Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


Chlordécone: silence on empoisonne !
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 24, 25, 26  Suivante

Répondre au sujet    Accueil » Forum » Actualités: Chlordécone: silence on empoisonne ! S'abonner au Flux Rss Actualités Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Actualités:   Sujet: Chlordécone: silence on empoisonne !

Sam46
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 11 Juil 2003
Sujets: 382
Messages: 3118
Localisation: St Lucie/Martinique.
 #361 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 24 Juin 2010 09:15

Apres de long debat sur ce sujet, voila enfin la verité. J'attends une réaction forte, visible, du peuple Antillais, et cela a la hauteur du sang contaminé

Tout ceux qui travaillent dans les hôpitaux aux Antilles sont d'accord sur un point, le cancer explose dans nos départements, certes, le chlordécone n'est pas responsable de tout mais…

Extrait :

Des générations d'Antillais devront vivre avec ce perturbateur endocrinien, facteur de risque cancérogène désormais avéré, car il faudra plusieurs siècles pour que s'élimine spontanément la moitié du chlordécone présent dans le sol.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/06/23/chlordecone-questions-sur-un-scandale-sanitaire_1377404_3232.html
Revenir en haut
      
shelza
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 07 Avr 2009
Sujets: 18
Messages: 165
Localisation: 94 - Val-de-Marne
 #362 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 04 Aoû 2010 13:11

Tiens, je pensais que les sols avaient tous été décontaminé ! Pourquoi on en parle pas beaucoup dans les médias ?
Revenir en haut
      
Sam46
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 11 Juil 2003
Sujets: 382
Messages: 3118
Localisation: St Lucie/Martinique.
 #363 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 12 Aoû 2010 22:21

Que dire d'autre, sinon que je suis super enragé , cette fois il s'agit d'enfants, qu'il faut suivre à long terme.

Qui sont les responsable


Extrait :

Les experts recommandent notamment un suivi à long terme de la santé des enfants antillais et des études sur les populations surexposées.

Un suivi à long terme des enfants
Douze recommandations (lire ci-dessous) qui constituent une réponse à long terme aux problématiques de la pollution. Le Conseil scientifique souligne qu'il s'est « efforcé de retenir des propositions importantes pour améliorer l'état de santé des populations antillaises et justifiées par le manque de connaissances scientifiques. Par conséquent, elles ont toutes leur importance. Cependant, elles ne pourront pas être mises en oeuvre simultanément car il sera nécessaire de mobiliser des budgets et compléter les compétences actuellement disponibles sur place » . C'est pourquoi le conseil scientifique « met l'accent sur les propositions qui lui semblent structurantes en termes de développement scientifique dans l'optique d'offrir aux populations des réponses aux légitimes questions qu'elles se posent sur les menaces qui pèsent sur leur santé. De ce point de vue, deux recommandations prennent une place première : la mise en place d'un suivi à long terme de l'état de santé des enfants antillais et la réalisation périodique d'études d'imprégnation au chlordécone. »
Source :

http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/education-sante-environnement/chlordecone-les-experts-sont-inquiets-11-08-2010-89994.php
Revenir en haut
      
molokoy
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 13 Oct 2008
Sujets: 2
Messages: 64
Localisation: 972 - Martinique
 #364 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 14 Aoû 2010 00:23

Et le ROUND UP ? Injecté à la sereingue dans le tronc des bananiers pour les faire crever (ils ne seront pas les seuls à en crever du reste) Voir le France Antilles de ce jour.

Je veux bien qu'on montre du doigt les décideurs et les industriels qui n'hésitent à empoisonner les sols pour faire du fric. Mais quand je vois qu'à Mr bricolage, le rayon désherbant, (où est affiché d'ailleurs partout "Ne pas toucher") Il y a le Round Up, de Monsanto (vous savez ? l'agent Orange, le mais transgenique, les cultivateurs de coton en Inde ruinés qui se suicident.....j'en passe et des meilleurs).

Et bien ce fameux rayon de Rond-up est dévalisé !!!!!!!!!! Si SI, tout plein de particuliers s'en servent dans leur potagers et jardins, comme ça, tout le monde en profite, même ceux qui ne mangent pas de banane !!!

Boooon apétit.........Merci !!!!!!!
Revenir en haut
      
shelza
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 07 Avr 2009
Sujets: 18
Messages: 165
Localisation: 94 - Val-de-Marne
 #365 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 15 Aoû 2010 11:20

Pourquoi personne ne porte plainte ?
Revenir en haut
      
Sam46
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 11 Juil 2003
Sujets: 382
Messages: 3118
Localisation: St Lucie/Martinique.
 #366 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 24 Aoû 2010 23:23

Bien que nous en savions suffisamment sur ce dossier pour un jour crier notre colere au grand jour, du moins je l'espère.
Je constate qu'il y a encore des rebondissements
Cela étant, je continue à frapper aux portes, je rêve de cette grande marche pacifique, cela devient plus que nécessaire.



Extrait :

Les alertes sur les dangers pour la population des Antilles françaises du chlordécone, un insecticide utilisé jusqu'en septembre 1993 dans les bananeraies, ont été négligés, voire ignorés, sous la pression des grands planteurs : c'est ce qui ressort d'un rapport - rendu en juin, mais encore inédit - d'un chercheur en sociologie de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), qui met en évidence "de véritables anomalies dans le cadre d'une approche de prévention" et des bizarreries dans la gestion par le ministère de l'agriculture.

Source :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/08/24/le-ministere-de-l-agriculture-mis-en-cause-dans-un-rapport-sur-le-chlordecone_1402098_3244.html#ens_id=1402038
Revenir en haut
      
Sam46
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 11 Juil 2003
Sujets: 382
Messages: 3118
Localisation: St Lucie/Martinique.
 #367 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 26 Aoû 2010 23:59

Extrait :

Ce mercredi 25 aout, nombre de médias se sont fait l’écho d'un rapport de l'INRA et du rapport de l'AFSSET, enfin publié, mettant sévèrement en cause les grands planteurs de bananes et la complaisance de l'Etat, pour leur responsabilité dans la pollution au chlordécone des bananeraies des Antilles françaises. Un scandale sanitaire et écologique inacceptable pour France Nature Environnement.

http://www.cdurable.info/+Pollution-au-chlordecone-des-bananeraies-amiante-Antilles,1776+.html

2éme Extrait :

"à la Martinique et en Guadeloupe, respectivement 19% et 15% des surfaces agricoles utiles sont contaminées, et 8% et 9% très contaminés, c'est-à-dire avec une concentration supérieure à 1milligramme par kilo. Elle correspond à la valeur-seuil au-dessus de laquelle la contamination des végétaux est trop importante pour permettre des cultures, notamment des légumes racines"
Revenir en haut
      
Sam46
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 11 Juil 2003
Sujets: 382
Messages: 3118
Localisation: St Lucie/Martinique.
 #368 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 13 Sep 2010 21:56

Pour ceux qui doutent encore, nous sommes le 13 septembre 2010 au JT
http://videos.tf1.fr/jt-20h/le-chlordecone-le-poison-des-antilles-6066361.html

Nous attendons quoi Pauvre de nous, j'ai envie de dire.
Revenir en haut
      
Sam46
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 11 Juil 2003
Sujets: 382
Messages: 3118
Localisation: St Lucie/Martinique.
 #369 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 18 Sep 2010 18:52

ATRIUM - Jeudi 23 Septembre 2010 - 18 h 00 - Conférence débat.

Sous la présidence effective du Sénateur Claude Lise, président du Conseil Général de la Martinique, se tiendra une Conférence-Débat ouverte au grand public sur l’épineuse question du Chlordécone.

Louis Boutrin, Raphaël Confiant, auteurs du livre "Chronique d'un empoisonnement annoncé" et Me Gérard Dorwling Carter, avocat de l'association "Pour une écologie urbaine", interviendront à cette Conférence,

Les intervenants rappelleront l'historique de ce scandale du Chlordécone aux Antilles ainsi que des initiatives à venir pour sortir de cette crise.Louis Boutrin et Gérard Dorwling Carter feront le point sur le volet judiciaire après l'audience au Tribunal de Grande Instance de Paris. Une Conférence-débat ouverte à tous, qui débutera jeudi 23 Septembre à 18 h 00.
Source : Montray Kreyol
Revenir en haut
      
nainportetoi
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 13 Mar 2012
Sujets: 0
Messages: 19
Localisation: 971 - Guadeloupe
 #370 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 05 Juin 2012 06:08

La préfecture de Guadeloupe a pris un arrêté donnant dérogation aux planteurs de bananes de continuer l'épandage aérien, interdit partout ailleurs, d'un produit qui présente des risques sanitaires.

