Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


Grève générale en Martinique
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 62, 63, 64  Suivante

Répondre au sujet    Accueil » Forum » Au coeur des Dom-Tom: Grève générale en Martinique S'abonner au Flux Rss Au coeur des Dom-Tom Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Au coeur des Dom-Tom:   Sujet: Grève générale en Martinique

superbaloo972
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Jan 2007
Sujets: 115
Messages: 2419
Localisation: 972 - Martinique
 #931 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 15 Avr 2009 18:56

Crise
Le collectif appelle à la manif, pas à la grève

Les rumeurs de reprise de la grève générale en Martinique ne sont pas fondées, assurent les responsables du Collectif du 5 février. En revanche, un appel à manifester a bien été lancé pour vendredi 17 avril.

Depuis la signature de l'accord de fin de conflit mi-mars, des rumeurs de reprise de la grève générale circulent régulièrement en Martinique, alimentée par les difficiles négociations qui se poursuivent sous forme de commission. Comme celles sur l'emploi. C'est d'ailleurs, l'échec de cette commission qui a poussé le Collectif du 5 février à lancer un appel à manifester le 17 avril prochain à Fort-de-France. En revanche, les leaders du mouvement ont confirmé qu'il n'était pas question pour l'instant d'un appel à la grève générale. Seul la section UGTG des employés de stations-service a annoncé son intention de cesser le travail vendredi pour dénoncer les risques qui pèsent sur leur profession. Reste que la situation sociale reste très tendue en Martinique et que depuis un mois, les conflits se multiplient. De nouvelles tensions pourraient apparaitre quand il s'agira d'appliquer les hausses de salaire prévues par l'accord de fin de conflit, soit 200 euros jusqu'à 1,4 SMIC. Car pour l'heure, le mode de versement de la part de l'Etat (100 euros au titre du RSTA) et des collectivités (30 à 70 euros) n'est pas encore clairement défini.

http://infoantilles.sasi.fr/web/infoantilles/Actualites.nsf/Actualites%20Antilles%20accueil/5D146452BEC572D204257598004F83A9?opendocument
Revenir en haut
      
lanmou
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 06 Jan 2004
Sujets: 19
Messages: 1044
Localisation: Guadeloupe
 #932 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 15 Avr 2009 22:14

ok Pourtant un préavis de grève à été déposer pour vendredi
Revenir en haut
      
Sam46
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 11 Juil 2003
Sujets: 382
Messages: 3118
Localisation: St Lucie/Martinique.
 #933 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 15 Avr 2009 23:43

Je pense que cette vidéo a toute sa place ici.

Ecoutez comment ce Mr parle de nous, pas très convaincant au début


Audition de commission
Outre-mer
Audition de M. Patrick Karam, délégué interministériel à l'égalité des chances des Français d'outre-mer

http://videos.senat.fr/video/videos/2009/video1847.html

Il dit que : On a mis en place un étudiant qui parle leur langue
Revenir en haut
      
superbaloo972
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Jan 2007
Sujets: 115
Messages: 2419
Localisation: 972 - Martinique
 #934 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 18 Avr 2009 16:52

Envoyez directement à Paris vos propositions sur les états généraux!!!!!
http://www.martinique.pref.gouv.fr/pages/egom.html
http://www.martinique.pref.gouv.fr/pages/formegom.html
Revenir en haut
      
Tibawsé
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 28 Jan 2009
Sujets: 0
Messages: 13
Localisation: 75 - Paris
 #935 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 24 Avr 2009 15:48



Quand j'expliquai au début de la crise que "la valeur d'échange est devenue le condotierre de la valeur d'usage", personne n'a pris le temps de réfléchir à cette analyse tirée de "La Société du Spectacle" de Guy Debord, qui dès les années 50 avait déjà analysé exactement le fonctionnement de la société capitaliste, appelée aussi "société de consommation" ou "post-industrielle". Cette économie qui s'effondre sous nos yeux...

Posons les termes de l'équation :

Valeur d'usage de l'économie antillaise = la force de production permettant à la société antillaise de vivre du résultat de son travail.

Valeur d'échange = le prix payé pour l'importation des marchandises produites en dehors de l'économie antillaise.

