Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


Créolité
Aller à la page 1, 2  Suivante

Répondre au sujet    Accueil » Forum » Littérature - Art - Culture: Créolité S'abonner au Flux Rss Littérature - Art - Culture Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Littérature - Art - Culture:   Sujet: Créolité

dillusion
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 03 Aoû 2005
Sujets: 4
Messages: 9
Localisation: 972 - Martinique
 #1 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 16 Nov 2005 22:01

Bonjour, je dois faire une presentation de la creolité pour le lycée , et j'aimerai soliciter votre aide car je pense que ce que chacun de vous sait sur le sujet peut m'aider.
Et pour chaque element, il faut l'illustrer avec un exemple de texte ayant rapport avec la créolité.
Merci beacoup pour votre aide!!
Dillusion
Revenir en haut
      
Anacaona
Charter Charter



Genre: Femme
Inscrit le: 06 Fév 2004
Sujets: 77
Messages: 3173
Localisation: Iwanakaera (L'île aux serpents)
 #2 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 16 Nov 2005 22:14

Contactes à l'IUFM Mr Robert Nazaire. Il pourra t'en parler sans trop de parti pris.

Robert Nazaire est conseiller pédagogique en langues et cultures régionales à l'IUFM de la Martinique.

Je t'invite à lire pour ton travail, cette page web : http://www.palli.ch/~kapeskreyol/articles/nazaire.htm

Voici un extrait :

Citation:
 
R. Nazaire :
De toute façon, on n'apprend pas une langue sans apprendre sa culture. Ce sont les sociétés qui créent les langues et non pas les langues qui créent les sociétés. Cela, c'est un point. Introduire le créole à l’école ? Il y est déjà. Le prendre en compte, c'est autre chose. Les enfants le parlaient déjà dans la cour de récréation ou avec certains maîtres qui étaient déjà des pionniers à la Martinique.
Aujourd'hui, on ne peut pas dire que l'on a des créolophones. Quand les élèves arrivent à l’école, les enseignants ont déjà mis en place des stratégies pour leur dire qu’à l’école on doit apprendre la langue française.
Je suis pour dire que l'outil de l'identité martiniquaise, c'est le créole, le français, mais aussi l'anglais et l'espagnol car nous sommes dans un bassin caraïbéen. 
 
Revenir en haut
      
dillusion
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 03 Aoû 2005
Sujets: 4
Messages: 9
Localisation: 972 - Martinique
 #3 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 17 Nov 2005 00:17

merci , mais je voudrais d'avantage d'infos sur la créolité svp
Revenir en haut
      
Snaïka'
Classe Confort Classe Confort



Genre: Femme
Inscrit le: 20 Sep 2003
Sujets: 104
Messages: 11659
Localisation: A kaz! :-)
 #4 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 17 Nov 2005 01:30

Qu'est ce que tu as comme informations pour l'instant? Ca nous permettra peut-être de ne pas répéter ce que tu sais deja... En effet, j'ose croire que tu ne veux pas qu'on te mache tout le travail et que tu as deja commencé à bosser sur ta présentation.
Revenir en haut
      
zephyrin
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 18 Avr 2005
Sujets: 28
Messages: 702
Localisation: 75 - Paris
 #5 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 17 Nov 2005 01:36

Pour comprendre la créolité, je pense qu'il faudrait que vous lisiez : Eloge de la créolité de Jaen Barnabé, Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant. Ce sont eux qui ont conceptualisé la créolité. l'ouvrage se trouve dans les bibliothèques municipales, à defaut vous pouvez le commander sur le net.

http://www.google.fr/search?sourceid=navclient&hl=fr&ie=UTF-8&rls=GGLI,GGLI:2005-23,GGLI:fr&q=Eloge+de+la+cr%C3%A9olit%C3%A9
Revenir en haut
      
Anacaona
Charter Charter



Genre: Femme
Inscrit le: 06 Fév 2004
Sujets: 77
Messages: 3173
Localisation: Iwanakaera (L'île aux serpents)
 #6 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 17 Nov 2005 01:45

Snaïka' a écrit:
 
Qu'est ce que tu as comme informations pour l'instant? Ca nous permettra peut-être de ne pas répéter ce que tu sais deja... En effet, j'ose croire que tu ne veux pas qu'on te mache tout le travail et que tu as deja commencé à bosser sur ta présentation. 
 

C'est la question que je me posais...

Ceci étant, j'ai bien aimé l'intervention de Mr Mariagnès lors de l'ouverture des rencontres littéraires "métisses" (?). Il attirait l'attention sur la créolité et le métissage brandis comme de nouveaux essentialismes (au même titre que l'eugénisme et le nazisme)...
Revenir en haut
      
Jomimi
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 20 Mar 2004
Sujets: 16
Messages: 451
Localisation: O Péyi!
 #7 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 17 Nov 2005 01:57

je pense que si Monsieur Koutcha est disponible, il peut t'aider'! il connait mal de choses sur ce sujet'!! Mr koutcha' vous êtes demandé
Revenir en haut
      
zephyrin
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 18 Avr 2005
Sujets: 28
Messages: 702
Localisation: 75 - Paris
 #8 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 17 Nov 2005 23:06

Tenez deux liens à propos de la créolité qui peuvent vous être utile :

http://www.palli.ch/~kapeskreyol/articles/guerre/mamelles.html#4
http://www.palli.ch/~kapeskreyol/articles/guerre/mamelles.html#5
Revenir en haut
      
Chandler
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 03 Sep 2005
Sujets: 30
Messages: 1579
Localisation: ...
 #9 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 17 Nov 2005 23:49

Tenez deux liens à propos de la créolité qui peuvent vous être utile
http://www.kametrenaissance.com/Sim-Doc15.html
http://www.africamaat.com/article.php3?id_article=36
Revenir en haut
      
zephyrin
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 18 Avr 2005
Sujets: 28
Messages: 702
Localisation: 75 - Paris
 #10 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 18 Nov 2005 01:02

Eurocentriste ou Afrocentriste ?



par Charles Lecomte



Je suis un homme, et c'est tout le passé du monde que j'ai à reprendre. Je ne suis pas seulement responsable de la révolte de Saint-Domingue.

Chaque fois qu'un homme a fait triompher la dignité de l'esprit, chaque fois qu'un homme a dit non à une tentative d'asservissement de son semblable, je me suis senti solidaire de son acte.

En aucune façon je ne dois tirer du passé des peuples de couleur ma vocation originelle.

En aucune façon je ne dois m'attacher à faire revivre une civilisation nègre injustement méconnue. Je ne me fais l'homme d'aucun passé. Je ne veux pas chanter le passé aux dépens de mon présent et de mon avenir.

Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, 1952, p. 183.



La longue oppression que les empires coloniaux ont fait subir aux peuples des colonies génère des luttes empreintes d'espoir et de justice. Le site de Gwadaoka en est la preuve vivante. Dans ce mouvement général, des voix extrêmes se font cependant entendre. C'est ainsi qu'il y a quelque temps, en consultant le forum d'un site dédié à l'histoire africaine, j'ai pu lire des choses assez effrayantes. Si les textes publiés par le site lui-même sont très intéressants sur le plan de la recherche historiographique, les réactions des internautes sont souvent idéologiquement très connotées. Elles partent des travaux scientifiques édités pour déraper subtilement vers des discours assez subjectifs, généralisants, voire parfois franchement racistes. En s'opposant à une lecture "eurocentriste" de l'histoire (notamment de l'Egyptologie, mais pas seulement) ils affichent une vision "afrocentriste" parfois aussi simpliste que la première.



Si je ne vois pas d'inconvénient à reconnaître que les Egyptiens anciens étaient noirs et que les peuples d'Afrique contemporains sont leurs descendants – les travaux de grands historiens tendent à le montrer – il y a des raccourcis intellectuels que j'ai du mal à comprendre… et à accepter. Par exemple, partant du postulat précédent, ils affirment que toute personne de couleur noire, où qu'elle vive, est un Africain descendant d'Egyptien. Ce qui en théorie, et dans une perspective historique ou généalogique, peut se comprendre. Mais sur le plan culturel, ethnologique, sociologique (...) cela ne tient pas à grand chose de réel, en tout cas pas de manière directe et univoque. En sciences humaines, cela s'appelle faire une corrélation hâtive. La notion d'Africain renvoie elle-même à des réalités très variées. En effet, quelle unité culturelle entre un Peul du Mali, un Bantou du Congo, un Afro-Américain de Manhattan et un Guadeloupéen du Moule ? Même en s'attachant au critère que ces internautes utilisent – i.e. la couleur de peau – force est de constater que les "tons" sont très variables d'une ethnie à l'autre.



Certes, allez-vous me dire, la grammaire créole est fortement imprégnée des grammaires africaines. Des études linguistiques l'ont montré, et qui a un tant soit peu comparé le créole à une langue africaine (comme le wolof, par exemple) aura pu remarquer des similitudes grammaticales indiscutables. Certes, l'oralité est un trait commun des cultures africaines et caribéennes. On pourrait comme cela multiplier les exemples (la musique, un certain rapport à l'univers…). Est-ce pour autant que les Antillais sont des Africains ? Voire. 400 ans de leur histoire se sont déroulés sur un autre continent, dans un autre contexte culturel, avec d'autres réalités sociales et économiques. Que l'on ne soit pas d'accord avec l’éloge de la créolité comme positionnement normatif, d'accord. Halte à la noyade dans une soi-disant culture mondiale et uniformisée. Mais vouloir nier la créolité comme phénomène historique, c'est se boucher les yeux sur l'extraordinaire compétence culturelle de l'homme qui – y compris dans le contexte d'oppression extrême qu'est celui de la colonisation et de l'esclavage – arrive à adapter son bagage culturel, à y intégrer des éléments nouveaux pour enfin accoucher d'une identité nouvelle et toujours en évolution. On pourrait bien sûr minimiser les métissages à l’œuvre aux Antilles entre "Noirs", "Blancs", Indiens des Indes, Amérindiens, Chinois, Levantins, en disant qu'après tout, les Antillais restent des "Noirs". Soit. Mais affirmer que ces communautés ont vécu pendant des dizaines, voire des centaines d'années, complètement séparées, sans interaction, sans se rencontrer, se confronter, se haïr, parfois s'aimer, bref, sans se construire un espace de vie commune, est un postulat que personne n'oserait soutenir.



De la même façon, nos internautes emploient assez couramment le concept de "peuple blanc" ou de "leucoderme" avec toutes les généralisations que vous imaginez : « si nous en sommes là, c'est à cause DU blanc », « LE blanc nous a volé notre histoire » ou encore « LES blancs pensent que… », etc. Là encore, quoi de commun entre un Paysan des Landes, un Rom d'Europe de l'Est et un WASP du Mississipi ? Quoi de commun entre le descendant d'esclavagiste texan et moi, arrière petit fils de prolétaires franciliens issus de l'exode rural du début du siècle ? Les esclavagistes, les colons, les impérialistes étaient blancs – et le sont encore majoritairement – alors faut-il nécessairement que tous les blancs soient des colons en puissance ? Je me suis ainsi retrouvé sur des forums à dialoguer avec des gens qui balançaient à longueur de lignes des vous (i.e. les "Blancs") et des nous (i.e. les "Noirs") très globalisants. Ces mêmes personnes vont vous expliquer que les visées belliqueuses et impérialistes des "Blancs" sont dues à leurs ascendants greco-romains. Ce faisant, ils oublient qu'ils utilisent les mêmes types d'argumentaires que les missionnaires blancs qu'ils critiquent par ailleurs. N'employaient-ils pas la légende de Cham, comme supposé ancêtre maudit des "Noirs", pour justifier leur déportation à échelle industrielle ?



En fait, si certains se cantonnent à une recherche scientifique – et ils ont raison de mettre leurs efforts dans cette direction – ceux qui sont ciblés ici mélangent allégrement les registres, en basculant de l'historiographie vers l'ethnologie, en surfant entre science et idéologie. Leur technique : remonter aux origines lointaines des peuples pour en tirer des conclusions sur leurs "valeurs" – la notion même est plus que discutable – d'aujourd'hui. Dans leurs raisonnements, les "Noirs" d'aujourd'hui peuvent être fiers car, en tant que descendants des Egyptiens anciens, ils sont les héritiers de la première civilisation de l'Humanité. Or, un "Noir" n'est pas respectable parce qu'il descend des Egyptiens antiques, mais tout simplement parce qu'il est humain. « I'm black and I'm proud »… dans ce domaine, on ne choisit pas, et je ne vois pas quel mérite il y aurait à être blanc, noir ou jaune. On n'a pas à être fier de son épiderme ; on peut tout juste tirer sa dignité de son humanité. Un peuple peut revendiquer le droit à l'autodétermination non pas en tant que descendant de Romains, d'Egyptiens ou d'Aryens, mais tout simplement en tant que groupe humain.



Affirmer le contraire, c'est soit se placer dans une perspective nazie, soit exprimer un profond mal être identitaire. Une telle attitude révèle la "réussite" du projet colonisateur : arriver à persuader les membres d'un groupe ethnique (en l'occurrence les "Noirs") qu'ils sont inférieurs de part cette même appartenance ethnique, et finalement "réussir" dans la négation de leur identité. Vouloir utiliser la science (en l'occurrence l'Histoire) pour rentrer dans ce débat, pour prouver le contraire, c'est déjà rentrer dans le jeu du colon, c'est déjà poser comme envisageable le fait qu'un homme soit inférieur à un autre, qu'il puisse être nié dans son être. L'affirmation de l’égalité des hommes ne souffre pas d'argumentaire, c'est un postulat irrévocable. Et si les "Noirs" ne descendaient pas des Egyptiens, en seraient-ils moins respectables ? Le risque est par ailleurs de toujours vouloir être sans jamais parvenir à être, de ne pas assumer son identité, en se référant sans cesse à ses ancêtres. N'ayons pas peur d'accepter ce que nous sommes, ce qui ne signifie pas que nous ignorions d'où nous venons. Mais ne confondons pas nos origines et notre destinée, au risque de sombrer dans le passéisme. Nul besoin de descendre d'une "grande" civilisation pour être bien dans sa peau.



Sur un plan scientifique, il est tout à fait louable, et même nécessaire, d’être dans une quête de la Vérité, d’être dans une dynamique de recherche historique. Mais cette quête doit être au service de la Vérité pour elle-même, pour mieux comprendre le présent, le monde dans lequel on vit, les enjeux contemporains, pour savoir d'où nous venons et qui nous sommes, ne pas être des "fantômes culturels". Cette recherche ne doit en aucun cas servir des jugements de valeur sur un peuple. Elle ne doit pas aboutir à une classification des civilisations en fonction de leurs prétendus avancements respectifs. Des thèses comme celles de Cheikh Anta Diop doivent permettre aujourd'hui de s'opposer à l'histoire telle qu'elle a été écrite par les vainqueurs. Elles doivent permettre aux habitants des colonies et des pays décolonisés, à leurs descendants et aux immigrés qui en sont issus, de mieux comprendre qui ils sont, de renouer avec un passé dont les colons avaient fait table rase pour mieux asseoir leur pouvoir. Elles doivent nous permettre de comprendre qu'aujourd'hui, les mêmes processus d'acculturation sont à l’œuvre pour servir le dessein de la mondialisation libérale.



Leur utilisation doit cependant faire l'objet de précautions. Il ne faudrait notamment pas écrire une autre "histoire de vainqueurs", construite par simple opposition à la première, dans l'unique objectif de s'opposer pour s'opposer. Une histoire dans laquelle les "Noirs" ne seraient que les bons et les "Blancs" que les mauvais. Certes, les "Noirs" ont été et sont victimes de tout un système mais ils ne sont pas que cela, ou alors on risquerait de les enfermer dans ce statut. A ce sujet, Richard Wright, dans Fishbelly, montre combien entre le statut de l'opprimé et celui de l'oppresseur, il y a une multitude d'interstices dans lesquels chacun développe sa stratégie de survie (1). Or l'actualité montre qu'enfermer un peuple dans un statut de victime peut conduire ce même peuple à en asservir d'autres. Je pense bien sûr ici à l'histoire d'Israël. Or certains "pro-blacks" voudraient prendre exemple sur ce pays : « Regardez, ils ont réussi, ils ont fait pousser des champs dans le désert… ». Le problème, c'est que pour en arriver là, les sionistes ont construit toute une idéologie communautariste, qui les a conduit à ériger un Etat anti-démocratique et raciste.



Bien sûr, on ne peut pas se couper de ses positionnements idéologiques, de son expérience personnelle, de son identité culturelle pour lire l'Histoire, autant de facteurs qui jouent dans sa perception de la Réalité. Le fait que Cheikh Anta Diop ait choisi d’étudier l'histoire de l'Afrique plus que celle de la Sibérie n'est pas le fruit du hasard. Mais il convient d'avoir une approche très mesurée des choses, la perception de la Réalité n'étant jamais univoque. Le risque est sinon de tomber dans une vision très binaire des choses : les bons d'un coté, les mauvais de l'autre. Ceux qui ont une bonne lecture et ceux qui en ont une mauvaise. Une perception Buschisée du monde, en sorte. Alors, plutôt que d’être afrocentriste ou eurocentriste, soyons assoiffés de justice et de vérité, et résolument humano-centristes !



Charles Lecomte

(1) Chaque individu est avant tout un acteur, sur le plan sociologique, économique, politique (…) avec ses propres stratégies, adaptées à l'environnement dans le quel il vit, aux contraintes qui l'entourent, et aux objectifs qu'il poursuit (à ce sujet voir l'acteur et le système de Michel Crozier).

http://www.gwadaoka.org/afreurocentrisme.html
Revenir en haut
      
zephyrin
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 18 Avr 2005
Sujets: 28
Messages: 702
Localisation: 75 - Paris
 #11 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 19 Nov 2005 18:05

je n'y pensais plus mais il un article de Raphaël confiant à propos de la créolité, il y a une version doc proposée en téléchargement :

http://www.pyepimanla.com/mise_septembre/diversalite_mondialisation.html
Revenir en haut
      
Anacaona
Charter Charter



Genre: Femme
Inscrit le: 06 Fév 2004
Sujets: 77
Messages: 3173
Localisation: Iwanakaera (L'île aux serpents)
 #12 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 19 Nov 2005 21:17

Se cultiver en s'intéressant à la question de la créolité, c'est enrichissant c'est certain.

Toutefois, il est sain de conserver son esprit critique afin de ne pas se laisser hypnotiser par les discours de certaines personnalités auto-érigées en papes de la créolité et qui cherchent à développer ce concept en opposition avec la négritude, en le nourrissant du racisme intrinsèque des sociétés construites sur l'esclavage des nègres.

Ce qui débouche sur une justification intellectuellement malhonnête de l'édification du métissage, aspiration réelle et profonde inspiratrice des défenseurs de la créolité, comme modèle supérieur de développement humain ou sans doute humain tout court. Théorie identique à celle utilisés par d'autres en d'autres temps et d'autres lieux, pour justifier par la biologie, l'hisoire et la culture, la soit-disante supériorité de tel type physique humain sur tel autre. Maintenant avec ces théories, celui qui n'est pas métis apparaîtrait comme n'étant pas dans le coup ou en danger "d'autophagie".

En gros, la créolité est utilisée (en Martinique notament) comme une revanche de la caste de la bourgeoisie mulâtre sur celle des nègres (quelque soit leur origine) qui a osé s'imposer grâce à la négritude mondialement reconnue, face au blanc dans l'hisoire, sans passer par elle et surtout sans lui reconnaître une part de "supériorité" (racialo-sociale) que devait lui conférer le Maître de l'habitation, son "Père".

C'est tous les jours que nous observons en Martinique, comment de nombreuses personnalités issus de cette caste (je n'ai pas dit que c'est le cas de tout le monde... je pense à des personnes précises et au comportement très caricatural...), font de la résistance quant à la reconnaissance et l'attribution d'honneurs à ceux qu'ils persistent à dénigrer et à croire inférieurs envers et contre tout ce qui démontre le contraire.

Mais il faut être martiniquais ayant vécu en Martinique pour bien en saisir toutes les nuances et la subtilité au quotidien. Les autres ont du mal non seulement à le comprendre, mais même à l'imaginer. Et comme je les comprends...
Revenir en haut
      
zephyrin
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 18 Avr 2005
Sujets: 28
Messages: 702
Localisation: 75 - Paris
 #13 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 19 Nov 2005 23:38

Comme vous y allez !

Citation:
 
afin de ne pas se laisser hypnotiser par les discours de certaines personnalités auto-érigées en papes de la créolité et qui cherchent à développer ce concept en opposition avec la négritude, en le nourrissant du racisme intrinsèque des sociétés construites sur l'esclavage des nègres.  
 


Ces personnes ne sont pas auto-érigées en papes de la créolité : c'est eux qui ont fondé ce concept.

Sont-ils en opposition ? Non mais en rupture, certainement. C'est une évolution naturelle de nos sociétés iliennes.


Citation:
 
Ce qui débouche sur une justification intellectuellement malhonnête de l'édification du métissage, aspiration réelle et profonde inspiratrice des défenseurs de la créolité, comme modèle supérieur de développement humain ou sans doute humain tout court. 
 


Nos sociétés antillaises sont pourtant bien métissées, que cela vous en déplaise.

Citation:
 

En gros, la créolité est utilisée (en Martinique notament) comme une revanche de la caste de la bourgeoisie mulâtre sur celle des nègres (quelque soit leur origine) qui a osé s'imposer grâce à la négritude mondialement reconnue 
 



C'est votre analyse, ce n'est en aucun cas cela. il ne s'agit pas d'opposer une caste à une autre, mais d'intégrer l'ensemble des composantes de notre pays. Parce qu'il n'y a pas que des Nègres aux Antilles, une partie de ma famille est d'origine indienne, leur anteriorité prime sur beaucoup de Nègres venus vers 1880 et après, qui ont peuplé le sud de la Martinique, en quoi sont-ils Nègres et au nom de quoi ils n'auraient pas le droit de se considerer comme chez eux et de faire partie de cette terre, de ce pays ?

Le modèle césairien correspondait à une époque, mais il ne répond plus aux réalités d'aujourd'hui.

Toutefois je dirai que vous êtes dans une logique d'opposition et passéiste. L'afrique est une composante de la formation de la Martinique, de la Guadeloupe ou de la Guyane, mais elle n'est pas exclusive.

Et en final de compte, l'un des fondateurs de la négritude écrivait :

SUR LA TERRE DES PARIAS
un premier homme vint
sur la Terre des Parias
un second homme vint
sur la Terre des Parias
un troisième homme vint

Depuis

Trois fleuves
trois fleuves coulent
trois fleuves coulent dans mes veines



Damas était conscient que sa réalité était multiple. Trois fleuves coulent dans ses veines : le Nègre, le blanc, l'amérindien.
Revenir en haut
      
Anacaona
Charter Charter



Genre: Femme
Inscrit le: 06 Fév 2004
Sujets: 77
Messages: 3173
Localisation: Iwanakaera (L'île aux serpents)
 #14 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 20 Nov 2005 00:20

Revenir en haut
      
dillusion
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 03 Aoû 2005
Sujets: 4
Messages: 9
Localisation: 972 - Martinique
 #15 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: Créolité   Posté le: 23 Nov 2005 00:28

merci a tous pour votre aide tres precieuse , vos documents et vos commentaires m'ont beaucoup servi.
il ne me manque plus qu'une conclusion de 2-3 lignes car je ne sais pas trop comment conclure
Savez vous ou je peux trouver la biographie de Jean Bernabé ?
merci pour ces 2 pieces manquants !!!
dillusion
Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Littérature - Art - Culture: Créolité Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Loto | Vidéos | Archives