Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


FINANCE, FISCALITE...
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Répondre au sujet    Accueil » Forum » Discussion générale: FINANCE, FISCALITE... S'abonner au Flux Rss Discussion générale Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Discussion générale:   Sujet: FINANCE, FISCALITE...

Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #46 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 08 Nov 2012 15:03

Il ignorait peut être qu'il allait jouer à l' équilibriste, mais en tout cas la parade pour l'apaisement de façade est trouvée (et ce depuis fort longtemps) : charger la mule qui fera le moins de réclamation - le citoyen lambda.

Mais purée , à par le "trésor publique", y'a personne pour injecter du fric dans l'économie en France. Personne ne s'est enrichie en France et à des sous à débourser en France? Pas même les petites souris devenues de gros mammouths à coup de rachats? Le fisc leur a tous confisqué , c'est pour cela qu'il sont reluctant à investir?

Croissance économique programmée , ce sera sans moi , mon porte-monnaie est contraint à la récession et ce au moins jusqu'à ce qu'une baisse effective des prix montre son nez .
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #47 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 22 Nov 2012 11:41

Y'a vraiment des enrage dans l'univers politique :
Citation:
 

Taxer les gains du Loto? "Pas d'actualité", répond Jérôme Cahuzac
Créé le 20-11-2012 à 20h31 - Mis à jour à 21h10

NANTERRE (Sipa) -- Même en situation de disette, l'Etat ne viendra pas faire les poches des gagnants du Loto. Jérôme Cahuzac a précisé mardi lors d'une conférence de presse à Nanterre (Hauts-de-Seine) qu'"à ce jour, il n'est pas d'actualité" de taxer les gains issus des jeux de hasard même si, a-t-il relevé sur le ton de l'humour, "un ministre du budget ne peut que considérer avec sympathie toute proposition qui lui permet de soulager les comptes publics".

A la nécessité de renflouer les caisses de l'Etat, M. Cahuzac a opposé la "très forte tradition dans notre pays qui consiste à exonérer les gains de la chance".

Cette déclaration fait suite à l'initiative de Yann Galut, député socialiste du Loir-et-Cher, qui propose de taxer de 15% les gains issus des jeux de hasard, aujourd'hui exonérés, pour une manne qu'il estime à un milliard d'euros pour l'Etat, dans une interview diffusée sur le site du "Point".

Une taxe qui rapporterait un milliard d'euros par an

"Certains gains issus des jeux de hasard me paraissent tout simplement hallucinants. Pensez au dernier gain de l'Euro Millions: 169 millions d'euros, soit 126 siècles de Smic, le prix de deux Airbus A320 ou encore l'équivalent de l'aide exceptionnelle décidée par le gouvernement pour permettre aux départements de conduire leurs missions de solidarité", observe le député, élu en 2012 après un premier mandat entre 1997 et 2002. "Je vous rappelle que les gains représentent sept milliards d'euros en 2011. En taxer 15 % sous une forme ou sous une autre pourrait rapporter un milliard d'euros. Je crois que ça mérite d'y réfléchir", conclut M. Galut.

Les gains réalisés aux jeux de hasard - Loto, Euro Millions, poker - sont exonérés d'impôts sur le revenu quand ils sont considérés comme des profits exceptionnels. Les gains ne sont donc frappés d'impôts qu'à travers les taxes sur le patrimoine, comme l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ou l'impôt sur le revenu du capital. Les gains provenant des paris hippiques et des casinos sont eux soumis à la Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS), à hauteur de 0,5%. "Autant dire que le gagnant a tout le loisir de placer ses gains dans les innombrables niches fiscales qui, malgré notre volonté de les réduire, perdurent", déplore le député.

ae/lg/sb
 
 


Au lieu de s'attaquer aux possibilités d'enrichissement de certains, qu'ils se penchent sur les dépenses publiques inconsidérés Un petit allègement ne peut pas faire de mal.

Commencent à devenir ridicule à vouloir jouer le carte de l’équité, solidarité et pata ti et patata , pour taxer à tous va, alors que dans les faits tous les avantages ne sont pas offert a tous. Cela crée juste des contraintes à la libre entreprise, à la liberté de faire usage ou non de ses gains...

Qu'ils cherchent plutôt a faire en sorte que l'investissement volontaire des fonds ai plus d'intérêt (sans la moindre subvention publique ou octroi d'avantage ) que leur mise sous scellés dans des banques étrangères ou une expatriation
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #48 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 22 Nov 2012 11:45

Y'a vraiment des enrage dans l'univers politique :
Citation:
 

Taxer les gains du Loto? "Pas d'actualité", répond Jérôme Cahuzac
Créé le 20-11-2012 à 20h31 - Mis à jour à 21h10

NANTERRE (Sipa) -- Même en situation de disette, l'Etat ne viendra pas faire les poches des gagnants du Loto. Jérôme Cahuzac a précisé mardi lors d'une conférence de presse à Nanterre (Hauts-de-Seine) qu'"à ce jour, il n'est pas d'actualité" de taxer les gains issus des jeux de hasard même si, a-t-il relevé sur le ton de l'humour, "un ministre du budget ne peut que considérer avec sympathie toute proposition qui lui permet de soulager les comptes publics".

A la nécessité de renflouer les caisses de l'Etat, M. Cahuzac a opposé la "très forte tradition dans notre pays qui consiste à exonérer les gains de la chance".

Cette déclaration fait suite à l'initiative de Yann Galut, député socialiste du Loir-et-Cher, qui propose de taxer de 15% les gains issus des jeux de hasard, aujourd'hui exonérés, pour une manne qu'il estime à un milliard d'euros pour l'Etat, dans une interview diffusée sur le site du "Point".

Une taxe qui rapporterait un milliard d'euros par an

"Certains gains issus des jeux de hasard me paraissent tout simplement hallucinants. Pensez au dernier gain de l'Euro Millions: 169 millions d'euros, soit 126 siècles de Smic, le prix de deux Airbus A320 ou encore l'équivalent de l'aide exceptionnelle décidée par le gouvernement pour permettre aux départements de conduire leurs missions de solidarité", observe le député, élu en 2012 après un premier mandat entre 1997 et 2002. "Je vous rappelle que les gains représentent sept milliards d'euros en 2011. En taxer 15 % sous une forme ou sous une autre pourrait rapporter un milliard d'euros. Je crois que ça mérite d'y réfléchir", conclut M. Galut.

Les gains réalisés aux jeux de hasard - Loto, Euro Millions, poker - sont exonérés d'impôts sur le revenu quand ils sont considérés comme des profits exceptionnels. Les gains ne sont donc frappés d'impôts qu'à travers les taxes sur le patrimoine, comme l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ou l'impôt sur le revenu du capital. Les gains provenant des paris hippiques et des casinos sont eux soumis à la Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS), à hauteur de 0,5%. "Autant dire que le gagnant a tout le loisir de placer ses gains dans les innombrables niches fiscales qui, malgré notre volonté de les réduire, perdurent", déplore le député.

ae/lg/sb
 
 


Au lieu de s'attaquer aux possibilités d'enrichissement de certains, qu'ils se penchent sur les dépenses publiques inconsidérés Un petit allègement ne peut pas faire de mal.

Commencent à devenir ridicule à vouloir jouer le carte de l’équité, solidarité et pata ti et patata , pour taxer à tous va, alors que dans les faits tous les avantages ne sont pas offert a tous. Cela crée juste des contraintes à la libre entreprise, à la liberté de faire usage ou non de ses gains...

Qu'ils cherchent plutôt a faire en sorte que l'investissement volontaire des fonds ai plus d'intérêt (sans la moindre subvention publique ou octroi d'avantage ) que leur mise asous scellés dans des banques étrangères ou une expatriation Quitte être un enfer fiscale autant que le cadre de vie soit agréable et donne envie d'investir, de dépenser, d'employer, de financer...
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #49 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 23 Nov 2012 13:23

Presque hors sujet, mais j'ai pas trouvé plus adéquat; dans la catégorie des enragés du porte monnaie fermé
Citation:
 
Restauration: La rémunération des serveurs pourrait changer
20 Minutes
Créé le 22/11/2012 à 16h55 -- Mis à jour le 22/11/2012 à 16h55

CONSOMMATION - La profession envisage plusieurs pistes, pour «améliorer le service»...

L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) explore plusieurs pistes de réflexion, dont de nouvelles conditions salariales, pour «revaloriser et professionnaliser» le métier de serveur trop souvent réduit à un «job de porteur d'assiettes», a déclaré son président, Roland Héguy.

«De moins en moins de jeunes vont vers le service car ils trouvent ce métier moins intéressant. Il faut tendre la main aux jeunes pour qu'ils retrouvent la vocation», a ajouté le président de l'UMIH, soulignant que les réflexions menées depuis un an par le syndicat visent surtout à «améliorer le service et l'accueil, un domaine dans lequel la France est en retard».

«Moderniser le métier»

Outre une meilleure formation des aspirants serveurs, au nombre de ces «outils de motivation» auxquels réfléchit l'UMIH pourraient figurer de nouvelles formes de rémunération afin qu'un rapport «gagnant-gagnant» s'instaure entre l'entreprise et le salarié.

Réagissant à une information d'Europe 1 qui indiquait mercredi que l'UMIH songeait à l'instauration d'une part variable dans la rémunération des serveurs et garçons de café, Roland Héguy a précisé qu'une multitude d'options de rémunérations existent déjà dans la restauration, que ce soit sous forme de salaire fixe ou avec «un système d'intéressement, des taux variables».

«Il faut repenser les conditions (de salaire)», ajoute-t-il, tout en soulignant que rien n'avait encore été arrêté. Mais pour «moderniser» le métier, pas question néanmoins, insiste-t-il, de voir arriver en France un système à l'américaine avec une rémunération au pourboire. «On n'a pas cette culture en France», tranche Roland Héguy.
 
 



Pas moyens que je laisse le moindre pourboire. Déjà qu'actuellement, la qualité du service est trop souvent moindre, les tarifs pratiqués pour la dégustation de plat à qualité désopilante rebutent (autant manger chez soi). Par ailleurs, trop souvent on se retrouve imposé un menu car ce que l'on désire n'est pas approvisionné.
Un service à minima correcte va de soi quand l'on rentre dans ce type d'établissement donc il n'y aucun raison que de payer plus que ce qui est indiqué sur la carte, car les restaurateur font rarement des cadeaux à la clientèle sauf peut être à leurs amis et autres célébrités, et j'en suis pas .

Que le secteur revoit en profondeur son mode de fonctionnement et ses investissements au niveau du cadre dont le coté défraîchi est trop souvent plus que perceptible.

Si ils veulent offrir un service de qualité qu'ils recrutent du personnel désirant agir de la sorte et les payent en conséquence. Gagnant -Gagnant !!! Mais bien sur un monde sans perdant!!! Mieux vaut donnant -donnant!!!
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #50 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 05 Déc 2012 12:08

Que de petite têtes rouge dans mes précédents posts ! Une vrai guirlande quoi qu'il manque un peu de flamme .

Un peu hors sujet , mais à titre d'enseignement pratique, dans la catégorie il ne suffit pas de gagner des gros sous pour être durablement riche :

Citation:
 
Dennis Rodman, Scottie Pippen:Ces anciennes gloires de NBA qui touchent le fond!
Pure People, publiée Le Dimanche 17 Avril 2011 à 15:22

Il existe un monde qui fait rêver des millions d'adolescents... Un monde où l'argent coule à flots, où les stars sont de véritables icônes entourées et choyées comme des enfants. Ce monde, c'est celui de la NBA, le championnat américain de basket.

Et pourtant, ce monde n'est pas tout rose, bien au contraire. Derrière les spotlights, les contrats publicitaires, le merchandising et la starisation des joueurs se cache une vérité bien plus noire que ce que l'on pourrait croire. La NBA est une machine à créer des joueurs ruinés.

Selon différentes enquêtes que nous révèle le JDD, 60% des anciens joueurs NBA seraient ruinés. Et pourtant, la plupart des contrats tournent autour de 3 ou 4 millions de dollars à l'année, pouvant atteindre plus de 20 millions pour les stars comme LeBron James.

Alors comment des stars comme Dennis Rodman et Scottie Pippen, multiples vainqueurs du championnat au côté de Michael Jordan, se retrouvent-ils aujourd'hui sans-le-sou ? L'explication pourrait être très simple : la jeunesse...

La plupart des joueurs débarquent dans le championnat à peine âgé d'une vingtaine d'années, draftés à la sortie des années universitaires. Après des enfances difficiles, la plupart d'entre eux se retrouvent millionnaires du jour au lendemain. Dès lors, ces jeunes joueurs dépensent sans compter, comme l'ancienne star des Celtics Antoine Walker, champion NBA avec le Heat de Miami ayant accumulé 110 millions de dollars tout au long de sa carrière. "Rolex, voitures, costumes, voyages, restaurants, il dépensait sans compter et il aimait trop jouer au poker" confesse un ancien coéquiper. Résultat, 12,7 millions de dollars de dettes à l'heure actuelle !

Autre cause de ruine personnelle, les mauvais placements. Scottie Pippen, légende des Bulls au côté de Michael Jordan dans les années 90, a perdu plus de 27 millions de dollars en mauvais placements... Si bien qu'il ne lui reste aujourd'hui quasiment rien de ses 120 millions de dollars gagnés. L'homme est tellement ruiné qu'il est allé faire des piges en Finlande à 42 ans pour toucher un peu d'argent.

Les différentes enquêtes montrent également que les joueurs NBA, outre un train de vie dispendieux, entretiennent souvent des maîtresses dans les différentes villes possédant une équipe NBA. Certains possèdent des dizaines de maisons avec une femme à l'intérieur, autant de voitures, et des cartes de crédits distribuées généreusement. Une générosité qui a tendance à perdre les joueurs dont l'entourage profite allègrement, comme a pu le constater Antoine Walker : "Des gens avec qui j'avais grandi venaient me proposer de lancer un business. Ils me disaient : "j'ai besoin d'emprunter 200 000 dollars, je promets de te les rembourser", et je n'entendais plus jamais parler d'eux".

Les relations amoureuses sont une autre source de faillite personnelle. Outre les cadeaux et les dépenses pour entretenir leurs multiples conquêtes, les stars de la NBA peuvent perdre plus de la moitié de leur fortune en divorces coûteux. Sans parler des pensions alimentaires astronomiques à verser à chaque enfant... Ainsi, Shawn Kemp, plusieurs fois All Star et méga star au début des années 90, a eu huit enfants avec six femmes différentes ! Dennis Rodman, ex-compagnon de Carmen Electra, doit aujourd'hui plus de 500 000 dollars de pension alimentaire à la mère de ses deux enfants ! Une mésaventure qui ne devrait à priori pas arriver à Tony Parker suite à son divorce avec Eva Longoria...

Mal conseillées, mal entourées, certaines légendes se retrouvent parfois sans-abri, comme Ray Williams, ancienne star de Boston. Kenny Anderson, après un divorce très coûteux, a perdu plus de 63 millions de dollars et a dû se déclarer en faillite personnelle en 2005 : "J'étais un ignorant, mon comptable et mes amis ont tenté de me prévenir mais je ne les écoutais pas."

Une situation qui toucherait donc aujourd'hui plus de 60% des anciens joueurs de la Ligue à en croire Billy Hunter, du syndicat des joueurs. "Beaucoup de nos jeunes adorent dépenser ou donner. Cela devient une maladie, un syndrome. Ils se disent que les chèques vont continuer d'arriver chaque mois, mais sans réaliser que leur carrière ne va durer que sept ou huit ans en moyenne." Une situation qui peut faire perdre le sens des réalités, comme c'est arrivé à Eddy Curry, évoluant aux Knicks de New York, qui malgré un contrat annuel évalué à plus de 9 millions de dollars, avait dû faire un emprunt de 575 000 dollars avec un taux d'intérêt de 85%...

Les jeunes Français comme Joakim Noah, désormais titulaire d'un juteux contrat, Tony Parker ou Nicolas Batum seront-ils touchés à leur tour par ce syndrome ? A condition de savoir s'entourer, non. "Pour avoir une certaine stabilité financière, il faut s'entourer de gens capables de vous aider à être disciplinés", conseille ainsi Kenny Smith, double champion NBA avec Houston en 94 et 95 et aujourd'hui consultant télé. Un avertissement à prendre au pied de la lettre pour ne pas se retrouver à la rue, à l'heure où les salaires mirobolants distirbués en NBA sont menacés de déflation...
 
 


Citation:
 
Allen Iverson : La longue descente aux enfers financiers de l'ancienne star NBA
Pure People, Le Mercredi 5 Décembre 2012 à 08:30

Du temps de sa splendeur, on l'appelait The Answer. Mais aujourd'hui, Allen Iverson n'a plus la réponse.

A 37 ans, l'ancien All Star NBA, sacré MVP en 2001 et considéré comme l'un des joueurs les plus doués de sa génération, est aujourd'hui fauché. Il rejoint ainsi la longue liste des stars de la prestigieuse ligue nord-américaine ayant accumulé les millions et qui aujourd'hui se retrouvent sans le sou, à piger dans d'obscurs clubs européens pour faire entrer un peu d'argent sur leur compte en banque.

Selon le site TMZ, l'ancienne gloire des Sixers de Philadelphie aurait accumulé tout au long de sa carrière plus de 150 millions de dollars, sans compter les retombées des contrats publicitaires. Aujourd'hui, Allen Iverson n'a plus rien. Toujours selon TMZ, sa maison d'Atlanta acquise en 2010 pour 4,5 millions de dollars va prochainement être vendue par la banque. Apparemment, Allen Iverson n'a pas été en mesure de payer les traites et d'assurer l'hypothèque prise sur sa demeure. Résultat, l'immense maison était mise aux enchères ce 4 décembre afin d'éponger une partie des dettes de l'ancienne gloire, qui devrait, entre autres, un million de dollars à un bijoutier de Georgie...

Et ce n'est pas tout. TMZ s'est procuré un document détaillant les dépenses et les revenus d'Allen Iverson. Pour résumer, le génial arrière toucherait aujourd'hui 62 500 dollars par mois, quand ses dépenses mensuelles s'élèvent à 358 376,66 dollars dont 125 749,33 dollars pour les seuls crédits... S'enfonçant droit dans un gouffre financier, Allen Iverson reconnait dépenser pas moins de 10 000 dollars en vêtements chaque mois, 10 000 dollars en courses diverses pour la nourriture et la maison, 5 000 dollars en loisirs, autant en restaurants, 1 000 dollars en pressing... Ainsi, c'est 295 876,66 dollars que l'ancienne gloire des 76ers dépense chaque mois à crédit. Sans compter son divorce, qui une fois prononcé risque de lui coûter très cher.

Heureusement, The Answer pourra toujours compter sur sa Maybach en cas de souci, une voiture de luxe estimée à 400 000 dollars. Et qu'il a entièrement payée.
 
 


A trop jouer au riche et à dépenser sans compter on se retrouve vite sur la paille.
Encore une adaptation moderne de la Cigale et la Fourmi.


pour revenir au sujet, dans la catégorie plus de frais et moins de service - rentabilité oblige :
Citation:
 
De moins en moins de banques dans les villes françaises
Challenges.fr Créé le 04-12-2012 à 13h27 - Mis à jour à 16h00

En France, on compte 600 agences bancaires pour un million d'habitants, contre 450 agences en moyenne en Europe, selon une étude de Roland Berger.



Le nombre d'agences bancaires devrait diminuer de 2% à 4% par an dans les prochaines années, avec des fermetures concentrées dans les grands centres urbains, selon une étude du cabinet spécialisé Roland Berger publiée mardi 4 décembre.

Ce mouvement, soulignent ses auteurs, ne devrait pas s'accompagner d'une perte d'accessibilité pour les clients, en raison du développement des moyens de gestion des comptes via internet et de la forte densité des agences en France, de l'ordre de 600 agences pour un million d'habitants en France contre une moyenne européenne de 450 agences par million d'habitants.

Le produit net bancaire en baisse

Selon Roland Berger, la banque de détail en France devrait aussi souffrir à l'horizon 2015 de nouvelles contraintes réglementaires, entraînant une baisse sensible des commissions qu'elles perçoivent, qui vont affecter le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires).

Le cabinet anticipe ainsi que ces commissions rapporteront 4,5 milliards d'euros en 2015, soit un milliard de moins qu'en 2011, malgré leur progression en volume.

Les neuf grands réseaux étudiés (BNP Paribas, Banque Populaire, Caisse d'Epargne, Banque Postale, Crédit Agricole, LCL, Crédit Mutuel, Société Générale, CIC) devront donc, dans le même temps, faire baisser leurs frais de gestion.

Rentabilité en baisse d'un tiers

"Si les frais de gestion restaient stables d'ici 2015, la rentabilité de la banque de détail baisserait d'un tiers", a souligné lors d'une conférence de presse Fabrice Asvazadourian, associé senior chez Roland Berger.

Pour préserver cette rentabilité, les banques observées devront globalement faire passer ces frais de 35 milliards d'euros en 2012 à 30 milliards d'euros en 2015, en dépit d'une masse salariale attendue en hausse de 1% à 1,5% par an et de nouvelles taxes, sur les salaires par exemple.

Pour s'adapter à cette situation, le cabinet suggère, parmi d'autres pistes, aux banques de développer leurs offres de produits de long terme, en matière de santé et de dépendance, à l'image de ce qu'elles ont déjà fait pour l'assurance-vie.

(Avec AFP)
 
 



Citation:
 
Les banques appelées à de gros efforts dans le "retail"
Challenges.fr Créé le 04-12-2012 à 13h46 - Mis à jour à 13h46



PARIS (Reuters) - Les banques françaises vont enregistrer une baisse de leurs revenus dans leurs activités de "détail" dans les années à venir et vont devoir repenser leurs réseaux et leurs pratiques commerciales face aux évolutions de la conjoncture et des attentes de leur clientèle, selon une étude publiée mardi.

Dans son scénario de référence, le cabinet de conseil Roland Berger estime que le produit net bancaire (PNB) des réseaux des neuf plus grandes banques françaises* devrait s'établir à 52 milliards d'euros en 2015, en recul de trois milliards d'euros par rapport à 2011.

Le coût du risque, calculé par Roland Berger à 4,9 milliards d'euros l'an passé, pourrait grimper jusqu'à sept milliards en 2015, une dynamique qui devrait peser sur la rentabilité, même avec le déploiement de programmes de réductions de coûts.

En cause selon le cabinet, une croissance économique molle attendue en France, la remontée progressive des taux d'intérêt et le durcissement des règles prudentielles qui contraignent les établissements financiers à renforcer leurs fonds propres en vue de la mise en application des règles de "Bâle III".

"Les banques françaises sont confrontées à une décroissance durable dans le 'retail'", souligne Fabrice Asvazadourian, coauteur de l'étude.

"Avec la pression des pouvoirs publics et des associations de consommateurs, la concurrence des acteurs alternatifs comme les banques en ligne, les banques (traditionnelles) n'arrivent plus depuis longtemps à faire progresser leurs tarifs au même rythme que l'inflation, cette tendance devrait se poursuivre", ajoute-t-il.

Roland Berger a également calculé que les banques françaises devraient réduire leurs frais de gestion de 5% par an d'ici à 2015 pour maintenir la contribution actuelle de la banque de détail à leurs résultats avant impôts.

"DES ANIMAUX QUI BOUGENT DOUCEMENT"

"Les banques de détail sont des animaux qui bougent doucement, elles sont moins réactives que les banques de financement et d'investissement" (BFI), explique Fabrice Asvazadourian.

Selon lui, la seule stabilité des frais de gestion, pourtant en augmentation depuis cinq ans, entraînerait une diminution de la rentabilité de la banque de détail de près de 30% d'ici à deux ans.

Roland Berger recommande aux banques de redimensionner leurs réseaux d'agences en modifiant par exemple leurs offres et leurs horaires, de développer davantage leur expertise sur les offres destinées à la clientèle senior et de personnaliser davantage leurs relations avec la clientèle en vue d'éviter de se banaliser compte tenu de la concurrence croissante d'internet.

Plusieurs sources bancaires ont déclaré à Reuters ces dernières semaines que les banques françaises envisageaient de tailler davantage dans leurs coûts en 2013 pour s'adapter au contexte économique.

Lors d'une interview à Reuters Insider début novembre, Jean-Laurent Bonnafé, administrateur et directeur général de BNP Paribas, a déclaré que son groupe se préparait à faire évoluer son modèle de banque de détail en France.

Le départ à la retraite de plusieurs milliers de collaborateurs du secteur bancaire chaque année conduit naturellement les banques à annoncer régulièrement de grands programmes de recrutement. Mais ceux-ci pourraient désormais être d'une ampleur beaucoup moins importante et se traduire, en net, par des réductions d'effectifs dans les réseaux.

Dans une note de recherche, les analystes de Credit Suisse ont récemment estimé qu'une diminution de 10% de la taille du réseau de BNP Paribas, de Société générale et de Crédit agricole, soit la fermeture de 1.700 agences, serait susceptible de doper le résultat avant impôt de ces divisions de 9%.

* BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole, LCL, Banques populaires, Caisse d'Epargne, Banque postale, Crédit mutuel, CIC

Matthias Blamont, édité par Dominique Rodriguez
 
 


L'humain va passer à la trappe, les 'clients' devront encore plus se débrouiller par eux même du do it yourself premium (ceux qui ont du mal avec les nouvelles technologies, l’écrit ... vont prendre cher). Cela est vendu comme une offre de meilleur maitrise , gestion de son compte ..., sauf que l'on paie un intermédiaire imposé pour faire soi même le travail .

Quand je me rends en agence, c'est pour ne pas me prendre la tête, je dis ce que je veux , je signe le petit papier et c'est finis.
Aujourd'hui c'est avec le plus grand sourire (ou sur un ton autoritaire discourtois, ça dépend du spécimen) que les guichetiers dirigent vers une borne "démerda ou". Quand le plis sera pris et que leur poste disparaitront je suis sur que ce sourire (ou le ton autoritaire discourtois) s'effacera.

Disposé d'agences à proximité n'est pas vraiment un luxe mais une nécessité, pas envie de poser des heures pour me rendre au loin histoire de gérer un banal incident. Et je ne vois pas de problème à avoir un ratio différent des autres pays.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #51 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 17 Déc 2012 13:35

Pause humour caustique.

Un peu poussif , une illustration de l'art de se montrer hypothétiquement généreux pour la cause quand on à pas à payer le lourd tribu :
Citation:
 

- Camarade, si tu avais deux maisons, tu en donnerais une à la révolution ? - Oui ! répond le camarade
- Et si tu avais deux voitures de luxe, tu en donnerais une à la révolution ?
- Oui ! répond de nouveau le camarade.
- Et si tu avais un million sur ton compte en banque, tu en donnerais la moitié à la révolution?
- Bien sur que je le donnerais ! répond le fier camarade.
- Et si tu avais deux poules, tu en donnerais une à la révolution ?
- Non ! répond le camarade.
- Mais ..... pourquoi tu donnerais une maison si tu en avais deux, une voiture si tu en avais deux, 500 000 si tu avais un million........ et que tu ne donnerais pas une poule si tu en avais deux ?
- Mais parce que les poules, je les ai !
 
 


Évidement , la différence d'échelle minore le coté caustique des propos. Néanmoins, on ne peut pas omettre le fait que quand on fait en sorte d'acquérir un bien c'est pas pour en faire cadeau , qui plus est au premier inconnu venu par pure charité, mais bien d'en jouir.
Les gens frappent rarement aux portes de leur prochains pour offrir quelques choses,ils sont le plus souvent en quête d'entraide monnayée et c'est bien dommage.

Par contre, c'est avec un grand plaisir qu'ils font remplir les poches de ceux qui ont déjà plus que le nécessaire en consommant en masse de produits non indispensables .

Le riche n'a plus besoin de prendre au pauvre , ce dernier lui apporte les sous avec grand plaisir.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #52 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 20 Fév 2013 13:07

Citation:
 
Les allocations familiales bientôt taxées ?

Elles sont un pilier de la politique familiale. C'est pourquoi, dès que l'on parle de toucher aux 12,4 milliards d'euros d'allocations familiales versées chaque année, l'idée suscite un vif débat.

Celui-ci a ressurgit depuis que le premier président de la Cour des comptes a émis l'hypothèse, dimanche, de les soumettre à l'impôt sur le revenu.

«On peut considérer que c'est une prestation qui entre dans les revenus et qui peut d'une certaine façon être fiscalisée», a expliqué Didier Migaud au Grand rendez-vous Europe 1-iTélé-Le Parisien. Objectif, déjà évoqué par la droite en 1996, combler une partie des 2,6 milliards du déficit de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf).



Décision au début du printemps

Pour trancher, le gouvernement veut ­attendre la remise, fin mars, des travaux du Haut conseil de la famille (HCF) qui a été chargé par Jean-Marc Ayrault d'une mission sur l'architecture des prestations familiales.

«Je ne vais pas improviser, il y a une mission confiée au grand spécialiste de ces questions», a éludé Pierre Moscovici sur RTL. Mais dans un avis de janvier 2011, le HCF avait affirmé qu'une «fiscalisation est incompatible avec la nature même des allocations familiales, qui ne sont pas un revenu mais une compensation de charges». Mais certains dans la majorité jugent dès à présent que le débat est ouvert et légitime.

«Il n'est pas tabou de considérer que le rapport entre le niveau de revenus et le niveau des allocations familiales se pose», estime le porte-parole du PS, David Assouline. Car imposer les allocations ou les attribuer sous conditions de ressources réduirait la somme totale versée et permettrait de mieux la redistribuer aux foyers modestes. «Tout ce qui permettra d'avoir plus de justice dans les prestations familiales, j'y suis favorable», a expliqué ce matin le patron des députés PS, Bruno Le Roux, sur RMC.

Lionel Jospin avait (déjà) essayé

Mettre fin à l'universalité des allocations, Lionel Jospin l'avait tenté en 1998 avant de faire machine arrière. Le Premier ministre socialiste avait plié face au tollé de son partenaire communiste, de la droite et des associations familiales. Les mêmes adversaires se font déjà entendre.

«Que les allocations familiales soient fiscalisées ou plafonnées, le résultat sera le même : les classes moyennes paieront la facture. Stop au matraquage de ceux qui travaillent », fulmine l'UMP par la voix de l'eurodéputé Philippe Juvin.

«Le vrai courage politique n'est pas d'alourdir la fiscalité des foyers fiscaux via la politique familiale, mais d'aller au bout d'une justice sociale, en taxant les revenus financiers», abonde le PCF. «La mesure permettra peut-être à court terme de ­remonter les finances mais elle est désastreuse à long terme car la famille c'est le moteur de notre société et l'avenir de l’économie», justifie pour sa part l'association Familles de France.
 
 




De petites taxes, des petites taxes, encore des petites taxes! Des petites taxes , des petites taxes, toujours des petites taxe !
Il s'en trouvera toujours pour valider ce type de dispositif. Néanmoins , il ne faut pas omettre que les caisse de l'Etat sont à 100% issue de la poche des individus :
- TVA = achat des personnes
- Impôt sur le revenu
- Impôts des sociétés = gains suite à l'achat par des individus de produits mis en vente . Et si la dit personne est l'Etat cela revient au même car le financement initiale provient des poches des individus.
- Taxes divers et variés , d'une façon ou une autre facturée à l'individu

Ce petit magot amassé ne profite au final qu'à un petit nombre (regroupé notamment entreprise), via de grasses subventions & co et un système réglementaire à contrainte variable . Il vaut mieux être dans la bonne case, pile poil expressément taillé pour soi. Une fois les gros poisson repu,le reste est repartis au sein de la population (fort ravie de cette manne providentielle). Par ailleurs , la dite population à l'art de porter son regard acerbe sur "le gain" d'autrui mais ferme les yeux quand il faut regarder plus haut ou plus loin.
Si assistanat il y'a , et ben cela concerne toutes les couches de la société (individus/entreprise), et ce ne sont pas forcément ceux qui sont d'office pointé du doigt qui touchent le plus gros pactole

Quelques déficiences du système parmi d'autres:
- Manque de place en créché à tarif accessible (conséquence notables les crèches à activité non déclarée)
- Manque d'infrastructures pour activités péri-scolaire à tarif accessible
- Manque de logements décents à tarif accessible (conséquence notables les marchands de sommeil)
...
Si ces déficiences étaient moins accrues, un allègement des aides pourrait passer sans heurt dans certains foyers. Sauf que c'est surement pas pour demain.

Il est imposé à tous de payer un service qui rechigne à être au service de tous.
Difficile d'avoir le réflexe de demander des comptes à qui de droit. Après tout , que peut une personne face à un mammouth bien rodé à l'exercice.
Revenir en haut
      
fragne
Enregistrement 


Genre: Homme
Inscrit le: 27 Avr 2013
Sujets: 1
Messages: 2
Localisation: 01 - Ain
 #53 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 27 Avr 2013 01:51

Bonjour
OFFRE DE PRET SERIEUX ENTRE PARTICULIER

Vous souhaitez bénéficier d'un crédit pour la mise en œuvre de vos projets, Vous souhaitez bénéficier d'un fond de commerce, vous souhaitez bénéficier d'un crédit pour le progrès de vos Etudes , Vous souhaitez changer de voiture, vous équiper en électroménager, vous offrir une nouvelle maison. Malheureusement il se trouve que vous êtes au chômage, élève ou étudiant, personne pour vous servir d'aval, Vous êtes sans emploi ou fiché en Banque ou vous faîtes objet d'interdit bancaire pour incident non indépendant de votre volonté, de ce fait aucune institution financière n'accepte de vous faire de prêt. Vous avez cependant Besoin de financer le projet dont vous rêvez et qui vous tient a cœur ou vous voulez bien fêtez plus de soucis ; cela ne devrait plus vous poser de problème Profitez en maintenant .
Me contacter simplement : fragnevincent@gmail.com
Pas sérieux s'abstenir
Merci...
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #54 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 27 Avr 2013 15:52

... l'avis d'acompte 2013 est arrivé.

Cela fait des économies en imprimant en noir et blanc sur du papier pas cher , et le contribuable ne gagne absolument rien puisqu'il paye toujours autant si ce n'est plus .
Une chose de sur, faut pas compter pas sur moi pour leur faire la grâce d'avoir directement accès à mon compte via le prélèvement automatique .
Ce type d'économie indique qu'auparavant l'absence de rigueur budgétaire assimilable à du gaspillage a du faire la joie de certains portefeuilles (et assurément pas le mien ).
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #55 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 05 Mai 2013 15:45

CdG! , dans le livret de 24 pages accompagnant la déclaration d'impôt : "Pour calculer votre impôt sur le revenus de 2012, un simulateur de calcul est disponible sur impots.gouv.fr", la petite section à formules a été supprimée . Cela semble anodin , et pourtant.

1- Tous le monde n'a pas Internet
2 - Internet c'est pas gratuit
3 - Même une vache à lait docile doit avoir la possibilité de calculer par elle-même dans le détail la taxe qui lui est imposé
...
Autant considérer que le contribuable est juste un porte-monnaie à qui aucune explication n'est due par l'administration quant à la main-mise imposée sur les finances personnelles.
Revenir en haut
      
fatima87
Enregistrement 


Genre: Femme
Inscrit le: 22 Mar 2013
Sujets: 0
Messages: 2
Localisation: Afrique
 #56 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 06 Mai 2013 03:31

Bonjour!
Merci pour la clarté et l'importance de ce sujet!!!!!!!
La fiscalité est vraiment trop salée de plus en plus!!!!!
Une baisse nous sera d'un grand soulagement!
_________________________
gestionnaire de patrimoine
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #57 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 06 Mai 2013 15:42




CdG Suite... l'administration n'a même pas fourni l'enveloppe pour renvoyer la déclaration d'impôt , alors qu'elle a fort bien su le faire pour l'avis (puisqu'il s'agit du paiement) . Cela fait désagréablement trés rapiat.

Esperons que cette économie de bout de chandelle ne viennent pas compenser en partie le coût du fiasco du tir missile M51 à 120 milions d'euros . Vu le montant , pour le coup, je crois que c'est raté.
Pour mémoire "Cette année, les Ministres ont décidé, dans un souci d’économie et dans une démarche écoresponsable, d'informer les citoyens sur les choix fiscaux et budgétaires effectués par le Gouvernement au moyen d'un support dématérialisé consultable sur economie.gouv.fr et sur impots.gouv.fr. Cet abandon de la forme papier permet une économie de 850 000 euros et de plus de 175 tonnes de papier."
C'est peut être pas les mêmes comptes, mais l'écart entre ces deux montant peut crisper.



D'un coté du papier en moins mais de l'autre des taxes "écologiques" culpapilisantes (histoire de ne pas trop susciter d'opposition au coeur de la population: oui! oui! tout le monde aime et protége la nature... ) . Donc aprés l'écoparticipation sur l'électroménager ( à obsolecence programmée par les industriels) voici celle sur les meubles (à la qualité déclinante pour un moindre frais de production) :

Citation:
 
Eco-participation sur les meubles: Pourquoi le prix des tables et des lits augmente?
23 contributions Créé le 02/05/2013 à 13h23 -- Mis à jour le 02/05/2013 à 13h23

RECYCLAGE - Depuis le 1er mai, une éco-participation est mise en place pour financer le recyclage du mobilier...
On la connaissait sur les produits électroménagers et high-tech, elle arrive maintenant sur les meubles: une éco-participation de quelques euros va augmenter le prix des tables, chaises, matelas ou étagères à compter de ce 1er mai. Dominique Mignon, directrice générale d'Eco-mobilier, l’éco-organisme créé pour organiser le recyclage des meubles, explique à 20 Minutes ce que cette taxe va changer pour le consommateur.

De quel montant sera cette éco-participation?
Calculée avec des critères différents selon le type de meubles, l’éco-participation ira de quelques dizaines de centimes à environ 15 euros. Dominique Mignon explique que pour les sièges, la taxe est calculée en fonction du nombre de places: «Pour un siège une place, elle sera de 1,50 euros, deux places 4 euros, et au-delà 7 euros.» Pour la literie, le seuil de 120cm pour un matelas ou un sommier sera déterminant: «Pour un sommier de 140cm, l’éco-participation sera de quatre euros», chiffre Dominique Mignon. Enfin, pour tous les autres meubles (tables, étagères, cuisines, salles de bain, commodes…), la taxe est calculée au poids: «Pour une table pesant entre 20 et 30 kilos, la taxe sera de 1,50 euros», précise la directrice d'Eco-mobilier.

Tous les types de meubles sont-ils concernés?
Oui, absolument tous, meubles de jardin et literie compris. «Seuls les objets de décoration et les accessoires ne sont pas concernés», explique Dominique Mignon.

Cette éco-participation sera-t-elle visible sur les étiquettes?
Oui, elle devra être indiquée distinctement par les magasins de meubles pendant au moins huit ans. «Elle doit être répercutée sans marge ni ristourne», ajoute la directrice d'Eco-mobilier.

A quoi va-t-elle servir?
Dominique Mignon explique que l’éco-participation «sert à financer un programme de collecte et de recyclage du mobilier domestique, l'objectif étant de mettre en place de nouvelles solutions de collecte et des installations de recyclage qui n'existent pas encore».

Concrètement, comment seront recyclés les meubles?
Plusieurs solutions sont possibles. La plus simple sera l'installation de bennes spécifiques dans les déchetteries: alors qu'actuellement, les meubles sont triés par matériaux, il sera bientôt possible de jeter tout type de meuble dans la même benne, qui sera ramassée par Eco-mobilier. «Chaque type de mobilier sera ensuite orienté vers un site de traitement spécifique», détaille Dominique Mignon. Par exemple, le bois sera envoyé vers des sites où il sera broyé pour devenir un autre meuble. Le plastique et le métal rejoindront eux les filières de recyclage qui existent déjà. Pour la literie et les sièges rembourrés, tout reste à faire: il existe en France très peu de sites de retraitement et l’éco-participation servira justement à soutenir les investissements dans des sites de recyclage. Enfin, les distributeurs de meubles seront aussi aidés pour mettre en place un système de reprise des meubles: comme pour l’électroménager, ils pourront reprendre vos vieilles chaises quand vous viendrez en acheter de nouvelles. L’éco-participation servira notamment à «leur faciliter cette reprise et prendre en charge les couts de ramassage, tri et recyclage», explique Dominique Mignon.

Combien d'argent au total cela va représenter?
Pour l'année 2013, Eco-mobilier table sur 85 millions d'euros d’éco-participation. Mais dans les prochaines années, pour une «montée en charge» des filières de recyclage, le montant de cette taxe pourrait être revu à la hausse: «Le coût estimé à l'horizon 2017 est de 300 millions d'euros, chiffre Dominique Mignon. Ce régime de croisière sera atteint quand nous aurons 100% des déchetteries publiques équipées et 100% des points de vente équipés pour la collecte, mais la contribution devra augmenter pour l'atteindre.»
 
 


Si au moins , on imposait aux commerçants d'assurer le recyclage de leur déchets, notament les carton d'emballage et plastique qui occupent les rues aprés les livraisons, mais aussi que l'on revenait au principe de la consigne pour les particuliers; cela semblerais plus "équitable" comme procédé.

Revenir en haut
      
lilandro
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 07 Mar 2004
Sujets: 59
Messages: 2148
Localisation: karukera et sud-ouest de la france
 #58 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 03 Juin 2013 23:36

h2o a écrit:
 
Hollande a voulu jeter la tva sociale de Sarko il l a remplacé par des impots directs (csg, taxe audiovisuelle, etc etc) maintenant les patrons lui demande 30 milliards d allegement alors Hollande rebalance la Tva (alors que durant la campagne il l a trouvait injuste !!!!!) mais en gardant les hausse d'impots direct qu'il a ajouté....

Pour les classes moyennes c est la double peine !

et apres tout cela il veut de la croissance !!!...

Hollande fait le contraire de son programme de campagne et j en suis extrèèèèèèmement déçu ! 
 


Juste pour rappel la csg-crds date entre 1990 et 1993.
La taxe audiovisuelle je la paye depuis bien avant mon inscription sur le vol.

Quand on est qu'il y a encore 10 ans il y avait 4 actifs pour financer la retraite d'un chômeur, et que en 2050 il y aura 1.5 actif pour financer une retraite ca laisse réveur....
Quoi faire??
*passer dans une politique de relance qui va obliger l'état a encore plus intervenir et donc à se mettre encore plus en déficit........
*désengagement total de l'état du système social français, à la méthode allemande ( de mémoire)
en ce cas, les assureurs vont être les rois du pétrole avec la prise en charge du risque santé ( actuellement pris en charge à 72% par les régimes obligatoires donc l'état), la retraite n'en parlons pas attendons nous à cotiser et à donner chaque mois au moins 300 euros à l'assurance .

Après je suis d'accord avec toi la TVA c'est l'horreur en matière d'impôt, elle est présente partout, sur nos feuilles de salaires mais après sur chaque produit acheté ou consommé

Milo qui attend avec impatience les décisions sur le système social
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #59 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 05 Juin 2013 12:25

Le mille feuille fiscale français, un vrai délice, surtout pour le simple salarié (qui ne peut prendre dans la caisse sans risquer gros)

- Le doux salarié a droit à un salaires net aprés déduction des cotisations salariales et patronales (que par ailleurs cetains dirigeant "oublient" de remettre aux organismes destinataires)
- Ce salaire perçut paye les consommations et frais d'existence taxe inclus, l'occupation d'un lieu de residence (Taxe d'habitation), le fait d'avoir acquérit un bien (Taxe foncière et Impôt sur la fortune si sur des bases spéculative le bien prend de la valeur ), le fait de revendre , le fait de transmettre des biens...
- Ce salaire donne lieu a une seconde ponction via l'impôt sur le revenu
- Le peu restant sur le compte , les dirigeants s'échignent à les faire dépenser pour préserver la croissance économique (de certains porte-feuilles) quitte à faire faire des crédits bancaires.
- Arriver à la retraite , il doit vivre dans l'espoir d'avoir une pension et non celle d'avoir pu suffissament économiser pour s'offrir de paisibles instants chez lui.

A mon niveau, un vrai système de rapiat sous couvert de solidarité sociale.
On peut retorquer la qualité des services en France et la super et onéreuse (parfois généreuse) protection sociale.
Néanmoins, toujours à mon niveau, je vois surtout de grosse dépenses inutiles par ci , face à de grosse lacunes structurelles/institutionnelles par là. Le tout va surtout dans l'intérêt d'un petit nombre bien discret que la populace peine à pointer du doigt , trop occuper à scruter les prestations perçue par le voisin..


Allez, autre thème, petit point sur les prestations sociales familiales:

Les aides aux familles - Rapport établi par Bertrand FRAGONARD, Président du Haut Conseil de la Famille avec la collaboration d'Elizabeth LE HOT, Frédérique LEPRINCE et Pascale BONNEVIDE
9 Avril 2013

autre source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/134000220/index.shtml

Citation:
 
Par courrier en date du 23 janvier 2013, le Premier ministre a souhaité que soit conduite au sein du Haut conseil de la famille (HCF) une réflexion d'ensemble sur la politique familiale. La lettre de mission adressée au Président délégué du HCF, M. Bertrand Fragonard, retient deux objectifs : d'une part examiner si les prestations sociales et fiscales mises en oeuvre dans la politique familiale sont cohérentes, équitables et efficaces, d'autre part situer les prestations familiales dans une trajectoire financière de moyen terme comprenant le retour à l'équilibre de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) au plus tard en 2016 avec un infléchissement significatif dès 2014, et présenter en ce sens des piste de réformes visant à améliorer l'efficacité et l'équité des différents dispositifs. Le rapport est complété par des annexes, ainsi que par l'avis exprimé par le Haut conseil de la famille. 
 




Les possibilités qu'avait le gouvernement :



Le choix final - Faites des enfants on vous dis :




Citation:
 
Réforme de la politique familiale: paierez-vous plus en 2014?

L'Expansion.com - publié le 04/06/2013 à 18:12

Même si vous n'êtes pas concerné par l'abaissement du plafond du quotient familial, plusieurs mesures du gouvernement sur la politique familiale pourraient faire augmenter vos dépenses l'année prochaine. Les éléments de votre calcul...

Le gouvernement a choisi de baisser le plafond du quotient familial de 2000 à 1500 par demi-part fiscale pour renflouer la branche famille de la Sécu. Mais pour trouver 1,7 milliard d'euros, il a eu besoin de faire d'autres économies sur la PAJE, le complément libre choix d'activité et les frais de scolarité. Etes-vous concerné par une de ces mesures?

Quotient familial plafonné à 1500 euros
Le nouveau plafonnement concerne les ménages au-delà du niveau de revenu suivant:

-5370 euros par mois pour un couple avec 1 enfant

-5850 euros par mois pour un couple avec deux enfants

-6820 euros par mois pour un couple avec trois enfants

-7780 euros par mois pour un couple avec pour quatre enfants et plus

Une famille de 2 enfants dont le revenu est de 6500 euros par mois ne bénéficiera plus que de 3000 euros de réduction d'impôts contre 4000 actuellement, soit une hausse de 83 euros par mois. Une famille de 2 enfants dont le revenu est de 6000 euros par mois paiera 21 euros par mois de plus. En moyenne, les familles concernées par le nouveau plafond voient augmenter leur impôt de 64 euros par mois, soit 768 euros par an.

Les familles qui perdront le maximum (500 euros annuels par demi-part) sont celles qui gagnent:

- 5660 euros pour un couple avec 1 enfant (500 euros de plus annuels).

- 6430 euros pour un couple avec 2 enfant (1000 euros de plus annuels).

- 7970 euros pour un couple avec 3 enfant (2000 euros de plus annuels).

- 9510 euros pour un couple avec 4 enfant (3000 euros de plus annuels).

Allocation de base de la Paje réduite de moitié
L'allocation de la prestation d'accueil du jeune enfant est versée sous conditions de ressources aux familles ayant la charge d'un enfant de moins de 3 ans. Le montant de l'allocation de base, qui peut être complétée par une prime à la naissance ou à l'adoption, est de 184 euros mensuels. Pour les enfants nés à compter du 1er avril 2014, le montant de la Paje sera divisé par deux pour les ménages gagnant plus de 3250 euros mensuels si un seul parent est actif, 4000 euros mensuels si les deux sont actifs. En 2014, 280 000 ménages verront leur allocation réduite à 92 euros, soit 12% des ménages éligibles à la Paje.

Baisse du complément de libre choix d'activité
Le complément libre choix d'activité, est destiné aux parents qui arrêtent de travailler ou se mettent à temps partiel pour élever leurs enfants. Il est forfaitaire, en fonction de la quotité travaillée et des revenus. Il est actuellement majoré de 184 euros par mois pour les familles qui ne bénéficient pas de la Paje. Dans le cas d'une cessation complète d'activité, il est de 388 euros pour un ménage éligible à la Paje et de 573 euros pour un ménage non-éligible. La réforme prévoit de supprimer cette majoration, pour mettre le CLCA taux plein à 388 euros pour tout le monde. Si vous n'êtes pas éligible à la Paje, vous perdez le bénéfice de cette majoration.

Suppression de la réduction d'impôts pour frais de scolarité dans le secondaire
La réduction d'impôts pour frais de scolarité est destinée aux familles imposables ayant un ou plusieurs enfants poursuivant des études dans le secondaire, collège ou lycée. Son montant est de 61 euros par enfant au collège, 153 euros par enfant au lycée. Cette réduction est tout simplement supprimée par la réforme. A sa place, le gouvernement a choisi d'aider aux frais de scolarité via l'allocation de rentrée scolaire, versée sous conditions de ressources
 
 


Un commentaire bien en phase avec le ressentie que peuvent avoir certains:

Citation:
 
Pierredu69 - 05/06/2013 05:27:46

Bah voilà : En 2014 cela me fera 106 euros d'impôts en plus par mois. Pas grave, tout ce que je paierai en impôts ne sera plus investi dans les consommations courantes. Portrait-type de la cible de Hollande : Couple de Cadres moyens qui bossent tous les deux dans le Privé, 3 enfants scolarisés, propriétaires de leur logement, qui paient l'impôt sur le revenu, emploient 4 heures par semaine une personnage pour faire le ménage, font faire des petits travaux aux Artisans pour améliorer leur habitat. En clair ceux qui bossent, ont des gosses qui n'ont jamais eu maille à partir avec la justice ou la police, qui paient tout sans avoir droit à rien n'ont pas un sou de côté car ré-investissent tout dans les consommations courantes. 
 


Pas dit que cette cible soit typiquement celle de Hollande, et non celle de tout gouvernement ayant des grosses difficultés financiéres.
A trop s'attaquer aux riches, ils risquent de se barrer ailleurs avec leur fonds et s'attaquer aux pauvres risque de créer des problémes sociaux (un trop plein de bidonville ne va pas aider l'activité économique) . Reste plus que le si compréhensif entre-deux, qui n'a guère le choix.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8041
Localisation: PACA
 #60 Discussion générale:   Sujet du message: Finance, FISCALITE...   Posté le: 04 Juil 2013 16:27



Citation:
 
Le timbre de plus en plus cher
Dans un document interne, la Poste prévoit une forte progression de ses tarifs d'acheminement du courrier au cours des cinq prochaines années.

Boris Cassel | Publié le 04.07.2013, 07h02



L’ère du timbre bon marché est visiblement derrière nous. Selon le « projet stratégique 2013-2018 » de la Poste — un document interne dont notre journal a obtenu copie —, l'entreprise publique prévoit d'augmenter fortement ses tarifs dans le secteur du courrier au cours des cinq prochaines années. Plus précisément, la hausse dépasserait de 1% l'inflation en 2014 et 2015. MON ACTIVITÉ
Vos amis peuvent maintenant voir cette activité Supprimer X Avant de mettre le turbo : 3% de plus que l'inflation en 2016, 2017 et 2018.

Le calcul est facile à faire. Si l'inflation atteint les 2% par an, les tarifs de la Poste progresseraient donc de 24% d'ici à 2018! Exemple avec le timbre rouge (la lettre prioritaire) : aujourd'hui facturé 0,63 €, il coûterait ainsi 0,78 € en 2018…

Le nombre de lettres en baisse de 6% par an

Bien sûr, rien n'est définitivement acté. Il ne s'agit que de projections. Avant d'entrer en vigueur, certains de ces tarifs devront recevoir l'aval du gendarme du secteur, l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep). Oui, mais les enjeux sont connus pour la Poste. Les Français — les particuliers et surtout les entreprises — envoient de plus en plus d'e-mails et de moins en moins de lettres. Le courrier est donc une activité qui, peu à peu, se meurt. Selon la Poste, le nombre de lettres transportées en France devrait en moyenne baisser de 6% par an. Résultat, cela « diminuerait le chiffre d'affaires de 2,8 milliards d'ici 2018 ».

En innovant et en augmentant les tarifs, la Poste compte récupérer assez d'argent pour « compenser aux trois quarts » cette baisse de revenus. Avec l'idée d'enrayer la chute des bénéfices dans ce secteur en 2016.

Ce « projet stratégique » sera discuté aujourd'hui au conseil d'administration de la Poste. Il est porté par Jean-Paul Bailly, l'actuel président du groupe.

Ce dernier devrait profiter de cette réunion pour annoncer son départ. Arrivé en 2002 à la tête de l'entreprise publique, il aurait dû poursuivre son activité encore pendant un an et demi. Selon Bernard Dupin, représentant de la CGT au conseil d'administration, le départ de Jean-Paul Bailly, « devrait se faire pendant l’été ».

Qui pour lui succéder? Plusieurs noms circulent, mais celui de l'actuel patron de la banque postale, Philippe Wahl, est le plus crédible. Son profil de financier agace d'ores et déjà les représentants des salariés. Le syndicat SUD prévient ainsi qu'il juge « inquiétante » et même « incompréhensible » l'idée de « nommer un banquier à la tête de la Poste »…



Le Parisien
 
 


Quid de la parade à ce service quasi incontournable quand on a un minimun de vie sociale?
Même pas la peine de se pencher sur le cas spécifique des DOM, notament quand les frais d'envoi dépassent largement la valeur du bien de faible poidstransmis . Y'a de quoi s'enflammer.

Nombreux sont ceux qui ne peinent pas à constater que le bond des achats en ligne augmente le volet colis des services postaux. Il serait étonnant que l'hypothétique baisse des envois de courrier (entre autre encouragé par le services publiques: dématériailisez, démartérialisont pour payer plus cher tout en préservant la nature du gaspillage de main d'oeuvre ) Sacré sacripants! tout ce beau monde des décideurs. Tout est pretexte à vider la bourse d'autrui à moindre frais.

Si le chiffre d'affaire baisse , qu'ils se restructurent en conséquence sans pour autant mettre à mal la qualité du service fourni. Puisque largement financé par la population , le public devrait montre au crénau afin de marteler ces exigences quant à un service public de qualité . Marre des politique du tableurs qui ménent à crier famine, quand les poches sont largement pleine puisque l'on se permet par ci par là des abus.
Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Discussion générale: FINANCE, FISCALITE... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Page 4 sur 5
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Loto | Vidéos | Archives