Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


noirs de France
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Répondre au sujet    Accueil » Forum » Actualités: noirs de France S'abonner au Flux Rss Actualités Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Actualités:   Sujet: noirs de France

Johnem
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Mar 2006
Sujets: 8
Messages: 430
Localisation: South
 #46 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 19 Avr 2006 13:29

Saimen a écrit:
 
Le galak, ça ressemble à du chocolat sans en être.  
 

Non c'est une banane......
Et toi , pour dire que Galak est du chocolat sans en être, tu penses que tu es quoi?
Ca me fait délirer ces gens qui se croient plus noir que noir!
Toi tu es quoi dans ce cas?
Du ____?
Revenir en haut
      
Saimen
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 28 Jan 2006
Sujets: 37
Messages: 1234
Localisation: 92 - Hauts de Seine
 #47 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 19 Avr 2006 13:36

Moi je suis un homme Noir des Caraïbes mon garçon. Tu veux d'autres précisions ?
Revenir en haut
      
Johnem
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Mar 2006
Sujets: 8
Messages: 430
Localisation: South
 #48 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 19 Avr 2006 13:44

Saimen a écrit:
 
Moi je suis un homme Noir des Caraïbes mon garçon. Tu veux d'autres précisions ? 
 

Non, ça me va!
Revenir en haut
      
galak
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Juil 2002
Sujets: 100
Messages: 3524
Localisation: Montpellier
 #49 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 19 Avr 2006 13:46

nefer a écrit:
 


L'individu désormais s'affranchit à travers et par le groupe
et plus le groupe est grand, homogène et solidaire plus il est puissant . L'individu qui le compose également

Aussi:

Le guadeloupeen en France est fort à travers les guadeloupéens
encore plus fort à travers les antillais
encore plus fort à travers les afro antillais
encore plus fort à travers les noirs de France

Et plus vous etes nombreux plus vous etes fort

Pour savoir si vous etes fort il faut savoir combien vous etes

et pour savoir combien vous etes il faut vous compter

et pour vous compter il faut des stats

(c est comme dans les manifs CPE) 
 


A croire que je ne suis pas lu...

galak qui se répète a écrit:
 
Si l'on veut savoir le poids des communautés, c'est que l'on veut utiliser une balance. C'est à dire que l'on veut savoir qui est le "plus" (lourd) et qui est le "plus" léger...

Mais cette vision n'est pas tenable : il faudrait que les communautés soient d'un poids égal pour s'assurer que les droits qu'elles peuvent attendre soient équitablement répartis. Situation "idéale"... c'est à dire utopique.

Où alors on admet une logique de "struggle for life" : que le plus fort l'emporte ! dans ce cas, la pesée des communautés permet évidemment de mesurer sa force et donc de frapper quand on sent fort ou que l'on sent "l'autre" plus faible...  
 


... pour savoir si l'on est fort... Si l'on est fort en groupe, alors le rival - en face - devra réduire cette force. Réduire la force d'un groupe, sans voir l'individu qui est derrière, c'est la perspective de grandes violences.
Ne dit on pas : tuer un homme : on est un assassin, tuer un peuple : on est un dieu.

Il y a pour moi une grande incompréhension de cette logique communautaire : la distinction communautaire a une conséquence qui est d'attribuer aux individus de chaque communauté des droits et devoirs spécifiques. Et cette conséquence pose des problèmes de contradiction.

A propos de la constitution d'une communauté noire, puisque c'est le sujet ici, il faudrait pour compter le nombre d'individus de cette communauté, définir ce qu'est un noir :
- Avec des critères "objectifs" : quelqu'un qui a un taux de mélanine déterminé ? quelqu'un qui a au moins un grand-parent lui même ... noir ( )? quelqu'un qui est dans des lieux particuliers sur la planète (Afrique sub-saharienne... et Egypte aussi évidemment, Antilles, Brésil, Sud des Etats-Unis, Inde du Sud, Australie, Iles Andaman, Mélanésie la bien nommée... , etc.) ?
- Avec des critères "subjectifs" : est noire la personne qui le dit et l'affirme, ou la personne qui est déclarée ainsi par d'autres (les parents lors de la naissance, l'agent d'état-civil, etc.). Le choix par l'individu concerné est un peu la logique des recensements anglo-saxons : il faut cocher une case d'appartenance ethnique. Mais ce critère subjectif est soumis à une certaine instabilité : je pourrais, dans ce système, me déclarer noir, malgré mon faible taux de mélanine, le fait que mes grands-parents aient été aussi pâles que moi, et nés dans des "bons vieux coins de campagnes de la doulce France". Je serais noir et ainsi bénéficiaire des droits et soumis aux devoirs de cette communauté... . Et puis au recensement suivant, je pourrais changer les choses... Si ce n'est qu'une question de sentiment d'appartenance et pas de critères objectifs...

Evidemment, ces critères sont également valables pour constituer d'autres communautés... Mais au fait, combien de communautés ? La "Noire", ça fait "1", bon, on peut par "contraste" en choisir une "Blanche", comme cela on en a "2"... Mais qui choisit le nombre de communautés ? Les individus eux même : au prochain recensement, on demande aux gens à quelle communauté ils appartiennent et ensuite on fait la liste des communautés. Celles qui sont à plus de 5% (ou 10% ou 20% ???) de l'ensemble sont retenues...

Big problème de légitimité dans la construction de ces communautés quand même... Comme quoi vouloir fixer quelque chose de strictement culturel qu'est l'appartenance à un "sous-groupe", c'est pas évident...

Autre problème de logique de la constitution d'une communauté, c'est son but.
On peut estimer que l'appartenance à une communauté a pour but de garantir à l'individu un minimum de sécurité (respect de sa culture, de droit sociaux, de sa personne, etc. au sein de la communauté).
Mais ce but, il faut voir sur quoi il joue.
Ainsi, dans le "meilleur des cas", on serait dans "l'affirmative action" : pour un emploi libre, ne peut candidater qu'un individu qui apaprtient à la communauté qui est sous-représentée dans cet emploi, afin de rééquilibrer les choses, et considérer par là qu'une communauté n'est viable évidemment que si ses membres se répartissent équitablement dans l'ensemble de la société.
Dans le pire des cas, on aurait une segmentation de la société en communautés qui se positionnent sur des secteurs "privilégiés", ou spécialisés. Ce système ne serait que le reflet de notre société actuelle raciste qui, avec le plafond transparent, mets les blancs au 1er étage et les noirs au rez-de-chaussé : les noirs seraient privilégiés dans les secteurs du spectacle, du sport, de la poste et des soins aux personnes agées, tandis que les blancs seraient privilégiés dans la police, l'immobilier, la banque et la médecine spécialisée... Ou l'inverse si l'on veux ne pas tomber dans la caricature la plus simple...

Mais quelque soit la nature du but, il y a un problème : c'est que le but devient finalement le fonctionnement structurel de la société : les quotas, etc, etc. Chacun de nous né dans une communauté et en est prisonnier. La société est alors figée, conservatrice.

Je m'étonne que sur un forum créole, il y ait autant d'adeptes d'une réglementation pour la constitution de communautés. C'est pour cela que j'ai fais allusion au livre sur le "démon des origines" parce que je pense que tous les débats communautaires sont des débats sur le "d'où tu viens ?", et pas sur le "où allons nous ?".

Les communautés étant la traduction de cette vision des origines, il est évident (mais si, mais si...) que les noirs, en France, seront exogènes. C'est finalement le but idéologique de l'extrème droite : purifier la nation de ces éléments exogènes.

La communauté, c'est le tapis rouge du "rentre chez toi !"

galak, qui préfère entrer chez les autres
Revenir en haut
      
nefer
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 13 Avr 2002
Sujets: 18
Messages: 1275
Localisation: Black Planet
 #50 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 19 Avr 2006 20:20

galak a écrit:
 

Je m'étonne que sur un forum créole, il y ait autant d'adeptes d'une réglementation pour la constitution de communautés. C'est pour cela que j'ai fais allusion au livre sur le "démon des origines" parce que je pense que tous les débats communautaires sont des débats sur le "d'où tu viens ?", et pas sur le "où allons nous ?".

Les communautés étant la traduction de cette vision des origines, il est évident (mais si, mais si...) que les noirs, en France, seront exogènes. C'est finalement le but idéologique de l'extrème droite : purifier la nation de ces éléments exogènes.

 
 


Mais mon garçon, la France, mon pays, n'a pas attendu le communautarisme pour me rendre exogène...

Je suis exogène depuis que je suis français...et les autres noirs avec moi

Aussi, quitte à être exogène, autant l'être (as usual) et constituer un ensemble fort et compacte

Car ici il ne s'agit pas d'être exogène ou endogène...on s'en fout un petit peu

Il s'agit de RESPECT.....

Respect donc de la république et toutes ses composantes pour une catégorie de population, de son apport, de son pouvoir d'achat, de ses différences, bref de son existance...

Je m'en fout d'etre intégré ou pas (car c'est ça que t'appel endogène), du moment que j'en ai à ma juste valeur et selon mes effort dans ce pays qui est le mien autant qu'il est celui des autres.

Pour résumé donc, il s'agit plus de respect que d'endogénéité que l'on recherche.


Citation:
 
Je m'étonne que sur un forum créole, il y ait autant d'adeptes d'une réglementation pour la constitution de communautés. C'est pour cela que j'ai fais allusion au livre sur le "démon des origines" parce que je pense que tous les débats communautaires sont des débats sur le "d'où tu viens ?", et pas sur le "où allons nous ?". 
 


Tu t'étonnes donc de voir que sur un forum d'un peuple dont les ancêtres ont été arrachés d'Afrique sans provenance constatée précisément, dont l'histoire a progressivement été éffacée, dont les noms originels ont disparus...tu t'étonnes donc qu'ils ai des débats sur "d'où tu viens?" ?

...étrange...

C'est pas sur un forum africain que tu trouveras ce genre de débats...et pour cause... Ils sont directement reliés à leurs origines!


Faut pas oublié que le "où allons nous?" est directement lié et corellé au "d'où tu viens?"
Ce sont les racines qui forment un arbre vigoureux

Ces 2 notions sont d'égale importance.
Revenir en haut
      
Cacatig
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 23 Mai 2005
Sujets: 0
Messages: 89
Localisation: 92 - Hauts-de-Seine
 #51 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 20 Avr 2006 00:16

A part les quelques images qui présentent des personnages historiques, j'ai trouvé le sujet assez creux. Mais c'est traditionnel dans ce type de magazine.

Néanmoins l'important et essentiel y est. Ensuite, on notera le magazine ne nous est pas spécifiquement adressé mais plus tôt à ceux qui prétendent ne rien savoir et ne rien voir.
Idem pourle Marianne.

DAns le nouvels Obs, j'ai apprécié l'interview de Thuram sauf sur un point.
J'ai trouvé que la qualité de ses commentaires était une bonne réponse à ses détracteurs qui trouvent que Thuram n'a que les jambes et qu'il ferait mieux de se taire ou de se contenter de sa grosse voiture dans sa grande maison dans son grand Turin
Revenir en haut
      
chadeque
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 08 Avr 2005
Sujets: 42
Messages: 715
Localisation: Pays de la Teranga
 #52 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 26 Avr 2006 14:43

j'ai pas lu l'article du Nouvel Obs mais j'ai lu celui de Marianne et voila ce que je leur ai écrit
Citation:
 
Haïti, le 22 avril 2006

Bonjour,
Je vous écris pour réagir au dossier « enquête sur la question noire en France » parue dans l’édition du 8 au 14 avril 2006. Je précise pour commencer que je suis Marron, tout comme la fille de Gaston Kelman[1], auquel il n'est fait nul référence dans les articles. Même si on peut ne pas adhérer à ses idées, Kelman a le mérite- que l'on soit d'accord avec lui ou non- d'avoir présenté la question Noire sous un nouvel éclairage, un auteur français de renom a lui aussi été oublié c'est Aimé Césaire et pourtant son apport sur la question Noire ne saurait être nié, pour autant votre dossier ne se voulait ni ne se pouvait être exhaustif.

En fait, à la lecture de l'article, j'ai été plusieurs fois surprise voire choquée du traitement du sujet. En effet, les extraits choisis dénotent une volonté manifeste de présenter les Noirs sous un angle négatif : peu capables de mobilisation ou du moins pas à même de le faire convenablement ou avec de « bonnes raisons ». Je souhaite donc vous faire part de mon analyse du fond et de la forme de votre dossier étant entendu que celui-ci est constitué d'extraits du livre Noir et Français, et que les articles sont signés par deux personnes différentes. Cependant, à travers ces lignes, c'est une même image tronquée de la réalité qui est véhiculée ce qui me surprend grandement de la part de votre hebdomadaire.

En lisant le chapeau de texte du premier article j'ai bien cru avoir par erreur un exemplaire de Paris Match entre les mains. Plus sérieusement, « la face cachée de la galaxie noire », cela pourrait nous rappeler de vagues souvenirs…on complote contre la République ! Il est vrai qu’à la fin de la lecture de ce portrait de la communauté Noire, les premières idées qui viennent à l'esprit c'est : 1/ vite fuyons car le « péril Noir » s'annonce ou 2/ vite informons-nous pour vérifier l'ampleur d'un tel phénomène (courant _kemite entre autres). J'espère que vos lecteurs ont choisi cette deuxième solution parce que dans ce cas la France est sauve et oui « le péril Noir » n'est pas encore pour demain.

Dans un premier temps, je suis mal à l'aise en voyant que la question noire a été abordée principalement par le biais de deux individus (positions) qui sont Dieudonné et _kemi _seba, loin de leur nier le nombre de sympathisants que l'un ou l'autre peut revendiquer, il est clair que cela occulte une grande partie de la population Noire de France. De plus, ne pas mentionner l'existence d'un courant au sein de la communauté Noire farouchement opposé à l'un comme à l'autre (pour des raisons différentes) est faire preuve de très peu de conscience professionnelle. En faisant une courte visite sur les forums généralistes dans lesquels s'expriment de nombreux Noirs, vous verrez que les défenseurs de Dieudonné et de _kemi _seba ne sont pas majoritaires mais aussi qu'ils sont, à tort ou à raison, verbalement malmenés ; pour ces partisans, il ne reste donc plus qu’à se retrouver sur des sites qui leur sont réservés (ce qui peut s'avérer encore plus dangereux car aucun rappel à l'ordre n'est alors fait lorsqu'il y a dérapage). Le choix délibéré de laisser sous-entendre que ces deux personnalités ont une large assise ou plutôt ne sont pas remis en cause au sein de la communauté Noire me fait poser question. Combien de journalistes Noirs travaillent dans l’équipe de Marianne ? Combien de Noirs ont-été interrogés pour les besoins de l'enquête ? A ces deux questions, la réponse qui s'impose est « très peu » et c'est bien dommage, car à l'heure où les tensions s'aiguisent[2], traiter un tel sujet était indispensable mais encore aurait-il fallu le faire avec sérieux et audace…et non se cantonner à reproduire l'air du temps.

Au niveau de la forme, le rapprochement qui est fait, dans la deuxième colonne, entre les « indigènes de la République » et « les casseurs de Blancs » est pour le moins malheureux, sauf à vouloir volontairement associer ces deux groupes. Par ailleurs, le choix de l'article défini « les » en lieu et place du partitif «des » devant « casseurs » tend à faire croire que l'ensemble de ceux-ci se sont lancés à des « ratonnades anti-Blancs ». Je ne nie pas les agressions et je les déplore sincèrement mais consciente du pouvoir des mots, j'appelle à la vigilance de votre part car il serait trop simple ensuite d'en déduire que tous les casseurs sont racistes, sans pour autant dans ce cas tenir compte d'un autre aspect social (l'appropriation de ce que l'Autre possède –soit disant- en abondance et ce dont l'agresseur est privé) mais ce n'est pas l'objet de votre dossier et cela nous mènerait trop loin.

Marianne n'est pas une revue sociologique j'en conviens, mais pourquoi alors subdiviser la communauté Noire en deux groupes seulement « il est difficile sinon périlleux de mettre sur le même pied des groupes en mal d'identité et des pans entiers d'une population dynamique et créative malmenée par la crise ». Et surtout pourquoi invoquer la crise comme source d'explication des revendications actuelles. La question noire en France a de multiples facettes et les initiatives apparues ces dernières années ne trouvent pas leurs racines dans la crise (un élément conjoncturel) mais bel et bien dans l'incapacité de la République à reconnaître ses fils et ses filles à peau bronzée et à ce titre je parlerai donc de cause structurelle. La France est malade pour paraphraser le titre choisi ce mois-ci par Ignacio Ramonet[3], oui elle l'est, simplement parce qu'elle est incapable de s'ausculter et donc de s'attaquer au mal. Je me permets donc de poser La « véritable question[4] » d'après moi qui est : qu'est ce qui a permis d'en arriver là ? C'est à dire, pourquoi est-ce qu'un parti tel que la Tribu Ka répond aux attentes d'une partie de la communauté Noire ?

