Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


Economie: Le continent noir ne se porte pas si mal

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Rubrique Actualités: Economie: Le continent noir ne se porte pas si mal La date/heure actuelle est 20 Aoû 2019 18:08 
Annonces Economie: Le continent noir ne se porte pas si mal Annonces
   Article posté par Boisjolan le 17 Août 2010 à 16:50  S'abonner au Flux Rss Actualités: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

La plupart des organismes internationaux soulignent le manque de développement des pays africains. Pourtant, selon une étude publiée par deux universitaires américains, la pauvreté ne cesse de reculer.

DE NAIROBI
Quand les Etats membres des Nations unies se réuniront à New York, en septembre, pour faire le point sur l’avancement des objectifs du millénaire pour le développement (OMD), il y a de fortes chances qu’ils en concluent que l’Afrique échoue lamentablement. Me trouvant ici, au Kenya, j’ai du mal à croire que la situation soit réellement aussi désespérée que l’ONU, la Banque mondiale et la plupart des nombreuses ONG le disent. Certes, le développement rapide des centres commerciaux de Nairobi, avec leurs chutes d’eau artificielles et leurs magasins de vêtements haut de gamme, n’est peut-être qu’un phénomène propre à la classe moyenne…

Il y a quelques mois, j’ai lu une dépêche de l’agence Reuters évoquant une nouvelle étude réalisée par deux universitaires, Xavier Sala i Martin, un économiste catalan qui enseigne à l’université Columbia, et Maxim Pinkovskiy, étudiant en doctorat au Massachusetts Institute of Technology (MIT), et intitulée "En Afrique, la pauvreté recule… bien plus vite qu’on ne le pense !" Dans ces travaux, publiés sous l’autorité du National Bureau of Economic Research (NBER, l’organisme prestigieux qui décrète le début et la fin des récessions), les deux chercheurs soutiennent que "’idée communément admise d’une Afrique qui ne parvient pas à réduire son taux de pauvreté est infondée… En réalité, depuis 1995, la pauvreté n’a cessé de diminuer en Afrique." Ces améliorations se sont produites, selon Sala i Martin et Pinkovskiy, dans tous les types de pays et de régions. La croissance économique n’a pas profité qu’aux élites. Les inégalités au sein des pays ont diminué sur tout le continent.

L’Afrique, une cause perdue d’avance

Après avoir lu cette dépêche, j’ai suivi pendant plusieurs jours sur Internet comment les grands médias, en particulier aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, allaient exploiter la piste donnée par Reuters. Etant donné leur appétit pour les informations à sensation dans les domaines des sciences et de la santé – que ce soit sur la vitesse de fonte des calottes polaires ou l’utilité de boire un verre de vin par jour –, je pensais que tôt ou tard tous voudraient se faire l’écho de cette nouvelle. Mais, à part quelques blogs évoquant le sujet et un article dans The Guardian, pas un mot.

Il est difficile de se faire entendre dans un monde si convaincu que l'Afrique est une cause perdue. L’étude de Sala i Martin et Pinkovskiy "produira une tempête, mais malheureusement seulement parmi les universitaires", a prédit le Pr Michael Chege, un économiste formé à Berkeley et conseiller du gouvernement kényan. Jusqu'ici, il s’agit plus d'une douce brise que d’une tempête. Razia Khan, directrice de la recherche macroéconomique à la Standard Chartered Bank au Royaume-Uni, a mentionné l’étude dans un rapport du mois de mai, prévoyant que l'investissement étranger en Afrique "était susceptible de s’élever sensiblement par rapport aux niveaux actuels". Le rapport de Razia Khan m’a paru particulièrement intéressant, arrivant à point nommé juste après qu’Actis, une entreprise d'investissement basée au Royaume-Uni, eut annoncé qu’elle investirait 1 milliard de dollars [775 millions d’euros] dans des projets africains, une somme qui concernerait autant les biens de consommation que les services financiers, afin de répondre à la demande de la classe moyenne qui se développe sur le continent.

Alors, d’où vient au juste cet "afro-pessimisme" ? "Certains ont tout intérêt à ce que l’aide humanitaire perdure, assure Michael Chege. Il y a des gens dans les gouvernements qui sont dépendants de cet argent, et puis toutes ces organisations – tel le PNUD [Programme des Nations unies pour le développement] – ont intérêt à présenter les choses de façon négative. Si tout va bien, c’est leur carrière qui chancelle, leur emploi qui disparaît." Si le phénomène prend des airs de théorie du complot, c’est que les Africains ne sont pas les seuls à participer à la cabale. William Easterly, professeur d’économie à l’université de New York, a écrit une étude publiée par la revue World Development début 2008, dans laquelle il soutient que les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ont été volontairement fixés de manière à ce que les pays africains ne puissent pas les atteindre. Il cite ainsi le premier objectif, qui vise à réduire de moitié le taux de pauvreté entre 1990 et 2015. Selon lui, pour y parvenir, toute l’Afrique devrait afficher 7 % de croissance annuelle sur dix ans – ce que seul un pays sur dix dans le monde est arrivé à faire sur n’importe quelle décennie entre 1965 et 2005.

Encourager les dons aux associations humanitaires

William Easterly explique aussi qu’on n’a pas besoin d’être un cynique invétéré pour en conclure que des images négatives "encouragent les dons aux ONG et sont bonnes pour les budgets d’aide au développement". Quant à la façon dont sont formulés les projets pour le développement de l’Afrique, "elle s’appuie sur cette tendance à croire que ‘Nous, les Blancs, on sait mieux que vous’. Ils emploient parfois des expressions comme ‘renforcement de l’autonomie’. Mais qui va en fait prendre les décisions ? Les donateurs."

Malheureusement, bon nombre d’Africains semblent avoir accepté l'image négative que renvoient notamment les rapports de l’ONU. Parcourant les commentaires postés sur les sites où l’on discutait de l’étude de Sala i Martin et Pinkovskiy, j’ai constaté que les oppositions les plus violentes semblaient venir d'Africains. "Pour suggérer que la pauvreté est en baisse en Afrique, il doit y avoir quelque chose qui ne va pas avec ces indicateurs", a écrit un Ougandais sur le site de la Banque mondiale. Ces réactions m’ont rappelé la remarque qui m’a été faite récemment par une connaissance kényane, une femme assez âgée, quand nous en sommes venues à parler de la tendance des Kényans à revendiquer les pires routes et les pires hommes politiques du monde. De tels commentaires reflètent un profond malaise, et pas seulement le plaisir de se vanter, m’a-t-elle dit.

Quand les Etats membres de l’ONU vont se réunir en septembre [lors du sommet organisé à New York les 20/21/22 septembre], j’espère que quelqu’un évoquera la question de savoir si l’Afrique est réellement en échec sur les OMD ou si, comme l’expliquent Sala i Martin, Chege et Easterly, certaines régions d'Afrique s’en sortent plutôt bien. Et j’espère aussi que davantage d’Occidentaux viendront pour se faire eux-mêmes une opinion sur l’avenir de ce continent.

Mes propres expériences le confirment. Mon mari et moi nous sommes fait des amis dans une région massaï, où nous allons faire des randonnées le week-end. Nous leur avons dit récemment que, puisqu’ils nous laissaient marcher librement sur leurs terres, nous aimerions contribuer d’une manière ou d’une autre à l’éducation locale. Les doyens de la communauté ont alors suggéré que nous payions un enseignant pour les plus jeunes enfants. Afin que cette personne perçoive son salaire, quelqu’un a suggéré qu’on utilise M-Pesa, un système de paiement mobile qui compte déjà 10 millions d’abonnés au Kenya. Or, moi qui viens d’un pays dit avancé, je n’utilisais pas encore ce système…


Source Courrier International

Voilà qui va dans le sens des prévisions 2010/2011 de croissance du PIB supérieur à 4% sur le continent que l'on dépeint à l'envie comme étant au 5ème sous sol, alors même que tous les pays ne se ressemblent pas comme c'est vrai ailleurs.

Avec 20 à 30 ans de recul, c'est le parcours de la Chine et de l'Inde.

Il va de soi que le succès de l'organisation de la Coupe du monde en Afrique du Sud, la locomotive du continent, ne peut qu'encourager le renversement de tendance.

Tags Economie, Le, Continent, Noir, Ne, Se, Porte, Pas, Si, Mal

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   Economie: Le continent noir ne se porte pas si mal   Imprimer cet article
 « Fier d'avoir été colonisé par les Français Basse terre Festival Chevalier Saint Georges avril 2011 » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Actualités: Economie: Le continent noir ne se porte pas si mal

Liens relatifs à l'article Economie: Le continent noir ne se porte pas si mal
Coup de gueule: CANICHE MORT RETROUVE ATTACHE DEVANT LA PORTE D'UN CHENIL (Martinique)
Discussion générale: Le noir le plus riche du monde
Musiques - Artistes - DJ's: le FORUM du site www.killerman.zik.mu vient douvrir c porte
Discussion générale: L'économie des Antilles indépendantes
Discussion générale: Dieu est...BLANC...et le Diable...NOIR!...POURQUOI ?
Actualités: Jeune noir tué en Floride
Coup de coeur: apré bef la sé ou diamant noir
Discussion générale: Cartes postales en noir et blanc
Sorties - Evénements: DECODOM, WEEK END DU 13 ET 14 DECEMBRE JOURNEE PORTE OUVERTE
Discussion générale: Les Blancs qui ont du sang noir ...
Discussion générale: On ne naît pas noir, on le devient
Coup de gueule: Je suis noir et je n'aime pas le manioc
Discussion générale: L'économie du racisme
Coup de coeur: Happy birthday Diamant noir!
Discussion générale: ASSEDIC une chomeuse porte plainte
Musiques - Artistes - DJ's: 6 eme Continent
Discussion générale: Un Antillais n'est pas noir selon De Nagy Bosca
Informatique: Le noir : celui qui fait économiser l'énergie
Discussion générale: Un noir peut il devenir kamikaze ?
Coup de gueule: Le ridicule ne tue pas l'homme noir !
Videos streaming: Economie: Le continent noir ne se porte pas si mal
Actualités: Economie: Le continent noir ne se porte pas si mal


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives