Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


La morale et la loi se contredisent-elles ?

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Discussion générale: La morale et la loi se contredisent-elles ? La date/heure actuelle est 23 Oct 2019 10:05 
Annonces La morale et la loi se contredisent-elles ? Annonces
   Article posté par Mabé le 30 Octobre 2004 à 16:40  S'abonner au Flux Rss Discussion générale: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

La morale et la loi se contredisent-elles ?

Entendu sur LCI dans une émission (Diffusion le vendredi à 9h10 / Animé par Jean-François Rabilloud. Rediffusions à 15h10, et le samedi à 10h10, 21h10), Luc Ferry, philosophe et politicien (ancien ministre de l’Education Nationale) apporte son regard et son analyse sur la société française et les événements de la semaine avec un autre politicien Jacques Julliard.

Le premier affirmait que la morale est contre la loi, confirmé par le second. Cette position fait allusion à l’annonce d’un député européen Italien qui disait que l’homosexualité était un « péché » lors d’une réunion au sommet du projet de la Constitution Européenne.
--> http://www.lci.fr/lci/emissions/0,,862068-VU5WX0lE...

Il affirmait encore que la morale n’avait rien à voir avec la politique au sens que la morale vient de la religion et qu’il ne devrait y avoir que la loi et le droit établi pour régir l’ordre.
Que la morale ne pouvait dire ce qu’était le désordre (en parlant de l’homosexualité dans cette exemple ou d’ordre général au sujet de la laïcité).

Je lui aurais bien posé ces questions :
- Est-il certain que la morale dépend uniquement que de la religion ?
- Un athée serait-il dénué de sens moraux, éthiques et vertueux ?
- Un athée et un croyant, ne peuvent-ils être en accord sur des principes moraux et des bonnes valeurs humaines, sur ce qui est bon ou mauvais ?

A l’échelle Européenne ou Française, c’est donc à se demander ce qu’est véritablement faire de la politique ?
C’est à se demander aussi ce qu’est la bonne et la mauvaise morale ? En existe-il une ? La morale est-elle appelé à évoluer, comment, par qui et pour qui ?
C’est à se demander si aujourd’hui et demain, la morale aurait un poids dans la société, dans la politique ou chez les politiciens ?

D’abord, la politique n’est-elle pas de dire et de faire (à travers donc toutes sortes de lois à respecter) ce qui est bon pour le peuple, pour la société, en tout cas le principe était jusqu’à présent « pour le plus grand nombre » ?
N’est-ce pas le but de la démocratie : les citoyens étant libres de leurs opinions et égaux devant la loi ?
C’est à ce demander si le fondement de la démocratie dans sa forme actuelle, suivant le cas de discussions et d’application de lois relatives à des sujets de société, reste encore valable :
-Démocratie « indirecte ou représentative »: les citoyens délèguent leur souveraineté à des représentants élus ;
-Démocratie « directe » : les citoyens sont appelés à intervenir eux-mêmes, sans intermédiaires, dans les principaux choix qui déterminent la vie politique de leur localité, de leur région, de leur pays –> référendum, initiatives populaires, etc.… ?

Ensuite, à ce stade ou ces idéaux politiques ultra-libéraux sont comme dans l’ère du temps, savent-il réellement ce qui est bon pour le peuple si cela ne va pas à l’encontre de ces principes et convictions morales, éthiques liés à ses traditions, religions établies, ses origines, son histoire, etc… ? Sur quels critères ou facteurs, voire peut-être dans quelle boule de cristal, se sont-ils basés pour définir (plutôt redéfinir) l’objectivité, la réalité de ces nouveau idéaux ? Nous ont-ils vraiment consulté ou comptent-ils nous faire appliquer ce qu’eux mêmes pensent et croient être « bons » pour nous tous à moins que se soit pour une minorité ?

A vous de voir car ils semblent bien que le mot « valeur » se soit « substitué » à celui de « principe ». Des « principes » peuvent-ils être identiques à des « valeurs » ? Que se cachent-ils derrière ses mots ?
Voir dans La constitution Européenne http://www.senat.fr/rap/rapport_constitution/rappo...
Citation:

Article I-2: Les valeurs de l'Union
L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'État de droit, ainsi que de respect des droits de l'homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l'égalité entre les femmes et les hommes.
Commentaire
Cet article, qui explicite le contenu des valeurs mentionnées au deuxième alinéa de l'article I-1, s'inspire de l'article 6 (1er alinéa) du traité sur l'Union européenne, par rapport auquel il introduit toutefois des éléments nouveaux :
- le mot « valeurs » est substitué à celui de « principes »,
-des « valeurs » supplémentaires apparaissent : les droits des personnes appartenant à des minorités, le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité, l'égalité entre les femmes et les hommes.


