Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


noir et histoire ca rime! que savent les noirs de celle ci?

 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Discussion générale: noir et histoire ca rime! que savent les noirs de celle ci? La date/heure actuelle est 23 Sep 2019 03:44 
Annonces noir et histoire ca rime! que savent les noirs de celle ci? Annonces
   Article posté par ppm39 le 30 Octobre 2003 à 19:02  S'abonner au Flux Rss Discussion générale: Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Myspace Partager cet article sur Del.icio.us Partager cet article sur Google bookmarks Partager cet article sur Netvibes Partager cet article sur Viadeo Partager cet article sur Linkedin    

Indignes Fils de Pharaon




Les nations industrialisées investissent des sommes colossales en recherches de toutes sortes dans le but de comprendre et très probablement aussi d’exploiter à leur compte le génie de l’Afrique pharaonique. L’élite des scientifiques de ces pays tourne et retourne obstinément le sol des Africains de la vallée du nil. Pratiquement chaque centimètre carré de la terre africaine des pharaons est réservé par le Japon, les Etats-Unis, l’Allemagne, la Grande Bretagne, la France, l’Italie, la liste est kilométrique… La moindre découverte est passée au scanner, analysée sous toutes les coupes ; chaque indice d’information sur l’antique civilisation africaine du Nil est traqué. N’est-ce pas dans ces ruines pharaoniques qu’une maquette d’avion baptisée par ses antiques concepteurs Africains « don d’Amon » –aujourd’hui exposée au musée du Caire- a été trouvée ?

Après les Grecs anciens (Pythagore, Socrate, Anaxagore, Platon, Aristote, Solon, Oenopide, Archimède, Euclide, Thalès, Epicure, Héraclite, Démocrite, Hippocrate…) qui y puisèrent tous les éléments de leurs sciences, de leurs arts, de leur religion pour créer à leur tour une civilisation mensongèrement qualifiée de « miracle grec », cette terre pharaonique aux XVIIIè et XIXè siècles, fut à nouveau le théâtre d’une véritable ruée-vers-le génie-nègre en même temps que l’objet d’un dépouillage systématique européen qui vit fleurir des musées d’antiquités négro-pharaoniques un peu partout en Europe. A titre de rappel, reprécisons qu’un l’un de ces illustres voleurs fut Jean-François Champollion, l’homme même qui acheva le déchiffrage des hiéroglyphes. L’histoire ne veut surtout pas retenir que c’est lui qui a songé que l’un des deux obélisques du temple de Louxor ferait sensation sur la place de la Concorde à Paris !

Les monuments pharaoniques, traces concrètes du grand génie nègre, qu’ils soient érigés sur les places publiques ou exposés dans des musées font la gloire et le prestige des grandes villes occidentales (Berlin, Roma, Istanbul, Paris, London, Moscou, Vienne, New York, etc. etc). L’attrait spirituel, scientifique, intellectuel, culturel exercé par ce puissant royaume africain dont la longévité s’est étalée sur plus de 5000 ans est demeuré intact à travers les âges.

Dès lors, comment comprendre le désintéressement des principaux concernés, à savoir la diaspora africaine qui abandonne à d’autres peuples un héritage qui devrait leur servir de référence, de source d’inspiration ?

Le manque d’information sur l’histoire authentique des Africains pourrait être évoqué ; carence d’information qui très souvent relève d’une entreprise d’occultation volontaire. L’Afrique telle que représentée dans les esprits de ses enfants se limitant à l’avant colonial immédiat, c’est à dire une Afrique en phase de déclin post-esclavage. L’Afrique pharaonique, scientifique, intellectuelle et politique au rayonnement mondial est presque totalement ignorée, passée sous silence. La nette avancée de cette Afrique par rapport à toutes les autres civilisations planétaires de la même époque est tue. Que les civilisations notamment occidentale et arabe soient les héritières directes de cette Afrique n’est presque jamais mentionné. Les implications lourdes de conséquences d’un tel fait historique dans le destin de ces peuples qui ont intégré la notion qu’ils n’ont jamais rien inventé –qu’ils sont par conséquent incapables d’inventer quoi que ce soit- ne sont jamais débattues.