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Petition_contre_lepandage_aerien_de_produits_TOXIQUES_en_Guadeloupe

la planete vous remercie
Revenir en haut
      
MEDIAZOUK
Embarquement Embarquement



Genre: Femme
Inscrit le: 26 Sep 2011
Sujets: 58
Messages: 114
Localisation: 971 - Guadeloupe
 #371 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 13 Aoû 2012 08:26

Si le débat s'arrêtait uniquement au chloredecone mais il s'agit d'un débat plus vaste et plus grave car il s'agit de pesticides "poisons" dont le chloredecone en fait partie en tant que molécule parmis des dizaines .Le chloredecone n'est que "l'arbre qui cache la forêt" comme l'a indiqué le Professeur Belpomme .
Revenir en haut
      
coui
Classe Eco Classe Eco



Genre: Homme
Inscrit le: 24 Avr 2005
Sujets: 139
Messages: 8308
Localisation: en berry
 #372 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 18 Aoû 2012 17:05

quelle est l'adresse couriel du nouveau ministere de l'agri-culture?
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 74
Messages: 7979
Localisation: PACA
 #373 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 23 Oct 2012 22:22

Dans la même veine, lire LUREL et LETCHIMY dans le titre:


Scandaleux! Lurel et Letchily soutiennent l'épandage aérien de pesticides 255704.mov

Citation:
 

Lurel et Letchimy s'opposent à un amendement contre l’épandage aérien
http://www.politiques-publiques.net/
Publié le 14/10/2012

Communiqué de Daniel Marie-Sainte, leader du groupe d'opposition "Patriotes" au Conseil régional de la Martinique.

Nous avons appris par la voix du camarade Alfred MARIE-JEANNE que : LUREL et LETCHIMY se sont opposés à un amendement visant à interdire les épandages aériens de pesticides en outre-mer, présenté par un député français et soutenu par Jean-Philippe NILOR et Alfred MARIE-JEANNE. L'extrait du compte-rendu des débats parlementaires sur la loi sur la vie chère, le 10 octobre 2012, nous en apporte la preuve :

« M. le président. La parole est à M. François-Michel Lambert, pour soutenir l'amendement n° 14.

Le présent amendement vise à interdire les épandages aériens en outre-mer. Il nous semble nécessaire de prendre en compte les spécificités de ces territoires en la matière car le mode d’épandage aérien de pesticides est une menace pour la santé de leurs habitants, certainement bien plus que sur des territoires continentaux. Ces épandages ont également un impact pour la faune et la flore de ces territoires, riches d'une biodiversité rare qu'il faut absolument protéger. Le principe de précaution n’étant pas appliqué en ce qui concerne ce mode d’épandage de pesticide, il est nécessaire de l'interdire formellement pour éviter une autre catastrophe sanitaire cumulée à celle du chlordécone.

M. le président. Quel est l'avis du Gouvernement ?

M. Victorin Lurel, ministre. S'agissant de l’épandage aérien, la philosophie de l'action du Gouvernement a été fixée ici même par le ministre de l'agriculture, en charge de ces sujets, en réponse à une question de l'un de vos collègues. Le Gouvernement n'est pas favorable à l’épandage aérien ; cependant, en l’état actuel des connaissances, nous sommes bien obligés de faire avec, pour parler simplement.

En Martinique et en Guadeloupe, deux ordonnances ont été rendues par un tribunal administratif. La première, à Basse-Terre, a suspendu un arrêté préfectoral parce qu'on n'avait pas effectué d'expérimentation et que l'huile Banole n'avait pas été soumise à une analyse spécifique. Le Gouvernement prétend qu'il s'agit d'une erreur de droit, sans fondement juridique. La situation est tout à fait différente en Martinique : l'arrêté préfectoral, par ailleurs validé dans ses fondements, a été suspendu dans les seules dispositions autorisant l'usage de l'huile Banole, en attendant les conclusions de l’étude sur ce produit conduite par l'ANSES. Cette étude sera remise très bientôt, à la fin du mois d'octobre.