Vis à vis des extraits, mes commentaires sont sans aucun doute biaisés vu que je n'ai pas l'ouvrage entre les mains, néanmoins ce que j'en lis me préoccupe. Marianne a volontairement choisi ces passages et n'a avancé aucune véritable critique sur cet essai, à croire, que la rédaction épouse le contenu de ce qui y est dit et là encore j'estime qu'il faut être extrêmement vigilant. Sur les cinq pages d'extraits, on nous parle des Noirs, certes, mais ils sont présentés comme violents ou extrémistes (Dieudonné et _kemi _seba) ou alors comme à côté de la plaque (qu'ils soient Noirs ou non mais défenseurs d'une cause touchant cette communauté) pour les manifestants qui soutenaient les Sans-Papiers de l'Eglise Saint Bernard, c'est le cas aussi pour Pascal Blanchard et Olivier Barlet. Vous voudrez bien m'accorder que le tableau dépeint est bien sombre, seul point positif le passage sur le sacrifice des combattants africains au cours de la seconde guerre mondiale, les auteurs relèvent, et à juste titre, que la France sera amnésique à leurs propos dès 1945. Finalement, le Général De Gaulle et Maurice Rives leur rendront hommage…et ils sont Blancs. Ce qui me gène donc à travers ces lignes c'est la lourde insistance sur des positions extrêmes qui ne reflètent pas l'ensemble de ce qui se vit au sein de la communauté Noire et aussi qu'il est bien difficile de donner la parole à un Noir lorsqu'il s'agit de lui laisser dire quelque chose de positif sur les autres. Mais je veux bien croire que le reste du livre saura me contenter sur ce point.

Je ne peux pas cependant ne pas mettre en doute l'objectivité de Géraldine Faes et Stephen Smith. En effet, il apparaît clairement qu'il ne partagent pas les vues de Dieudonné (ce que je comprends au demeurant) mais le présenter comme un soldat en campagne me paraît un peu manipulateur : « l'humoriste franco-camerounais, en veste de treillis kaki, gagne l'estrade »…il est drôle de noter que c'est la seule personne dont le style vestimentaire est décrit. Quant à la fin du passage, les trois points de suspension nous laissent sur notre faim…il aurait été intéressant d'en savoir un peu plus sur les images faussées de l'Afrique car oui elles le sont mais il est plus utile-enfin selon les intentions- de largement commenter la réalisation du documentaire sur le code Noir.

Pour ce qui est du zoo, sans vouloir me pencher sur l’événement en lui-même, à quelle « bonne leçon » les auteurs veulent-ils faire référence ? Quel autre peuple a connu pareille situation (l'esclavage en particulier) et sans pour autant chercher à faire un procès en responsabilité ni tomber dans la « passéophilie » si la référence au passé se fait de manière constructive pourquoi ne pas dresser des parallèles avec ce qui a déjà eu lieu ? J'en profite pour dire que j'ignore ce qu'est la médiation temporelle tout comme le solipsisme cher à George Steiner…

Enfin, je me demande pourquoi Marianne a choisi le sous-titre maladroit « Deux Cents Saint-Bernard » ? Vous connaissez sans aucun doute la réputation des Saint Bernard[5], ne croyez-vous pas qu'il était possible de faire un autre choix pour évoquer la situation des Sans-papiers ?

Dans l'article « ils ont créé l'ANC ‘française’ », je remarque que comme dans d'autres médias, il est obligatoire de présenter un jeune Noir avec son enfance (forcément difficile d'ailleurs) « Franco, un Guadeloupéen de 34 ans élevé par sa mère dans les cités populaires de la banlieue parisienne », il me semble d'ailleurs qu'il y a un pléonasme car à l'heure actuelle, le terme banlieue désigne déjà cité populaire. En outre, on établit deux fois le lien entre les membres de l'ANC et les casseurs et la photo les représente bonnet de doudounes sur le dos avec en toile de fond un rideau de fer…cela ressemble fort aux images des journaux de 20 heures ainsi il est facile d'associer ces jeunes aux « émeutiers » et autres « racailles ». A croire que seuls les stars planétaires ont droit à une interview dans le salon privé d'un hôtel parisien…Je ne dis pas qu'il faille changer la réalité et ce n'est pas une question de vêtements mais les propos de Frédéric Ploquin sont maladroits « affreux, bêtes et méchants » « du Dieudonné dans le texte, preuve que la graine prend avec le printemps noir » et « on en arrive comme toujours à la solution finale et aux Nazis » quel est ce « comme toujours », combien y a t il d'associations membres du CRAN par exemple qui invoquent ce genre d'explications ?

Pour nous les Noirs de France – comme d'ailleurs pour tous les Mouvements – deux options sont possibles : convaincre par la violence ou par la discussion. Je choisis cette deuxième solution parce que d'une part je suis une pacifiste convaincue et d'autre part, je suis lucide, la revendication violente nous nuit. Je note que Marianne a cédé à la facilité en criant « au loup », c'est dommage car je croyais à « l'esprit non aligné » de cet hebdo. Je terminerai en disant que je ne suis pas du tout partisane de la discrimination positive car cela permettrait de dire que la fonction occupée par tel Noir est le fait de la couleur de sa peau, je pense donc que la compétence doit primer. Je ne m'attendais donc pas à lire un tel dossier sachant que comme il a été si judicieusement relevé, toutes les sphères de la société française restent dirigées par une bande d'indédoulonnables[6]. A l'heure actuelle la carrière d'un jeune Noir (moins de 50 ans) – à quelque bonnes ou mauvaises exceptions[7] près- est encore plus semée d'embûches que celle de son compatriote Blanc. Les femmes, peut-être sont à quasi égalité dans ce lamentable parcours du combattant pour être reconnu à sa juste valeur et ainsi gravir les échelons.

[1] G. Kelman, Je suis noir et je n'aime pas le manioc, editions Max Milo, Paris, 2003
[2] article 4 de la loi du 23 février 2005, violences urbaines de l'automne 2005, journée de commémoration de l'esclavage du 10 mai, représentation médiatique des minorités visibles, charte de la diversité dans les entreprises, ect…
[3] Ignacio Ramonet, Malade, la France ? le Monde Diplomatique, avril 2006
[4] « la véritable question qui vient en refermant l'ouvrage est : pourquoi un tel essai n'a-t-il pas été publié auparavant ? » Enquête sur la question noire en France, Marianne, 8-14 avril 2006
[5] « La littérature et le cinéma ont fortement contribué à la légende du saint-bernard. Il a été le héros de nombreux récits, basés ou non sur des faits réels, le plus souvent en le présentant comme une grosse peluche sympathique ou un compagnon intrépide, prêt à tout pour sauver la vie de son maître » http://www.lagruyere.ch/archives/2004/04.10.19/magazine.htm
[6] article dans Marianne parue en mars 2006 il me semble
[7] « Un 20H00 présenté par un Noir sur la première chaîne française ! Pour nous, c'est une sacrée avancée », s'est félicité le Club Averroès qui défend l'image des minorités dans les médias après l'annonce du remplacement, pendant l’été, de PPDA par Harry Roselmack, d'origine martiniquaise.
http://www.lefigaro.fr/france/20060307.WWW000000288_harry_roselmack_joker_de_ppda_cet_ete.html Ce qui n'est pas spécialement une bonne nouvelle pour moi puisqu'il s'agit de faire « un coup de pub » !
 
 
Revenir en haut
      
Johnem
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Mar 2006
Sujets: 8
Messages: 430
Localisation: South
 #53 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 26 Avr 2006 16:02

chadeque a écrit:
 
j'ai pas lu l'article du Nouvel Obs mais j'ai lu celui de Marianne et voila ce que je leur ai écrit
Citation:
 
Haïti, le 22 avril 2006

Bonjour,
Je vous écris pour réagir au dossier « enquête sur la question noire en France » parue dans l’édition du 8 au 14 avril 2006. Je précise pour commencer que je suis Marron, tout comme la fille de Gaston Kelman[1], auquel il n'est fait nul référence dans les articles. Même si on peut ne pas adhérer à ses idées, Kelman a le mérite- que l'on soit d'accord avec lui ou non- d'avoir présenté la question Noire sous un nouvel éclairage, un auteur français de renom a lui aussi été oublié c'est Aimé Césaire et pourtant son apport sur la question Noire ne saurait être nié, pour autant votre dossier ne se voulait ni ne se pouvait être exhaustif.

En fait, à la lecture de l'article, j'ai été plusieurs fois surprise voire choquée du traitement du sujet. En effet, les extraits choisis dénotent une volonté manifeste de présenter les Noirs sous un angle négatif : peu capables de mobilisation ou du moins pas à même de le faire convenablement ou avec de « bonnes raisons ». Je souhaite donc vous faire part de mon analyse du fond et de la forme de votre dossier étant entendu que celui-ci est constitué d'extraits du livre Noir et Français, et que les articles sont signés par deux personnes différentes. Cependant, à travers ces lignes, c'est une même image tronquée de la réalité qui est véhiculée ce qui me surprend grandement de la part de votre hebdomadaire.

En lisant le chapeau de texte du premier article j'ai bien cru avoir par erreur un exemplaire de Paris Match entre les mains. Plus sérieusement, « la face cachée de la galaxie noire », cela pourrait nous rappeler de vagues souvenirs…on complote contre la République ! Il est vrai qu’à la fin de la lecture de ce portrait de la communauté Noire, les premières idées qui viennent à l'esprit c'est : 1/ vite fuyons car le « péril Noir » s'annonce ou 2/ vite informons-nous pour vérifier l'ampleur d'un tel phénomène (courant _kemite entre autres). J'espère que vos lecteurs ont choisi cette deuxième solution parce que dans ce cas la France est sauve et oui « le péril Noir » n'est pas encore pour demain.

Dans un premier temps, je suis mal à l'aise en voyant que la question noire a été abordée principalement par le biais de deux individus (positions) qui sont Dieudonné et _kemi _seba, loin de leur nier le nombre de sympathisants que l'un ou l'autre peut revendiquer, il est clair que cela occulte une grande partie de la population Noire de France. De plus, ne pas mentionner l'existence d'un courant au sein de la communauté Noire farouchement opposé à l'un comme à l'autre (pour des raisons différentes) est faire preuve de très peu de conscience professionnelle. En faisant une courte visite sur les forums généralistes dans lesquels s'expriment de nombreux Noirs, vous verrez que les défenseurs de Dieudonné et de _kemi _seba ne sont pas majoritaires mais aussi qu'ils sont, à tort ou à raison, verbalement malmenés ; pour ces partisans, il ne reste donc plus qu’à se retrouver sur des sites qui leur sont réservés (ce qui peut s'avérer encore plus dangereux car aucun rappel à l'ordre n'est alors fait lorsqu'il y a dérapage). Le choix délibéré de laisser sous-entendre que ces deux personnalités ont une large assise ou plutôt ne sont pas remis en cause au sein de la communauté Noire me fait poser question. Combien de journalistes Noirs travaillent dans l’équipe de Marianne ? Combien de Noirs ont-été interrogés pour les besoins de l'enquête ? A ces deux questions, la réponse qui s'impose est « très peu » et c'est bien dommage, car à l'heure où les tensions s'aiguisent[2], traiter un tel sujet était indispensable mais encore aurait-il fallu le faire avec sérieux et audace…et non se cantonner à reproduire l'air du temps.

Au niveau de la forme, le rapprochement qui est fait, dans la deuxième colonne, entre les « indigènes de la République » et « les casseurs de Blancs » est pour le moins malheureux, sauf à vouloir volontairement associer ces deux groupes. Par ailleurs, le choix de l'article défini « les » en lieu et place du partitif «des » devant « casseurs » tend à faire croire que l'ensemble de ceux-ci se sont lancés à des « ratonnades anti-Blancs ». Je ne nie pas les agressions et je les déplore sincèrement mais consciente du pouvoir des mots, j'appelle à la vigilance de votre part car il serait trop simple ensuite d'en déduire que tous les casseurs sont racistes, sans pour autant dans ce cas tenir compte d'un autre aspect social (l'appropriation de ce que l'Autre possède –soit disant- en abondance et ce dont l'agresseur est privé) mais ce n'est pas l'objet de votre dossier et cela nous mènerait trop loin.

Marianne n'est pas une revue sociologique j'en conviens, mais pourquoi alors subdiviser la communauté Noire en deux groupes seulement « il est difficile sinon périlleux de mettre sur le même pied des groupes en mal d'identité et des pans entiers d'une population dynamique et créative malmenée par la crise ». Et surtout pourquoi invoquer la crise comme source d'explication des revendications actuelles. La question noire en France a de multiples facettes et les initiatives apparues ces dernières années ne trouvent pas leurs racines dans la crise (un élément conjoncturel) mais bel et bien dans l'incapacité de la République à reconnaître ses fils et ses filles à peau bronzée et à ce titre je parlerai donc de cause structurelle. La France est malade pour paraphraser le titre choisi ce mois-ci par Ignacio Ramonet[3], oui elle l'est, simplement parce qu'elle est incapable de s'ausculter et donc de s'attaquer au mal. Je me permets donc de poser La « véritable question[4] » d'après moi qui est : qu'est ce qui a permis d'en arriver là ? C'est à dire, pourquoi est-ce qu'un parti tel que la Tribu Ka répond aux attentes d'une partie de la communauté Noire ?

Vis à vis des extraits, mes commentaires sont sans aucun doute biaisés vu que je n'ai pas l'ouvrage entre les mains, néanmoins ce que j'en lis me préoccupe. Marianne a volontairement choisi ces passages et n'a avancé aucune véritable critique sur cet essai, à croire, que la rédaction épouse le contenu de ce qui y est dit et là encore j'estime qu'il faut être extrêmement vigilant. Sur les cinq pages d'extraits, on nous parle des Noirs, certes, mais ils sont présentés comme violents ou extrémistes (Dieudonné et _kemi _seba) ou alors comme à côté de la plaque (qu'ils soient Noirs ou non mais défenseurs d'une cause touchant cette communauté) pour les manifestants qui soutenaient les Sans-Papiers de l'Eglise Saint Bernard, c'est le cas aussi pour Pascal Blanchard et Olivier Barlet. Vous voudrez bien m'accorder que le tableau dépeint est bien sombre, seul point positif le passage sur le sacrifice des combattants africains au cours de la seconde guerre mondiale, les auteurs relèvent, et à juste titre, que la France sera amnésique à leurs propos dès 1945. Finalement, le Général De Gaulle et Maurice Rives leur rendront hommage…et ils sont Blancs. Ce qui me gène donc à travers ces lignes c'est la lourde insistance sur des positions extrêmes qui ne reflètent pas l'ensemble de ce qui se vit au sein de la communauté Noire et aussi qu'il est bien difficile de donner la parole à un Noir lorsqu'il s'agit de lui laisser dire quelque chose de positif sur les autres. Mais je veux bien croire que le reste du livre saura me contenter sur ce point.

Je ne peux pas cependant ne pas mettre en doute l'objectivité de Géraldine Faes et Stephen Smith. En effet, il apparaît clairement qu'il ne partagent pas les vues de Dieudonné (ce que je comprends au demeurant) mais le présenter comme un soldat en campagne me paraît un peu manipulateur : « l'humoriste franco-camerounais, en veste de treillis kaki, gagne l'estrade »…il est drôle de noter que c'est la seule personne dont le style vestimentaire est décrit. Quant à la fin du passage, les trois points de suspension nous laissent sur notre faim…il aurait été intéressant d'en savoir un peu plus sur les images faussées de l'Afrique car oui elles le sont mais il est plus utile-enfin selon les intentions- de largement commenter la réalisation du documentaire sur le code Noir.

