Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


L'EMPLOI AUX ANTILLES


Répondre au sujet    Accueil » Forum » Actualités: L'EMPLOI AUX ANTILLES S'abonner au Flux Rss Actualités Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Actualités:   Sujet: L'EMPLOI AUX ANTILLES

EXAMENPOCH
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 09 Jan 2010
Sujets: 17
Messages: 42
Localisation: 971 - Pointe-à-Pitre
 #1 Actualités:   Sujet du message: L'EMPLOI AUX Antilles   Posté le: 17 Jan 2010 17:54

Les Antilles bénéficient d'un climat ensoleillé, du vent des alizés et de volcan. Ce qui amène à se poser la question à savoir pouquoi l'énergie solaire, l'énergie éolienne (le vent) et l'énergie géothermique (volcan) ne sont pas autant exploités. Ces énergies sont inépuisables et donc l'emploi est particulièrement en augmentation dans cette filière.

La tradition Antillaise dans la filière bois doit aussi être mis en avant : les touristes recherchent l'authenticité, et voir aux Antilles des maisons ou des boutiques en durs, des HLM en durs n'est franchement pas folklorique.

Les métiers à développer sont aux Antilles comme dans les autres départements français :

- boutiques de panneaux solaires ou photovoltaïques,

- vendeurs de maison en kit bois,

- boutique de kit d'électricité solaire,

- boutique de parquets et de dalles extérieures,

- boutique de diffuseurs et purificateurs d'air,

- boutique de fontaine d'eau,

- boutique de récupération d'eau de pluie (En 2025, il y aura une pénurie d'eau :"il faut donner à chaque goutte d'eau sa valeur"" selon Eric Yourcenar).

La solution en Haïti n'est pas de faire intervenir uniquement la croix rouge, les ONG, les associaitions d'aide aux quart monde. Non! On voit que ces solutions qui ont été, des années durant, mis en place en Afrique avec les inconvénients que l'on connait : corruption, propension de la population à quémander sans arrêt des produits de base occidentaux, pour plus de détails, merci de lire "L'Afrique noire est mal partie"" de René Dumont, n'ont absolument pas aider ces pays à se développer.

En Haïti, la solution serait de tout reconstruire en bois : le béton n'a pas sa place dans les îles.

Il faut créer un véritable tissu économique. Les donateurs devraient, dans un premier temps, aider les paysans haïtiens en :

- offrant des vaches laitières et des taureaux reproducteurs ;

- développant l'agriculture et réimplanter des arbres fruitiers ;

- créant des écoles de vente et des comptoirs de vente ;

- créant une filière bois qui exploite l'espace forestier national et participe à la fourniture et à la qualité du matériau bois qu'elle met à la disposition des consommateurs.
La filière Bois offre une grande diversité de métiers et d'acteurs et de nombreux débouchés économiques.
Ses marchés sont ceux de l'habitat et de la construction, de l'emballage, de la décoration et de l'ameublement jusqu'au bois énergie utilisé comme source d’énergie alternative. Des produits du quotidien aux objets de luxe, le bois est un matériau performant, chaleureux et moderne. L'importation du bois, puis l'implantation d'arbres est la priorité aux Antilles.

- créant des métiers à tisser au lieu de recevoir des vêtements venant du bout du monde ;

- en formant certains locaux au métier de couturière ;

- créant l'électricité grâce à l'énergie éolienne permettant à chaque foyer d'avoir de la lumière et de chauffer leurs plats avec une gazinère électrique ;

Dans un deuxième temps, il s'agit de créer une Banque, avec des personnes d'une honnêteté irréprochable, capable de developper des projets innovateurs de reconstructions. Cette Banque doit être nécessairement différente des autres par le fait qu'elle doit soutenir l'activité économique des entreprises citoyennes et la création d'entreprise.

Dans un troisième temps, il serait nécessaire de créer, aux Antilles, un consensus de toutes les factions rivales, politiques ou de quartier, vers un modèle économique de développement. Il ne suffit plus de se conformer aux règles institutionnelles mais se créer les moyens pour créer des emplois et de l'activité à l'instar du modèle de croissance hollandais :

- fin de grèves et guerres fraticides et discussions constructives des acteurs institutionnels ;

- arrêt du RMI et diverses allocations sous condition de prendre un travail ou une formation dans 2 mois ;

- soutien actif à la création d'entreprises : les Business Plan conventionnels devraient être révisés ;

- soutien à la formation professionnelle ;

- diminution des charges des entreprises...

Au lieu de créer des niches de ces métiers, il serait temps que les TPE "Très petites entreprises" se regroupent dans un lieu en mettant leurs compétences commerciales et techniques en commun dans une Sarl "Sociéte à responsabilité limité",

Cela permettrait de faire une économie d'échelle des frais d'experts comptable, que les petits patrons puissent enfin avoir une fiche de paie, se préoccuper uniquement de leur coeur de métier, c'est-à-dire l'accueil et la vente et non plus la comptabilité et de bénéficier de formation dans le cadre du Droit individuel à la formation, en vente, en commerce international car la multitude et la proximité des îles de la caraïbe sont des prospects très intéressants. Une aide de la Région comme dans le MANS avec CARREFOUR ENTREPRISE SARTHE pour ce projet en commun dans la publicité, l'installation et l'aide financière à l'instar de la filière automobile, offrant une prime aux clients qui achètent dans cette Sarl "Société à responsabilité limitée", donnerait un coup de pouce fabuleux à l'emploi aux Antilles.
http://www.revesdesantilles.com
Revenir en haut
      
Gratis
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 02 Déc 2006
Sujets: 6
Messages: 73
Localisation: 92 - Hauts-de-Seine
 #2 Actualités:   Sujet du message: L'EMPLOI AUX Antilles   Posté le: 22 Jan 2010 23:50

Excellent tout ça !
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6964
Localisation: PACA
 #3 Actualités:   Sujet du message: L'EMPLOI AUX Antilles   Posté le: 10 Juil 2012 10:53

Autant étendre le sujet à l'emploi dans les DOM, petit état des lieux:

Condensé des résumé extraits de la Revue «Économie de La Réunion» N° 138 - mars 2012
Textes complets u format pdf : http://www.insee.fr/fr/insee_regions/reunion/themes/revue/revue138/revue138.pdf
Source : http://www.insee.fr/fr/regions/reunion/default.asp?page=themes/revue/revue138/revue138-dossier-eco-emploi-outre-mer.htm


Citation:
 

Dossier : «Economie et emploi en outre-mer»

Au cours des dix années qui ont précédé la crise, l'outre-mer français a connu une croissance économique remarquable, portée par le secteur marchand. Malgré ce dynamisme, les retards par rapport aux régions de France métropolitaine subsistent, et le produit intérieur brut (PIB) par habitant demeure nettement en deçà du niveau français.

Sur la même période, la création d'emploi a été également forte, deux fois plus soutenue dans les DOM qu'en France métropolitaine. Mais cela n'a pas suffi à faire diminuer le chômage. Dans chaque département d'outre-mer, plus d'un actif sur cinq est au chômage, avec un record à La Réunion (29 %). Les taux d'activité et d'emploi dans les DOM demeurent très inférieurs à ceux de métropole. De plus, lorsqu'ils travaillent, le salaire moyen des Domiens est inférieur à celui des métropolitains, du fait de la structure des emplois, qui sont moins qualifiés.

Les grandes agglomérations domiennes manquent en effet d'emplois stratégiques, notamment dans le commerce inter-entreprises et dans la conception-recherche. Néanmoins, les emplois stratégiques ont augmenté fortement à Saint-Denis entre 1999 et 2007, ce qui a permis à l'agglomération de résorber l’écart avec celles de métropole qui sont de même taille. Au contraire, l’écart se creuse avec les agglomérations antillaises, avec un déficit particulier de cadres gestionnaires des entreprises, des banques et des assurances.

L’île de Mayotte est devenue le cinquième département français d'outre-mer le 31 mars 2011. Là aussi, le PIB a fortement augmenté ces dernières années, avec une croissance portée essentiellement par la consommation, dont les dépenses se répartissent équitablement entre les ménages et les administrations. Mayotte bénéficie d'un des PIB par habitant les plus élevés de la zone océan Indien, mais son retard reste important au regard des standards internationaux.


Une croissance économique remarquable

Résumé
L'outre-mer français, mis à part la Polynésie française, a connu au cours des 10 années qui ont précédé la crise une croissance économique remarquable portée par le secteur marchand. Malgré ce dynamisme, les retards par rapport aux régions de France métropolitaine subsistent. En Guyane et en Polynésie, les gains de croissance sont annulés par l'accroissement de la population. La consommation finale des ménages et des administrations est le moteur principal des économies outre-mer. Les exportations y sont faibles, à l'exception de la Guyane et de la Nouvelle-Calédonie, qui ont développé des activités spécifiques. Les mesures d'aide à l'outre-mer mises en place au cours des dernières années ont favorisé l'investissement des ménages et des entreprises. Les collectivités locales ont également investi dans les infrastructures (routes, ports, etc.) et dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l'action sociale. Les activités tertiaires ont porté la croissance, aussi bien en termes d'emploi que de valeur ajoutée. Les services aux entreprises, les services à la personne et l'immobilier ont été particulièrement dynamiques. En revanche l'agriculture, les industries agroalimentaires et l'hôtellerie-restauration n'ont pas progressé au même rythme.
Claude PARAIN - Chargé de mission


L'outre-mer crée des emplois, mais pas suffisamment

Résumé
L'outre-mer crée des emplois : + 2,3 % par an entre 1998 et 2008, soit deux fois plus qu'en France métropolitaine. Bien que l'emploi public occupe une place importante dans les économies domiennes, le secteur marchand est à l'origine des créations d'emploi. Mais elles n'ont pas été suffisantes pour faire diminuer le chômage. Dans chaque département d'outre-mer, plus d'un actif sur cinq est au chômage, avec un record à La Réunion (29 %). Le taux d'emploi dans les DOM est inférieur de 18 points à celui de métropole. Lorsqu'ils travaillent, le salaire moyen des Domiens est à un niveau comparable à celui de la France de province.
Claude PARAIN - Chargé de mission


Emplois stratégiques et rayonnement économique des agglomérations ultramarines
Rattrapage de Saint-Denis et retard croissant de Pointe-à-Pitre et Fort-de-France

Résumé

Les emplois stratégiques concourent au rayonnement économique d'une agglomération. Ils sont moins fréquents dans les grandes agglomérations d'outre-mer (Pointe-à-Pitre, Fort-de-France et Saint-Denis) qu'ailleurs en France. Leur insuffisance se concentre principalement dans le commerce inter-entreprises et plus encore dans la conception-recherche. L'augmentation de l'emploi total s'accompagne de celle des emplois de cadres, avec un effet important pour les cadres gestionnaires. La forte augmentation des emplois stratégiques à Saint-Denis, entre 1999 et 2007, permet à cette agglomération de résorber l’écart avec celles de métropole qui sont de même taille. Au contraire, l’écart se creuse pour les deux agglomérations antillaises. Celle de Fort-de-France connaît un déficit particulier de cadres gestionnaires des entreprises, des banques et des assurances.

John BAUDE - Iedom
Cet article n'engage que son auteur et non l'institution à laquelle il est rattaché

Produit intérieur brut à Mayotte en 2009
Une croissance dynamique mais un retard à rattraper

Résumé

Le produit intérieur brut mahorais a fortement augmenté ces dernières années. Cette croissance est portée essentiellement par la consommation, dont les dépenses se répartissent équitablement entre les ménages et les administrations. La valeur ajoutée des administrations publiques représente à elle seule plus de la moitié du PIB de Mayotte. Celle des sociétés continue d'augmenter, mais sa contribution à la valeur ajoutée totale diminue. Le solde du commerce extérieur reste très largement déficitaire, malgré la bonne tenue des services touristiques. Mayotte bénéficie d'un des PIB par habitant les plus élevés de la zone océan Indien, mais au regard des standards internationaux, son retard reste important.

Vincent GRACIET - Insee Service régional de Mayotte 
 


Il y'aurait t'il des avis d'acteurs économiques locaux (employés, dirigeants...) de cet état des lieux?
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 62
Messages: 6964
Localisation: PACA
 #4 Actualités:   Sujet du message: L'EMPLOI AUX Antilles   Posté le: 22 Aoû 2012 16:27

Résultat de l'enquête du pôle Emploi avec pour sujet Besoins en Main-d’Œuvre 2012 : http://bmo.pole-emploi.org/

Rapport national : http://bmo.pole-emploi.org/files_dl/2012/rap_BMO_2012.pdf

Guyane : http://bmo.pole-emploi.org/rapports/credoc/L_Guyane12.pdf
Nombre de projets : 5 035
Part de projets difficiles : 46.2 %
Part de saisonniers : 6.8 %

Guadeloupe : http://bmo.pole-emploi.org/rapports/credoc/K_Guadeloupe12.pdf
Nombre de projets : 8 987
Part de projets difficiles : 44.0 %
Part de saisonniers : 30.9 %

Martinique : http://bmo.pole-emploi.org/rapports/credoc/K_Guadeloupe12.pdf
Nombre de projets : 7 001
Part de projets difficiles : 55.2 %
Part de saisonniers : 24.7 %

Réunion : http://bmo.pole-emploi.org/rapports/credoc/Y_Reunion12.pdf
Nombre de projets : 16 574
Part de projets difficiles : 29.9 %
Part de saisonniers : 27.8 %

Mayotte : http://bmo.pole-emploi.org/rapports/credoc/Y_Mayotte12.pdf
Nombre de projets : 584
Part de projets difficiles : 61.3 %
Part de saisonniers : 2.5 %
Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Actualités: L'EMPLOI AUX ANTILLES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2014
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Portal | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Loto | Vidéos | Archives