Accueil www.volcreole.com
Le site de référence des Dom-Tom !


 :: Connexion :: S'enregistrer :: Profil :: Messages privés :: Membres :: Album Photos :: Forum :: Chat :: Rechercher :: FAQ :: Annuaires :: Agenda :: Vidéos  :: 


Les réseaux Noirs
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Répondre au sujet    Accueil » Forum » Discussion générale: Les réseaux Noirs S'abonner au Flux Rss Discussion générale Partager ce sujet sur Facebook Partager ce sujet sur Twitter Partager ce sujet sur Myspace Partager ce sujet sur Del.icio.us Partager ce sujet sur Digg Partager ce sujet sur Google bookmarks Partager ce sujet sur Netvibes Partager ce sujet sur Viadeo Partager ce sujet sur Linkedin Partager ce sujet par email 
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  A la une :: Imprimer ce sujet 
Auteur Message
Annonces
  Discussion générale:   Sujet: Les réseaux Noirs

colibri33000
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 31 Mai 2005
Sujets: 124
Messages: 2239
Localisation: 49
 #1 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 20 Juil 2006 23:50

Voici un article sur la percée des réseaux Noirs en France.
En dépit des discours récurrents sur l'absence ou l'inefficacité des lobby Noir certains journalistes estiment que les mobilisations des mouvements noirs permettent d'obtenir des résultats.

Qu'en pensez-vous?
Connaissez-vous certains réseaux, ou en faites vous partie?


http://www.lepoint.fr/societe/document.html?did=181305


Communautarisme

La percée des réseaux blacks

Un présentateur noir à la télévision à 20 heures ? Impensable il y a dix ans. C'est pourtant ce qu'inaugure cette semaine TF1. Une victoire pour les réseaux noirs. Enquête sur une galaxie militante et divisée.

Sophie Coignard

Ce lundi 17 juillet, une nouvelle icône du 20 Heures est apparue sur TF1. Harry Roselmack est devenu célèbre dès l'annonce de son arrivée au journal télévisé. Car il est le premier présentateur noir d'un grand JT en France. Une position inimaginable il y a seulement dix ans. Souvenons-nous. C'était en 1997. L'écrivain Calixthe Beyala écrit à des intellectuels et à des artistes noirs pour les alerter sur la condition des « minorités invisibles ». Son constat est simple : nulle part, et surtout dans les médias, les Noirs n'existent, sauf pour jouer des rôles plutôt dévalorisants dans quelques téléfilms. « La représentation négative qui était donnée des Noirs à la télévision ne pouvait aboutir qu'à une construction identitaire elle aussi négative, laquelle menait les patrons à refuser d'embaucher des Noirs en toute impunité. » Calixthe Beyala écume les plateaux de télé, les émissions de radio pour réclamer une visibilité. « A l'époque, on me prenait pour une folle, une allumée », sourit-elle.

Il est vrai qu'elle emploie d'emblée les grands moyens. En 2000, en compagnie de l'auteur dramatique Luc Saint-Eloy, elle interrompt la cérémonie des césars, retransmise en direct sur Canal +, pour alerter l'opinion sur l'absence de Noirs sur les écrans. Surtout, à travers le Collectif Egalité qu'elle a créé en 1998, elle menace TF1 d'un boycott des produits Bouygues - les téléphones mobiles, par exemple... - si la chaîne ne met pas un peu plus de couleur à l'antenne. Une démarche qui ne sera pas étrangère à l'embauche de Sébastien Folin pour présenter la météo.

Hier considérée comme une provocatrice, Calixthe Beyala est aujourd'hui traitée de « bounty », vocable méprisant pour désigner les « collabos » - noirs dehors, blancs à l'intérieur - par quelques sites Internet « noiristes ». Tout cela parce qu'elle refuse le discours afrocentriste en vogue chez quelques intellectuels qui rejettent la culture française. Et peut-être aussi parce qu'elle vit avec un Blanc. « Mais ces gens ne se rendent pas compte qu'en rejetant la France ils se rejettent en partie eux-mêmes. Comment peuvent se construire nos enfants en dehors de toute identité française ? Je cherchais la mixité, le métissage, pas la ghettoïsation. »

Mais voilà : par les temps qui courent, on finit toujours par trouver plus communautariste que soi.

Parler de communauté noire n'a d'ailleurs guère de sens. Le terme de galaxie serait plus juste, selon Dogad Dogoui, un publicitaire d'origine africaine qui a créé sa propre entreprise de conseil en communication avant de lancer, en 1999, le Club Africagora. « Il existe une multitude de réseaux noirs, explique-t-il, les Béninois de Paris, les Comoriens de Marseille, les Sénégalais du Havre... C'est vieux comme l'immigration. »

La création de plusieurs clubs élitistes, jouant clairement la carte du réseau, commence à tricoter un début de maillage. Ainsi, Africagora est un business club auquel les cadres et hommes d'affaires de la « diaspora africaine » peuvent adhérer moyennant 200 euros de cotisation annuelle. « Au bout de quelque temps, nous étions plus de 170 dans 19 villes, poursuit Dogad Dogoui. Mais nous nous sommes fait interpeller sur le thème : c'est très bien de donner une autre image que celle de gens qui quémandent ou qui ne réussissent que par le foot, mais que faites-vous pour les autres ? »

En 2001, ils créent donc une association pour détecter les talents et promouvoir l'égalité. « Nous recevons sept ou huit CV par semaine. Récemment, nous avons aidé un cadre des télécoms en poste depuis trois ans qui s'estimait bloqué par un plafond de verre à caractère racial. Il était peut-être barré parce que, contrairement à beaucoup d'autres, il n'avait pas de réseau. Coup de chance : nous avons nos entrées dans cette entreprise via le DRH. Nous avons attiré l'attention sur son cas et ça a marché. » Dogad Dogoui tient aux responsables politiques qu'il rencontre un discours peu conventionnel : « Je voudrais que moi, Français et Noir, je puisse aussi aider des Blancs. »

Pascal Agboyibor, lui, est avocat associé dans le cabinet international Orrick. Fin 1997, il crée le Club Kléber. « A l'origine, nous étions une bande de copains qui commencions à travailler, qui avions envie de réussir et de l'affirmer, et aussi de nous retrouver entre nous. » Quinze ou vingt jeunes Noirs ambitieux qui, quel que soit leur emploi du temps, souvent très chargé, décident de se retrouver tous les derniers samedis du mois. « Les conversations devaient être plaisantes, s'amuse Me Agboyibor, car les membres fondateurs ont vite amené des amis. » Les responsables qui ont envie de rencontrer l'élite noire de France savent désormais où frapper. Dominique Strauss-Kahn est le dernier invité en date du Club Kléber, qui fait du lobbying discret auprès des politiques pour tenter de colorer l'élite française.

Le plus discret de tous ces clubs est celui qu'a créé Calixthe Beyala. Baptisé Elite, il s'est fixé un numerus clausus. Soixante membres au maximum qui doivent répondre à quatre critères : avoir réussi soi-même ; vouloir porter les autres ; gagner suffisamment d'argent pour ne pas être corruptible ; adhérer aux valeurs républicaines. La cotisation minimale s'élève à 600 euros, mais, si l'on ne veut pas avoir l'air mesquin, il est conseillé de donner plus. Un footballeur a ainsi fait un chèque de 100 000 euros. Le club Elite reçoit des politiques tels Jean-François Copé ou Bertrand Delanoë, mais souhaite aussi autofinancer des actions culturelles.

L'éclosion de ces réseaux correspond aussi à une attente nouvelle des politiques. Noirs de France, combien de divisions ? 5 à 6 millions, répondent les intéressés, qui en rajoutent peut-être un peu, puisque le recensement français ne prévoit aucun marqueur ethnique. Sur ce front du lobbying et de la revendication, deux organisations se trouvent en concurrence, pour ne pas dire en guerre ouverte.

