Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


... et les peintres noirs ??? ...
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Répondre au sujet    Accueil » Forum » Littérature - Art - Culture: ... et les peintres noirs ??? ... S'abonner au Flux Rss Littérature - Art - Culture Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Littérature - Art - Culture:   Sujet: ... et les peintres noirs ??? ...

negrotep
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 23 Jan 2006
Sujets: 38
Messages: 970
Localisation: xxx
 #1 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 25 Avr 2006 03:31

... ça m'a un peu étonné de voir qu'il avait pas de sujets parlant de la peinture sur Vol ( a ma connaissance en tout cas) ... Art que je pratique (je fais un A level en Art and Design) et que j'adore evidemment ... J'ai cru bon de vouloir ouvrir ce sujet de partage pour aider et m'aider à decouvrir des peintres noirs ...

... je ne pense pas qu'il ya des gens qui connaissent plus que les autres a ce sujetet c'est pour quoi qu'il sera profitable pour tous le monde le fait de mensionner les sources pour aider les volecréoliens( surtout moi) a approfondir nos connaissances ...

... Je commence avec 2 de mes peintres noirs favoris ... pour ne pas mettre toute la liste ...

... Jean - Michel Basquiat ... Pour moi c'est le best ...


Jean-Michel Basquiat (Brooklyn, New York, 22 décembre 1960 – 12 août 1988) était un artiste américain.

Sa mère était porto-ricaine et son père d'origine haïtienne.

Il commença comme artiste de rue peignant des graffitis, et devint ensuite un artiste d'avant-garde très populaire et couronné de succès.

Son style était très original, nerveux, violent et énergique.

Vie

Né à New York en 1960 d'un père haitien et d'une mère portoricaine, il grandit dans le milieu aisé de la petite bourgeoisie. Sa mère, sensible à l'art, l'emmène fréquemment visiter le MOMA et le Metropolitan Museum of Art et l'encourage à développer ses talents artistiques. Il participe ensuite au mouvement des graffiti à New York et signe sous le sigle SAMO qui est une abréviation de "same old shit".

Il était un ami proche d'Andy Warhol, et les deux artistes ont fait plusieurs œuvres communes.

Le personnage de Basquiat a également été l'objet de films. Basquiat, de Julian Schnabel (USA 1996) avec Jeffrey Wright, dresse le portrait de l'artiste. Jean-Michel Basquiat a aussi interprété son propre rôle dans New York Beat Movie, Downtown 81 et Eat to the Beat.

Il devint dépendant à l'héroïne et mourut d'une overdose à l'âge de 27 ans.

Il devient le premier grand artiste noir américain reconnu par ses pairs.

Œuvre

Son œuvre reste empreinte des graphitis de ses débuts, ou il mélange couleurs vives et textes à thèmes. Lors d'une convalescence pendant son enfance, sa mère lui offre un livre d'anatomie, qui influera une grande partie de son œuvre, ou les corps sont peints en « transparence ». On sent également des accents primitifs ou Basquiat est fier de ses origines lointaines d'Afrique.

La carrière de Basquiat se divise en trois grandes périodes, qui se chevauchent :

Pendant la première, de 1980 à fin 1982, Basquiat faisait de la peinture sur toile, représentant le plus souvent des personnages squelettiques et des visages ressemblant à des masques. Ceci montrant son obsession de la mortalité de l'Homme. Il peignait aussi des éléments tirés de sa vie dans la rue : des voitures, batiments, policiers, des jeux d'enfants, des graffitis...
Une période intermédiaire de fin 1982 à 1985 présente des peintures sur panneaux multiples, et des tableaux individuels avec traverses intermédiaires visibles, une surface dense avec des écritures, des collages, et des représentations sans relation apparente. Ces travaux révèlent un fort intérêt pour l'identité noire et hispanique de Basquiat, et son identification avec les personnages noirs historiques ou contemporains, et les événements qui leurs sont liés.
La dernière période, qui débute vers 1986 et s'étend jusqu'à sa mort en 1988, montre un nouveau genre de peinture figurative, dans un style différent avec des sources, des symboles et un contenu contrastant de ses autres peintures.



... source: Wikipedia ...

Liens

--- Biographie plus complète ... http://art-passion.site.voila.fr/basquiat.htm
--- Le site officiel ... http://www.basquiat.net





... Chéri Samba ... Il vient juste après Basquiat pour moi ...

... c'est rare de trouvé sa photo car il ne se montre presque jamais ...

Samba wa Mbimba N'zingo Nuni Masi Ndo Mbasi, dit Chéri Samba, peintre congolais né en 1956. Les peintures de cet artiste engagé, à la croisée de l'art populaire africain et de l'univers de la bande dessinée, touchent au pamphlet politique sous le couvert de l'humour et de la représentation de la vie quotidienne.

Biographie

Peintre autodidacte, Chéri Samba est originaire de Kinto M'Vuila au Congo. C'est l'aîné d'une famille de dix enfants dont le père est forgeron et la mère agricultrice. En 1972 -il a 16 ans- il quitte son village pour travailler dans les ateliers des peintres d'enseignes et de publicité de Kinshasa, la capitale.
En 1975, il ouvre son propre atelier; c'est l'époque où il devient illustrateur à Bilenge Info, un journal de divertissement, et s'essaie à la bande dessinée dans les revues zaïroises. Il est alors surtout connu comme illustrateur. Une première exposition sur les murs de son atelier lui vaut une certaine notoriété locale. Il voyage et expose d'abord sur le continent, avant d'être invité en Europe.
En 1989, l'exposition Les Magiciens de la Terre au centre Georges Pompidou lui apporte le succès et ses premières commandes de l'étranger.

Œuvre

Les toiles figuratives de Chéri Samba, assorties de bulles de bande dessinée, rappellent l'art de rue et le dessin populaire. Elles jouent constamment sur le rapport entre vraie et fausse naïveté.

Sujets

Les tableaux comportent des éléments qui les apparentent à la satire sociale. Le sida, la sous-développement (Les économistes à bicyclette), la guerre, l'adultère, la corruption des dirigeants sont notamment visés, sur le mode de l'humour et de l'insolence.
Le partage du gros poisson représente des chefs d'état du monde entier aux yeux exorbités fixant un poisson échoué sur la peau duquel est esquissée la carte de l'Afrique. Le sida ne sera guérissable que dans 20 ans (1997) s'inscrit directement dans la campagne contre le sida, au moment où le bruit court que la maladie, réelle, ne serait qu'un "Syndrome Inventé pour Décourager les Amoureux"


La leçon morale est l'autre volet de cette œuvre engagée. Dans L'agriculteur sans cerveau où un petit producteur de bananes se retrouve les mains littéralement liées par un contrat, l'artiste exhorte ainsi les paysans -mais plus largement tout le monde- à lire soigneusement ce qu'ils signent. Par l'emploi du dicton populaire et de la maxime, beaucoup de tableaux de l'artiste fonctionnent comme des fables ou des apologues : ainsi Réfléchir avant d'agir (1990) ou le très connu L'espoir fait vivre (1989).


Caractéristiques

Une originalité : l'introduction du texte dans les tableaux, qui vise d'abord à distinguer le peintre des autres artistes populaires, et à marquer la filiation avec le genre de la BD. Mais la présence de caractères écrits dans les toiles de Chéri Samba est aussi une stratégie pour capter plus longtemps le regard du passant, dans un pays où l'art s'expose dans la rue. Dans l'une de ses peintures ( Remerciements de la griffe sambaïenne ) l'artiste se représente avec son double en train de se féliciter de cette trouvaille, tout en s'échangeant une bassine remplie de soutiens-gorge...

La passion de la couleur : "Il faut que notre tête tourne comme une spirale pour reconnaître que tout ce qui nous entoure n'est autre que couleur." C'est le sens du tableau où Chéri Samba peint son visage lacéré et enroulé en spirale, un pinceau entre les dents (J'aime la couleur, 2003).

Une œuvre égocentrée : le peintre aime se représenter dans ses tableaux, se mettre en scène, discourir sur son travail ou ses conquêtes amoureuses, au point que les critiques lui reprocheront une certaine complaisance narcissique. Mais cette autofiguration omniprésente dans ses dernières toiles recouvre aussi, selon lui, le besoin de reconnaissance des artistes contemporains africains.

... sources: Wikipedia ...



Liens:
... Bio un peu plus complète ... http://www.congonline.com/Peinture/cheri.htm
... Expo ... http://www.onoci.net/cartier/samba
...
...
...
...
... Connaisez vous d'autres peintres noirs ??? ...
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 84
Messages: 8612
Localisation: PACA
 #2 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 01 Mai 2010 21:16

Un des premiers portrait d'une femme noire, couramment repris:

Portrait d'une négresse par Marie Guilhelmine BENOIST (1800)

Si j'ai bien suivie , les carnations noires sont sensée être dure à reproduire en peinture


Présentation trouvé sur www.histoire-image.org

Citation:
 
Contexte historique

A la veille de la Révolution, Marie-Guilhelmine Leroux-Delaville (1768-1826) fait partie d'une petite élite de jeunes femmes peintres qui réussissent à suivre l'enseignement de maîtres, sans appartenir à une famille d'artistes. Elève d'Elisabeth Vigée-Lebrun, elle fréquente aussi, à partir de 1786, l'atelier de David et expose de premières toiles de style néoclassique, sous sa direction, en 1791. Mariée, en 1793, à Pierre Vincent Benoist, royaliste suspecté de conspiration, elle est soumise à des visites domiciliaires pendant que son mari se cache. Elle survit sous la Terreur avec son premier enfant, en vendant de petits portraits au pastel et des scènes de genre moralisantes.

Sous le Consulat, ayant retrouvé une vie moins difficile, elle cherche à faire connaître son véritable talent. Le portrait du député Belley, présenté en 1797 et 1798, a fasciné le public. Pourtant, représenter un Noir n'est pas alors un sujet noble, et semble plus incongru encore de la part d'une femme dont on attend des sujets charmants, familiaux ou intimistes. En présentant ce portrait de femme noire qui renoue avec le style néoclassique, au Salon de 1800, Madame Benoist démontre ses capacités et triomphe du même coup des conventions sur le rôle dévolu aux femmes artistes.

Au tournant du siècle, la situation des Noirs représente un enjeu politique et économique considérable. L'abolition de l'esclavage, décrétée le 4 février 1794, par la Convention n'a pas été suivie d'une pleine application, du fait de la guerre ou de l'opposition des colons. Lors de l'accalmie entre la France et les pays d'Europe coalisés, la traite des Noirs reprend dans l'Atlantique et les tenants des intérêts coloniaux s'efforcent d'amener Bonaparte à rétablir un esclavage propre à assurer le retour de la prospérité aux îles et à enrayer les tendances indépendantistes.

Analyse des images
« Portrait d'une négresse »

Ce splendide portrait représente à l’évidence une personne réelle, bien qu'on ne sache rien du modèle. L'artiste n'a pas fait connaître le nom de cette femme à la tête drapée dans un fichu de servante des Antilles.

Cette femme noire se présente dans une situation non conforme à sa condition de domestique, qui était probablement même celle d'une esclave avant 1794. Le regard directement tourné vers le spectateur, assise dans un fauteuil à médaillon drapé d'un riche tissu, elle occupe la place traditionnelle d'une femme blanche.

La pose reprend celle de plusieurs portraits de femmes de la haute société peints par David. Elle s'apparente à celle de Madame Récamier sur le célèbre portrait que David compose en cette même année 1800. Le style du maître transparaît aussi dans le fond dépouillé, dans l'usage minimal des accessoires – fauteuil, draperie et vêtement -, comme dans le modelé sculptural des formes, l’éclairage direct et les couleurs tranchées.

L’œuvre fait ressortir la différence raciale en rendant avec exactitude la pigmentation noire de la peau rehaussée par le fond clair et l’éclatant tissu blanc, la texture des cheveux et la forme particulière des yeux, du nez et des lèvres. Mais l'artiste réussit à rendre beau un sujet que l’époque considérait comme laid.

Le regard intrigue par son insistance; est-ce le spectateur ou l'artiste qui la peint que cette femme entraîne dans cette confrontation? L'aisance gracieuse et l'harmonie des couleurs apprises de Mme Vigée-Lebrun imprègnent aussi ce portrait d'une empathie qui suggère une compréhension par l'artiste de son modèle. Son anonymat a permis de la dénuder, à la manière de la Fornarina de Raphaël. Mais l'artiste rend sensible la situation psychologique vulnérable et résignée, de cette femme dans cet univers qui lui est étranger.

L’œuvre pourrait ainsi avoir deux objectifs apparemment contradictoires : présenter cette femme noire comme un objet de possession, un bien acquis parmi des objets de luxe, mais aussi, au-delà de la différence raciale, la faire reconnaître comme un être doué de sensibilité.


Lettre de David

Dans cette lettre du 21 juillet 1787, le peintre Jacques Louis David répond au comte d'Angivillers, ministre des Arts de Louis XVI, soucieux de faire observer l'interdiction faite par le roi aux femmes artistes d’étudier dans des ateliers où exercent des hommes. Avec déférence, David tente d'opposer des arguments raisonnables et précis. Ces démêlés avec une administration pointilleuse révèlent la place dévolue aux femmes dans le monde des arts à la fin de l'Ancien régime. Le peintre n'aura pas gain de cause, les trois jeunes artistes devront quitter son atelier du Louvre.

Pour la jeune Leroux Delaville, David représente la figure de proue du néoclassicisme sobre et moralisant. Ce document montre avec quelle vigueur il défend la formation artistique des femmes ; il les encourage aussi à la peinture d'histoire, le « grand genre » réservé aux hommes. La jeune artiste ne peut passer qu'un an dans son atelier mais reste en contact avec ce maître, en dépit de graves divergences politiques sous la Révolution ; toute sa carrière, elle lui soumettra ses peintures pour avis.

Interprétation

Cette toile apparaît audacieuse en 1800 en raison à la fois de l'idée que se fait l’époque de la représentation des Noirs et du rôle qu'elle assigne à la femme dans l'art. Avec le recul du temps, cette œuvre exceptionnelle révèle surtout avec quelle acuité Marie-Guilhelmine Benoist, cette femme artiste qui avait traversé la Révolution, a perçu l'importance du sexe, de la race et de la classe sociale à l’époque de l'entrée de la France dans la modernité.

Les idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité qui rejettent au nom de la morale le critère de la race ont certes été proclamés sous la Révolution mais ne seront assimilés que progressivement. A cette époque, les distinctions raciales sont minutieusement décrites et rationalisées. En parallèle, avec l'extension de l'esclavage au XVIIIe siècle s'est développée une hiérarchie des races fondée sur une classification des caractéristiques biologiques. En 1800, si la loi rejette encore moralement la race, la différenciation l'emporte.

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS
 
 








Œuvre afro américaines:

Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 84
Messages: 8612
Localisation: PACA
 #3 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 01 Mai 2010 21:19

Suite :

African american art
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 84
Messages: 8612
Localisation: PACA
 #4 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 01 Mai 2010 21:26

Suite :

African american art
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 84
Messages: 8612
Localisation: PACA
 #5 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 01 Mai 2010 21:29

Dernier tour d'horizon:


African American Artists at the National Gallery of Art in Washington DC



L'abstrait est moi cela fait pas vraiment bon ménage. Je crois que j'aurais été un bon critique d'art
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 84
Messages: 8612
Localisation: PACA
 #6 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 01 Mai 2010 21:31

Digression avec de la photographie:

L'oeuvre de James Van Der Zee - Portrait de Harlem


Revenir en haut
      
oliviermr
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 15 Jan 2007
Sujets: 8
Messages: 930
Localisation: 93 - Seine-St-Denis
 #7 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 01 Mai 2010 21:50

Missyna alna> merci d'avoir déterrer ce sujet

Mickael Caruge- artiste actuel paris, 75, France



son blog: http://mickaelcaruge.blogspot.com/

Kadir Nelson







son site: http://www.kadirnelson.com/
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 84
Messages: 8612
Localisation: PACA
 #8 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 02 Mai 2010 09:35

De rien, ce serait vraiment dommage qu'un tel sujet se retrouve perdu au fin fond du forum

Lucien Pinaud-Petzy, artiste-peintre antillais



Portrait de cet ex-financier ayant cédé à l'appel de sa passion, qui commente pour vous quelques uns de ses tableaux sur Grioo : http://www.grioo.com/info2685.html
Site officiel: http://www.lucienpinaud.com/



J'aime bien "l'explosion" de couleurs présent dans ses œuvres.
Revenir en haut
      
oliviermr
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 15 Jan 2007
Sujets: 8
Messages: 930
Localisation: 93 - Seine-St-Denis
 #9 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 02 Mai 2010 15:29

UN site avec une grosse liste de peintres Haïtiens





source: http://www.haitianpaintings.com/hp.asp?page=HOME
Revenir en haut
      
datgirltwista
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 23 Mar 2005
Sujets: 44
Messages: 1481
Localisation: back from the MIA/91
 #10 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 03 Mai 2010 13:53

Jean Claude Garoute "Tiga"


http://www.heritagekonpa.com/Tiga%20Garou%20legendary%20Haitian%20painter.htm
Jean-Claude Garoute - Tiga : Saint-Soleil, le Poto-Mitan et bien plus


Jean-Claude Garoute, alias Tiga, est né à Port-au-Prince le 9 décembre 1935 et est décédé à Miami le 14 décembre 2006.

Tiga par Marie-José Nadal et Gérard Bloncourt

La peinture haïtienne - Nathan

Fondateur du Poto-Mitan, du musée de Céramique et de Saint-Soleil, Tiga est très apprécié par ses élèvres. Avec Patrick Vilaire et Frido ils forment un trio inoubliable. Sa peinture est abstraite et ses sculptures en terre cuite très stylisées.
Il est peintre, sculpteur-céramiste mais aussi musicien.
Il décore la pavillon d'Haïti au premier Festival mondial des Arts nègres de Dakar en 1966. Il expose un ensemble important de ses œuvres, utilisant simultanément différents moyens d'expression en 1971.
En 1975, il rencontre André Malraux qui se déplace spécialement pour connaître son « école » de Saint-Soleil à Soisson-la-Montagne.
En 1977, il participe avec la troupe Saint-Soleil au Festival du théâtre de Nancy, en France.


Jean-Claude garoute vit ses premières années à Jérémie, puis retourne à Port-au-Prince dès l’âge de 6 ans. Et c'est dans la capitale qu'il débute sa carrière de peintre.
Au début des années 70 il monte avec Maud Robard, un centre d'art dont l'objectif est d'inciter des artistes à peindre autour du vaudou. Le centre est basé à Pétion-Ville, mais dans la banlieue de la capitale l'expérience se révèle non concluante. Mais les 2 acolytes tiennent à leur projet et le remonte en 1973 dans la montagne haïtienne : à Kenskoff (Soisson-la-Montagne plus précisément). Ils achètent un terrain, y construisent un atelier et lancent le mouvement « Saint-Soleil » d'une manière originale. En effet, ils tissent des relations étroites avec les habitants locaux : maçons, paysans, cuisinières, couturières, jardiniers, etc. et leur prêtent l'atelier, des pinceaux et des toiles. La peinture qui née de ces haïtiens va s'orienter vers le thème du vaudou. Leur groupe sera considéré comme une école, baptisée « Saint Soleil ». Malraux après sa visite de cette communauté lui donnera une aura mystique, internationale et définitive dans L'Intemporel.

Parmi les premiers peintres de cette école, on retrouve – entre autre - Exil Leroy, Louisiane Saint-Fleurant, Denis Smith et Prospère Pierre-Louis.

C'est un peu la naissance ou la re-naissance de la peinture vaudou, les artistes du mouvement Saint-Soleil :
« Peignent comme il leur plaît ce qu'ils ne se représentent pas » - André Malraux (un an après la première exposition Saint-Soleil au musée d'Art haïtien en 1974)

En 2001, un court métrage retraçant la vie et l’œuvre de Tiga a été réalisé par le cinéaste Arnold Antonin. Ce film documentaire s'intitule « Tiga-Haïti : Rêve, possession, création, folie ».

Sources principales AlterPresse et wikipédia

Jean-Claude Garoute s'est ainsi ressourcé auprès des racines profondes de la culture haïtienne et dira « J'ai appris mon art à l’école du peuple ».










[/img]
Revenir en haut
      
oliviermr
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 15 Jan 2007
Sujets: 8
Messages: 930
Localisation: 93 - Seine-St-Denis
 #11 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 03 Mai 2010 19:28

François Cauvin





My art takes root in Voodoo, which is the African heritage of Haitian culture...

Source: http://francoiscauvin.com/
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 84
Messages: 8612
Localisation: PACA
 #12 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 08 Mai 2010 17:02

Il ne s'agit pas d' un artiste noir, mais certaines de ces oeuvres mettent en avant des personnages noirs:

Tim Okamura (au centre)






Certaines de ces oeuvres apparaissent des des film par exemple Petites confidences à ma psy (en vo Prime, de Ben Younger 2006 ) avec Uma Thurman & Meryl Streep
Galeries :
http://www.copiousmagazine.com/08_summer/art+photography/tim_okamura_multimedia/index.html

http://timokamura.com/flash.html
Revenir en haut
      
oliviermr
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 15 Jan 2007
Sujets: 8
Messages: 930
Localisation: 93 - Seine-St-Denis
 #13 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 13 Mai 2010 17:24



citation: "Catherine Théodose à force de talent, de sensibilité, d'inscription dans notre tragique jusqu'au partage, parvient depuis son choix, au frissonnement global de ce que nous vivons tous de manière parcellaire: l'amour vrai du pays Martinique "
Patrick Chamoiseau

source:http://www.villametisse.com/
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 84
Messages: 8612
Localisation: PACA
 #14 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 15 Mai 2010 13:43

Là aussi je doute que l'artiste soit noir, mais le thème Africain d'un de ces collections est trop agréable.

Angela Drysdale - Excerpts from Africa


Revenir en haut
      
Solibo
Enregistrement 


Genre: Femme
Inscrit le: 25 Mar 2009
Sujets: 1
Messages: 6
Localisation: dans la lune
 #15 Littérature - Art - Culture:   Sujet du message: ... et les peintres noirs ??? ...   Posté le: 24 Mai 2010 14:50

Charles de Percin

http://www.artmajeur.com/depercin/









Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Littérature - Art - Culture: ... et les peintres noirs ??? ... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2020
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Loto | Vidéos | Archives