Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


AIME CESAIRE AVAIT PREVENU...

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Discussion générale: AIME CESAIRE AVAIT PREVENU... La date/heure actuelle est 22 Sep 2019 05:49 
Annonces AIME CESAIRE AVAIT PREVENU... Annonces
   Article posté par ppm39 le 18 Juillet 2004 à 10:59  S'abonner au Flux Rss Discussion générale: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

Dans son "discourt sur le colonialisme" , paru en 1955 (et toujours d'actualité), Aimé Cesaire nous disait oh! combien , la Colonisation = Tortures et que la Torture = Ensauvagement..

il semble que de nos jours, encore, des pays se reclament toujours de "l'axe du bien"(ex-civilisateur) or le plus sûre acquis de la colonisation, outre les crimes et décimations qui l’incarnent en un chapelet d’atrocités égrenées sur des générations successives d’innocents, c’est bien qu’elle va infailliblement déciviliser le colonisateur agresseur. De la sorte, le fait colonial constitue une régression qui frappe d’abord le bourreau par sa barbarie propre, le rendant à terme monstrueux à lui-même, tortionnaire d’autrui et fatalement bientôt déjà tortionnaire de lui-même.

Cette leçon, retenue d’un des pamphlets les mieux écrits sur le phénomène d’ensauvagement par la colonisation des peuples autoproclamés civilisés, Discours sur le colonialisme [Présence Africaine] d’Aimé Césaire, retrouve avec l’invasion américaine en Irak, une jeunesse sagement conservée depuis sa parution en 1955. La publication par les média anglo-saxons des photographies de tortures et sévices infamantes, y compris sexuelles et psychologiques, infligées par l’armée américaine dans la droite ligne de son occupation de l’Irak, a fait découvrir avec émoi une des faces cachées de la prestigieuse démocratie américaine.

Si le voyeurisme, attisé par des photographies de tortures à relents pornographiques a rajouté à une émotion en partie légitime et pour l’autre entretenue par les pays opposés à la ligne américano-halliburtonienne en Irak, la vision médiatique, hypertrophiant le scoop, a encore repris le dessus ; passant pour un particularisme américain l’application de traitements humiliants et inhumains à des prisonniers irakiens d’une guerre coloniale. Occasion rêvée pour, une fois de plus, hurler une indignation rance et opportuniste admonestant la posture impériale de l’hyperpuissance américaine.

Ce serait oublier ou passer sous la pudeur du silence, à trop bon frais les expériences coloniales qui maculent la surface de la terre depuis la nuit des temps, et où la même asymétrie de rapport occupant/occupé s’accompagne des pires agressions au genre humain.

De tortures, de crimes de guerres, d’indicibles traitements, il n’a point manqué lorsque que la fille des droits de l’homme, la France républicaine et fraternelle a jeté son dévolu expansionniste sur l’Algérie, lorsqu’elle a déployé ses pires tentacules coloniales jusqu’aux confins de l’Afrique noire, y battant des records de barbarie largement documentés mais rarement reconnus officiellement à ce jour. Hommes dynamités en Centrafrique, villages brûlés au Napalm au Cameroun, sacs et destructions de villages au Mali, un rouleau compresseur aveugle et avide de sang, d’esclaves, d’arbitraire, la mort par décapitation des nègres ressemblant à un thème de jeu pour les colons croisés de la mission civilisatrice.

« Pour chasser les idées qui m’assiègent quelque fois, je fais couper des têtes, non pas des têtes d’artichauts, mais bien des têtes d’hommes » expliquait en toute quiétude un farouche conquérant de l’Algérie, le très utile colonel de Montagnac [cf. Discours sur le colonialisme, op. cit. P.16]. Plus chirurgical, le comte d’Hérisson exposait doctement : « Il est vrai que nous rapportons un plein baril d’oreilles récoltées, paire à paire, sur les prisonniers, amis ou ennemis. ». Imaginons le choc que provoqueraient de telles images sur les âmes sensibles de ceux qui, aujourd’hui, sont les bénéficiaires involontaires des destructions coloniales, par l’accès à toutes les ressources matérielles, culturelles et humaines en provenance de peuples laissés en lambeau, juste aptes à être les corvéables des anciennes métropoles.

Ni la colonisation britannique dans les Indes et en Afrique, ni les maîtres du 15ème siècle, Espagne et Portugal, ne font exception à la règle, colonialisme = tortures, tortures = décivilisation, ensauvagement, retour à la barbarie, chute du colonisateur.

La population du « Nouveau Monde » a été littéralement décimée par la colonisation espagnole passant d’environ 80 à 100 millions d’habitants initialement, à probablement 4,5 millions un siècle et demi après le début de l’apocalyptique conquête espagnole. Les conquérants rivalisent d’ingéniosité criminelle, femmes et enfants sont leur pâture, viols, têtes fracassées, filles enceintes éventrées, il n’est jamais trop original d’expédier les mécréants au royaume des cieux en leur épargnant une vie terrestre souillée par leurs fétichismes ataviques.

Lorsque l’église catholique donne l’onction et appose son sceau sur la répartition du monde entre le Portugal et l’Espagne par le traité de Tordesillas en 1494, elle couvre de son empreinte et de sa caution morale le fulgurant assaut d’un pillage sauvage jusqu’à extinction de civilisations exceptionnelles, sur cinq douloureux et interminables siècles.

Le colonialisme portugais aura ainsi été esclavagiste au Brésil, en Afrique, ravageur jusqu’au Timor Oriental, finissant par abâtardir son peuple et ses hautes sphères en leur ôtant la capacité stratégique de percevoir la fin du cycle colonial tel quel et l’avènement de l’ère industrielle. La superpuissance d’hier aujourd’hui à la lisière du sous-développement s’accrochera à ses possessions africaines, en Angola, au Cap-Vert, en Guinée Bissau, au Mozambique, tentant désespérément de reproduire les servitudes du travail forcé, les expropriations, l’extermination des nationalistes.

Certes l’Europe entretient avec le colonialisme un rapport particulier, une dimension messianique, une arrogance et un racisme de supériorité, qui font de ses dominations des expériences spécifiques d’aliénation collectives, et qui ce faisant l’ampute de la faculté de concevoir, en pratique, que d’autres puissent sainement se passer d’elle. Pour autant les colonisations non européennes, chinoises ou japonaises par exemple travaillent tout autant à la barbarie du suppliciant, contaminé par les atrocités qu’il inflige à l’autre, et dont il accepte inconsciemment l’occurrence sur le genre humain…

Une certaine suprématie chinoise en Asie a autorisé cette civilisation millénaire à lâcher la bride sur ses passions expansionniste, le Vietnam, le Laos ou encore à ce jour le Tibet exemplifient le dénominateur commun aux colonialismes, crimes, atrocités, enchères du pire toujours à la hausse. D’où aujourd’hui des relations difficiles entre la Chine et nombre de ses voisins qui n’ont pas la mémoire courte…

Le Japon transporte pour son compte un héritage colonial chargé, source de retenues diplomatiques et d’une gestion politique précautionneuse de l’histoire. Qu’il s’agisse de son expansionnisme agressant Taiwan [1895], de ses visées impérialistes sur la Corée [1930], ou sur la Chine du Nord [1937], bellicisme ayant alimenté la guerre de la Grande Asie [1930-45], le Japon et l’armée impériale notamment n’auront fait que confirmer la dimension criminelle, génocidaire, exterminationniste et, en retour de boucle autorégressive du délire de colonisation. L’armée impériale aura en effet gravé d’indélébiles idéogrammes de crimes coloniaux, indélébiles et tellement caractéristiques de cette barbarie particulièrement odieuse. Massacrant des civils, violant, suppliciant les femmes, enterrant vivant des enfants à Nankin en Chine, organisant une véritable « traite » de près de 200 000 femmes de réconfort asiatiques vers les bordels militaires de l’armée impériale, la colonisation japonaise ira jusqu’à la vivisection de près de 3000 civils en majorité chinois. S’autorisant des expériences de guerre bactériologique en propageant des épidémies par l’empoisonnement de l’eau des puits, l’armée impériale dans sa geste expansionniste n’aura eu que peu à apprendre de ses homologues français, britanniques, portugais, espagnols.

Ce n’est pas sans compter avec la Belgique, petit pays aux grandes ambitions congolaises et à l’imagination débordante en matière de gestion des stocks de munitions. Les Belges avaient décidé de rationaliser l’usage par l’armée coloniale des armes à feu, qui devaient effectivement avoir un rendement humain. Pour ce faire, chaque tête de congolais abattue devait être prouvée par la présentation de la main coupée de la victime, sorte d’attestation de professionnalisme colonial délivrée par le cadavre, trophée incontestable et gage d’une utilisation appropriée des armes à feu, selon le principe optimisateur, une balle tirée une main tranchée.

L’illustration la plus parlante du retour fatal de la barbarie à son envoyeur, à l’instar des islamismes suscités hier par les intérêts occidentaux qui explosent par effet boomerang sur les pays qui les ont nourri, est donnée par l’exemple du très peu cathodique et pourtant authentique premier génocide connu du 20ème siècle, le génocide Héréro [1904] perpétré par les troupes coloniales allemandes sur ce peuple africain de Namibie.

Tous réflexes d’accaparement, de préhension et de prédation aiguisés par la découverte en 1894 de gisements de diamant namibien en Afrique australe, l’Allemagne coloniale va entreprendre au début du 20ème siècle, une politique systématique de déplacement, d’expropriation, de confiscation des terres des Héréro, avec renfort de violences et exécutions sommaires.