L’histoire des autres grands empires prospères et opulents africains est très peu vulgarisée, ou minimisée : Zimbabwe (Ier-XVe s. soit 1500 ans d’existence au moins), Ghana (IIIe -XIIIe s. soit 1000 ans d’existence au moins), Songhaï (époque pharaonique – XVIe s. soit au minimum 2200 ans si l’on tient compte du fait que c’est au VIe s. sous Cambyse II roi des perses que le royaume negro-pharaonique perd définitivement sa souveraineté et disparaît), Mali (XIe –XVIIe s. soit 600 ans d’existence), Congo (XVe – XVIIIe s. soit 300 ans d’existence), civilisations de Nok (~900 av J-C – IIème s. soit 1100 ans d’existence) et d’Ifé (~500 av J-C - XIIIème s. soit environ 1800 ans d’existence) au Nigeria et au Bénin…

Or, ces empires et royaumes au plan politique étaient presque toujours des fédérations, des Etats transafricains ayant réalisé une unité de peuples d’Afrique sur la base de l’histoire, de la culture, de la religion, et ayant convenu d’une langue commune qui co-existait avec les langues individuelles, comme c’est encore le cas aujourd’hui avec le swahili et le lingala qui sont une illustration parfaite d’un tel consensus dans le passé africain. Tout ceci sous-entendant deux choses : d’abord, que l’équation d’une unité des peuples africains n’est pas un fait inconnu dans l’historia Africana ; ensuite, que des modèles gagnants de solutions y ont déjà été appliqués avec succès.

L’urgence d’une unité de tous les Africains, ou formulons-le autrement, d’une civilisation africaine, d’un neo-empire africain, ultime moyen de faire face, de contrer les mille formes d’agressions que subit systématiquement le continent se pose. Est-il besoin de rappeler que la grande puissance planétaire du moment est elle-même une fédération, comme son nom « Etats-Unis d’Amérique » l’indique ? Est-il besoin de rappeler que l’Europe s’est regroupée en fédération, en un empire qui ne cesse de s’étendre ? Faudrait-il répéter qu’avant que la fédération, l’empire soviétique ne se disloque, l’URSS était la co-superpuissance du monde ? Les leçons que l’Histoire nous enseigne laisseraient à penser qu’il n’y a finalement de rayonnement que dans l’unité, la fédération. L’union encore une fois ferait-elle la force ? La réflexion reste ouverte…

Mais pour en revenir au continent, si les enfants de pharaon et surtout ceux de la diaspora ne puisent dans l’information disponible, accessible –contrairement au vide relatif existant dans ce domaine sur le continent- s’ils ne s’investissent pas ou trop peu, ne se documentent ni ne s’instruisent sur l’histoire scientifique, politique, militaire, économique, religieuse de l’Afrique comment espèrent-ils trouver des issues originales et non-aliénantes à l’impasse qui est celle du continent aujourd’hui ? Eux qui, du fait qu’ils vivent à l’extérieur du continent, sont mieux placés que quiconque pour témoigner de la marginalisation planifiée organisée, conspirée du peuple noir !

Récemment sur les ondes d’une radio internationale à fort taux d’audience, un fier universitaire africain estimait et tentait de démontrer que la science, la connaissance n’est pas bonne pour les Africains : « après tout, qui se préoccupe de cette histoire de l’Egypte noire » ? Pourquoi essayer de réactualiser l’histoire scientifique de l’Afrique ? Non, non, il faut laisser ça de côté ! « Une histoire romanesque » faite de « mythes » nous conviendrait parfaitement dès lors qu’elle serait bien vécue par les peuples (« la reine de Saba qui a épousé Salomon était africaine »).

Voilà ceux à qui l’on donne la parole. Faudrait-il en rire ou en pleurer ? Inextricable dilemme en vérité.

Autant il est vrai que l’information officielle sur l’Afrique est biaisée, déformée, « révisionnée », autant il est vrai qu’en se donnant de la peine, l’on finit bien par trouver.

Alors, que les enfants de pharaon investissent les bibliothèques en quête d’eux-mêmes, de leur histoire ; d’excellentes productions littéraires africaines allant dans ce sens voient de plus en plus le jour. Qu’ils les lisent donc. Que dans les musées pharaoniques ou autres musées africains les enfants de pharaon soient désormais les plus nombreux. Dans les antiquités égyptiennes par exemple, le savoir-faire qui jadis a codifié le savoir, la religion, la géométrie, les mathématiques, l’astronomie, la mécanique, la biologie, la médecine, la métrologie etc. dans l’art, les masques, les sculptures, les peintures, les monuments et édifices est là, bien vivant.

Que les fils et les filles de l’Afrique aillent voir les cauris que leurs ancêtres de la vallée du Nil sublimaient dans l’or ; qu’ils aillent voir de leurs propres yeux et non à travers les yeux des autres le balai, la houe du temps ancestral qui est le même balai, la même houe aujourd’hui encore en Afrique ; qu’ils aillent donc voir comment leurs pères et leurs mères travaillaient la perle, à l’identique de ce qui se fait encore aujourd’hui chez eux ; qu’ils aillent voir ces chaises du passé qu’ils reconnaîtront au premier coup d’œil ; qu’ils aillent donc voir d’où leur viennent ces bracelets en forme de serpent bicéphale qu’ils fabriquent encore à ce jour ; qu’ils aillent redécouvrir (au musée du Louvre) ce miroir de Rê qui, vieux des millénaires passés leur renverra au présent leur propre image, intacte et en or s’il vous plaît, comme si le temps ne s’était pas écoulé et rien ne s’était passé depuis ; qu’ils aillent reconnaître leurs noms, Tia, Ba, Djetou, Ka, Atem, Naba... Que partout où l’Afrique historique et culturelle est présente, les enfants de pharaon soient désormais les plus nombreux, parce qu’ils y seraient chez eux. Devant l’obélisque sur la place de la Concorde, au Louvre, dans tout autre lieu où se trouve leur histoire, leur génie, de temps en temps qu’ils s’arrêtent quand même un peu, et regardent, juste pour réveiller quelque chose qui dort… Jamais personne ne viendra le faire à leur place. Qu’ils s’arrêtent et qu’ils regardent. Plus ils regarderont plus ils verront. Plus ils verront plus ils comprendront. Plus ils comprendront plus ils renaîtront. Qu’ils réapprennent à se familiariser avec le son du grand ka, du djembé, du doundoumba, du goni, du kenken, du balafon, qu’ils rétablissent la connection…

Qu’ils se cultivent pour s’armer contre les offensives révisionnistes qui ces derniers temps tentent plus que jamais de travestir leur histoire, de gommer la vérité et de reprogrammer leur mémoire sur la base du mensonge.

Ces forfaits intellectuels et moraux, très perceptibles ces jours-ci par rapport à la délicate question de l’esclavage, tendent à affirmer que la Traite des Noirs qui 4 siècles durant a dévasté l’Afrique, la vidant de 100 à 200 millions d’âmes, était une affaire inter-africaine, ou au pire une sorte de pacte économique afro-européen aux bénéfices partagés, qui fut signé et mis en application par les deux parties.



[url=http://www.afrikara.com/Contenu.php?string_param=2|0|0|0 |0|0&id_article=256url/]continuerons nous à dire a nos enfants que l'histoire des noirs commence avec l'esclavage?[/url]

Tags Noir, Et, Histoire, Ca, Rime, Que, Savent, Les, Noirs, De, Celle, Ci

 
Lire les commentaires liés à cet article
  
Commenter cet article   noir et histoire ca rime! que savent les noirs de celle ci?   Imprimer cet article
 « RESPECT MR THOMAS SANKARA! Je vous aime » 
 Accueil » Forum » Actualités de Volcréole » Discussion générale: noir et histoire ca rime! que savent les noirs de celle ci?

Liens relatifs à l'article noir et histoire ca rime! que savent les noirs de celle ci?
Coup de gueule: Reportage "noir sur blanc" ARTE
Littérature - Art - Culture: Faire en sorte que les Noirs Connaissent Leur Histoire
Coup de coeur: le ninja noir, n'a pas peur de personne
Discussion générale: des filles qui savent tresser pour pa tres cher sur toulouse
Discussion générale: Le chauffeur de De Villepin est noir
Sorties - Evénements: SWARE NOIR et BLANC le 09 fevrier avec SAIK,SAM-X et OCSEN
Informatique: Bug Krosoft !! (histoire de changer)
Coup de coeur: Happy birthday Diamant noir!
Actualités: Etre noir en Russie...
Musiques - Artistes - DJ's: Poesie Noire récitée par de Grands Noms du monde noir
Discussion générale: Etre noir, le revendiquer et réussir professionnellement
Discussion générale: les inventeurs noirs!
Sorties - Evénements: La Rime Métisse en Concert le 27/07 au Twenty One Sound Bar
Discussion générale: [CONCOURS une photo,une histoire] EXPEDITIONS
Discussion générale: L'image des noirs dans la publicité de 1885 à nos jours
Discussion générale: Dora explore le monde des singes et recrute chez les Noirs
Discussion générale: L'Histoire, interdite de séjour...
Littérature - Art - Culture: Cartographie/Histoire des Caraïbes
Discussion générale: Une phrase ... une histoire
Discussion générale: Tchipppp!qu'est ce qu'elle fait la celle la??
Videos streaming: noir et histoire ca rime! que savent les noirs de celle ci?
Discussion générale: noir et histoire ca rime! que savent les noirs de celle ci?


Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Pixeven.fr | Vidéos | Archives