Mais puisque existe chez les hommes encore une certaine morale (celle établie depuis longtemps) ainsi que des valeurs qui ne semblaient pas jusqu’ici mauvaises, doivent-elles absolument être vomies par l’application, non de nouvelles, mais de principes instaurés par des lois de manière dites démocratiques par l’homme politique ?
La morale, celle connue jusqu’à présent et qui semblait s’accorder avec les lois, ne peut-elle plus encore aujourd’hui et demain, s’affirmer dans la politique sociale et humaine, combien même, que certaines d’entres-elles soient considérées par un nombre minoritaire comme mauvaises à leur propre épanouissement de tous ordres ?
Ne craignons nous pas en fait, que nous ne sachions plus ce que seront nos « valeurs » moins que nos « principes » car il est bien question ici de mettre les « principes » avant les « valeurs », avant la morale !

Et s’il arrivait que la morale (ne plus savoir ce qui est bon ou mauvais !) ne pouvait plus effectivement s’affirmer dans la gestion de la société (exit donc, par la force et la volonté de l’application de la loi, par des principes provenant et convenant à des minorités), ou ne devait plus exister, où se situerait les limites tolérables ?
Il s’agirait, en fin de compte, de « réinventer » fondamentalement l’Homme du 3ème millénaire… soit un Homme de loi sans aucune morale pour un nouvel ordre « ouvert » sur de nouveaux « principes » et quoiqu’en pensent les autres qui diraient plutôt qu’il s’agirait de désordre, de chaos !

Les deux exemples cités de politiciens montrent que la tendance penche plutôt dans ce sens et des lois votées le sont déjà, et d’autres, à venir, présagent aussi de cette vision de ce que pourrait être « le nouvel ordre », la « nouvelle donne » !
En France, le sénat représentant le peuple, est-il ou sera-t-il le vrai contre pouvoir ?
Citation:

« le Sénat est conduit d’une main ferme par une équipe déterminée et plurielle, comme il sied dans une vraie démocratie. … http://www.senat.fr/journal_du_senat/
- Il est vrai qu'aujourd'hui, l'anomalie se porte bien... Merci... - …le bicamérisme a le vent en poupe. »
Mais cette œuvre, comme toute œuvre humaine, est fragile et perfectible.
Dans un monde en pleine mutation, ou plutôt en transition vers une nouvelle donne, le Sénat doit affirmer, afficher et faire vivre sa vocation d'assemblée de proximité.
Grâce au recul dont il dispose et à la sérénité qui préside à ses débats, le Sénat doit éclairer l'avenir des Françaises et des Français.
Il doit remplir une fonction d'anticipation, devenir un laboratoire d'idées et contribuer à l'indispensable modernisation de notre société qui apparaît trop souvent comme une société bloquée.
Dans une société tétanisée, voire paralysée par la peur, la peur de l'autre, la peur de l'avenir, la peur de l'Europe, la peur de la mondialisation..., le Sénat doit faire œuvre de pédagogie active en organisant des débats, en séance publique, sur les sujets qui préoccupent nos concitoyens.
…. Notre société en manque de références ou de repères se tourne, en effet, de plus en plus vers la loi pour fixer les règles du pacte républicain, mieux asseoir le « vouloir vivre ensemble » et obtenir des « rassurances »...
Le problème n'est donc plus de moins légiférer mais de mieux légiférer, et surtout de légiférer autrement, afin de nous garder du temps dans l'hémicycle pour organiser des débats de société susceptibles, le cas échéant, de déboucher sur des propositions de loi………
……. Nous devons retrouver des marges de manœuvre pour redevenir un espace de débat, une instance de dialogue avec nos concitoyens.
Discours d'orientation de M. Christian Poncelet, Président du Sénat. http://www.senat.fr/presse/index.html


Un exemple ?
- actuellement sur l’euthanasie : http://www.senat.fr/leg/ppl04-026.html
L’homme présent et du futur pourra-il évoluer dans une société entièrement dénuée de sens et de valeurs morales et éthiques, et celui qui, jusqu’à présent, en avait, sera-t-il en droit (au sens de la loi) de ne pas tolérer, ne pas respecter ce qui peut lui sembler être une « mauvaise » loi humaine (je précise, sans aucun fondement moral sur ce qui est bon ou mauvais) ?

Si tout ceci ne ressemblait pas à une douce et habile manipulation mentale et éthique du peuple vers une pleine dictature d’hommes politiques en mal d’idéologie pour un nouvel ordre/désordre, je vous le demande… ?

Vos réactions ?


--------------------
NB :
- Au sujet de « nouvel ordre » celui-ci pourrait pourquoi pas se rapprocher de celui là :
http://www.volcreole.com/forum/sujet-14252-0-asc-0...

- débat sur la constitution européenne
http://www.publicsenat.fr/forum/forum.asp?forum=54

Tags La, Morale, Et, La, Loi, Se, Contredisent-elles

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   La morale et la loi se contredisent-elles ?   Imprimer cet article
 « Refusés en boîte à cause de sa couleur de peau CONSITUTION EUROPEENNE (Projet) » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Discussion générale: La morale et la loi se contredisent-elles ?

Liens relatifs à l'article La morale et la loi se contredisent-elles ?
Cinéma: "L'ordre et la Morale" de Mathieu Kassovitz
Discussion générale: Le foot, les victoires et la morale du parcours
Cinéma: L'ORDRE ET LA MORALE de Mathieu Kassovitz
Videos streaming: La morale et la loi se contredisent-elles ?
Discussion générale: La morale et la loi se contredisent-elles ?


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives