Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


Histoire méconnue d'un peuple oublié


Répondre au sujet    Accueil » Forum » Discussion générale: Histoire méconnue d'un peuple oublié S'abonner au Flux Rss Discussion générale Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Discussion générale:   Sujet: Histoire méconnue d'un peuple oublié

lorgi
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 06 Jan 2002
Sujets: 50
Messages: 1199
Localisation: 91
 #1 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 20 Oct 2003 10:12

C'est en écoutant du séga et du reggae que j'ai apris cette triste histoire il y a quelque temps.
il y a un film réalisé par le mauricien David Constantin sur cette histoire qui a vu le jour mais je me demande si il a déja été diffusé en France.

Citation:
 
En 1966 la Grande-Bretagne décida d'exciser l'archipel des Chagos, au nord de l'Océan Indien, du territoire de l'Ile Maurice en échange de l'indépendance de cette colonie. La population de l'archipel, les Chagossiens, fut déportée de sa terre natale vers l'Ile Maurice. La Grande-Bretagne loua ensuite l'archipel des Chagos à bail aux Etats-Unis qui installèrent une base militaire sur la plus grande île : Diego Garcia. Cette base sert depuis le 11 septembre 2001 de point de départ aux attaques des B52 sur l'Afghanistan. 
 


je vous laissent lire la suite sur les liens suivants:
http://www.images.ch/2002/nouvelles/constantin.htm
http://www.monde-diplomatique.fr/2001/12/MALAISE/15941
http://www.lapresse.ch/archives/arch02/10/3_10_2002.htm
http://www.chagos.org/

Bonne lecture
Revenir en haut
      
fleurepicee
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 18 Déc 2002
Sujets: 79
Messages: 1326
Localisation: ...sous le soleil!
 #2 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 20 Oct 2003 10:46

le film de David Constantin :"Diego l'interdite"!
il projette d 'ailleurs de faire une suite sur le retour des Chagossiens dans leur archipel.
Revenir en haut
      
lorgi
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 06 Jan 2002
Sujets: 50
Messages: 1199
Localisation: 91
 #3 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 06 Mar 2004 15:16

Les Chagossiens réclament toujours leur retour sur leur île.
http://www.refusingtokill.net/Chagos/chagos.htm

Citation:
 
Chagos
Non à la "guantanamisation" de Diego Garcia !
Des prisonniers irakiens sur une île de l'océan Indien ?
14 janvier 2004

Plusieurs éléments convergent ces derniers jours pour accréditer la thèse émise par trois grands quotidiens britanniques et américains, le "Time", le "Washington Post" et "The Independant", sur l'utilisation de la base américaine de Diego Garcia, dans l'archipel des Chagos comme un "Guantanamo de l'océan Indien", en référence à la prison spéciale américaine établie à Guantanamo Bay, sur l'île de Cuba dans les Caraïbes.
« On connaissait X-Ray, le premier camp de prisonniers installé à Cuba sur la base de Guantanamo Bay, propriété des Etats-Unis. Désormais, il faudra aussi compter avec Camp Justice, situé dans l'océan Indien sur l'île de Diego Garcia, non loin de l'île Maurice, un territoire de la couronne britannique loué depuis plus de trente ans aux militaires américains », écrit "The Independent" dans un article daté du 13 décembre dernier.

Structures surdimensionnées
"Camp Justice" est le nom donné aux nouveaux aménagements sur l'île de Diego Garcia construits récemment et dont les internautes du monde entier peuvent consulter les photos sur un site internet du Pentagone - www.globlasecurity.org (Ministère de la Défense américain) - montrant clairement l'étendu des travaux réalisés.
Officiellement, selon les explications du site internet américain, "Camp Justice" ne sert qu'à héberger à titre provisoire une partie des personnels militaires américains en Irak, qui se trouve à 5 heures de vol de Diego Garcia. Cependant, si l'on regarde de près ces photos satellites, cette base semble révéler des structures plus permanentes et, surtout, surdimensionnées pour une simple étape militaire temporaire.
Quelle est donc la véritable utilisation de ce camp ? Une question que se posent les quotidiens d'investigation internationale comme le "Washington Post".

Torture
Il y a quelques mois, le quotidien américain faisait état d'informations sérieuses selon lesquelles des "suspects" avaient été transférés au Yémen, en Jordanie ou en Syrie. Mais le même quotidien affirmait également que d'autres prisonniers étaient détenus sur l'île de Diego Garcia, à des fins « d'éclaircissement ». Terme souvent utilisé pour nommer des techniques d'interrogatoires se rapprochant de la torture.
Une autre publication américaine d'envergure, le "Time", a soutenu que Riduan Isamuddia, alias Hambali, l'un des leaders de la Jamaah Islamiyah - le groupe islamiste indonésien qui serait à l'origine des attentats de Bali -, aurait été arrêté ou serait encore détenu sur l'île de Diego Garcia.

Déportation
D'une superficie supérieure à 4.000 hectares, l'île de l'archipel des Chagos est une sorte de gigantesque porte-avions fixe. Elle accueille des B52 et des bombardiers furtifs américains et elle est occupée en permanence depuis le début des années 70 par du personnel de soutien logistique et de divers services de l'armée américaine. Mais cette occupation, même si elle résulte d'un accord américano-britannique conclu dans les années soixante entre les deux pays, a été reconnu comme illégale par les juridictions internationales et la justice britannique.
Deux gros contentieux existent, l'un d'ordre territorial entre le gouvernement mauricien, qui revendique la souveraineté mauricienne sur ces territoire, et la Grande Bretagne, et l'autre entre les habitants d'origine, les Chagossiens, expulsés manu militari de leur terre et déportés dans les années soixante pour la construction de ce complexe militaire, et les responsables de cette déportation.

« Écran de fumée »
À Maurice, des sympathisants de la cause chagossienne ont fait parvenir une lettre aux autorités britanniques dans laquelle ils dénonçaient « une guantanamisation » de l'île. « À Diego Garcia, sont désormais détenus des personnes soupçonnées de terrorisme et des membres de l'ancienne direction irakienne », poursuivent-ils.
Pour "The Independent", cette situation est scandaleuse. « Depuis des années, les gouvernements britanniques successifs sont passés maîtres dans l'art de l'écran de fumée dès lors qu'il s'agit de Diego Garcia. C'est un ministre de la Défense travailliste, Lord Chalfont, qui, il y a trente ans, expulse les habitants de l'île, qui allèrent s'entasser dans les bidonvilles de Port-Louis, la capitale de l'île Maurice voisine. Depuis, ses successeurs ont toujours soigneusement esquivé les questions gênantes concernant cet épisode sordide de l'histoire du Royaume-Uni », conclut le quotidien britannique.

Au Forum social mondial de Mumbaï (Inde)
Les Chagossiens chercheront un bateau pour aller à Diego
Le Groupe Réfugiés Chagos (GRC) et le parti politique Lalit démarcheront au World Social Forum (Forum social mondial) qui se déroulera à Mumbai (Bombay) en Inde la semaine prochaine, afin de disposer d'un bateau pour aller aux Chagos. Ils l'ont annoncé récemment à la presse que leurs délégués y prendront la parole et attireront l'attention internationale sur Diego Garcia.
Le GRC sera représenté par Olivier Bancoult et Léonide Jaffar. Ils seront accompagnés de Sivakumaren Mardemootoo, leur avocat, qui interviendra aussi au forum.
Lalit déléguera Alain Ah Vee, Ram Seegobin, Lindsey Collen et Sharin Jacquin, de son groupe jeunes. Cette dernière participera au International Youth Camp, une des dizaines activités du Forum social mondial (16 - 21 janvier).
Poursuite de celui de Porto Alegre, lui-même organisé en réaction au Sommet économique mondial des États de Davos, Suisse, le World Social Forum attire comme celui-ci une couverture médiatique mondiale.
Des centaines de milliers de délégués des cinq continents participeront à chacun des forums sociaux. Ce sera une "occasion en or" pour le GRC et Lalit, ont déclaré ceux-ci, d'"internationaliser les dossiers des Chagossiens et de la base militaire américaine à Diego Garcia".
Leurs dirigeants affirment que ces situations sont relativement peu connues d'organisations militantes des droits de l'Homme et des peuples de nombreux pays développés et en développement. Olivier Bancoult et les délégués de Lalit seront au micro lors des multiples activités qui jalonnent le forum à chaque fois.
Ils indiquent qu'ils exposeront les derniers faits relatifs à la double revendication de natifs des Chagos d'y retourner et de la pacification de l'océan Indien. Ils ont ajouté tenir le projet de se rendre aux Chagos, chose interdite par les États-Unis, pour une action déterminante en vue de manifester leur droit légal au retour.
Les représentants de Lalit et du GRC affirment qu'ils approcheront des organisations présentes à Mumbai en vue de disposer d'un bateau pour aller dans les eaux de la base. Ils soulignent que le paquebot activiste Peaceboat, basé au Japon, est attendu au rendez-vous de Mumbai (ex-Bombay).
Lalit entend aussi profiter du forum social pour faire avancer d'autres dossiers d'ordre socio-économique de cette partie de l'océan Indien. Pour ce parti, la défense de la cause des natifs des Chagos s'inscrit dans le combat qu'il mène, tout comme diverses organisations étrangères identiques, au niveau international. Il affirme que le World Social Forum se prête à des actions de sa part, "d'autant qu'il manifeste clairement son option de rejet de la guerre et des bases militaires". 
 


source: http://www.temoignages.re/
Revenir en haut
      
Anacaona
Charter Charter



Genre: Femme
Inscrit le: 06 Fév 2004
Sujets: 77
Messages: 3173
Localisation: Iwanakaera (L'île aux serpents)
 #4 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 06 Mar 2004 15:33

Merci ! Je me cultive sur Volcréole...
Revenir en haut
      
NouNouWs
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 13 Fév 2004
Sujets: 52
Messages: 1959
Localisation: Gwada in my head y en el corazón
 #5 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 06 Mar 2004 16:08

IDEM

La description d'un crime contre l'humanité par BBC News : http://news.bbc.co.uk/1/hi/uk_politics/1005064.stm

et la position du royaume uni par rapport aux demandes de dédommagement des Chagossiens :
Citation:
 
The government's case rests on arguing the Chagossians only ever had contractual rights to the islands, which could be terminated at short notice.

At the time of the removals, the UK said the islanders - descendants of African slaves and Indian plantation workers - were not native but simply temporary labourers.

The Foreign Office says feasibility studies need to be undertaken before any of them can return home, while the US military is opposed to the whole idea.
 
 


En clair, c'est comme ci la France décidaient de vider la Guadeloupéen de sa population, sous prétexte qu'elle n'est pas une population "native"... ça fait froid dans le dos...
Revenir en haut
      
lorgi
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 06 Jan 2002
Sujets: 50
Messages: 1199
Localisation: 91
 #6 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 29 Nov 2004 08:24


Le combat continue pour le retour des chagossiens dans leurs îles.


Citation:
 
16 Novembre 2004
Publié sur le web le 16 Novembre 2004

Nicholas Rainer
Port Louis

Le leader du GRC, Olivier Bancoult, aura une semaine chargée à Londres.

Une semaine très chargée attend le président du Groupe Réfugiés Chagos (GRC). Olivier Bancoult s'est rendu hier en Grande-Bretagne. Au programme : entre- vues avec des députés, chanteurs de pop et ambassadeurs, entre autres. Avant de partir, Olivier Bancoult a déclaré qu'il annoncera cette semaine le nom d'un homme de loi célèbre qui représentera le GRC dans son procès devant la Cour européenne des Droits de l'Homme.

Ce matin, le président du GRC rencontrera le sous-secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères et du Commonwealth, Bill Rammell, à la Chambre des communes. Ils discuteront des compensations, du droit de retour des Chagossiens dans l'archipel et l'octroi de passeports britanniques à leurs enfants.

Une rencontre avec les députés Robin Cook, Donald Anderson et Alex Salmond, entre autres, est également prévue pour cet après-midi. Le député travailliste de Livingston, Robin Cook, qui a occupé le poste de secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères et du Commonwealth de 1997 à 2001 et celui de leader de la Chambre des communes de 2001 à 2003, a avoué, la semaine dernière, son soutien à la cause des Chagossiens.

Le président du GRC tiendra une conférence avec l'organisation non gouvernementale (ONG) Minority Rights Group à 14 heures.

Rencontre avec des vedettes du showbiz

Demain, Olivier Bancoult consultera une autre ONG mondialement connue pour son combat pour les droits de l'homme, Amnesty International. Il se rendra ensuite à une séance de travail avec ses hommes de loi. D'imminentes poursuites judiciaires contre le gouvernement britannique devant la Cour européenne des Droits de l'Homme et la Haute Cour de Londres seront évoquées durant cette séance. Il leur remettra une pétition signée par plus de 3 000 Chagossiens contestant les Orders in Council du 10 juin.

La journée de jeudi sera consacrée à une réunion avec le journaliste d'investigation et réalisateur de Stealing a Nation, John Pilger, et un producteur de la chaîne de télévision britannique ITV, Chris Martin. Ces derniers devront présenter Olivier Bancoult à plusieurs célébrités du show-business pour discuter d'éventuels événements de sensibilisation au sort des Chagossiens.

Vendredi, Olivier Bancoult visitera l'Ilois Support Trust, une association caritative. Elle vise à mobiliser l'opinion internationale sur les actions menées par la communauté chagossienne dans "son combat contre le gouvernement britannique pour réclamer le droit de retour".

Il sera également accueilli par les ambassadeurs de l'Inde et de l'Afrique du Sud en Grande-Bretagne. Le mois dernier, après avoir regardé Stealing a Nation, le documentaire sur l'excision de Chagos dans les années 1960s, leurs homologues à Maurice avaient exprimé le soutien de leurs pays pour les Chagossiens.

Avant de quitter Maurice, Olivier Bancoult a expliqué qu'il tiendrait plusieurs points de presse lors de son séjour. Plusieurs chaînes de télévision, dont la BBC, ITV, France-Canada TV et une chaîne allemande, ont déjà pris rendez-vous avec lui. 
 



source: http://fr.allafrica.com/stories/200411160195.html
Revenir en haut
      
galak
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Juil 2002
Sujets: 100
Messages: 3524
Localisation: Montpellier
 #7 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 08 Mai 2005 20:45

up !

cf. article de Clicanoo :

Retour au pays le 25 octobre pour les Chagossiens
Après bien des tergiversations, les dates de la visite des Chagossiens dans leurs îles natales ont été fixées. Ils quitteront Maurice le 25 octobre et seront de retour le 5 novembre. Ils se rendront à Peros Banhos, Salomon et Diego-Garcia.

[7 mai 2005]


On leur avait dit que ce serait le 7 mai. Ils devront patienter jusqu'au 25 octobre, eux qui attendent déjà depuis 40 ans de revoir les îles où eux-mêmes ou leurs parents sont nés. Officiellement, c'est une question de logistique qui retarde le voyage des 99 Chagossiens. Selon les autorités britanniques, le Sinbad Nui qui devait assurer le transport n'a pas obtenu d'autorisation. C'est donc le Royal Star, battant pavillon sud-africain, qui devrait effectuer le voyage entre Maurice et l'archipel des Chagos. Le navire devrait quitter Port-Louis le 25 octobre et y revenir le 5 novembre, après avoir fait escale à Peros Banhos, Salomon et Diego-Garcia. “Je n'ai pas d'autre choix que d'accepter, déclare fataliste dans les colonnes de L'Express Olivier Bancoult, président du Groupe réfugiés Chagos. Un nouveau renvoi entraînera une manifestation devant le haut-commissariat britannique”. Si près du but, Olivier Bancoult est tout de même obligé de faire preuve d'un peu de diplomatie. “Je suis reconnaissant des efforts du gouvernement britannique pour les examens médicaux qui seront pratiqués sur ceux qui feront le voyage et je le remercie pour les monuments aux morts qui seront érigés sur les trois îles”. Le président du Groupe réfugiés Chagos regrette en revanche qu'aucun journaliste ne soit autorisé à accompagner la délégation. La doyenne des Chagossiens en exil, Lisette Talat, sera du voyage.

EXPULSÉS EN 1971

Ils sont encore 8 000 à Maurice avec leurs descendants et environ 200 aux Seychelles. On les appelle par dérision les Ilois. Ces Chagossiens avaient perdu l'espoir de revoir un jour leurs îles natales. En novembre 1965, les îles Chagos, rattachées à Maurice depuis 1814, sont séparées pour constituer les territoires britanniques de l'océan Indien (BIOT). Depuis, il se murmure que Sir Seewosagur Ramgoolam aurait vendu les Chagos 3 millions de livres avec en prime à la clef l'indépendance de l’île Maurice. Les Britanniques louent l'une des îles, Diego-Garcia, aux Américains pour qu'ils y installent une base aéronavale. Le 16 avril 1971, le responsable du BIOT édicte une loi organisant l'expulsion des Chagossiens. Ils prennent tous, au fil des années, le chemin de l'exil, vers Maurice principalement et une partie vers les Seychelles. En septembre 1998, Olivier Bancoult, président et co-fondateur du Groupe réfugiés Chagos, porte l'affaire devant la Haute cour de justice de Londres. Son argumentation est simple : les Chagossiens sont des sujets britanniques et, à ce titre, ne pouvaient être expulsés d'un territoire appartenant à la couronne. La juridiction britannique lui donne raison le 3 novembre 2000. Selon le Lord Justice Gibbs : “La façon dont le commissaire du BIOT s'est pris pour se débarrasser des Ilois avec la complicité des ministres britanniques au pouvoir en 1965 est une invitation à entrer dans un monde barbare sans loi.” Robin Cook, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, prend acte de la décision : “Le gouvernement britannique ne fera pas appel.” Mais les Chagossiens ne sont pas au bout de leur peine. Le 10 juin 2004, deux décrets royaux leur interdisent l'accès à leurs îles natales. Ils ne baissent pas les bras et réclament des réparations financières à la Grande-Bretagne et aux États-Unis. Londres estime avoir payé sa dette, ayant versé 650 000 livres en 1978 et 4 millions en 1982. Maigre compensation, les Chagossiens peuvent prétendre à un passeport britannique. Plus de 900 ont fait la démarche depuis 2000. Dans leur combat, les exilés des Chagos ont obtenu le soutien intéressé du gouvernement mauricien. Celui-ci exige depuis 1980 la rétrocession de l'archipel dont la zone économique exclusive représente 600 000 km2. En juillet 2003, le Premier ministre de l’île Sœur, Paul Bérenger, va même jusqu’à brandir la menace d'un retrait du Commonwealth. Les Chagossiens sont loin de ces considérations géostratégiques. Ils ne réclament qu'une chose, pouvoir se rendre quand bon leur semble aux Chagos. Le voyage du 25 octobre au 5 novembre est une première victoire, même si les Chagossiens ne pourront rester que douze heures dans chacune des îles. Mais le combat ne s'arrête pas là. “Nous voulons que soit reconnu notre droit fondamental à vivre aux Chagos”, affirme avec force Olivier Bancoult.

Alain Dupuis


Galak, parce que les Chagos ne sont pas des chattons
Revenir en haut
      
Mabé
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 02 Oct 2003
Sujets: 49
Messages: 3360
Localisation: QQe part en Guyane !!
 #8 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 08 Mai 2005 21:32

Ce qui m'épate c'est que t'es parvenu jusqu'au journal de clicanoo.com, GALAK ! Etonnant !
Revenir en haut
      
foxybrown70
Embarquement Embarquement



Genre: Femme
Inscrit le: 10 Fév 2002
Sujets: 31
Messages: 325

 #9 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 09 Mai 2005 20:05

Sa ka fèt:

J'ai lu récemment la page Horizons du Journal Le monde sur cette histoire édifiante... hhhha la colonisation....et dire que certains historiens développent une thèse bien alambiquée sur les vertus de la colonisation pour les peuplades africaines; maghébines....ect

Foxybrown70
Revenir en haut
      
galak
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 22 Juil 2002
Sujets: 100
Messages: 3524
Localisation: Montpellier
 #10 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 09 Mai 2005 20:55

Mabé a écrit:
 
Ce qui m'épate c'est que t'es parvenu jusqu'au journal de clicanoo.com, GALAK ! Etonnant ! 
 


Mon regard traîne un peu partout... Et puis c'est toujours bon d'injecter un peu de Mascareignes dans ces Antilles impérialistes...

Je n'oublie pas non plus qu'il me faut te répondre à une question dans un autre sujet...

Galak, qui mange du poisson
Revenir en haut
      
Jârvis
Classe Affaire Classe Affaire



Genre: Homme
Inscrit le: 28 Fév 2004
Sujets: 184
Messages: 16301
Localisation: Sur la route ...
 #11 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 02 Juil 2005 20:35



Merci cris pour le lien, je fais remonter ce sujet qui est plus complet et interressant
Revenir en haut
      
Sept
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 11 Jan 2005
Sujets: 14
Messages: 466
Localisation: 75 - Paris
 #12 Discussion générale:   Sujet du message: Histoire méconnue d'un peuple oublié   Posté le: 02 Juil 2005 22:22

Un autre film, de John Pilger, "stealing a nation" détaille comment l'administration US des années 70 a volé cet archipel avec la complicité des autorités britanniques qui en avaient (usurpé) la charge. Ce film est trouvable sur les réseaux P2P.

Le vol de Diego Garcia s'est déroulé dans l'arrogance et le racisme le plus cynique. Avant la déportation, plus de 1000 animaux de compagnie ont été gazés afin d'intimider la population qui n'avait pas trop envie de quitter son paradis. Lorsque les Chagossiens ont été "priés" de laisser leur place aux bulldozers US, on les a autorisé à prendre une seule valise avec eux. La grande classe

Pour ajouter l'horreur à l'immonde, Diego Garcia abrite effectivement "camp justice", un camp de concentration de type guantanamo, qui est une pierre angulaire du programme "extraordinary rendition" de la cia, qui consiste à kidnapper de présumés terroristes et de les expédier dans des pays/lieux où ils pourront être torturés à l'abri des lois américaines : Egypte, Jordanie, ou le réseau US de prisons délocalisées secrètes telles que "camp justice" ou Bagram en Afghanistan.
Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Discussion générale: Histoire méconnue d'un peuple oublié Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Loto | Vidéos | Archives