En janvier 1904, le chef héréro Samuel Mahéréro dirige une courageuse tentative de rébellion qui fait des morts par dizaines de part et d’autres. Le Kaiser Guillaume II dépêche un homme à poigne pour mater les Héréro, le général Lothar Von Trotha, dont la lettre d’expropriation aux autochtones sonne comme un avant programme d’extermination : Les Héréros ne sont dorénavant plus sujets allemands… Tous les Héréros doivent quitter leurs terres. S’ils n'acceptent pas, ils seront contraints par les armes. Tout Héréro aperçu à l’intérieur des frontières allemandes [namibiennes] avec ou sans arme, sera exécuté. Femmes et enfants seront reconduits hors d’ici – ou seront fusillés… Aucun prisonnier male ne sera pris. Ils seront fusillés. Décision prise pour le peuple Héréro”.

L’ordre d’extermination donné le 02 octobre 1904 par lequel Lothar Von Trotha mobilise plus de 10 000 soldats, poussera les autochtones dans le désert du Kalahari, hors de leur territoire, les survivants du massacre étant recyclés en esclaves dans les camps de concentration allemands, en femmes de réconfort pour le genre féminin. Sur 80 000 Héréros que comptaient la Namibie, 70 000 périrent, leur civilisation avec eux.

L’Allemagne à l’époque faisait grand usage des théories scientistes de l’inégalité des races qui légitimaient des écarts intenables entre traitement des Blancs et des Noirs, ce peuple se réclamait de la civilisation comme d’autres se réclameraient de l’axe du bien. Cette conception de l’humanité, avec laquelle le colonialisme [européen] dans l’ensemble était en résonance, ne faisait que préparer les atrocités de la deuxième guerre européenne, dite mondiale. Le nazisme, qui n’est qu’un retour dans son jardin de tant de violences déployées à l’encontre de peuples extra européens classifiés, aurait probablement été stoppé ou combattu précocement si toutes les agressions impérialistes avaient été perçues comme un à-revenir sur leurs lieux d’origine. Ainsi les Européens, barbares hors de leurs frontières faussement sanctuarisées ont-ils subi de l’intérieur et par l’entrée même de cette violence exportée, un régime fasciste d’une rare lame criminelle.

L’expérience prouverait ainsi, économie faite de toute connivence idéologique, que des Américains aux Français, des Anglais aux Allemands, aux Russes, des Chinois aux Japonais, la colonisation est indéfectible de la torture qui elle-même subverti le tortionnaire à lui-même, à telle enseigne que celui qui crie : Exterminez toutes ces brutes se ménage la voie d’une régression certaine de ses propres progrès humains, au loin, son cri s’entend clairement : « Exterminons-nous nous-mêmes».



Ze Belinga

Tags Aime, Cesaire, Avait, Prevenu

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   AIME CESAIRE AVAIT PREVENU...   Imprimer cet article
 « URGENT !!!! Cherche logement à Toulouse Musique religieuses antillaises » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Discussion générale: AIME CESAIRE AVAIT PREVENU...

Liens relatifs à l'article AIME CESAIRE AVAIT PREVENU...
Littérature - Art - Culture: Aimé Cesaire
Coup de coeur: POUR TOUS CEUX QUI ONT AIME "LE DESTIN DE LISA ".
Petites annonces: Demande d'aide : Recherhce sur Aimé Césaire
Actualités: Une Américaine qui aime et qui veut...
Coup de coeur: Le Mur des " Je t'aime "
Sorties - Evénements: Les Césaire de la Musique au Casino de Paris le 22-10-07
Informatique: Nous on aime les BSD
Actualités: Ségolène Royal demande le Panthéon pour Aimé Césaire :
Sorties - Evénements: Hommage à Aimé Césaire le 11,12 et 13 Juillet
Coup de coeur: LA JAPONAISE AIME LA MARTINIQUE
Discussion générale: communiqué de cesaire aimé.
Discussion générale: Les associations afrocentristes rendent hommage à Césaire.
Informatique: Zaurus SL-C3000 Je t'aime !
Petites annonces: Retour de l'être aimé assuré !!
Littérature - Art - Culture: Recherche transcripteurs pour interview A. Césaire de 1966
Musiques - Artistes - DJ's: Découvrez le nouveau single des TRINITY'S "Je t'Aime En Secret" 2
Musiques - Artistes - DJ's: Mon blog caribbeanzik : toute la musique qu'on aime !
Au coeur des Dom-Tom: Aimé Césaire (1913-2008)
Sorties - Evénements: Festival "Autour d'Aimé(cesaire)"! un grand geste pour un gr
Coup de coeur: je vous aime
Videos streaming: AIME CESAIRE AVAIT PREVENU...
Discussion générale: AIME CESAIRE AVAIT PREVENU...


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives