Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


Des Noirs francophones accusent la France


Répondre au sujet    Accueil » Forum » Actualités: Des Noirs francophones accusent la France S'abonner au Flux Rss Actualités Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Actualités:   Sujet: Des Noirs francophones accusent la France

Macabou
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 15 Aoû 2006
Sujets: 5
Messages: 10
Localisation: 972 - Martinique
 #1 Actualités:   Sujet du message: Des Noirs francophones accusent la France   Posté le: 22 Aoû 2006 21:23

François Durpaire
Publié le 25 juin 2006
Lors du Salon du Livre de Paris (17- 22 mars 2006) et au moment où débute le festival Francofffonies, un certain nombre d’écrivains francophones dénoncent l'enfermement identitaire de la France. Point commun ? Ils ont tous trouvé leur place dans le monde universitaire anglophone. « Nous n'aurions jamais eu de postes en France », affirme Alain Mabanckou, qui enseigne la littérature à l'Université du Michigan et pense la France comme un simple « membre de la francophonie et non plus comme son centre ». Achille Mbembe, professeur en Afrique du Sud, a souligné l'indifférence avec laquelle son ouvrage De la postcolonie a été accueilli par la critique française, alors qu'il est devenu depuis un classique dans le monde anglophone. Maryse Condé, qui enseigne à Colombia, souligne l'absurdité de la définition actuelle de la francophonie : les écrivains originaires des départements d'Outre-mer, étant français, n'en font pas partie… Emmanuel Dongala, qui enseigne les littératures francophones près de Boston, et l'Ivoirienne Véronique Tadjo, déplorent l'enfermement des éditeurs parisiens. Pour le Togolais Kangni Alem, « l'espace francophone n'est qu'un espace d'intérêts politiques flous dont les répercussions sur la vie des populations sont nulles ou négligeables ».
Cheikh Modibo Diarra, scientifique d'origine malienne à la NASA, évoque les raisons qui lui ont fait choisir l'Amérique en 1979, après avoir été en classes préparatoires au lycée de Cachan, puis à Jussieu : « Aux Etats-Unis, quand on arrive, les gens vous regardent. On vous implique dans des projets tout de suite. Quand on est francophone, on a l'impression de faire partie d'une même famille mais dans ce groupe, la prise de décision, on n'en fait pas partie. On est à la marge. On n'a pas la prise de décision dans ce groupe. C'est une communauté qui a un potentiel énorme mais qui n'est pas exploité. C'est du gâchis et c'est ça qui est révoltant. ». Il évoque le rapport qu'il entretient avec ses trois langues. En fonction de la situation, il utilise soit le bambara - « pour réfléchir aux problèmes sociaux, qui ont besoin de solidarité » -, soit le français - « pour analyser les problèmes » -, soit l'anglais - « pour les exécuter avec efficacité ».

Cette capacité du monde anglophone à accueillir les élites francophones d'Afrique et des Caraïbes a d'indéniables conséquences économiques. Modibo Diarra est récemment devenu le président de Microsoft Afrique. Son implication dans des projets de « e-learning » en Afrique a séduit Bill Gates. Dès 2003, ce dernier s’était rendu à Johannesburg pour rencontrer une trentaine de ministres africains chargés des Technologies nouvelles ou de l'Education nationale. Le fabricant de logiciels a promis de fournir des outils à bas prix pour réduire la fracture numérique mondiale. Il s'agirait également d’éditer des logiciels en langues nationales (zoulou et afrikaans pour l'Afrique du Sud, etc.).
La colère des Noirs francophones va bien au-delà de la question linguistique. On souligne en Afrique et dans les Caraïbes qu'une famille ne peut se fonder sur l'exclusion d'une partie de ces membres. En mars, le traitement infligé par des policiers français à la double championne du monde d'athlétisme française Eunice Barber a ému au-delà des frontières. Et cette phrase d'une policière après l'interpellation, en guise d'excuses ? « Vous savez, une Black dans le 93 qui se fait interpeller, c'est une gifle ». D'une part, on souligne que les citoyens blancs n'ont pas à subir ce type d'humiliation. D'autre part, on affirme que cet événement ne serait pas arrivé dans un pays anglophone (on fait remarquer que Eunice Barber a fait le choix de la France en février 1999 aux autres propositions de naturalisation anglaise et américaine). Du moins, il aurait suscité une réaction des médias et de l'opinion. Or, les seuls à avoir réagi en France sont issus de la communauté noire : Ladji Doukouré, Christine Arron, Lilian Thuram… L'avocat antillais Alex Ursulet, victime du même type d'interpellation, avait récemment raconté son histoire dans son ouvrage : Pourquoi me tutoyez-vous ? Est-il légitime de stigmatiser la solidarité communautaire, au moment où aucune personnalité autre que d'origine africaine ou antillaise ne semble se sentir concernée par ces faits ? Est-il alors surprenant que naisse l'idée de devoir se défendre en soudant le groupe pour lequel on subit les discriminations.
Récemment, Ferdinand Ezembe, vice-président de la commission Culture et Education au sein du CRAN , a lancé, pour le mois de mai 2006, l'idée d'un Mois des Cultures Noires, qui s'inspire de la Semaine de l'Histoire des Noirs, événement lancé par Carter G. Woodson aux Etats-Unis en 1925. Ce projet avait été repris en Grande Bretagne, au Canada, au Brésil, au Venezuela, en Colombie, à Cuba.

Le CRAN 55, rue du Château d'Eau
75010 Paris
Tel.:08 70 28 47 07
Mail : contact@lecran.org
Site Internet : http://www.lecran.org
Revenir en haut
      
tiflo
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 26 Juil 2006
Sujets: 12
Messages: 1766
Localisation: karayib
 #2 Actualités:   Sujet du message: Des Noirs francophones accusent la France   Posté le: 22 Aoû 2006 22:12

Je pense que l'amérique du nord en général est beaucoup plus ouverte que la france!!là bas on ne regarde pas ta couleur de peau mais tes compétences!!!
Chose que la France a du mal à faire!!!!!!!!
Revenir en haut
      
nominoë
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 03 Mar 2006
Sujets: 7
Messages: 75
Localisation: 29 - Finistère
 #3 Actualités:   Sujet du message: Des Noirs francophones accusent la France   Posté le: 01 Sep 2006 21:47

tiflo a écrit:
 
Je pense que l'amérique du nord en général est beaucoup plus ouverte que la france!!là bas on ne regarde pas ta couleur de peau mais tes compétences!!!
Chose que la France a du mal à faire!!!!!!!! 
 


Possible. Surtout que le chômage y est plus faible et la croissance plus forte.
Cependant: http://www.volcreole.com/forum/sujet-24892.html
Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Actualités: Des Noirs francophones accusent la France Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Loto | Vidéos | Archives