Maintenant l'équation tant redoutée: Equation de la Pwofitasyon

Valeur d'échange - Valeur d'usage = pwofitasyon

Vous l'avez compris, la pwofitasyon est le coût de ce que la société antillaise ne peut pas produire et doit importer à grand frais. C'est le coût de la dépendance économique !

Voici quelques utiles déductions à tirer de l'équation de la pwofitasyon:

A/ Cette équation de la pwofitasyon met en évidence deux erreurs commises lors des négociations et de la grève :

Erreur 1: avoir tenté de gonfler artificiellement la valeur d'usage en augmentant les salaires de 200€. En effet, une augmentation de salaire est le partage d'une plus-value dégagée par une hausse de productivité et/ou une économie de budget. Hors comme nous l'avons vu, la force de production antillaise est trop faible pour assurer sa propre survie, alors augmenter des salaires... Les grévistes ont alors demandé l'aide des entreprises et de l'Etat. La dépendance économique continue, tend même à se renforce par l'action des grévistes eux-mêmes. Pour des résultats en "eaux de boudins" !

Erreur 2: avoir tenté de diminuer artificiellement la valeur d'échange en négociant les prix d'une liste de marchandises importées. Comme si la dépendance de l'économie antillaise par rapport à l'économie européenne pouvait se négocier ! C'est la question de la force de production de l'économie antillaise, devant assurer sa propre survie, qui doit être appréhender et poser d'un seul bloc.

B/ Réduire le coût des marchandises dans le supermarché passe par la diminution de la pwofitasyon, pwofitasyon qui comme démontré est en fait la dépendance économique antillaise par rapport à une économie étrangère. Pour diminuer cette dépendance, voir l'annuler, il
faut augmenter l'indépendance économique antillaise, c'est-à-dire renforcer sa capacité productive à assurer sa propre survie.

C/ L'intérêt économique de la société antillaise qui veut assurer sa survie par les résultats économiques de son travail, est en contradiction directe avec le statut politico-administratif français et européen, qui la maintient justement dans cette dépendance économique.


Cette contradiction est maintenant posée devant nous, nue et brutale. Si ce statut politico-administratif ne s'adapte pas à l'intérêt économique de la société antillaise exigeant sa survie, cette société sera contrainte à trouver par elle-même les moyens de sa survie, en dehors de tout statut politico-administratif acceptable, voir accepté par la France... Ainsi firent les colonies britanniques déclarant leur indépendance en 1774, donnant naissance aux USA ! L'indépendance politique comme remède à la dépendance économique ? Une probable nécessité.

Quelle évolution du conflit ?

L'ensemble des Antillais, Guyanais et Réunionais doivent prendre conscience que cette contradiction d'intérêts divergents va maintenant se traduire par un conflit politique ouvert : larvé pour le moment, une évolution plus violente et angioxène du conflit n'est pas à mesestimer. En effet bien que les Antillais, Guyanais et Réunionais expriment ne pas vouloir de l'indépendance politique, les cris de leurs estomacs, qui les obligent déjà à exprimer réguilèrement la misère de leurs économies locales respectives (grèves des annèes 60-70, lutte contre la pwofitasyon), les meneront à marche forcée, voir à reculons, vers une plus grande indépendance politique.

Car quoi qu'en pense la tête, souvent l'estomac à le dernier mot... Alors que la tête se prépare !
Revenir en haut
      
superbaloo972
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Jan 2007
Sujets: 115
Messages: 2419
Localisation: 972 - Martinique
 #936 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 25 Avr 2009 16:10

superbaloo972 a écrit:
 
Participez aux débats:
http://www.etatsgenerauxdeloutremer.fr 
 


Je confirme que les dés sont déjà pipés...
J'ai donné 8 contributions. Une seule a été sélectionnée. En plus , elle a été complètement déformée puisqu'ils l'ont mise dans le mauvais thème!!

ça sert à rien d'apporter sa contribution, Paris a dja décidé d'avance...
A+
Revenir en haut
      
superbaloo972
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Jan 2007
Sujets: 115
Messages: 2419
Localisation: 972 - Martinique
 #937 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 25 Avr 2009 19:22

ha ben finalement mes contribution arrivent à petite gouttes , j'en ai 4/8 pour l'instant dont une qui est la mieux notée...
Revenir en haut
      
Tibawsé
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 28 Jan 2009
Sujets: 0
Messages: 13
Localisation: 75 - Paris
 #938 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 26 Avr 2009 03:19



A propos d'une probable nécessité : une réaction à mon post sur Domactu !

Réaction de l'internaute :

"cela fait des lustres que Kaktuss et moi le disons avec moultes détails financiers précis:
la valeur ajoutée brute de la production de toutes nos entreprises en martinique est de 1,544 milliards d'euros tandis que nous recevons en dotation de capital (subventions) 1,673 milliards d'euros, hors feder...Cherchez l'erreur!!! nonn seulemetnj nous ne produisons rien financièrement puisqu'entièremetn subventionné mais nous vivons à crédit.
Dans cet état d'esprit et d'économie, votre hypothése d'une indépendance politique pour en terminer avec l'indépendance économique n'est plus viable dans un ensemble européen ou même caribéen je vous l'accorde mondialisé

la seule solution est:
1-une réorientation subventionnée, étatique de politique de grands travaux avec emprunt régional garanti fait par l"ensemble du peuple e 2- une politique de developpement durable exocentré
3- Une réforme fiscale très lourde afin de Dé-consommer, recettes fiscales qui permettront
-un developpment d'une politique de transport terrestre et maritime
-une reappropriation des terres agricoles
-une mutation de la monoculture (bananne, canne) non créatrice de valeur ajoutée vers une agriculture vivirère à haute valeur ajoutée
-une politique énérgétique autosuffisante qui est possible techniquement
-un reaménagemetn territorial et un redécoupage de nos 34 communes avec le découpage de Fort de France
-une assemblée unique sur un schéma directeur de developpment voté en référendum par le peuple entier et non pas laissé à nos edilles comme actuellemetn avec l'agenda 21 que le peuple ne connait même pas!!!

enfin bref votre équation est bonne en théorie mais les faits ne permettent pas de la démontrer pou une plus grande valeur ajoutée de la Martinique (ou de la Gwada d'ailleurs)


Ma réponse à son post

"En relisant plusieurs fois vos propositions, je constate avec surprise que contrairement à votre intention première refusant tout forme d'indépendance : Assemblée unique, réappropriation des terres agricoles, culture vivrière pour augmenter l'auto-suffisance, auto-suffisance énergétique... vous l'organiser sans prononcer le mot ! Appelez ça "autonomie" ou plus "grande autonomie" si vous voulez... Je vous l'ai écrits dans mon précédent post : personne ne veut de l'indépendance politique, mais la NÉCESSITE économique obligera à l'organiser de grès ou de force.

Maintenance, je veux ajouter que votre solution est très tournée vers l'intérieur du pays, elle a le mérite de vouloir assoir l'économie sur la terre, ce qui peut se comprendre dans une population d'origine essentiellement paysanne. Mais cela ne saurait suffire et cela manque d'ambition.

Trop locale, trop technocratique, votre solution ne propose pas de projet de développement économique véritable tourné vers le monde, fondant un projet de société, notamment pour la jeunesse. Une solution économique pérène pour les économies locales de nos pays passe nécessaire par plusieurs niveau d'ouverture vers d'autres économies proches auxquelles nous pouvons apporter notre savoir-faire :

1/ L'ouverture macro-économique vers notre continent naturel :

La participation à un ensemble économique dans lequel nous disposons de valeurs ajoutées par rapport à cet ensemble. C'est cette différence de niveau qui est REMUNERATEUR ! Quel est notre valeur ajoutée par rapport à l'économie européenne ? Aucune et nous nous battons pour tenter de nous "aligner" sur elle et son style de vie, sans parler des discriminations. Au contraire nous avons une véritable valeur ajoutée par rapport à l'Amérique du Sud et la Caraïbe. Cette valeur ajoutée s'appuie sur des compétences.

2/ Un état de l'art de nos compétences

Il faudrait un étude très sérieuse sur ce sujet. J'improvise. Nous sommes un peuple et une culture insulaire récente et particulière, qui sur bien des points, sans faire d'éloge stupide car nous avons aussi nos défauts, avons de grande qualité que nous mésestimons voir ignorons tous sans forcément nous en rendre compte, peut être parce que nous sommes trop obnubilés par ce que nous avons été (le passé de l'esclavage) et pas assez conscients de ce que nous sommes et pourrions faire. Faisons le bilan de compétence par rapport au REFERENT sud-américain (et non plus européen):
- un meilleur taux d'alphabétisation,
- un meilleur niveau de formation,
- des professionnels de grande qualité,
- un taux de création d'entreprises importants,
- une capacité à faire du management inter-culturel,
- l'habitude des déplacements géographiques,
- une proximité géographique, culturelle, et phénotypique (moins de problème "raciaux"),
- une capacité d'ouverture, d'adaptation et de médiation indispensable pour vivre la globalisation,
- une bonne mentalité qui nous rend plutôt fréquentable, voir plaisant à fréquenter.

Tout ceci prend son sens lorsqu'il est appliqué au bon environnement économique et culturel. La dynamique a mettre en place est alors selon moi tournée vers l'Amérique du Sud en mettant en avant nos compétences. Pour cela, reste à comprendre que la Caraïbe et plus égoïstement nos îles doivent devenir la plaque tournante des échanges économiques avec les Amériques du Sud et Centrale. Si nos îles sont un passage obligé pour la drogue, ce que je regrette, pourquoi pas pour les flux de marchandises, de connaissance, de compétence ??? Pourquoi ne pas commencer par un programme "Erasmus" régional qui permettrait aux diplômes de l'Université Antilles-Guyane de se faire reconnaître sur le continent ? Ensuite viennent les embauches, les partenariats économiques, les projets de co-développements, etc. De nos jours, c'est la connaissance plus que la force de travail physique qui se monnaye, ainsi avec l'informatique il n'est plus nécessaire d'être sur le lieu de production (à l'usine) pour développer un logiciel, organiser de l'export-import, etc..

L'Amérique du Sud, en forte croissance, reste plus proche que l'Europe.... Allons-nous rester là au pied du mur à regarder par dessus l'océan en attendant des solutions de Paris, ou plutôt ouvrir les yeux sur le gigantesque potentiel à nos portes ?"
Revenir en haut
      
Boisjolan
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 07 Avr 2003
Sujets: 40
Messages: 760
Localisation: Sainte Anne/Paris
 #939 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 27 Juin 2009 00:52

A part l'arrivée d'HEC au sein de l'UAG, je reste dubitatif sur le référendum avec les arrières pensées d'AMJ.
Revenir en haut
      
superbaloo972
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Jan 2007
Sujets: 115
Messages: 2419
Localisation: 972 - Martinique
 #940 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 03 Juil 2009 18:08

La honte pour penchard..
http://www.dailymotion.com/video/x9ql9j_le-micro-est-ferme-madame-la-minist_news
Revenir en haut
      
sengajfa
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 27 Juin 2005
Sujets: 45
Messages: 1205
Localisation: 92 - Hauts-de-Seine
 #941 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 21 Juil 2009 18:12

bjr,

article intéressant concernant la problématique des prix aux antillles et la possibilité dont usent les grandes surfaces pour acheter (et vendre) moins cher ailleurs des produits parallelement fabriqués en France!!!
lisez les quelques exemples, c'est édifiant:

lien / source: http://www.lefigaro.fr/conso/2009/07/18/05007-20090718ARTFIG00564-des-grandes-surfaces-achetent-sur-le-marche-gris-.php

Citation:
 
Des grandes surfaces achètent sur le marché « gris »

Guillaume Mollaret


Importer une bouteille de Coca-Cola peut s'avérer moins cher que d'acheter une bouteille fabriquée en France.
Des enseignes arrivent à vendre moins cher en France des bouteilles de Coca-Cola ou de Perrier qu'elles achètent à l'étranger
.

Distributeurs et grossistes parlent pudiquement de « marché gris ». Les industriels, eux, préfèrent l'expression « marché parallèle ». Le principe est simple : un grossiste ou un détaillant français trouve à l'étranger un produit identique à celui qu'il vend habituellement, en court-circuitant ses fournisseurs habituels.

Importer une bouteille de Coca-Cola du Vietnam peut ainsi être moins cher pour un distributeur que d'acheter une bouteille fabriquée en France. Plus surprenant encore, faire venir d'Allemagne une bouteille de Perrier (groupe Nestlé), produite à Ver­gèze peut être moins coûteux que l'acheter en France. Autrement dit, après avoir traversé deux fois l'Hexagone, subi diverses taxes, et être passée entre les mains d'un intermédiaire supplémentaire, l'eau gazeuse peut s'avérer moins cher après un tour d'Europe que lorsqu'elle n'a pas quitté le territoire national.Ce genre de cas, s'ils ne sont pas fréquents, les grossistes ne manquent pas d'en profiter quand l'occasion se présente. « J'ai été démarché l'an dernier par une société d'import-export, témoigne un grossiste de Rhône-Alpes. Ses tarifs étaient plus attractifs que ceux proposés en France. J'ai effectué quelques commandes, puis Nestlé Waters a rééquilibré ses tarifs. Alors, je me suis réapprovisionné par la voie classique. »

Tolérée dans une certaine mesure, car elle permet d'écouler certains stocks invendus, ce ­genre d'infiltration n'est guère du goût des industriels. Pour le fabricant, laisser entrer trop de marchandises par le biais du marché paral­lèle revient à casser le marché intérieur. « Pour les eaux, le phénomène reste limité, car c'est un produit à faible marge, tem­père Marc Kleniewski, directeur chargé de l'international chez Nestlé Waters. De plus, en Europe, nous veillons à un équilibre des prix. Ce qui compte pour nous, c'est le prix final en magasin et l'information du consommateur par la qualité de l'étiquetage. »


Dans la discrétion

Coca-Cola, dont le système de vente est organisé par pays, voit les choses différemment. Récemment, le groupe a été alerté par un consommateur qu'un magasin Intermarché d'Avignon vendait des bouteilles dont l'étiquette indiquait, en anglais, qu'elles étaient réservées au marché vietnamien. Coca-Cola a saisi les services de la répression des fraudes. Ce Coca-Cola asiatique était vendu en promotion à 1,17 euro la bouteille contre 1,32 euro pour la bouteille sortie dans une des cinq usines françaises du groupe. Rien ou presque ne distingue les deux sodas, même si son emballage et son goût sont légèrement différents.

Produit à faible marge, le Coca-Cola sert de produit d'appel en rayon. « Le client paye son Coca-Cola moins cher, c'est ça l'essentiel, argumente le supermarché vauclusien. Il s'agit bien de Coca-Cola. Il n'y a pas contrefaçon. C'est tout ce qui compte. » Le produit vietnamien étant réétiqueté en français, y a-t-il dès lors tromperie sur la marchandise ? La répression des fraudes mène à présent l'enquête auprès de l'importateur basé dans les Alpes-Maritimes.

Le directeur d'une société d'import-export ibérique, qui souhaite cependant conserver l'anonymat, a son avis sur la question. « Notre intérêt est de vendre une marchandise irréprochable, explique-t-il. Nous fonctionnons par coups, et dans la discrétion. Si une erreur d'étiquetage est commise, nous perdons notre client. » Ainsi, pour les alcools importés en France, le logo « interdit aux femmes enceintes » doit obligatoirement être apposé, tout comme la composition du produit doit être énumérée en français.

Loin de concerner les seules boissons, le marché gris se développe dans tous les rayons des grands magasins. Parfaitement légal, dans la mesure où il respecte les règles du commerce, de l'hygiène et de l'information aux consommateurs, le marché parallèle connaît un souffle nouveau en temps de crise. Considéré par les uns comme une concurrence déloyale, pour d'autres, il ne fait que stimuler un marché qui, depuis plusieurs mois, tourne au ralenti. 
 


j'ai déjà vu des produits importés sur lesquels on avait collé une étiquette traduite en francais sur l'étiquette originale.

Ma question: QUI EMPECHERAIT LES GROSSISTES, CENTRALES D'ACHAT et AUTRES GRANDS ENSEIGNES présentes aux Antilles de faire de même, via l'amérique du nord (Miami...) ou l'Amérique du Sud (Brésil, Vénézuela)...ne me dites pas que leur seule motivation réside dans leur "patriotisme"...
Revenir en haut
      
jeanjeanspiè
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 10 Fév 2009
Sujets: 5
Messages: 277
Localisation: 48° 54' 40'' Nord , 2° 17' 10'' Est
 #942 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 22 Juil 2009 14:08

sengajfa a écrit:
 
bjr,


j'ai déjà vu des produits importés sur lesquels on avait collé une étiquette traduite en francais sur l'étiquette originale.

Ma question: QUI EMPECHERAIT LES GROSSISTES, CENTRALES D'ACHAT et AUTRES GRANDS ENSEIGNES présentes aux Antilles de faire de même, via l'amérique du nord (Miami...) ou l'Amérique du Sud (Brésil, Vénézuela)...ne me dites pas que leur seule motivation réside dans leur "patriotisme"...  
 


Très pertinente ta question!! mais crois tu un instant que ces distributeurs vont s'emmerder à importer des produits moins chers de Pétaouchnok , à engager des frais, etc. pour le bien être des antillais qui ont la rage de consommer, bien décidés à rattraper des années de privation quoi qu'il en coûte, A quoi bon ? quel intérêt? yo ka pété tchou nou mié épi systèm tala,!!
Autrement dit, Le raisonnement est cynique et implacable, c'est un marché captif, les exclusivités sur différentes gammes de produits, la concurrence est limitée voir inexistante géographiquement, enfin un problème non négligeable , la consanguinité de la propriété du tissu économique, ils ne font pas dans la philanthropie.
L'expression antipatriotique, donc profiteur, serait plus appropriée pour qualifier ce genre de comportement!!
Revenir en haut
      
superbaloo972
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Jan 2007
Sujets: 115
Messages: 2419
Localisation: 972 - Martinique
 #943 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 23 Juil 2009 20:08

sengajfa a écrit:
 
bjr,

article intéressant concernant la problématique des prix aux antillles et la possibilité dont usent les grandes surfaces pour acheter (et vendre) moins cher ailleurs des produits parallelement fabriqués en France!!!
lisez les quelques exemples, c'est édifiant:

lien / source: http://www.lefigaro.fr/conso/2009/07/18/05007-20090718ARTFIG00564-des-grandes-surfaces-achetent-sur-le-marche-gris-.php

Citation:
 
Des grandes surfaces achètent sur le marché « gris »

Guillaume Mollaret


Importer une bouteille de Coca-Cola peut s'avérer moins cher que d'acheter une bouteille fabriquée en France.
Des enseignes arrivent à vendre moins cher en France des bouteilles de Coca-Cola ou de Perrier qu'elles achètent à l'étranger
.

Distributeurs et grossistes parlent pudiquement de « marché gris ». Les industriels, eux, préfèrent l'expression « marché parallèle ». Le principe est simple : un grossiste ou un détaillant français trouve à l'étranger un produit identique à celui qu'il vend habituellement, en court-circuitant ses fournisseurs habituels.

Importer une bouteille de Coca-Cola du Vietnam peut ainsi être moins cher pour un distributeur que d'acheter une bouteille fabriquée en France. Plus surprenant encore, faire venir d'Allemagne une bouteille de Perrier (groupe Nestlé), produite à Ver­gèze peut être moins coûteux que l'acheter en France. Autrement dit, après avoir traversé deux fois l'Hexagone, subi diverses taxes, et être passée entre les mains d'un intermédiaire supplémentaire, l'eau gazeuse peut s'avérer moins cher après un tour d'Europe que lorsqu'elle n'a pas quitté le territoire national.Ce genre de cas, s'ils ne sont pas fréquents, les grossistes ne manquent pas d'en profiter quand l'occasion se présente. « J'ai été démarché l'an dernier par une société d'import-export, témoigne un grossiste de Rhône-Alpes. Ses tarifs étaient plus attractifs que ceux proposés en France. J'ai effectué quelques commandes, puis Nestlé Waters a rééquilibré ses tarifs. Alors, je me suis réapprovisionné par la voie classique. »

Tolérée dans une certaine mesure, car elle permet d'écouler certains stocks invendus, ce ­genre d'infiltration n'est guère du goût des industriels. Pour le fabricant, laisser entrer trop de marchandises par le biais du marché paral­lèle revient à casser le marché intérieur. « Pour les eaux, le phénomène reste limité, car c'est un produit à faible marge, tem­père Marc Kleniewski, directeur chargé de l'international chez Nestlé Waters. De plus, en Europe, nous veillons à un équilibre des prix. Ce qui compte pour nous, c'est le prix final en magasin et l'information du consommateur par la qualité de l'étiquetage. »


Dans la discrétion

Coca-Cola, dont le système de vente est organisé par pays, voit les choses différemment. Récemment, le groupe a été alerté par un consommateur qu'un magasin Intermarché d'Avignon vendait des bouteilles dont l'étiquette indiquait, en anglais, qu'elles étaient réservées au marché vietnamien. Coca-Cola a saisi les services de la répression des fraudes. Ce Coca-Cola asiatique était vendu en promotion à 1,17 euro la bouteille contre 1,32 euro pour la bouteille sortie dans une des cinq usines françaises du groupe. Rien ou presque ne distingue les deux sodas, même si son emballage et son goût sont légèrement différents.

Produit à faible marge, le Coca-Cola sert de produit d'appel en rayon. « Le client paye son Coca-Cola moins cher, c'est ça l'essentiel, argumente le supermarché vauclusien. Il s'agit bien de Coca-Cola. Il n'y a pas contrefaçon. C'est tout ce qui compte. » Le produit vietnamien étant réétiqueté en français, y a-t-il dès lors tromperie sur la marchandise ? La répression des fraudes mène à présent l'enquête auprès de l'importateur basé dans les Alpes-Maritimes.

Le directeur d'une société d'import-export ibérique, qui souhaite cependant conserver l'anonymat, a son avis sur la question. « Notre intérêt est de vendre une marchandise irréprochable, explique-t-il. Nous fonctionnons par coups, et dans la discrétion. Si une erreur d'étiquetage est commise, nous perdons notre client. » Ainsi, pour les alcools importés en France, le logo « interdit aux femmes enceintes » doit obligatoirement être apposé, tout comme la composition du produit doit être énumérée en français.

Loin de concerner les seules boissons, le marché gris se développe dans tous les rayons des grands magasins. Parfaitement légal, dans la mesure où il respecte les règles du commerce, de l'hygiène et de l'information aux consommateurs, le marché parallèle connaît un souffle nouveau en temps de crise. Considéré par les uns comme une concurrence déloyale, pour d'autres, il ne fait que stimuler un marché qui, depuis plusieurs mois, tourne au ralenti. 
 


j'ai déjà vu des produits importés sur lesquels on avait collé une étiquette traduite en francais sur l'étiquette originale.

Ma question: QUI EMPECHERAIT LES GROSSISTES, CENTRALES D'ACHAT et AUTRES GRANDS ENSEIGNES présentes aux Antilles de faire de même, via l'amérique du nord (Miami...) ou l'Amérique du Sud (Brésil, Vénézuela)...ne me dites pas que leur seule motivation réside dans leur "patriotisme"...  
 

les békés le faisaient avant...ils importaient sur le continent américain et sur l'amérique latine
Mais ils ont décidés de s'allier aux français...et comme les békés contrôlent le marché de gros aux antilles donc ça donne la situation d'aujourd'hui...

rolland laouchez l'explique dans cette vidéo à un moment...
http://www.dailymotion.com/relevance/search/g%C3%A9nocide+substitution/video/x305k8_martiniquele-genocide-par-substitut?hmz=746162736561726368
Revenir en haut
      
rasjean
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 02 Fév 2005
Sujets: 7
Messages: 636
Localisation: 972 - Martinique
 #944 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 07 Aoû 2009 16:38

ce qui empêche????
les normes européennes tout simplement
Revenir en haut
      
superbaloo972
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Jan 2007
Sujets: 115
Messages: 2419
Localisation: 972 - Martinique
 #945 Au coeur des Dom-Tom:   Sujet du message: Grève générale en Martinique   Posté le: 13 Aoû 2009 16:46

Un mouvement de grève prévu le 11 septembre
3 août 2009

Les membres du collectif du 5 février, présents dimanche, sur la dernière étape du tour des yoles au Vauclin mobilisaient la population pour le 11 septembre prochain : Vente de tee-shirts rouges et distribution de tracts. Informer la population sur l'avancée de leurs travaux mais aussi dénoncer le non respect des accords signés durant la grève tel était l'objectif, en préparation d'un mouvement de protestation prévu le 11 septembre prochain. Relancer du mouvement social ? Nul ne le sait précisément. Il n'empêche que l'audience qu'ils ont reçu ce dimanche, montre le peu d'intérêt de la population face au discours militant.
http://www.news-martinique.com/Un-mouvement-de-greve-prevu-le-11.html
Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Au coeur des Dom-Tom: Grève générale en Martinique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 62, 63, 64  Suivante
Page 63 sur 64
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Loto | Vidéos | Archives