peu plus dans le classement. Le pays est à ce jour la première prison au monde pour les journalistes, en particulier ceux qui développent des vues critiques des autorités sur la question kurde. Rien de comparable avec l'Afrique du Sud (52ème, -10) qui garde une place très honorable - la liberté de l'information y est une réalité - mais qui recule d'année en année jusqu’à sortir pour la première fois des cinquante pays les mieux classés. Le journalisme d'investigation y est menacé par la Loi de “Protection des informations d’État”.

Les démocraties piétinent ou reculent

Statu quo pour une bonne partie des pays de l'Union européenne. Seize d'entre eux figurent toujours dans les trente premières places du classement. Pourtant, le modèle européen s’érode. L'hémorragie législative entamée en 2011 ne s'infléchit pas en 2012, notamment en Italie (57ème, +4) où la dépénalisation de la diffamation n'est toujours pas acquise et où les institutions instrumentalisent dangereusement les "lois bâillons". La Hongrie (56ème, -16) paie toujours le prix de ses réformes législatives liberticides qui ont considérablement modifié la pratique du journalisme. Plus inquiétant cependant, la chute vertigineuse de la Grèce (84ème, -14) où les journalistes évoluent dans un contexte social et professionnel désastreux et sont exposés à la vindicte populaire et à la violence des mouvances extrémistes et des forces de police.

La censure du nucléaire et l'institution des “kisha clubs” coûte au Japon (53ème, -31) plus de trente places, une chute alarmante pour un pays habituellement très bien classé. En Argentine (54ème, -7), un bras de fer entre certains groupes de presse privés et le gouvernement, notamment au sujet de la nouvelle loi de régulation de l'audiovisuel, ont lieu dans un contexte tendu et le pays perd plus de cinq places.


- Rapport http://fr.rsf.org/IMG/pdf/classement_2013_fr_bd.pdf
- Carte http://fr.rsf.org/IMG/jpg/2013-carte-liberte-pressebd.jpg



Démocratie n'est pas gage de liberté d'information. Le public devrait en prendre note.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6906
Localisation: PACA
 #45 Discussion générale:   Sujet du message: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux...   Posté le: 12 Juin 2014 10:48

Événements populaires de la semaine
- France : SNCF en grève
- France : Taxi en grève
- France : Service hospitalier marseillais en grève
- Brésil : grève métros et aéroports
et les journalistes locaux interpelle la population sur la privatisation de la diffussion des match de la Coupe du Monde?!
Waouh!!! Si ça c'est pas être au cœur de l'actualité!
Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Discussion générale: Lignes éditoriales des médias nationaux: TV, Radios, journaux... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Page 3 sur 3
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2014
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Portal | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Loto | Vidéos | Archives