Quelle est la position du Gouvernement ? Il convient d'abord de respecter la décision des tribunaux. Nous rapporterons les deux arrêtés préfectoraux, mais nous ferons prendre un autre arrêté excluant le Banole. Il faut savoir que le Banole est mélangé à un fongicide pour former une bouillie répandue sur la canopée de la banane : c'est un fixateur, un liant, un adjuvant. Dans le nouvel arrêté qui sera pris, même si la recherche n'est pas tout à fait au point, l'adjuvant sera peut-être de l'eau : toutefois, on effectuera peut-être quinze passages au lieu de dix. Les études en notre possession nous apprennent que les fongicides et le Banole ne sont pas toxiques. Des études ont été effectuées sur les fongicides, et des autorisations de mise sur le marché ont été accordées. Je conviens qu'il n'y a pas eu d’études ni d'expérimentations spécifiques sur le Banole. Nous respecterons donc les décisions des tribunaux, mais nous prendrons un nouvel arrêté préfectoral afin d'exclure le Banole tant qu'une étude ne prouvera pas qu'il est inoffensif. En revanche, dans le nouvel arrêté – c’était déjà le cas dans les anciens –, nous avons durci les conditions : par exemple, des cartes GPS interdisent l’épandage aux abords des cours d'eau et des habitations. De plus, nous avons demandé aux instituts techniques de la banane d'accélérer leurs expérimentations et leurs recherches, notamment pour trouver un traitement terrestre. Ce dernier est envisagé avec un tracteur chenillé muni de bras télescopiques surplombant la canopée de la banane. Si ce système peut fonctionner, il aura deux conséquences. Premièrement, il est plus toxique pour le conducteur. Deuxièmement, il privilégie les exploitations en terrain plat. Ainsi, nous créons un problème social de division entre les planteurs, c'est-à-dire entre les grandes exploitations, notamment les exploitations salariales capables de mettre en place ce type de traitement terrestre, et les petits et moyens producteurs. Il faut donc évaluer et soupeser les conséquences d'une décision prise trop rapidement. En Martinique et en Guadeloupe, j'ai dû répondre aux questions posées notamment par certains militants : je leur ai dit que nous comprenions leur combat, que le Gouvernement partageait leur philosophie, mais que nous ne saurions prendre une décision trop rapidement, sous le coup de l’émotion. On ne peut pas sacrifier 270 000 tonnes de bananes, même si nous n'ignorons ni le principe de précaution ni les préoccupations de santé publique. Enfin, nous venons d'obtenir 40 millions d'euros du conseil spécial agriculture qui sera bientôt partie au trilogue entre la Commission européenne, le Conseil européen et le Parlement. 18,7 millions d'euros ont été obtenus en compensation des accords commerciaux multilatéraux passés avec l'Amérique latine et des accords bilatéraux passés avec l'Amérique centrale, le Pérou et la Colombie. Une partie importante de cette enveloppe sera orientée en faveur d'une recherche beaucoup plus rapide, contraignante et donnant de meilleurs résultats. L'avis du Gouvernement est donc défavorable.

M. le président. La parole est à M. Jean-Philippe Nilor.

Sans vouloir prolonger les débats, je souhaite indiquer que je soutiens cet amendement. Il y a quelques années, on nous avait également garanti que le chlordécone n’était pas toxique ! Si l'eau peut aujourd'hui remplacer le Banole, pourquoi a-t-il fallu attendre une décision de justice pour le faire, alors que cette solution était déjà techniquement possible ? Les cartes GPS ne peuvent pas fonctionner, car les vents ne garantissent pas que les substances empoisonnées tombent à la verticale. Épandre loin des cours d'eau ne veut rien dire, car du fait des bassins versants, aucun point de Martinique n'est éloigné d'un cours d'eau. Aujourd'hui, nos cours d'eau sont empoisonnés. La mer, la plus belle richesse de notre environnement naturel, est empoisonnée. Les cancers se multiplient chez des personnes de plus en plus jeunes. Le principe de précaution ne doit pas s'appliquer qu'aux intérêts économiques, mais en premier lieu à la vie humaine. C'est pourquoi je soutiens cet amendement avec force, conviction, détermination et enthousiasme.

M. le président. La parole est à M. Serge Letchimy.

Ce sujet est central. En Martinique et, je suppose, en Guadeloupe, nous sommes majoritairement contre l’épandage aérien. Cependant, que celui-ci soit réalisé par avion, à dos d'homme ou sous la canopée de la banane, c'est surtout le Banole qui est en question. C'est le produit qui pose problème. Aujourd'hui, on a clairement opposé aux utilisateurs de ces produits l'urgence de trouver d'autres techniques et d'interdire l'utilisation du Banole. Cela a été fait. Je relève d'ailleurs une faute relativement grave : nous aurions déjà dû avoir les certifications de validation. Nous ne les avons pas eues alors qu'il y a urgence.