D'un côté, le Collectif DOM, animé par Patrick Karam, part d'une inspiration régionaliste et un rien corporatiste. Initialement, cette organisation milite pour la « continuité territoriale », autrement dit pour que les Domiens installés en métropole bénéficient de billets d'avion bon marché pour retourner au pays ou encore pour que la loi sur le logement rende illégal le refus d'une caution fournie par une personne domiciliée outre-mer. « La moitié des emplois en France sont pourvus grâce à un réseau, familial, régional ou autre. Puisque ce sont les règles du jeu, nous les appliquons... A l'AP-HP, à La Poste, à la mairie de Paris, nous avons nous aussi créé des réseaux pour faire embaucher des Antillais. » Une fois ces bastions renforcés, Patrick Karam dispose d'une force de frappe : « Touchez aux congés bonifiés, vous n'aurez plus un hôpital qui fonctionne en région parisienne, la mairie de Paris sera bloquée, et le courrier mal distribué. » Il a pu éprouver à plusieurs reprises combien ses arguments étaient convaincants. En 2004, il écrit à Jean-Paul Huchon, le président de la région Ile-de-France, et au maire de Paris, Bertrand Delanoë, un courrier plutôt musclé exigeant des représentants domiens en position éligible. Ses deux correspondants lui répondent avec empressement. Patrick Karam leur décrit alors ce à quoi ils ont échappé : « Nous avons décidé de maintenir une campagne "molle" d'information, mais nous avons annulé les opérations de tractage ciblées et massives à date fixe, nous n'avons pas organisé les manifestations prévues devant les meetings du PS, ni monté d'actions spectaculaires et protestataires, renoncé aux campagnes de saturation des lignes téléphoniques. » Le Collectif DOM s'est fait un nom dans les médias en s'en prenant à l'historien Olivier Pétré-Grenouilleau sur la traite des Noirs et en dénonçant, sous la plume de l'écrivain Claude Ribbe, le « crime de Napoléon ».

Mais, à la fin de l'an dernier, un dangereux concurrent est venu menacer cette suprématie. Le CRAN (Conseil représentatif des associations noires) se fonde sur la couleur de la peau. Exaspération de Patrick Karam, qui est blanc. « Le CRAN encourage un racisme anti-Blanc qui est marginal, et il ne représente que lui-même. » Patrick Lozès, le président du CRAN, se refuse officiellement à la polémique : « Certains veulent diviser pour régner ; nous, nous voulons rassembler pour mieux compter. Ceux qui sont jaloux de notre succès et de nos avancées utilisent alors la stratégie du "médisez, médisez, il en restera toujours quelque chose". » On ne pourra pas, en tout cas, accuser les réseaux noirs de pratiquer le monolithisme.


Interview Géraldine FAES
Auteur, avec Stephen Smith, de « Noirs et Français » (Editions du Panama, 2006)

Le Point : A l'issue de votre enquête, considérez-vous qu'il existe une « communauté noire » ?
Géraldine Faes : Il existe plutôt des communautés. Mais il est toujours très difficile d'être noir et français. Cela ne va de soi ni pour un certain nombre de Noirs qui, notamment chez les jeunes, sont sensibles au discours victimaire voire au racisme anti-Blanc, ni pour le Français moyen, qui n'est souvent pas prêt à admettre qu'il existe des discriminations ou que l'esclavage appartient à notre histoire nationale.

Voit-on l'émergence de réseaux d'entraide, voire de lobbys dans la galaxie noire ?
Il existe en France 8 000 associations antillaises et 5 000 africaines, ce qui est paradoxalement un bon signe d'intégration républicaine. La nouveauté, depuis quelques années, consiste à vouloir les fédérer.

Mais n'existe-t-il pas aussi une concurrence, voire une rivalité, entre Antillais et Africains, par exemple ?
Si, et c'est bien naturel, car il faut se partager le gâteau de la représentativité, de la rivalité. Le CRAN a pour l'instant remporté la palme en termes de communication. Ses dirigeants se sont comportés en bons entrepreneurs politiques, ils ont créé leur mouvement juste après les émeutes en banlieue, au moment où la volonté des pouvoirs publics était grande d'avoir des interlocuteurs estampillés. Mais le CRAN n'est pas, contrairement à ce que son nom semble indiquer, le représentant des populations noires de France. Lors de son dîner de gala, en janvier dernier à Paris, il y avait 160 associations représentées sur 5 000. C'est un début, mais c'est peu. Surtout, l'ambiance était plus africaine que française, avec des personnalités connues là-bas et quasiment aucun politique français. On se serait cru à un gala de la Croix-Rouge à Yaoundé.

Le CRAN est parfois accusé de « noirisme ». Est-ce qu'un Blanc peut adhérer à ce collectif ?
Il est très difficile d'obtenir une réponse claire à cette question. Disons qu'un Blanc peut être indirectement adhérent du CRAN s'il appartient à une association qui en est elle-même membre.
Revenir en haut
      
Sap
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 06 Mar 2005
Sujets: 15
Messages: 1853
Localisation: Paris/Guadeloupe
 #2 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 21 Juil 2006 10:50

Quand je vois que cet article est classé dans "Communautarisme" et quand plus, le titre comporte le très hypocrite terme "black", cela donne déjà une idée de l'orientation de l'article.
Revenir en haut
      
lalysha
Embarquement Embarquement



Genre: Femme
Inscrit le: 21 Juin 2006
Sujets: 6
Messages: 218
Localisation: 95 - Val d'Oise
 #3 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 21 Juil 2006 11:01

Je pense plutot, que c'est un signe de réveil, c'est domage mais il fallait passer par la pour être pris au sérieux.

Il est vraix qu'il y a dans tout ces réseaux et associations un côté communautarisme, mais je vois plus un côté d'organisation, de soutien et de solidarisation, meme si certaine association prennent des tournures assez extremiste, mais qui n'en a pas.

Je pense qu'avec tous ces réseaux notre comunauté (antillaise et africaine) est enfin pris au sérieux et que les gens comprennent que nous avons aussi les capacités, l'énergie et la volonté de faire évoluer le pays.
Revenir en haut
      
coyote
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 30 Mar 2006
Sujets: 1
Messages: 649
Localisation: France
 #4 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 21 Juil 2006 11:17

je ne fais pas partie d'un réseau à proprement parlé mais avec des amis qui se sentent concernés on essaie de se tenir au courant dès qu'un évènement qui concerne la commnauté est organisé car on s'est aperçu qu'au niveau média ça n'est pas très diffusé alors qu'il y a bcp plus d'évènement qu'on ne le croit. le problème c'est que trop peu de gens sont au courant de cela et donc peu y participent. donc on essaie de faire marcher le bouche à oreille parmi nos cercle d'amis pour le moment pour éviter le "ah t'aurait du me le dire je savais pas!!!" donc du coup j'ai assisté à divers évènements (théâtre, cinéma, salon, rencontre/débat....) c'est super enrichissant et surtout ça m'a rendu fière de voir que chez nous aussi on est capable d'organiser de super truc au niveau culturel et qu'on ne se contente pas d'aller au carnaval ou en boîte de nuit. je me dis que si chacun informait son groupe d'amis de chaque évènement on serait de plus en plus nombreux et on pourrait vraiment faire avancer les choses plus vite.

D'ailleurs si certains d'entre vous sont intéressés d'être informés des évènements. n'hésitez pas à me le dire. je vous communiquerais les infos par MP.
Revenir en haut
      
milicent
Classe Confort Classe Confort



Genre: Femme
Inscrit le: 16 Juin 2006
Sujets: 28
Messages: 12590
Localisation: Creamville
 #5 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 21 Juil 2006 11:26

Citation:
 
Je pense plutot, que c'est un signe de réveil, c'est domage mais il fallait passer par la pour être pris au sérieux. 
 


lalysha, +1

je ne fais pas partie de réseaux noirs (c'est juste une question de goût), mais j'essaie de privilégier cet esprit dans le domaine professionnel.


Milicent.
Revenir en haut
      
Saimen
Siège service Siège service



Genre: Homme
Inscrit le: 28 Jan 2006
Sujets: 37
Messages: 1234
Localisation: 92 - Hauts de Seine
 #6 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 21 Juil 2006 12:28

milicent a écrit:
 
Citation:
 
Je pense plutot, que c'est un signe de réveil, c'est domage mais il fallait passer par la pour être pris au sérieux. 
 


lalysha, +1

je ne fais pas partie de réseaux noirs (c'est juste une question de goût), mais j'essaie de privilégier cet esprit dans le domaine professionnel.


Milicent.  
 


Oui ! On peut se targuer que les associations civiles agissent dans ce sens, pour notre bien à tous. On peut faire bien mieux encore...
Revenir en haut
      
colibri33000
Charter Charter



Genre: Homme
Inscrit le: 31 Mai 2005
Sujets: 124
Messages: 2239
Localisation: 49
 #7 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 27 Juil 2006 14:34

Connaissez-vous des structures plus ou moins informelles qui auraient pour but d'aider les ressortissants des DOM ou d'Afrique à réussir professionnellement?

Voici un article qui illustre l'action positive d'individus tel qu'Odon Vallet qui a permis à de nombreux ressortissants de pays pauvres de faire de brillantes études en France.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3230,36-798364@51-755939,0.html

T.Y. : De Natitingou au lycée Louis-le-Grand
LE MONDE | 25.07.06 | 14h13 • Mis à jour le 25.07.06


Le 1er août 2004 : la fête nationale est célébrée dans tout le Bénin. Le préfet du département de l'Atacora organise comme chaque année à Natitingou - ville de 50 000 habitants dans le nord-ouest du pays - les festivités. La capitale régionale suinte le calme : pas d'immeubles, peu de routes asphaltées. Loin de la vie trépidante qui règne à Cotonou, la capitale économique avec son million d'habitants, Natitingou attire, sans plus, quelques touristes en transit pour le Togo ou le Nigeria, et vit tout aussi modestement du commerce et de l'agriculture.

Le préfet, cette année-là, possède un invité de choix : T.Y., un jeune citoyen de la ville, élu président du Parlement des enfants du pays et reçu avec la mention "très bien" au baccalauréat scientifique. Exceptionnel, dans un pays de 7 millions d'habitants qui compte un taux d'analphabétisme proche de 60 %. Le préfet savoure l'exploit. Il en rajoute même dans le triomphe, en surexposant le jeune homme. Il n'en a pas souvent l'occasion, le préfet ; c'est toujours le Sud et Cotonou qui volent la vedette. Là, c'est le Nord déshérité qui a donné un jeune prodige au pays. Il poursuivra des études supérieures, mais dans le Sud à Cotonou, évidemment. A moins que...

C'est exactement ce que pense un autre invité de marque du préfet, Michel Le Cornec, un authentique Breton exilé depuis toujours en Afrique et installé au Bénin, dont il goûte tout le bonheur d'une relative stabilité politique et la douceur de vivre dans sa petite maison construite sous un baobab. L'homme apprécie plus les échanges humains que les grosses affaires ; il a un élevage d'autruches et le coeur sur la main. "J'ai discuté avec ce gamin, alors tout juste âgé de 16 ans, et j'ai été immédiatement impressionné par sa qualité et sa maturité."

Il propose à T.Y., qui comme ses parents n'a aucune idée du système scolaire français avec ses écoles préparatoires aux grandes écoles, de l'aider à faire ses études en France. Le père, vétérinaire et fonctionnaire, et la mère, ancienne institutrice, n'ont pas les moyens de financer un tel projet. Alors Michel Le Cornec se renseigne, démarche, part à la recherche de bourses, se heurte aux portes et à la réalité de son peu d'entregent dans ce domaine. "Je me suis engagé à la légère", dit-il.