Pour ce qui est du zoo, sans vouloir me pencher sur l’événement en lui-même, à quelle « bonne leçon » les auteurs veulent-ils faire référence ? Quel autre peuple a connu pareille situation (l'esclavage en particulier) et sans pour autant chercher à faire un procès en responsabilité ni tomber dans la « passéophilie » si la référence au passé se fait de manière constructive pourquoi ne pas dresser des parallèles avec ce qui a déjà eu lieu ? J'en profite pour dire que j'ignore ce qu'est la médiation temporelle tout comme le solipsisme cher à George Steiner…

Enfin, je me demande pourquoi Marianne a choisi le sous-titre maladroit « Deux Cents Saint-Bernard » ? Vous connaissez sans aucun doute la réputation des Saint Bernard[5], ne croyez-vous pas qu'il était possible de faire un autre choix pour évoquer la situation des Sans-papiers ?

Dans l'article « ils ont créé l'ANC ‘française’ », je remarque que comme dans d'autres médias, il est obligatoire de présenter un jeune Noir avec son enfance (forcément difficile d'ailleurs) « Franco, un Guadeloupéen de 34 ans élevé par sa mère dans les cités populaires de la banlieue parisienne », il me semble d'ailleurs qu'il y a un pléonasme car à l'heure actuelle, le terme banlieue désigne déjà cité populaire. En outre, on établit deux fois le lien entre les membres de l'ANC et les casseurs et la photo les représente bonnet de doudounes sur le dos avec en toile de fond un rideau de fer…cela ressemble fort aux images des journaux de 20 heures ainsi il est facile d'associer ces jeunes aux « émeutiers » et autres « racailles ». A croire que seuls les stars planétaires ont droit à une interview dans le salon privé d'un hôtel parisien…Je ne dis pas qu'il faille changer la réalité et ce n'est pas une question de vêtements mais les propos de Frédéric Ploquin sont maladroits « affreux, bêtes et méchants » « du Dieudonné dans le texte, preuve que la graine prend avec le printemps noir » et « on en arrive comme toujours à la solution finale et aux Nazis » quel est ce « comme toujours », combien y a t il d'associations membres du CRAN par exemple qui invoquent ce genre d'explications ?

Pour nous les Noirs de France – comme d'ailleurs pour tous les Mouvements – deux options sont possibles : convaincre par la violence ou par la discussion. Je choisis cette deuxième solution parce que d'une part je suis une pacifiste convaincue et d'autre part, je suis lucide, la revendication violente nous nuit. Je note que Marianne a cédé à la facilité en criant « au loup », c'est dommage car je croyais à « l'esprit non aligné » de cet hebdo. Je terminerai en disant que je ne suis pas du tout partisane de la discrimination positive car cela permettrait de dire que la fonction occupée par tel Noir est le fait de la couleur de sa peau, je pense donc que la compétence doit primer. Je ne m'attendais donc pas à lire un tel dossier sachant que comme il a été si judicieusement relevé, toutes les sphères de la société française restent dirigées par une bande d'indédoulonnables[6]. A l'heure actuelle la carrière d'un jeune Noir (moins de 50 ans) – à quelque bonnes ou mauvaises exceptions[7] près- est encore plus semée d'embûches que celle de son compatriote Blanc. Les femmes, peut-être sont à quasi égalité dans ce lamentable parcours du combattant pour être reconnu à sa juste valeur et ainsi gravir les échelons.

[1] G. Kelman, Je suis noir et je n'aime pas le manioc, editions Max Milo, Paris, 2003
[2] article 4 de la loi du 23 février 2005, violences urbaines de l'automne 2005, journée de commémoration de l'esclavage du 10 mai, représentation médiatique des minorités visibles, charte de la diversité dans les entreprises, ect…
[3] Ignacio Ramonet, Malade, la France ? le Monde Diplomatique, avril 2006
[4] « la véritable question qui vient en refermant l'ouvrage est : pourquoi un tel essai n'a-t-il pas été publié auparavant ? » Enquête sur la question noire en France, Marianne, 8-14 avril 2006
[5] « La littérature et le cinéma ont fortement contribué à la légende du saint-bernard. Il a été le héros de nombreux récits, basés ou non sur des faits réels, le plus souvent en le présentant comme une grosse peluche sympathique ou un compagnon intrépide, prêt à tout pour sauver la vie de son maître » http://www.lagruyere.ch/archives/2004/04.10.19/magazine.htm
[6] article dans Marianne parue en mars 2006 il me semble
[7] « Un 20H00 présenté par un Noir sur la première chaîne française ! Pour nous, c'est une sacrée avancée », s'est félicité le Club Averroès qui défend l'image des minorités dans les médias après l'annonce du remplacement, pendant l’été, de PPDA par Harry Roselmack, d'origine martiniquaise.
http://www.lefigaro.fr/france/20060307.WWW000000288_harry_roselmack_joker_de_ppda_cet_ete.html Ce qui n'est pas spécialement une bonne nouvelle pour moi puisqu'il s'agit de faire « un coup de pub » !
 
 
 
 


Je suis complètement d'accord avec tes remarques, nous les Noirs, on devrait faire plus attention à ce que l'on dit sur nous, si l'on veut se faire respecter.
Revenir en haut
      
Saimen
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 28 Jan 2006
Sujets: 37
Messages: 1234
Localisation: 92 - Hauts de Seine
 #54 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 26 Avr 2006 16:06

Les spécialistes, déclarés ou pas, du babillage éternel dans les forums de discussion (Volcreole en est un) devraient prendre exemple sur la soeur qui a envoyé une lettre à Marianne. Ce type d'action est bien plus porteur et efficace que le fatras de paroles déversées qu'on trouve dans ces mêmes forums. Tous les sujets qui concernent la communauté noire en général, publiés à grand frais dans les magasines et journaux de presse français, devraient susciter chez nous le plus vif intérêt. Les lire et les analyser de façon critique, et non beugler à tout va tout en s'indignant du fait qu'on raconte toujours n'importe quoi sur notre condition, me semble être une attitude responsable et intelligente.

Bravo à toi Chadeque !
Revenir en haut
      
Johnem
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Mar 2006
Sujets: 8
Messages: 430
Localisation: South
 #55 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 26 Avr 2006 16:18

Saimen a écrit:
 
Les spécialistes, déclarés ou pas, du babillage éternel dans les forums de discussion (Volcreole en est un) devraient prendre exemple sur la soeur qui a envoyé une lettre à Marianne. Ce type d'action est bien plus porteur et efficace que le fatras de paroles déversées qu'on trouve dans ces mêmes forums. Tous les sujets qui concernent la communauté noire en général, publiés à grand frais dans les magasines et journaux de presse français, devraient susciter chez nous le plus vif intérêt. Les lire et les analyser de façon critique, et non beugler à tout va tout en s'indignant du fait qu'on raconte toujours n'importe quoi sur notre condition, me semble être une attitude responsable et intelligente.

Bravo à toi Chadeque !  
 


En voulant un qui n'a pas l'air de beaucoup m'aimer..........

Mais qu'importe!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut
      
diams971
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 24 Jan 2006
Sujets: 13
Messages: 1106
Localisation: là ou tu ne t'attend pas à me trouver
 #56 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 26 Avr 2006 16:27

ça à l'air trés intéréssant
mais j'ai la flemme
quelqu'un peut il me faire un résumé svp

Revenir en haut
      
Saimen
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 28 Jan 2006
Sujets: 37
Messages: 1234
Localisation: 92 - Hauts de Seine
 #57 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 26 Avr 2006 19:02

Johnem a écrit:
 
Saimen a écrit:
 
Les spécialistes, déclarés ou pas, du babillage éternel dans les forums de discussion (Volcreole en est un) devraient prendre exemple sur la soeur qui a envoyé une lettre à Marianne. Ce type d'action est bien plus porteur et efficace que le fatras de paroles déversées qu'on trouve dans ces mêmes forums. Tous les sujets qui concernent la communauté noire en général, publiés à grand frais dans les magasines et journaux de presse français, devraient susciter chez nous le plus vif intérêt. Les lire et les analyser de façon critique, et non beugler à tout va tout en s'indignant du fait qu'on raconte toujours n'importe quoi sur notre condition, me semble être une attitude responsable et intelligente.

Bravo à toi Chadeque !  
 


En voulant un qui n'a pas l'air de beaucoup m'aimer..........

Mais qu'importe!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  
 


Tu es certain de t'exprimer dans la langue française là ? Incompréhensible !
Revenir en haut
      
Johnem
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Mar 2006
Sujets: 8
Messages: 430
Localisation: South
 #58 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 26 Avr 2006 21:01

Saimen a écrit:
 
Johnem a écrit:
 
Saimen a écrit:
 
Les spécialistes, déclarés ou pas, du babillage éternel dans les forums de discussion (Volcreole en est un) devraient prendre exemple sur la soeur qui a envoyé une lettre à Marianne. Ce type d'action est bien plus porteur et efficace que le fatras de paroles déversées qu'on trouve dans ces mêmes forums. Tous les sujets qui concernent la communauté noire en général, publiés à grand frais dans les magasines et journaux de presse français, devraient susciter chez nous le plus vif intérêt. Les lire et les analyser de façon critique, et non beugler à tout va tout en s'indignant du fait qu'on raconte toujours n'importe quoi sur notre condition, me semble être une attitude responsable et intelligente.

Bravo à toi Chadeque !  
 


En voulant un qui n'a pas l'air de beaucoup m'aimer..........

Mais qu'importe!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  
 


Tu es certain de t'exprimer dans la langue française là ? Incompréhensible !  
 

C'est la fatigue Saimen.
Revenir en haut
      
galak
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Juil 2002
Sujets: 100
Messages: 3524
Localisation: Montpellier
 #59 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 27 Avr 2006 00:21

Johnem a écrit:
 


Je suis complètement d'accord avec tes remarques, nous les Noirs, on devrait faire plus attention à ce que l'on dit sur nous, si l'on veut se faire respecter. 
 


Pour ma part, ce n'est pas parce qu'une personne "est" noire que je la respecte...

galak, qui garde son respect pour des raisons plus valables
Revenir en haut
      
chadeque
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 08 Avr 2005
Sujets: 42
Messages: 715
Localisation: Pays de la Teranga
 #60 Actualités:   Sujet du message: noirs de France   Posté le: 27 Avr 2006 02:52

galak a écrit:
 
Johnem a écrit:
 


Je suis complètement d'accord avec tes remarques, nous les Noirs, on devrait faire plus attention à ce que l'on dit sur nous, si l'on veut se faire respecter. 
 


Pour ma part, ce n'est pas parce qu'une personne "est" noire que je la respecte...

galak, qui garde son respect pour des raisons plus valables 
 


oui galak c'est la personne qui se doit d'etre respectee dans son ensemble (quelle qu'elle soit, enfin c'est mon point de vue).
le motif de mon courrier est de mettre le doigt sur le traitement de l'information, Marianne de façon volontaire (c'est vraiment grave alors) ou bien involontaire (sans mesurer le poids de ce qui est dit ou ce qui est sous-entendu) -ce qui n'est pas plus pardonnable- fait passer tout comme bcp d'autres médias, une certaine idée de la communauté Noire (ie propos réducteurs) et c'est ça que je n'accepte pas.
Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Actualités: noirs de France Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Page 4 sur 5
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Loto | Vidéos | Archives