Nous ne voterons pas cet amendement, sachant qu'en Martinique nous avons adopté une délibération afin de bien marquer que nous ne tolérons plus ni l’épandage aérien ni l'utilisation du Banole. (L'amendement n° 14 n'est pas adopté.) » (Fin de citations)  
 



Épandage aérien de pesticides,tergiversations du Pt du CR

Citation:
 
Publiée le 17 oct. 2012

Épandage aérien de pesticides: Tergiversations du nouveau président du Conseil Régional de Martinique
 
 


Tous cela de blabla pour en dire si peu. Ah ouais , c'est dur d'être dans cette sphère, comment faire compliquer quand en quelques paroles cela peut être expédié :exit les principe de précaution, on ne veut pas car après tout la toxicité n'est pas avéré malgré la gêne occasionné, et si toxicité il y'a la sécu paiera. Un scandal sanitaire de plus ou de moins, ne va pas vider une bourse déjà vide.

Il est apparemment bien plus utile de veiller à la bourse de certains plutôt qu'à la santé de tous.
Comment on fait ailleurs, depuis le temps aucune solution alternative n'a pu être développé?
Revenir en haut
      
h2o
Classe Eco Classe Eco



Genre: Homme
Inscrit le: 03 Aoû 2005
Sujets: 132
Messages: 8297
Localisation: 972 - Martinique
 #374 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 25 Oct 2012 13:20

C'est deux la sont écoeurant !!! et Conconne ne l'est pas moins !!!

Ils préfèrent assurer les profit de quelque uns plutot que la santé des populations et la mise en place d'un développement économique durable.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 74
Messages: 7979
Localisation: PACA
 #375 Actualités:   Sujet du message: Chlordécone: silence on empoisonne !   Posté le: 26 Oct 2012 13:41

C'est là que l'on voit la force de la démocratie :pouvoir au peuple qui a su se faire élire par la masse

Pour le sujet initial , line vers un rapport du sénat datant de juin 2009 Impacts de l'utilisation de la chlordécone et des pesticides aux Antilles : bilan et perspectives d'évolution
Manger local, pas forcément sain :

Citation:
 
Chlordécone : la contamination des langoustes est bien avérée

C.Everard France-Antilles Martinique 25.10.2012

Plus de 300 échantillons de langoustes blanches et brésiliennes ont été analysés et beaucoup sont contaminés. Les langoustes sont déjà interdites à la pêche depuis 2009 dans les fonds de baie et, en 2010 , la zone avait même été étendue, avec des conditions particulières. Pour protéger au mieux les consommateurs.

Entre 2008 et 2011, la mer a été passée au crible. Les chercheurs de l'Ifremer, l'administration et les pêcheurs se sont associés pour effectuer un vaste échantillonnage des produits de la mer tout autour de la Martinique. Ainsi, environ 1200 échantillons ont été analysés.
En 2009, dès les premières analyses, les résultats étaient suffisamment mauvais pour conduire à la prise brutale du premier arrêté d'interdiction de pêche, complété en 2010. Effectivement, il est démontré aujourd'hui que plus de 25% des prélèvements de ciriques, poissons et langoustes sont non-conformes.
S'agissant des langoustes, les chercheurs souhaitaient aller plus loin et observer à la loupe les 325 échantillons de deux espèces de langoustes : la blanche (Panulirus argus) et la brésilienne (Panulirus guttatus)
Hier, lors d'une journée de présentation des résultats de la recherche sur la chlordécone, la carte de contamination a été divulguée.
Dans la zone Centre-Atlantique en particulier, la contamination s'étend jusqu'aux limites du platier corallien (voir carte et explications ci-contre).

25% DU CHIFFRE D'AFFAIRES DES PÊCHEURS
Pour la langouste blanche (Panulirus argus), cette contamination évolue en relation avec la taille des individus. Plus les langoustes blanches sont grandes et âgées, moins elles sont contaminées. Cela est dû au fait qu'une fois adultes, elles s'éloignent de la côte.
Par contre, ce n'est pas le cas pour les langoustes brésiliennes qui restent plus facilement dans les eaux littorales.
Par ailleurs, pour les deux espèces, les chercheurs ont constaté que les chairs molles du céphalothorax (partie haute de la langouste) étaient deux fois plus contaminées que l'abdomen (la « queue » ).
Évidemment, il s'agit d'une mauvaise nouvelle pour les consommateurs, comme pour les pêcheurs, même si cela fait déjà plusieurs années que les soupçons existent et ont été divulgués (France-Antilles du 26 septembre 2008, du 8 décembre 2011) et que des mesures d'interdiction existent.
Financièrement, il s'agit pour les pêcheurs d'une véritable catastrophe : les ventes de langoustes représentent environ 25% de leur chiffre d'affaires, 20% rien que pour la langouste blanche d'après le système d'informations halieutiques (SIH) de l'Ifremer.
En 2009, 41,6 tonnes de langoustes ont été capturées par les pêcheurs professionnels.
Ces derniers sont actuellement en discussion avec les autorités, notamment la direction de la Mer, mais pour l'instant les difficultés s'amoncellent : « les yoles ne peuvent plus aller souvent sur les DCP car le prix du carburant a explosé, et ils ne peuvent plus non plus pêcher trop près des côtes, à cause de la chlordécone! » , expliquait un intervenant hier.
 
 


Allez sur le lien de France Guyane pour visualiser les cartes.

Edit : mieux encore le rapport IFREMER : Etude de la contamination de la langouste blanche Panulirus argus et de la langouste brésilienne P. guttatus par la chlordécone le long de la côte atlantique de la Martinique - Campagnes 2011

Conclusion du rapport :

Citation:
 
[IV] Conclusion

En 2009, les langoustes, essentiellement la langouste blanche P. argus et secondairement la langouste brésilienne P. guttatus, ont représenté environ 25 % du chiffre d'affaires des pêcheurs professionnels de Martinique (données du SIH). Une part très importante de ces captures provenaient de la zone centre-atlantique de l’île, du Marigot au Vauclin (51 % des langoustes blanches et 83 % des langoustes brésiliennes). L’étude réalisée en 2011 a permis d'approfondir les connaissances sur la contamination des langoustes par la chlordécone dans ce secteur.

La différence des traits de vie de la langouste blanche et de la langouste brésilienne induit des distinctions importantes face à leur contamination par la chlordécone. En effet, le caractère migrant de la langouste blanche P. argus la conduit à fréquenter des milieux de contamination plus variée que la langouste brésilienne P. guttatus, plus sédentaire en zone littorale.
La présente étude confirme l'extension de la contamination de la langouste blanche P. argus le long de la façade centre-atlantique de la Martinique au-delà des baies littorales. Elle confirme également que, en dépit de l'intensification de l’échantillonnage, les limites de cette extension restent très floues, sans doute principalement en liaison avec la forte mobilité des animaux. Il est donc difficile de définir avec précision des limites d'extension de cette contamination selon des valeurs de référence. Avec ces réserves, sur la zone étudiée de la presqu’île de la Caravelle au cap Ferré, on peut noter que les signes de contamination les plus forts se situent dans le secteur nord-ouest, de la presqu’île de la Caravelle jusqu’à la pointe Cerisier, et vers le large jusque vers la sonde des trente mètres, c'est-à-dire sur une zone apparaissant un peu moins étendue vers le sud que la zone complémentaire définie par l'arrêté préfectoral de 2010 (Anon. 2010). Dans ce secteur, les concentrations relevées dans le muscle caudal dépassent régulièrement la valeur de référence de 20 μg/kg pf (médiane en général entre 50 et 100 μg/kg pf). A l'extérieur de ces secteurs, en s’éloignant vers le sud et vers l'est, la majorité des valeurs relevées se situent en dessous de 20 μg/kg pf (médiane autour de 10 μg/kg pf). Les secteurs de plus forte contamination se situent ainsi en relation étroite avec les bassins versants les plus contaminés (Desprat et al. 2004). Sur la base des présentes analyses et des connaissances disponibles sur la contamination de la faune halieutique marine à la Martinique (Bertrand et al. 2009; Bodiguel et al. 2011), d'autres secteurs actuellement mal caractérisés pourraient justifier d'une attention particulière vis-à-vis de la contamination des langoustes, comme la zone de la baie de Sainte-Marie et l'ouvert de la baie de Fort-de-France.