Le salut viendra, trois semaines plus tard, de la lecture d'un article de presse consacré à Odon Vallet, juriste, énarque, historien des religions, enseignant à la Sorbonne. Cet apôtre de l'excellence, sans descendance, consacre une copieuse part de l'héritage de son père à financer les études de jeunes élèves et étudiants. Il a créé en 1999 une fondation, qui porte son nom, et distribue ses bourses selon des critères élémentaires : les qualités exceptionnelles de l'élève, le travail et la nécessité sociale. Il ignore le mot redoublement. Les aides qu'il accorde au Bénin, au Vietnam ou en France ont pour seul objet de permettre à leurs bénéficiaires de consacrer toute leur énergie à leur talent.

Bien entendu, pour Odon Vallet, dont le père a gardé les chèvres avant de faire fortune, les aides ne vont qu'à des élèves qui suivent des formations dans des établissements publics. "Dans ce cadre, seuls les capacités intellectuelles et le travail comptent, pas l'argent."

Le 8 octobre 2004, après avoir reçu le dossier de T.Y., il l'appelle au Bénin. Il le teste au téléphone, pour déjouer une éventuelle imposture ; il lui demande et redemande, au fil de la discussion, ses notes du bac. Le 23 octobre, le jeune Béninois débarque à Roissy, avec une inscription en terminale S4 au lycée Louis-le-Grand, à Paris, et une place dans le foyer Bossuet, qui accueille une centaine d'élèves. T.Y. va donc suivre une autre année de terminale, parce qu'il arrive trop tard et que l'institution préfère vérifier le niveau de cet élève, qui possède par ailleurs un an d'avance. "Le Cornec, relève Odon Vallet, est un homme remarquable qui, toute sa vie, a voulu faire quelque chose pour l'Afrique. Et il a fait avec T.Y. le bon diagnostic."

Le protégé d'Odon Vallet et de Michel Le Cornec a traversé sa seconde année de terminale avec une aisance déconcertante. En septembre dernier, il a intégré une classe de maths sup de Louis-le-Grand et fini classé troisième sur 48, avec une moyenne en mathématiques de 15/20 pour 8,5 pour l'ensemble de la classe, qui regroupe exclusivement d'anciens premiers de la classe de toute la France et d'ailleurs. A la rentrée de septembre, il sera en maths spé, avec les meilleurs.

T.Y. s'est parfaitement intégré, alors qu'il s'attendait au pire. "L'Occident est réputé glacial, dans tous les sens du terme." Et malgré une discipline de travail rigoureuse, il ne vit ni reclus ni prostré sur ses livres dans sa chambre ; perd volontiers son temps à discuter de tout et surtout de rien avec les autres ; joue au billard ou au football quand l'occasion se présente.

Stéphane Dahomé, en provenance de Buenos Aires, a intégré en janvier 2005 la TS4 de Louis-le-Grand et le foyer Bossuet. Plus que les autres, c'est T.Y., arrivé deux mois plus tôt, qui l'a accueilli ; et il assure qu'il a eu l'impression que son condisciple était là depuis tout le temps. "Oui, il n'est pas mauvais. Il y a mieux dans la catégorie hors du commun en prépa à Louis-le-Grand. Mais parmi les personnes normales, il est excellent." Il ajoute qu'en terminale T.Y. aurait pu être considéré comme exceptionnel. "Mais toutes les brutes de France et d'ailleurs ont été regroupées dans les prépas du lycée. Alors, je dirais que c'est un très bon dans un monde de brutes."

Issu d'une famille protestante très pratiquante (Eglise évangéliste des assemblées de Dieu), T.Y. n'imagine même pas à quel point son éducation a été stricte. Un univers avec peu de sorties, des journées passées à lire, des dictées à la veillée, et, pour extrême fantaisie, des jeux de société comme le Monopoly. "Mes parents, dit-il, m'ont enseigné les vraies valeurs : le travail, l'entraide, la solidarité. Ils s'entendent bien, et je sais que cela a facilité mes études."

Il avoue qu'à partir d'un certain niveau il sature et que parfois certains exercices visant à démontrer l'irrationalité d'un nombre, par exemple, relèvent de la théorie pure, dont il n'est pas un inconditionnel. "J'aime l'ingénierie, la physique, le mécanisme des choses - comment cela marche." Si son souhait est d'intégrer l'X (l'Ecole polytechnique) en 2007, dans l'absolu il voudrait faire des choses qui aident le Bénin. Il ne sait pas encore comment, mais il est certain qu'il le fera.
--------------------------------------------------------------------------------

Alain Abellard
Article paru dans l'édition du 26.07.06

Parcours

1988
Naissance à Natitingou, dans le nord-ouest du Bénin.

2003
Il est élu président du Parlement des enfants du Bénin.


2004
Bac scientifique, mention "très bien". Il rejoint le lycée Louis-le-Grand, à Paris.


2005
Il intègre la classe préparatoire de maths sup de Louis-le-Grand.


2006
Il finit classé troisième et passe en maths spé.
Revenir en haut
      
chadeque
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 08 Avr 2005
Sujets: 42
Messages: 715
Localisation: Pays de la Teranga
 #8 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 29 Juil 2006 13:54

colibri33000 a écrit:
 
Connaissez-vous des structures plus ou moins informelles qui auraient pour but d'aider les ressortissants des DOM ou d'Afrique à réussir professionnellement?. 
 

je ne connais aucune structure et aucun réseau, peut etre qu'il en existe plusieurs et qu on peut les trouver via le net ou la presse specialisee mais s il y en a ils semblent manquer de visibilité.
Revenir en haut
      
Jârvis
Classe Affaire Classe Affaire



Genre: Homme
Inscrit le: 28 Fév 2004
Sujets: 184
Messages: 16301
Localisation: Sur la route ...
 #9 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 29 Juil 2006 14:47

Sap a écrit:
 
Quand je vois que cet article est classé dans "Communautarisme" et quand plus, le titre comporte le très hypocrite terme "black", cela donne déjà une idée de l'orientation de l'article. 
 


C'est vrai que "reseau" + "noir" ça n'a rien de communautariste ...


Un reseau c'est un synonyme de communauté. ça parrait normal à tout le monde...
sauf quand ça concerne les noirs!
Là il faudrait parler plutot "d'entraide entre certaines personnes qui ont certaines choses en commun."

Suuuuuurtout pas communnauté !
Revenir en haut
      
YoungHov
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 18 Juin 2006
Sujets: 5
Messages: 148
Localisation: 93 - Seine-St-Denis
 #10 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 29 Juil 2006 14:50

c'vrai qu'on ce moment je trouve qu'il ya une multiplication d'associations, de forums, ...
je n'aime pas le terme réseau

mais peut on dire que volcréole est un forum ou réseau communautaire ?
Revenir en haut
      
Jârvis
Classe Affaire Classe Affaire



Genre: Homme
Inscrit le: 28 Fév 2004
Sujets: 184
Messages: 16301
Localisation: Sur la route ...
 #11 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 29 Juil 2006 14:53

YoungHov a écrit:
 
c'vrai qu'on ce moment je trouve qu'il ya une multiplication d'associations, de forums, ...
je n'aime pas le terme réseau

mais peut on dire que volcréole est un forum ou réseau communautaire ? 
 

Volcréole est evidemment un forum communautaire !

mais je laisse le soin à sap de trouver un terme qui ne froisserait pas ses oreilles de noire-femme-que-l'on-doit-respecter-parce-que-ses-ancètres-ont-souffert.
Revenir en haut
      
lorela
Siège service Siège service



Genre: Femme
Inscrit le: 16 Avr 2005
Sujets: 33
Messages: 754
Localisation: Saint Martin
 #12 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 29 Juil 2006 16:15

Jârvis a écrit:
 
YoungHov a écrit:
 
c'vrai qu'on ce moment je trouve qu'il ya une multiplication d'associations, de forums, ...
je n'aime pas le terme réseau

mais peut on dire que volcréole est un forum ou réseau communautaire ? 
 

Volcréole est evidemment un forum communautaire !

mais je laisse le soin à sap de trouver un terme qui ne froisserait pas ses oreilles de noire-femme-que-l'on-doit-respecter-parce-que-ses-ancètres-ont-souffert. 
 



Il faut arrêter de considérer que le communautarisme est quelque chose péjoratif car depuis l'évolution marqué des sociétés, c'est toujours en s'entraidant et en se soutenant que les communautés avancent et évoluent positivement.
comme l'exemple de la communauté juive qui s'entraide en son sein, le filon antillais marche très bien aussi chez certains.

pourquoi se plaindre???
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8109
Localisation: PACA
 #13 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 20 Juin 2010 23:01

Étant asociale , je ne suis dans aucun réseau. Mais qui sait!!!

Petit interview mettant en avant les réseau européen pour femmes noires; mais aussi les difficultés rencontrée dans le monde de l'entreprise.
Sandrine Joseph reçoit Outre Mer Network (posté en 2009)




Citation:
 
Véritable symbole de la femme "potomitan" , femme de conviction , de talents à multi facettes qu'elle sait décliner dans sa pratique managériale au quotidien chez Orange ainsi que dans ses nombreuses initiatives professionnelles et associatives.
Un exemple de plus du dynamisme des ultras marins au coeur de l'entreprise !! 
 


Site de Outre-Mer Network : http://www.caraibeanweb.com.preview4.net4all.ch
Bonus; carriéroghaphie de Sandrine Joseph


En fouinant bien on tombe sur des news :

Fédération des associations africaines et créoles (FAAC - Février 2010) - http://www.lafaac.com/


Pedro Pirbakas (pour ceux qui se demandent où il est passé ) et Vincent Travailleur, présidents des pôles Jeunesse et Sport
Revenir en haut
      
azertyk
Embarquement Embarquement



Genre: Homme
Inscrit le: 19 Juin 2010
Sujets: 6
Messages: 356
Localisation: dans une auberge
 #14 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 21 Juin 2010 01:26

Je suis à 100% contre ce type de réseau dont les critères sont raciaux.
Par contre, l'idée d'un puissant lobbysme antillais, ou plus généralement domien me plait beaucoup.
Le tout accompagné d'un fond d'investissement (officiel ou officieux) afin de réellement peser économiquement.
Revenir en haut
      
Missyna alna
Classe Eco Classe Eco



Genre: Femme
Inscrit le: 12 Mai 2006
Sujets: 76
Messages: 8109
Localisation: PACA
 #15 Discussion générale:   Sujet du message: Les réseaux Noirs   Posté le: 21 Juin 2010 13:03

Faut juste ne pas s'attacher à la notion de race, et se dire qu'il s'agit d'organisation par les professionnels pour les professionnels visant un groupe socioprofessionnel spécifique.

Si l'appartenance religieuse peut être le point d'orgue de ce type d'organisation, pourquoi n'en serait t'il pas de même pour les origines culturelles.
Une segmentation poussée n'est peut être pas la solution miracle, mais avoir accès à un réseau d'entraide au plus proche de ces préoccupations n'est pas forcément une mauvaise chose.
Revenir en haut
      
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Accueil » Forum » Discussion générale: Les réseaux Noirs Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Page 1 sur 5
    
 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Tags
Copyright Volcreole © 2001-2019
Syndication (RSS 2.0)  Suivez-nous sur Facebook  Suivez-nous sur Twitter  Suivez-nous sur Google+

Charte | Contacts | Favoris | Accueil | Rechercher | Pseudos | Album Photos | Groupes | FAQ | Forum | Sujets | Sélection | Actualités | Partenaires | Bannières | Videos Tags | Annuaires | Agenda | Newbuzz.fr | Loto | Vidéos | Archives