L’étude a également permis d'illustrer l’étagement de la distribution géographique de la langouste blanche selon la taille des individus, des plus petits (longueur totale moyenne d'environ 20 cm dans nos échantillons) en zone littorale (sondes inférieures à 10 m) aux plus grands (longueur totale moyenne d'environ 25 cm dans nos échantillons) au-delà de la barrière. Associé à cette distribution, c'est chez les plus petits individus que les concentrations en chlordécone les plus élevées ont été rencontrées. Selon les différents scénarios de zonage explorés autour de la Martinique, la longueur totale de 25 cm apparaît comme une taille seuil en relation avec la borne supérieure à 20 μg/kg pf de l'intervalle de confiance (à 95 %) de la concentration moyenne en chlordécone dans les queues de langouste blanche. Cette taille est supérieure à la taille réglementaire actuelle pour la pêche (22 cm). Une augmentation de la taille minimale de capture de la langouste blanche par rapport aux captures actuelles (encore souvent inférieures à 22 cm) pourrait contribuer à minimiser le risque d'exposition des consommateurs tout en favorisant une augmentation de la production halieutique de l'espèce autour de l’île, à condition que les pêcheurs soient en mesure d'accéder dans des conditions économiquement acceptables aux individus de plus grande taille. Cette perspective reste toutefois à démontrer, la fraction la plus grande de la population de langouste blanche ne faisant actuellement pas l'objet de pêche ciblée autour de l’île.

Pour la langouste brésilienne, une légère différence de concentration en chlordécone a été relevée entre les deux sexes, les femelles étant apparues moins contaminées que les mâles, particulièrement dans le secteur sud de la zone d’étude. Ce résultat suggère l'hypothèse d'une plus rapide bio-dissipation de la molécule par les femelles lorsque les animaux vivent éloignés des sources de contamination.

Contrairement à la langouste brésilienne, aucune relation entre le sexe et la contamination n'a pu être détectée pour la langouste blanche. D'autre part, si l'exploration d'une relation entre la contamination de la langouste blanche et sa pigmentation tégumentaire a bien permis de détecter un très léger signal, celui-ci est apparu très faible et très imprécis.
En conclusion, les résultats obtenus suggèrent le scénario suivant pour la langouste blanche : une contamination des stades jeunes pendant leur fréquentation des zones littorales situées au pied des bassins versants contaminés, puis une tendance à la décontamination lorsque les animaux s’éloignent de la côte au fil de leur croissance. Sur les littoraux concernés, la contamination s’étendrait à l'ensemble du platier corallien lorsqu'il en existe.
En tendance générale, dans les zones littorales que les deux espèces fréquentent en commun, la langouste brésilienne présente des concentrations en chlordécone légèrement inférieures à celles relevées chez la langouste blanche. Comme pour l'espèce précédente, dans la zone centre-atlantique on note une décroissance du nord vers le sud de la zone d’étude, avec des valeurs très faibles (borne supérieure de l'intervalle de confiance à 95 % inférieure à 20 μg/kg pf) dès le sud de la pointe Cerisier, suggérant l'hypothèse d'une relativement faible mobilité des individus le long de la côte.

Il convient également de rappeler que tous les résultats présentés précédemment ont été établis à partir d'analyses effectuées sur le muscle caudal (« queue ») des langoustes. Or, les différents organes ne concentrent pas au même niveau la molécule. Ainsi, Monti et Thomé (in Anon. 2011) notent que, chez certains crustacés d'eau douce, le muscle est le tissu le moins chargé, la molécule étant accumulée avec une concentration plus grande dans le céphalothorax (tête) et dans la carapace, cette dernière piégeant quatre fois plus de polluant en moyenne. Pour les deux espèces de langoustes étudiées, nous avons relevé des écarts de concentration en chlordécone assez variables, se situant en moyenne dans un rapport de l'ordre de un à 2,5 entre le muscle caudal et l'ensemble des tissus mous du céphalothorax.
Enfin, les échantillons de crabe corail Carpilius corallinus et de cigale savate Parribacus antarcticus rassemblées dans le cadre de cette étude sont trop peu nombreux pour en tirer un enseignement significatif. Les traces relevées sur tous les échantillons, ainsi que l'unique valeur relativement élevée de 121 μg/kg pf sur un crabe corail, alors que tous ces échantillons ont été prélevés en un point relativement éloigné du littoral (fonds de 20 mètres) constituent toutefois un indice de la contamination de ces espèces. 
 
Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Actualités: Chlordécone: silence on empoisonne ! Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 24, 25, 26  Suivante
Page 25 sur 26
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Loto | Vidéos | Archives